Missionnaires assassinés

AFRIQUE/ZIMBABWE - Luisa Guidotti Mistrali : « Je veux partir en mission en tant que médecin, partir pour toujours, en restant une laïque parmi les laïques »

Wednesday, 22 March 2023

par Stefano Lodigiani

Mutoko (Agence Fides) – “Une missionnaire laïque italienne, le Dr Luisa Guidotti, 47 ans, originaire de Modène, qui dirigeait depuis plus de dix ans le centre médical de la mission, à environ 150 km au nord-est de Salisbury, où se déroule la guérilla, a été tuée le 6 juillet 1979, à la suite d'un incident avec les troupes rhodésiennes. Elle appartenait à la Women's Medical Missionary Association". Tel est le court communiqué publié par l'Agence Fides, qui informe de la mort tragique du "médecin missionnaire", survenue en Rhodésie, ancienne colonie britannique, aujourd'hui Zimbabwe, dans des circonstances qui n'ont pas été entièrement élucidées.
Le Pape François a autorisé le Dicastère pour les Causes des Saints à publier le 17 décembre 2022 le décret concernant la reconnaissance des « vertus héroïques de la Servante de Dieu Luisa Guidotti Mistrali, laïque consacrée de la Women's Medical Missionary Association, née le 17 mai 1932 à Parme et tuée le 6 juillet 1979 à Mutoko (Rhodésie) ».

Née à Parme, Luisa Guidotti déménage à Modène avec sa famille à la mort de sa mère, recueillie par sa tante qui l'adoptera par la suite (Luisa ajoutera le nom de famille de sa tante, Mistrali, à son nom de famille Guidotti). Sa formation spirituelle commence dans l'Action catholique de la paroisse San Domenico de Modène, qu'elle fréquente pendant neuf ans, au cours desquels elle occupe le poste de responsable de la Jeunesse féminine et devient membre du conseil diocésain. Après le lycée, elle étudie la médecine et la chirurgie à l'université de Modène. Diplômée en 1960, elle demande la même année son admission à l'Association médicale des femmes (aujourd'hui Association internationale de la santé), créée par Adele Pignatelli avec le soutien de Monseigneur Giovanni Battista Montini, le futur pape Paul VI.

Les membres de l'Association, médecins et paramédicaux, après une période de formation, font vœu d'obéissance, de pauvreté, de chasteté et de vie missionnaire. Leur vie et leur apostolat sont fondés sur l'Écriture Sainte et les sources de la spiritualité chrétienne. Ils exercent leur activité missionnaire dans de petites communautés travaillant exclusivement dans le secteur de la santé, en privilégiant les peuples et les nations souffrant de pauvreté et de difficultés. C'étaient les années précédant le Concile Vatican II. Les années, écrira plus tard Luisa, où nous avons pris conscience de la fonction des laïcs dans l'Église. Et encore : « Je voulais partir en mission comme médecin, partir pour toujours en restant laïque parmi les laïcs ».

En août 1966, Luisa, après avoir reçu le crucifix missionnaire des mains de l'Archevêque de Modène, partit pour ce qui était alors la Rhodésie, à destination de Chirundu, où l'Association gérait l'hôpital Paul VI rattaché à la mission. Le pays africain vivait alors les années sanglantes de la guerre civile, qui a duré de juin 1964 à décembre 1979, opposant les forces gouvernementales - aux mains de la minorité blanche - aux rebelles de Robert Mugabe. Le conflit, qui a fait au moins 20 000 morts, s'est terminé par les accords de Lancaster House et les élections de 1980, qui ont vu la victoire de Mugabe, l'indépendance et la reconnaissance du nouveau nom du pays, Zimbabwe.


En février 1967, Luisa a déménagé à Salisbury, à l'hôpital gouvernemental, pour acquérir une meilleure formation professionnelle. La même année, elle retourne en Europe. Début 1969, elle part pour l'hôpital de la mission Regina Coeli, dans le district de Njanga, à la frontière du Mozambique. En décembre de la même année, elle est transférée à Mutoko, pour travailler à l'hôpital missionnaire All Souls. Parallèlement, elle travaille à la léproserie de Mtemwa et aux urgences de Chikwizo.
De 1972 à 1975, elle se rend à nouveau en Europe et retourne en Rhodésie en février 1976. Le 28 juin, elle est brutalement arrêtée par la police sous l'accusation d'avoir soigné un garçon, présumé guérillero, sans en informer les autorités gouvernementales. Libérée à la fin du mois d'août, elle peut retourner à son hôpital où elle reprend son travail, dans un climat d'hostilité de la part des autorités.
Malgré la situation de plus en plus tendue, Luisa ne veut pas quitter le pays, pour ne pas abandonner les malades et les nécessiteux. Le 6 juillet 1979, alors qu'elle revient seule dans une ambulance de l'hôpital de Nyadiri, où elle a accompagné une femme enceinte en danger, elle est touchée par une rafale de mitraillette tirée par une patrouille de soldats gouvernementaux. Transportée à l'hôpital public de Mutoko, elle y arrive sans vie.

"Le choix de Luisa n'a jamais été remis en question, même dans les situations les plus complexes et dramatiques" , souligne son biographe, Marzio Ardovini, « en restant toujours convaincue de son rôle spécifique de missionnaire laïque, bien que consacrée au Seigneur par des vœux privés ». Les malentendus compréhensibles en terre de mission sur la configuration laïque du groupe (on les appelait les « docteurs du Pape ») ont conduit Luisa à revendiquer la sécularité comme caractéristique fondatrice de l'Institut, comme elle l'a écrit à la fondatrice : « J’ai… du mal à supporter le mode continu de m’appeler "SŒUR"... ; j'étais très attachée au caractère laïc de notre groupe parce que j'étais une laïque bien que consacrée à Dieu : c'est ma vocation personnelle. Maintenant tout notre caractère laïc est lié à la robe, une robe que nous partageons maintenant avec beaucoup de sœurs qui ont quitté l'habit religieux... Je vous écris ces choses parce que ma vocation laïque est très importante pour moi et parce que vous, en tant que responsable central, avez le droit de savoir comment l'Institut est actuellement présenté en Afrique... ».

Luisa veut souligner la spécificité de la vocation laïque, qui ne peut être reléguée à une qualification (sœur) ou au port ou non d'un habit... Ce qui compte, c'est la découverte de la laïcité en tant que telle, sans privilèges ni préférences de statut professionnel, explique Ardovini. Nous revenons ici, dans toutes ses vertus, à la doctrine de Vatican II, que Luisa, intériorisée et vécue en personne, appliquera de façon consciente et cohérente.

« Son attachement à la laïcité la plus authentique dans un institut approuvé par l'autorité ecclésiastique l'a conduite à une compréhension toujours plus consciente d'une solidarité surnaturelle avec toute créature à aimer comme elle est aimée de Dieu. Elle a donc ressenti la nécessité d'un témoignage chrétien cohérent, réalisé non seulement par l'annonce mais par l'exemple de l'amour mutuel, plus efficace pour la culture africaine, comme l'enseignent les premiers chapitres des Actes des Apôtres... Le témoignage authentique, dans la mesure où il est fondé sur l'amour, devient intelligible pour tous ceux avec lesquels Luisa entre en contact, qu'ils soient éduqués ou simples citoyens ». Elle écrit : « Comme le Seigneur est bon de m'avoir donné la possibilité d'être son témoin d'une manière aussi simple et intelligible pour les enfants cultivés comme pour les plus simples ».

L'expérience personnelle de l'emprisonnement (24/26 juin 1976) a fait ressortir de façon dramatique le thème du témoignage fidèle, fruit d'un don que seul l'Esprit Saint peut donner. Réfléchissant à cette période, Luisa écrit à une amie : « Le Seigneur m'a beaucoup aidée au cours de ces deux mois ; ce qui reste maintenant, c'est l'augmentation de la Charité. Tant de gens m'écrivent et les pauvres d'ici viennent encore me donner de la joie... tant sont nombreux ceux qui se sentent mes frères aujourd'hui. C'est beau d'aimer, mais c'est aussi beau de se sentir aimé. C'est vraiment émouvant de voir à quel point je suis aimé. Je me sens vraiment shona avec les shona, comme l'a dit saint Paul, grec avec les Grecs, romain avec les Romains ».

La Servante de Dieu se sent, dans sa sécularité, "Shona avec les Shona", souligne Ardovini, parce que « c'est Dieu lui-même qui, par le don de l'adoption comme fils dans l'effusion de l'Esprit, la rend capable de crier cette affirmation en étant leur sœur surnaturelle (Rm 8,15-16). La citation de la doctrine paulinienne en la matière (1Cor 9, 19-23) renforce encore la justesse interprétative du passage en question ».

Au sujet de l'activité missionnaire, Ardovini ajoute : « Une authentique vocation missionnaire se reconnaît à son adhésion pleine et consciente à la Kenosis (Phil 2, 7), c'est-à-dire à l'imitation profonde de Jésus dans son Incarnation : être missionnaire signifie donc s'incarner, comme le Sauveur du monde, dans une culture, dans un peuple très spécifique. L'Église choisit, dans l'activité missionnaire, le même chemin que le Maître dans son œuvre rédemptrice universelle. Cette doctrine, révolutionnairement catholique, est recommandée avec autorité par Paul VI (encyclique "Ecclesiam Suam", n° 10) et par Vatican II (décret Ad Gentes, n° 10) dans des textes certainement connus du Serviteur de Dieu".
(Agence Fides 22/3/2023))


Partager:

2024 - “Christus in martyre est”. La lumière de l'espérance allumée par les martyrs continue d'éclairer le chemin de l'Église

2023 - Jubilé 2025 : le Pape établit la Commission des nouveaux martyrs et témoins de la foi, "fruits mûrs de la vigne du Seigneur"

2023 - La béatitude des martyrs, amis du Paradis

2023 - AMÉRIQUE/PÉROU : "Elle a fini sa vie en priant pour tout le monde". Sœur Maria Agustina Rivas, tuée pour avoir été une artisane de la paix

2023 - Luisa Guidotti Mistrali : « Je veux partir en mission en tant que médecin, partir pour toujours, en restant une laïque parmi les laïques »

2023 - Sacrifier sa vie pour sauver celle des autres : la foi simple et forte du jeune Akash

2023 - "Ils sont restés à leur place, près du peuple persécuté, jusqu'à ce que le sang soit versé". L'histoire des martyrs jésuites de Chapotera

2022 - Les missionnaires tués en 2022

2022 - En mémoire reconnaissante des missionnaires assassinés. Des témoins, pas des "témoignages"

2022 - Les vertus héroïques de Luisa Guidotti Mistrali, tuée dans l'ex-Rhodésie, reconnues

2022 - Le témoignage de Monseigneur Jaramillo, "prophète et martyr de la paix", est toujours vivant et d'actualité

2022 - ASIE/LIBAN : "Nous ne célébrons pas deux morts, mais deux ressuscités dans le Christ". Les chrétiens libanais célèbrent la béatification des capucins Léonard Melki et Thomas Saleh, missionnaires et martyrs

2022 - Un prêtre retrouvé mort, il était curé de paroisse et responsable de la maison des migrants à Tecate

2022 - Vers la canonisation de Charles de Foucauld. Mgr Vesco : la fraternité universelle est la "marque de fabrique" des disciples du Christ

2022 - Martyrs du catéchisme : des histoires qui méritent d'être connues

2022 - 24 mars : Journée des Martyrs Missionnaires : "Voix de la Parole"

2022 - Début du procès diocésain pour la béatification du jeune Akash Bashir

2022 - Le patriarche chaldéen Sako : les causes de canonisation des nouveaux martyrs irakiens se déroulent "sans heurts"

2022 - Le gouvernement égyptien augmente l'aide publique aux familles des martyrs coptes libyens

2022 - La mémoire reconnaissante des martyrs coptes de Libye se renouvelle et grandit, sept ans après leur massacre

2022 - Film de reconstitution du massacre de l'UCA : ne pas oublier ce qui s'est passé en 1989 et ce qui se passe encore aujourd'hui

2022 - Un temps d'"éveil spirituel" en mémoire des martyrs coptes de Libye, morts en murmurant le nom de Jésus

2021 - Les missionnaires tués en l'an 2021

2021 - Message et héritage spirituel des moines de Tibhirine, 25 ans après leur mort tragique

2021 - Le 22 janvier, béatification des quatre martyrs Rutilio Grande, Manuel Solórzano, Nelson Rutilio Lemus Chávez et Cosma Spessotto

2021 - Une vie au service des plus démunis de la société : la volontaire laïque Nadia de Munari tuée à Nuevo Chimbote

2020 - Les Missionnaires tués au cours de l'année 2020

2020 - Message du Président du CELAM en souvenir du « dévouement total et désintéressé » des quatre missionnaires tuées au Salvador en 1980

2020 - Déclaration des Evêques sur le rejet de la peur de la part des catholiques malgré la douleur

2020 - Trouvé assassiné un jeune prêtre ordonné voici cinq mois

2020 - Commémoration du centenaire du martyre du Père Josef Thannhuber sdb au Brésil

2020 - Vers la béatification du Père Cosme Spessotto, missionnaire et martyr au Salvador

2020 - En la mémoire de Saint Romero, le souvenir de tous les missionnaires tués pour le nom du Christ

2020 - Une journée pour se souvenir des missionnaires martyrs

2020 - Découverte du corps sans vie du prêtre disparu depuis le 16 janvier

2019 - Les Missionnaires tués au cours de l'année 2019

2019 - Béatification du Frère James Alfred Miller, lassallien et « martyr de l’éducation »

2019 - Des modèles de sainteté africaine : la Bienheureuse Sœur Marie-Clémentine Anuarite Nengapeta et le Bienheureux Isidore Bakanja, martyrs congolais

2019 - Béatification du Père Cremonesi, « une sainteté synthétisable en trois éléments fondamentaux : la foi, la charité et la pauvreté »

2019 - Béatification du Père Cremonesi, martyr, à la veille de la Journée missionnaire mondiale du Mois missionnaire extraordinaire

2019 - Assassinat d’un Curé dans le Cauca, terrain d’affrontement entre bandes armées anciennes et nouvelles

2019 - Vers la béatification des catéchistes martyrs de l’Eglise au Mozambique

2019 - Vers la première célébration de la mémoire liturgique des Bienheureux martyrs de La Rioja, occasion pour connaitre et imiter leur témoignage de foi

2019 - « Vivre avec joie la grâce de la Béatification » selon les Evêques de la Région ecclésiastique de Cordoba

2019 - Présentation du logotype de la béatification des martyrs de La Rioja, « joie pour tout le peuple »

2018 - Les Missionnaires tués au cours de l’année 2018

2018 - Jeunes missionnaires, témoins du Christ jusqu’à donner leur vie

2018 - Vers la Béatification le 8 décembre à Oran des 19 Martyrs d’Algérie

2018 - Nouvel assassinat de prêtre à Medellín

2018 - Prêtre assassiné dans la zone anglophone, théâtre des affrontements avec les séparatistes

2018 - Commémoration des martyrs de La Rioja, prochainement béatifiés

2018 - Prêtre tué pour lui voler son fourgon

2018 - Reconnaissance du martyre pour S.Exc. Mgr Angelelli, deux prêtres et un laïc tués sous la dictature

2018 - Un élan pour la mission et pour les vocations dans le sillage de la béatification de Sœur Leonella Sgorbati

2018 - Réaction de la Présidence de la Conférence épiscopale après le dernier meurtre d’un prêtre

2018 - Meurtre de l’aumônier de la communauté catholique francophone de Berlin

2017 - Les missionnaires tués au cours de l'année 2017

2017 - Translation des reliques du Martyr d’Armero, le Père Ramiez, en vue de sa prochaine béatification

2017 - Liturgie de la Parole en mémoire des Nouveaux Martyrs des XX° et XXI° siècles présidée par le Saint-Père

2017 - Clôture de la phase diocésaine de la Cause de Béatification du Père Ramin, missionnaire martyr

2016 - Opérateurs pastoraux tués au cours de l’année 2016

2015 - Les Opérateurs pastoraux tués pendant l'année 2015

2014 - Les operateurs pastoraux tués durant l'année 2014

2013 - Opérateurs pastoraux tués au cours de l’année 2013

2012 - Opérateurs pastoraux tués au cours de l’année 2012

2011 - LISTE DES OPERATEURS PASTORAUX EVEQUES, PRETRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES ET LAÏCS, TUÉS EN 2011

2010 - Liste des ouvriers pastoraux, Evêques, Prêtres, Religieux, Religieuses et Laics tués en 2010

2009 - LISTE DES OUVRIERS PASTORAUX PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES ET LAÏCS, TUÉS EN 2009

2008 - AGENTS PASTORAUX, PRETRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES ET LAÏCS ASSASSINES DURANT L’ANNEE 2008

2007 - Dossier: Liste des agents pastoraux, pretres religieux, religieuses et laics tues en 2007

2005 - LISTE DES PERSONNES ENGAGEES DANS LE TRAVAIL MISSIONNAIRE, ASSASSINEES EN 2005

2004 - LISTE DES PERSONNES ENGAGÉES DANS LE TRAVAIL MISSIONNAIRE TUÉES DURANT L’ANNÉE 2004

2003 - MARTYROLOGE DE L’ANNEE 2003