Missionnaires assassinés

AFRIQUE/ALGERIE - Charles de Foucauld, exemple pour notre monde, témoin de miséricorde

Saturday, 12 March 2016

Alger (Agence Fides) – « Charles de Foucauld reste une figure exemplaire pour notre monde et pour le témoignage de l’Evangile. Son existence a été marquée par la prière, l’adoration, le sens profond de l’Eucharistie mais aussi par la présence de Jésus dans les plus pauvres. Il a franchi les barrières de l’appartenance religieuse, s’est fait l’homme de tous » : c’est ce qu’écrivent les Evêques d’Algérie dans une lettre faisant mémoire du centenaire de la mort du Bienheureux Charles de Foucauld (15 septembre 1858-1er décembre 1916), auquel est dédiée une année entière, simultanément au Jubilé de la Miséricorde.
Les célébrations se sont ouvertes le 4 décembre 2015 à El Meniaa, où son corps repose depuis 1929, et culmineront le 1er décembre 2016. En cette période, « nous sommes tous invités, dans chaque Diocèse, à célébrer sa mémoire et à chercher à mieux connaître sa vie et son témoignage ». Une exposition permanente demeurera ouverte toute l’année en l’église d’El Meniaa, non loin du cimetière où repose sa dépouille mortelle et une autre, itinérante, se rendra dans différentes localités.
Dans la lettre, les Evêques retracent la vie de Charles de Foucauld, les fruits de son œuvre jusqu’à sa béatification, en 2005, et « son désir d’être le « frère universel », à l’exemple de Jésus, ouvert à l’accueil de tous, quelles que soient les conditions sociales, religieuses ou ethniques », concluant sur cette question : « le suivrons-nous sur ce chemin ardu d’une imitation de Jésus, comme l’un ou l’une des témoins par excellence de la Miséricorde de Dieu au-delà de toute frontière ? ».
Charles de Foucauld (Frère Charles de Jésus) est né à Strasbourg le 15 septembre 1858. Orphelin à l’âge de 6 ans, il entreprend la carrière d’officier de l’armée de terre. Au cours de son adolescence, il s’éloigne de la foi. Au cours d’une exploration au Maroc, la rencontre de la foi des musulmans réveille en lui le questionnement concernant l’existence de Dieu. Rentré en France, il se met en rechercher et retrouve la foi à l'âge de 28 ans. Un pèlerinage en Terre Sainte lui révèle sa vocation : suivre et imiter Jésus dans la vie de Nazareth. Il passe 7 années à la Trappe, d’abord à Notre-Dame des Neiges puis à Akbès, en Syrie. Par la suite, il vit seul, dans la prière et l’adoration, dans une grande pauvreté, auprès des Clarisses de Nazareth. Ordonné prêtre à 43 ans en 1901, il se rend dans le désert du Sahara, vivant une vie de prière, dans le désir incessant d’être, pour toute personne, « le frère universel », image vivante de l’Amour de Jésus. Il est assassiné au soir du 1er décembre 1916 par une bande de pillards. (SL) (Agence Fides 11/03/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network