Dépêches de Fides en Françaishttp://fides.org/Les Dépêches de l'Agence Fidesen-usASIE/IRAQ - Déclaration du Président de la Région autonome du Kurdistan irakien aux représentants des églises du nord de l’Irak : « nous mourrons tous ensemble ou nous continuerons à vivre tous ensemble avec dignité »http://fides.org/fr/news/38197-ASIE_IRAQ_Declaration_du_President_de_la_Region_autonome_du_Kurdistan_irakien_aux_representants_des_eglises_du_nord_de_l_Irak_nous_mourrons_tous_ensemble_ou_nous_continuerons_a_vivre_tous_ensemble_avec_dignitehttp://fides.org/fr/news/38197-ASIE_IRAQ_Declaration_du_President_de_la_Region_autonome_du_Kurdistan_irakien_aux_representants_des_eglises_du_nord_de_l_Irak_nous_mourrons_tous_ensemble_ou_nous_continuerons_a_vivre_tous_ensemble_avec_digniteErbil – « Nous mourrons tous ensemble ou nous continuerons à vivre tous ensemble avec dignité » : c’est en ces termes que le responsable kurde, Massoud Barzani, Président de la Région autonome du Kurdistan irakien, s’est adressé au Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, et aux autres représentants des églises du nord de l’Irak dans le cadre de la rencontre qu’il a eu avec eux mercredi dernier, 23 juillet, à Erbil. Les propos sont confirmés par des sources de l’Eglise syro-catholique consultées par l’Agence Fides.<br />Lors de la rencontre, le Président Barzani a répété que les chrétiens contraints à quitter Mossoul sous la pression des forces du prétendu « Etat islamique » ne doivent penser en aucune manière à quitter le pays et à émigrer à l’étranger parce que la région autonome du Kurdistan est prête à accueillir et à secourir les évacués et à protéger « leurs vies et leur terre » contre ceux qui sont qualifiés de « terroristes ».<br />Dans un appel concernant les événements de Mossoul diffusé mardi dernier, 22 juillet, le Patriarche de Babylone des Chaldéens et les Evêques des églises chrétiennes du nord de l’Irak avaient exprimé de manière éloquente leur satisfaction pour le rôle joué par la Région autonome du Kurdistan irakien, notamment en ce qui concerne la disponibilité immédiate à « recevoir les familles déplacées, les embrasser et fournir de l'aide pour eux. Nous proposons – avaient déclaré les chefs des églises du nord de l’Irak – la création d'un comité conjoint du gouvernement régional et les représentants de notre peuple de faire un suivi sur la souffrance des familles déplacées et à améliorer leurs conditions ».<br />« Les chrétiens d’Irak – réaffirme à l’Agence Fides le Père Nizar Semaan, prêtre syro-catholique – veulent vivre en paix avec tous et ils ont apprécié la condamnation de l’expulsion des chrétiens de Mossoul exprimée de manière unanime par les représentants sunnites, chiites et kurdes dans les différentes zones du pays ». Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/ETATS UNIS - Appel des Evêques aux Présidents des Etats d’Amérique centrale et des Etats-Unis : « protégez les enfants et les familles »http://fides.org/fr/news/38196-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Appel_des_Eveques_aux_Presidents_des_Etats_d_Amerique_centrale_et_des_Etats_Unis_protegez_les_enfants_et_les_familleshttp://fides.org/fr/news/38196-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Appel_des_Eveques_aux_Presidents_des_Etats_d_Amerique_centrale_et_des_Etats_Unis_protegez_les_enfants_et_les_famillesWashington – La Commission pour les Migrations de la Conférence épiscopale des Etats-Unis , par l’intermédiaire de son Président, S.Exc. Mgr Eusebio Elizondo, Evêque auxiliaire de Seattle, a adressé une invitation au Président américain, B. Obama, et aux Présidents des Etats d’Amérique centrale afin qu’ils protègent et assistent les enfants et les familles fuyant les violences en cours dans la région. Selon la note envoyée à l’Agence Fides par la Conférence épiscopale, aujourd’hui, 25 juillet, les Présidents du Guatemala, du Salvador et du Honduras doivent rencontrer le Président américain à la Maison blanche afin de discuter de la situation venue à se créer à la frontière, situation qui est maintenant devenue un défi humanitaire.<br />« Les responsables devraient se concentrer sur la protection de ces enfants et des familles en ce que ce sont les chefs de leurs nations – a souligné Mgr Elizondo. Au lieu de coopérer afin d’intercepter et de bloquer les migrants et de les renvoyer de nouveau dans ces situations dangereuses, ils devraient travailler ensemble pour les protéger de ces dangers, y compris en leur donnant asile dans les pays proches et aux Etats-Unis ». La situation ne change pas en effet et le nombre des jeunes arrêtés à la frontière est toujours plus important .<br />Mgr Elizondo a réaffirmé également l’opposition de l’USCCB aux propositions de modification des normes en vigueur visant à accélérer le rapatriement des mineurs sans leur donner le bénéfice d’une audience : « Dans cette situation, les familles devraient pouvoir disposer d’un examen équitable de leurs demandes d’asile ». Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Accroissement du nombre des mineurs disparus et recrutés par des organisations combattanteshttp://fides.org/fr/news/38195-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Accroissement_du_nombre_des_mineurs_disparus_et_recrutes_par_des_organisations_combattanteshttp://fides.org/fr/news/38195-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Accroissement_du_nombre_des_mineurs_disparus_et_recrutes_par_des_organisations_combattantesJuba – 1,1 millions d’évacués dont la moitié sont des enfants, des milliers de victimes, 500.000 personnes ayant fui à l’étranger et 3 millions risquant de connaître la faim : tel est le dramatique bilan de six mois de conflit armé au Soudan du Sud. Au conflit, viennent s’ajouter les dramatiques conséquences de l’épidémie de choléra, d’une année de pluies et d’inondations et de la menace de famine qui frappe une population déjà fortement éprouvée. Ceux qui sont le plus en danger sont naturellement les plus jeunes. Le nombre des mineurs disparus et recrutés par les rebelles et les forces armées s’accroît. Au cours de la journée du 21 juillet, les combats ont repris. Une attaque menée par les rebelles contre la ville de Nasir a violé le cessez-le-feu qui durait depuis mai dernier. De nouveaux affrontements menacent d’aggraver l’urgence humanitaire dans le pays et de faire augmenter une fois encore le nombre des réfugiés sud-soudanais à un peu plus de trois ans de l’indépendance du pays. Selon le dernier rapport de l’OCHA, l’agence de l’ONU chargée de la coordination des opérations humanitaires, 1,1 millions de personnes ont été évacuées alors que 100.000, en grande partie femmes et enfants Nuer, se trouvent dans dix camps situés à l’intérieur des bases de la mission de paix. Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE - Rejet du califat en Irak et en Syrie de la part de l’islam asiatiquehttp://fides.org/fr/news/38194-ASIE_Rejet_du_califat_en_Irak_et_en_Syrie_de_la_part_de_l_islam_asiatiquehttp://fides.org/fr/news/38194-ASIE_Rejet_du_califat_en_Irak_et_en_Syrie_de_la_part_de_l_islam_asiatiqueBangkok – De hauts responsables, des chercheurs et des intellectuels musulmans des pays asiatiques refusent l’idée et le projet du califat proclamé par le prétendu « Etat islamique » en Irak et en Syrie. Le groupe extrémiste moyen-oriental a annoncé, le 29 juin, la création d’un califat à cheval entre les territoires des deux pays ayant comme responsable Abu Bakr al-Baghdadi.<br />Ainsi que l’indique une note parvenue à Fides, parmi les musulmans d’Asie, cela semble « une violation flagrante des principes fondamentaux islamiques ».<br />« Une guerre entre les groupes qui veulent s’emparer d’une terre qui ne leur appartient pas pour maîtriser ses ressources économiques est contraire aux principes de l’islam et constitue un crime grave » affirme le maulana Asad Khan Falahi, imam en chef d’une mosquée de New Delhi. « L’élimination de vies humaines et la destruction de propriétés de tiers ne peut être considérée djihad et son issue ne peut être qualifiée de califat » explique-t-il.<br />En Inde, où les musulmans sont 130 millions, le chercheur islamique Wahiduddin Khan a remarqué : « Celui qui se proclame calife a violé les principes fondamentaux de l’islam et déshonoré la charia ». Syed Jalaluddin Umari, président de l’organisation musulmane indienne Jammat-e-Islami Hind est lui aussi d’accord pour dire que le prétendu « Etat islamique » a violé toutes les règles islamiques en vue de la sélection d’un calife. En outre, « nous condamnons les violences perpétrées au nom de l’islam en Irak et partout dans le monde » a-t-il réaffirmé.<br />Au Bangladesh, Kazi Nurul Islam, professeur de religions et de cultures à la Dhaka University, explique que « un califat n’est pas une hypothèse réaliste » alors que l’intellectuel musulman Misbahur Rahman Chowdhury rappelle que « l’islam reconnaît la démocratie : il n’y a plus de place pour un califat ».<br />En Indonésie, le pays musulman le plus peuplé au monde, la Nahdlatul Ulama – l’une des plus influentes organisations musulmanes du pays – a condamné l’approche du prétendu « Etat islamique ». « La NU se concentrera sur les commandements de Dieu. La NU n’accepte pas un califat et considère faux celui créé par le prétendu « Etat islamique » » a déclaré un représentant de la NU, Malik Madani La Muhammadiyah, deuxième plus importante organisation musulmane d’Indonésie, a également pris ses distances de « ce que fait le prétendu « Etat islamique », en promouvant la violence et le conflit parmi les réalités politiques » a remarqué son secrétaire général, Abdul Mu'thi. « Si nous sommes de vrais et bons musulmans, nous devons refuser le prétendu « Etat islamique » a-t-il réaffirmé, attendu que « l’islam n’a rien à voir avec lui ». Un responsable musulman de Bekasi, faubourg de la métropole Djakarta, a annoncé que « sa communauté a rejeté les appels du prétendu « Etat islamique » visant à recruter des combattants musulmans dans le sud-est asiatique » alors qu’en Malaisie le responsable islamique Abdul Muis Bahri a déclaré « ne pas trouver une seule raison pour laquelle un musulman devrait soutenir le prétendu « Etat islamique » attendu que « sont affiliés à Al-Qaeda, qu’ils tuent des êtres humains et versent du sang innocent ».<br />Tous concordent sur un fait : il est urgent que responsables et chercheurs musulmans répandent en Asie la conscience du fait que le prétendu « Etat islamique » ne suit pas le véritable islam et que « il n’y a rien de pire que de voir des musulmans s’entretuer au nom de l’islam ».<br />L’islam asiatique, qui a dépassé les frontières du monde arabe, est un islam numériquement très significatif. Dans les pays arabes, les musulmans sont au total environ 300 millions alors qu’en Asie – du Pakistan jusqu’à l’Indonésie en passant par l’Asie centrale – vivent plus de 690 millions de fidèles soit plus du double. Dans de nombreuses zones, l’islam est arrivé pacifiquement, grâce aux routes des marchands arabes qui se sont approchés des cultures locales et s’est mêlé aux cultures locales selon des formes tout à fait pacifiques, ouvertes et tolérantes. Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/BRESIL - 20ème anniversaire d’un réseau de 230 radio au service de la communauté catholique et des valeurs chrétienneshttp://fides.org/fr/news/38193-AMERIQUE_BRESIL_20eme_anniversaire_d_un_reseau_de_230_radio_au_service_de_la_communaute_catholique_et_des_valeurs_chretienneshttp://fides.org/fr/news/38193-AMERIQUE_BRESIL_20eme_anniversaire_d_un_reseau_de_230_radio_au_service_de_la_communaute_catholique_et_des_valeurs_chretiennesSao Paolo – Le réseau des radios catholiques brésiliennes fête ses 20 ans. Le réseau rassemble 230 stations dans l’ensemble du Brésil et compte une radio base dans chaque région, mettant en commun l’engagement en faveur de l’évangélisation depuis 1994. Le premier objectif du RCR au cours de ces vingt années a été de renforcer l’Eglise au Brésil au travers de la liaison entre les stations qui travaillent ensemble en utilisant le pouvoir créatif de la radio. Le but est de maintenir vivant le message de l’Evangile à travers les ondes radio et de consolider et diffuser la communication s’inspirant aux idéaux de l’Evangile.<br />La note envoyée par le RCR à Fides rappelle que les principales missions du réseau sont : promouvoir la fidélité aux valeurs de l’Evangile, le respect de la vie et de la dignité humaine, inviter aux pratiques religieuses, contribuer à l’éducation et à la culture, promouvoir l’esprit de solidarité, le partage et la communion ainsi que l’innovation technologique et la responsabilité sociale et environnementale.<br />Fondé en 1994, le RCR est une association d’organisations de radios formellement liées à l’Eglise catholique et de radios laïques d’inspiration chrétienne travaillant au service de communautés ou de Diocèses. Il se compose de sept grandes et puissantes radios bases disposant d’une production propre : Rete Aparecida à São Paulo, Rete Canção Novae , Rete Milicia Sat , Rete Pai Eterno à Goiás, Rete Sul di Radio à Rio Grande do Sul, Rete Scalabriniana et Rete Evangelizzare é Preciso.<br />Selon l’institut de recherche Ibope, au cours des mois d’avril, de mai et de juin 2014, la base génératrice du RCR, Radio Imaculada Conceição, occupait la septième place en termes d’audience dans la région métropolitaine de São Paulo. Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/TERRE SAINTE - Suite de la tragédie humanitaire : 147 enfants tués dans la bande de Gaza au cours de ces dernières heureshttp://fides.org/fr/news/38192-ASIE_TERRE_SAINTE_Suite_de_la_tragedie_humanitaire_147_enfants_tues_dans_la_bande_de_Gaza_au_cours_de_ces_dernieres_heureshttp://fides.org/fr/news/38192-ASIE_TERRE_SAINTE_Suite_de_la_tragedie_humanitaire_147_enfants_tues_dans_la_bande_de_Gaza_au_cours_de_ces_dernieres_heuresGaza – Le nombre des victimes continue à augmenter et, selon les dernières données diffusées depuis la bande de Gaza par les 34 opérateurs de l’Oxford Commitee for Famine Relief tentant de venir en aide à la population, 74% des plus de 600 victimes palestiniennes sont composés de civils alors que le nombre des blessés a dépassé les 3.500 et s’apprête à franchir le seuil des 4.000. Entre temps, le nombre des israéliens tués au cours d’affrontements entre Hamas et les troupes israéliennes augmente lui aussi, parvenant à 29, dont deux civils adultes. Mais la donnée la plus alarmante est que, malgré les appels répétés au cessez-le-feu arrivés d’origines diverses, le massacre de mineurs se poursuit. Le nombre d’enfants tués dans la bande de Gaza est arrivé à 147 au cours de ces dernières heures alors que ceux qui sont victimes de traumatismes de conflit sont au nombre de 116.000.<br />« En ce moment, à Gaza, la moyenne est d’un enfant tué par heure, une donnée effroyable qui doit conduire la communauté internationale à imposer un cessez-le-feu immédiat » peut-on lire dans une note du responsable des urgences humanitaires de l’OXFAM Italie parvenue à l’Agence Fides. Plus de 120.000 personnes ont dû abandonner leur domicile à Gaza, sachant que les frontières sont fermées et que les personnes n’ont pas de lieu sûr où se rendre, la majeure partie s’entassant dans les écoles de la bande de Gaza. On notera que 44% du territoire de Gaza a été déclaré zone d’évacuation alors que les 56% restants continuent d’être à haut risque, à cause des raids aériens.<br />Les structures médicales, qui cherchent à porter secours à la population ont, elles aussi, été endommagées : 18 hôpitaux, cliniques et ambulances ont été touchés par les bombardements alors que 26 opérateurs sanitaires du Croissant rouge palestinien ont été blessés. La quantité de nourriture et d’eau à disposition de la population est toujours plus réduite. Plus de 135.000 personnes ont besoin d’une assistance alimentaire immédiate alors que l’on estime que les boulangers de Gaza disposent actuellement de stocks pour une seule semaine. Environ 1,2 millions de personnes, soit les 2/3 de la population de la bande de Gaza, ont des difficultés d’accès à l’eau potable, un quart des systèmes hydriques présents pour le moment présentant des réduction de moitié de leurs capacités de distribution. Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/IRAN - Nomination du Directeur national des Œuvres pontificales missionnaireshttp://fides.org/fr/news/38191-ASIE_IRAN_Nomination_du_Directeur_national_des_OEuvres_pontificales_missionnaireshttp://fides.org/fr/news/38191-ASIE_IRAN_Nomination_du_Directeur_national_des_OEuvres_pontificales_missionnairesCité du Vatican – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 20 juin 2014, a nommé Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires en Iran pour un quinquennat le Père Hormoz Aslani Babroudi, du Diocèse d’ Urmias et Salmas des Assyro-chaldéens.<br />Le nouveau Directeur national a 42 ans et a été ordonné prêtre voici 12 ans. Il a étudié la philosophie et la théologie au Collège pontifical urbanien, effectuant une spécialisation en théologie dogmatique, après laquelle il a suivi une année d’études dédiée à la théologie, à la spiritualité et à l’histoire des Eglises orientales près l’Institut pontifical oriental. Il est retourné en Iran en 2004. Actuellement, il est membre du groupe Foi et Lumière et responsable spirituel du groupe des adolescents. Il est engagé pastoralement auprès de la Cathédrale d’Urmias et Salmas. Depuis 2010, il est enseignant de religion et de catéchèse. Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/NICARAGUA - Nomination du Directeur national des Œuvres pontificales missionnaireshttp://fides.org/fr/news/38190-AMERIQUE_NICARAGUA_Nomination_du_Directeur_national_des_OEuvres_pontificales_missionnaireshttp://fides.org/fr/news/38190-AMERIQUE_NICARAGUA_Nomination_du_Directeur_national_des_OEuvres_pontificales_missionnairesCité du Vatican – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 13 juin 2014, a nommé Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires au Nicaragua pour un quinquennat le Père Carlos Adán Alvarado Aragón, du Diocèse de Juigalpa.<br />Le nouveau Directeur national a 37 ans et a été ordonné prêtre voici huit ans. Actuellement, il est Curé de la Paroisse Saint Charles Borromée et préposé diocésain de l’Œuvre pontifical pour l’Enfance missionnaire. Précédemment, il a été Vicaire paroissial, Délégué pour la Mission continentale et Directeur diocésain des Œuvres pontificales missionnaires. Il a fréquenté un cours de Missiologie près l’Institut théologique pour l’Amérique latine de Bogotá. Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/CHINE - Etudiants engagés dans l’approfondissement de leur vie de foi sous le signe de la charité et de la missionhttp://fides.org/fr/news/38189-ASIE_CHINE_Etudiants_engages_dans_l_approfondissement_de_leur_vie_de_foi_sous_le_signe_de_la_charite_et_de_la_missionhttp://fides.org/fr/news/38189-ASIE_CHINE_Etudiants_engages_dans_l_approfondissement_de_leur_vie_de_foi_sous_le_signe_de_la_charite_et_de_la_missionPékin – Environ 80 étudiants de Pékin, catholiques, chrétiens et non chrétiens, ont participé à dix jours de camping estival, du 14 au 23 juillet, vivant ensemble un certain nombre d’expériences sous le signe de la charité et de la mission. Parmi celles-ci le Chemin de Croix, le lavement des pieds, l’Adoration communautaire, la réalisation d’icônes sacrées afin de faire l’expérience de la prière des moines orientaux qui accompagne cette activité, un concert, le partage de l’expérience de foi avec les prêtres et les religieuses et l’engagement à répondre à l’invitation du Pape à aller vers les périphéries. L’initiative en question rentre dans le cadre de la Pastorale estivale des jeunes qui caractérise l’engagement de nombreuses communautés catholiques continentales au cours de cette période.<br />Selon les informations parvenues à l’Agence Fides, les universitaires, sous la conduite de prêtres et de religieuses dûment préparés, se sont engagés afin qu’en toutes leurs activités durant ces journées soit perçu le sens profond de la Charité. Au cours de la journée dédiée au fait d’aller vers les périphéries, les étudiants se sont répartis en six groupes afin de porter l’Amour du Christ et de l’Eglise à tous : passants, personnes âgées, malades, enfants de la crèche… et surtout « le sourire du chrétien qui réchauffe le cœur ».<br />La Pastorale des jeunes du Diocèse de Nan Chong, en province du Si Chuan, a, elle aussi, voulu répondre aux besoins d’une société qui souffre du grave problème du vieillissement en proposant au groupe des jeunes « La lumière de Ba Shu » de porter amour et attention aux pensionnaires de la maison de retraite. Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/EGYPTE - Absence totale de chrétiens dans la ville natale de Saint Antoine le Grandhttp://fides.org/fr/news/38188-AFRIQUE_EGYPTE_Absence_totale_de_chretiens_dans_la_ville_natale_de_Saint_Antoine_le_Grandhttp://fides.org/fr/news/38188-AFRIQUE_EGYPTE_Absence_totale_de_chretiens_dans_la_ville_natale_de_Saint_Antoine_le_GrandQumans – Il ne subsiste ni une église ni même un seul chrétien dans la ville égyptienne de Qumans, connue par le passé sous le nom de Coma, dans la province centrale de Beni Suef, où naquit, en 251 après Jésus Christ, Saint Antoine le Grand, considéré comme le père du monachisme chrétien. C’est ce que révèlent des sources égyptiennes consultées par l’Agence Fides. Ces derniers temps, les chefs des communautés coptes orthodoxes de la région ont pris acte du fait que les flux migratoires internes constatés dans la zone ont également comporté le déménagement des dernières familles qui habitaient dans les environs du village, dans une zone où certains fonds agricoles sont encore indiqués comme antiques possessions de la famille d’origine du grand saint. L’intention de valoriser le lieu de naissance de Saint Antoine le Grand pourrait porter à l’avenir – ainsi que l’envisagent certains représentants de l’Eglise copte – à la construction ex novo d’un sanctuaire qui serait indiqué aux fidèles comme lieu de pèlerinage. Thu, 24 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/PAKISTAN - Evacuation de chrétiens et d’hindous du Nord Waziristan et nouvelles discriminationshttp://fides.org/fr/news/38187-ASIE_PAKISTAN_Evacuation_de_chretiens_et_d_hindous_du_Nord_Waziristan_et_nouvelles_discriminationshttp://fides.org/fr/news/38187-ASIE_PAKISTAN_Evacuation_de_chretiens_et_d_hindous_du_Nord_Waziristan_et_nouvelles_discriminationsKarachi – Des chrétiens et hindous font partie des évacués provenant du Nord Waziristan, zone dans laquelle le gouvernement pakistanais a lancé, au cours de ces dernières semaines, une offensive antiterroriste contre les groupes talibans. Ainsi que cela a été indiqué à Fides, 65 familles chrétiennes et 15 familles hindoues ont quitté la ville de Miranshah et les villages du Nord Waziristan, se réfugiant dans les écoles chrétiennes de la ville de Bunnu, gérées par l’église du Pakistan .<br />Selon des sources gouvernementales, les évacués sont environ 1 million dont 74% de femmes et d’enfants et sont assistés dans des structures gouvernementales. Les évacués chrétiens et hindous n’ayant pas été enregistrés officiellement dans le district de Bunnu ne peuvent recevoir l’assistance et les bénéfices garantis aux autres évacués. Les communautés chrétiennes locales sollicitent par suite le gouvernement afin qu’il traite les évacués, tous ressortissants pakistanais, « de la même manière », sans aucune discrimination sur base religieuse.<br />Un innocent a également fait les frais de l’offensive contre les talibans. Ainsi que l’indique à Fides l’Asian Human Rights Commission, un jeune de 17 ans, Anisur Rehman Soomro, de la province du Sindh, a été arrêté, détenu illégalement pendant 11 jours, torturé et tué par la police de Karachi parce que soupçonné d’appartenir à un groupe taliban. Il est demandé l’ouverture rapide d’une enquête indépendante concernant ce cas. Thu, 24 Jul 2014 00:00:00 +0200EUROPE/GRANDE BRETAGNE - Plus de 700 millions de fillettes contraintes à se marierhttp://fides.org/fr/news/38186-EUROPE_GRANDE_BRETAGNE_Plus_de_700_millions_de_fillettes_contraintes_a_se_marierhttp://fides.org/fr/news/38186-EUROPE_GRANDE_BRETAGNE_Plus_de_700_millions_de_fillettes_contraintes_a_se_marierLondres – De par le monde, ce sont plus de 700 millions de femmes qui ont été contraintes à se marier alors qu’elles n’étaient encore que des fillettes dont 250 millions – soit 35,7% du total – avant leur 15ème anniversaire. C’est ce qu’a déclaré le Fonds des Nations unies pour l’Enfance au cours du premier Sommet dédié aux fillettes, qui se tient à Londres, ajoutant que celles qui se marient avant l’âge de 18 ans ont plus de possibilités d’abandonner leurs études et de faire l’objet de violences domestiques. En outre, les adolescentes les plus jeunes courent un risque majeur de mourir suite à des complications dues à la grossesse et à l’accouchement par rapport aux femmes de plus de 20 ans, sachant que leurs enfants ont plus de probabilité de naître morts ou de mourir au cours de leur premier mois de vie. Selon l’UNICEF, dans 29 pays d’Afrique et du Moyen-Orient, plus de 130 millions de fillettes et de femmes ont subi une quelque forme de mutilation génitale. L’objectif est de parvenir à fournir le soutien nécessaire en vue d’éradiquer rapidement les deux phénomènes qui privent les femmes de leur dignité. Thu, 24 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/TERRE SAINTE - Organisation des secours au profit de milliers de musulmans réfugiés dans les écoles et les églises de Gaza de la part de Caritas Jérusalemhttp://fides.org/fr/news/38185-ASIE_TERRE_SAINTE_Organisation_des_secours_au_profit_de_milliers_de_musulmans_refugies_dans_les_ecoles_et_les_eglises_de_Gaza_de_la_part_de_Caritas_Jerusalemhttp://fides.org/fr/news/38185-ASIE_TERRE_SAINTE_Organisation_des_secours_au_profit_de_milliers_de_musulmans_refugies_dans_les_ecoles_et_les_eglises_de_Gaza_de_la_part_de_Caritas_JerusalemGaza – Près de 1.300 palestiniens, en très grande majorité musulmans, se sont réfugiés dans l’église grecque orthodoxe Saint Porphyre de Gaza pour échapper aux bombardements de l’armée israélienne alors que 700 autres ont trouvé refuge dans l’église catholique de la Sainte Famille. Ces jours-ci, leur survie dépend pour une bonne part des initiatives de secours et d’assistance mises en place par Caritas Jérusalem afin d’apporter sa contribution à la résolution de la situation d’urgence provoquée par l’évacuation de plus de 130.000 personnes – dont 70.000 regroupées dans les écoles de l’ONU – qui ont dû quitter leurs maisons depuis le début de l’opération militaire israélienne Bordure protectrice. Jusqu’ici, les morts palestiniens sont plus de 700 et les structures sanitaires de la bande de Gaza ne parviennent pas à faire face à l’impressionnante quantité de blessés .<br />« Nos 18 opérateurs travaillent sans relâche dans cette situation terrible avec nos centres médicaux mobiles qui oeuvrent dans les écoles et distribuent des kits de survie aux familles regroupées dans les écoles, en collaboration avec l’ONU » indique à l’Agence Fides le Père Raed Abusahliah, Directeur de Caritas Jérusalem. « Depuis hier – ajoute le prêtre palestinien résidant à Ramallah – nous avons pris, pour une semaine, la responsabilité des évacués présents dans l’église orthodoxe et dans l’école catholique. Nous distribuons de la nourriture et des plats chaux, du lait et des biens de première nécessité pour les enfants, du carburant pour les groupes électrogènes. Entre temps, nous avons lancé, avec Caritas Internationalis, un appel en vue de projets et d’initiatives à long terme à lancer immédiatement après le cessez-le-feu. Les fonds nécessaires pour les financer sont estimés à 1,13 M€. Mais je vois déjà arriver des adhésions du monde entier et également de Terre Sainte où ce sont surtout les jeunes à faire des offrandes à la Caritas pour leurs frères de Gaza. Il s’agit d’un flux ininterrompu ».<br />Samedi et Dimanche prochain, dans toutes les Paroisses de Jordanie, de Palestine et d’Israël, on priera pour le retour de la paix et des collectes de fonds seront réalisées en faveur de la population de Gaza. « A ce propos – déclare le Père Raed Abusahliah – j’adresse un humble appel au Pape François afin qu’il convoque une veillée de jeûne et de prière pour la paix en Terre Sainte comme il l’a fait pour la Syrie. Tous les peuples qui habitent cette terre, la terre de Jésus, sont las de vivre dans la peur et la douleur ». Thu, 24 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/SYRIE - Des milliers d’enfants exclus de la campagne de vaccination contre la poliomyélite ayant fait sa réapparition dans le payshttp://fides.org/fr/news/38184-ASIE_SYRIE_Des_milliers_d_enfants_exclus_de_la_campagne_de_vaccination_contre_la_poliomyelite_ayant_fait_sa_reapparition_dans_le_payshttp://fides.org/fr/news/38184-ASIE_SYRIE_Des_milliers_d_enfants_exclus_de_la_campagne_de_vaccination_contre_la_poliomyelite_ayant_fait_sa_reapparition_dans_le_paysAlep – Environ 765.000 enfants de moins de cinq ans vivent dans des zones de la Syrie auxquelles il est très difficile d’accéder à cause du conflit en cours et sont par suite demeurés exclus de la récente campagne de vaccination contre la poliomyélite ou n’ont reçu qu’une quantité insuffisante de doses de vaccin. Alors qu’elle était considérée comme pratiquement éradiquée de la région et qu’aucun cas n’avait été enregistré depuis 1999, 36 ont été identifiés en Syrie cette année et 2 en Irak. Les deux pays sont victimes de graves conflits internes et une partie de leurs territoires se trouvent soustraits au contrôle du gouvernement et entre les mains de mouvements d’opposition armés. Vu le fort risque de diffusion de cette maladie grave, l’UNICEF et l’OMS ont lancé la plus vaste campagne de vaccination de l’histoire du Moyen-Orient, vaccinant entre trois et six fois 25 millions d’enfants. En Syrie, ont ainsi été vaccinés 2,9 millions d’enfants et, dans une deuxième phase, on cherchera d’atteindre tous ceux qui en ont pour l’heure été exclus. La réapparition de la poliomyélite en Syrie a été attribuée à des motifs liés à la guerre civile, en cours depuis 2011, en particulier l’interruption des campagnes nationales de routine, due aux dommages infligés aux infrastructures sanitaires, sachant que 60% des hôpitaux au moins ont été détruits ou endommagés et que moins d’un tiers des ambulances publiques et des appareillages garantissant la chaîne du froid permettant la bonne conservation des doses de vaccins jusqu’à leur administration sont encore en fonction. En outre, parmi les autres causes fondamentales, se trouvent l’exode du personnel médical et l’évacuation forcée continuelle de la population en Syrie, laquelle vit dans des conditions d’hygiène déplorables, de nombreux enfants étant privés de toute couverture médicale. Avant le déclenchement du conflit, le taux de vaccination dans le pays atteignait 99% alors qu’il est actuellement de 52%. Thu, 24 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/INDE - Nomination du Recteur du Séminaire interdiocésain Khristo Jyoti Mohavidyaloyo sis à Sambalpurhttp://fides.org/fr/news/38183-ASIE_INDE_Nomination_du_Recteur_du_Seminaire_interdiocesain_Khristo_Jyoti_Mohavidyaloyo_sis_a_Sambalpurhttp://fides.org/fr/news/38183-ASIE_INDE_Nomination_du_Recteur_du_Seminaire_interdiocesain_Khristo_Jyoti_Mohavidyaloyo_sis_a_SambalpurCité du Vatican – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 16 mai 2014, a nommé Recteur du Séminaire interdiocésain Khristo Jyoti Mohavidyaloyo sis dans le Diocèse de Sambalpur le Père Francis Pereira, SVD.<br />Le nouveau Recteur est né le 13 mars 1956 à Kanthavara . Il a émis la profession perpétuelle le 12 juin 1984 et a été ordonné prêtre le 4 mai 1985. Il a obtenu une Maîtrise en théologie et un Doctorat en Anthropologie théologique. Après son ordination, il a exercé son ministère pastoral en tant que vicaire paroissial et Curé de différentes Paroisses, a travaillé dans le cadre de la Pastorale des Jeunes et, depuis 2002, a fait partie de l’encadrement du Séminaire Khristo Jyoti Mohavidyaloyo. Thu, 24 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/INDE - Nomination du Recteur du Séminaire interdiocésain Morning Star College sis à Calcuttahttp://fides.org/fr/news/38182-ASIE_INDE_Nomination_du_Recteur_du_Seminaire_interdiocesain_Morning_Star_College_sis_a_Calcuttahttp://fides.org/fr/news/38182-ASIE_INDE_Nomination_du_Recteur_du_Seminaire_interdiocesain_Morning_Star_College_sis_a_CalcuttaCité du Vatican – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 30 mai 2014, a nommé Recteur du Séminaire interdiocésain Morning Star College sis dans l’Archidiocèse de Calcutta le Père Santhanam J.A., du clergé diocésain de Bauripur.<br />Le nouveau Recteur est né le 24 juillet 1962 et a été ordonné prêtre le 22 avril 1990. Il est titulaire d’une Maîtrise en Histoire obtenue près l’Université de Calcutta. Il a ensuite étudié la philosophie et la théologie au Morning Star Regional Seminary puis la théologie systématique au Séminaire pontifical de Pune avant d’obtenir un Doctorat à l’Université catholique de France. Dans le Diocèse de Bauripur, il a exercé différents ministères en tant que Curé et, dans le domaine scolaire, en tant que secrétaire de la Commission diocésaine pour l’éducation, professeur et trésorier du Morning Star Regional Seminary. Thu, 24 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/INDONESIE - Mettre fin à l’intolérance et garantir la liberté religieuse, priorités pour le nouveau Président indonésien selon les églises et des ONGhttp://fides.org/fr/news/38181-ASIE_INDONESIE_Mettre_fin_a_l_intolerance_et_garantir_la_liberte_religieuse_priorites_pour_le_nouveau_President_indonesien_selon_les_eglises_et_des_ONGhttp://fides.org/fr/news/38181-ASIE_INDONESIE_Mettre_fin_a_l_intolerance_et_garantir_la_liberte_religieuse_priorites_pour_le_nouveau_President_indonesien_selon_les_eglises_et_des_ONGDjakarta – La priorité du nouveau Président indonésien, Joko Widodo, et de son gouvernement est d’affronter la question de l’intolérance religieuse croissante en Indonésie, devenue une préoccupation sociale qui, par ailleurs, pénalise les minorités. C’est ce qu’affirment les églises et des ONG au lendemain de la proclamation des résultats des élections présidentielles. Selon les données officielles Widodo a obtenu 53,15% des voix contre 46,85% à son rival, le Général en retraite Prabowo Subianto, qui conteste cependant les résultats du scrutin. Subianto a annoncé un recours en vue de la révision des résultats alors que Widodo a lancé un appel « à la réconciliation nationale », invoquant l’unité de la nation pour le bien du pays.<br />Quelque soit la direction dans laquelle évoluera cette situation, l’intolérance et la violence religieuse demeurent un problème sérieux dans le pays. Ainsi que le rappelle l’ONG Christian Solidarity Worldwide , au cours de ces dernières années, a été enregistrée une augmentation des abus, discriminations et violences à l’encontre des chrétiens, des ahmadis et des musulmans shiites, ainsi que des adeptes de croyances traditionnelles indigènes. L’ONG a publié récemment un rapport intitulé « Indonésie : le pluralisme en danger. La montée en puissance de l’intolérance religieuse » qui fournit une analyse détaillée des violations croissantes de la liberté de religion ou de credo et propose 25 recommandations au gouvernement indonésien.<br />Dans sa carrière politique, Widodo a défendu ouvertement la liberté de religion et la tradition indonésienne du pluralisme religieux. Au cours de sa campagne électorale présidentielle, il s’est engagé à protéger la Constitution, qui prévoit la liberté de religion. Dans une note envoyée à Fides, le Directeur de CSW, Mervyn Thomas, invite le nouveau Président « à protéger et à promouvoir la liberté de religion en Indonésie, en en faisant une priorité du nouveau gouvernement. Il est urgent de prendre des mesures afin d’endiguer l’intolérance religieuse. Espérons que le gouvernement s’engage à faire respecter les garanties constitutionnelles en matière de liberté de religion, par exemple en retirant l’indication de la religion sur la carte d’identité, en revoyant les lois injustes et discriminatoires et en faisant respecter les décisions prises par les tribunaux. Nous espérons que l’élection de Joko Widodo inaugure une nouvelle ère de liberté de religion, de paix et de stabilité, renforçant la démocratie en Indonésie ». Thu, 24 Jul 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/BENIN - Campagne contre le trafic d’êtres humains alors que des jeunes sont vendus comme esclaves par leurs parents pour 30 €uroshttp://fides.org/fr/news/38180-AFRIQUE_BENIN_Campagne_contre_le_trafic_d_etres_humains_alors_que_des_jeunes_sont_vendus_comme_esclaves_par_leurs_parents_pour_30_uroshttp://fides.org/fr/news/38180-AFRIQUE_BENIN_Campagne_contre_le_trafic_d_etres_humains_alors_que_des_jeunes_sont_vendus_comme_esclaves_par_leurs_parents_pour_30_urosPorto Novo – « La pauvreté et la désagrégation du noyau familial sont, sans doute, deux des principales causes du trafic d’enfants. A celles-ci viennent s’ajouter le manque d’éducation des jeunes et de leurs familles, les conflits et l’instabilité politique dans les pays d’Afrique et d’Asie en particulier, les dettes accumulées par la famille et l’impunité dont jouissent les trafiquants » : c’est ce que l’on peut lire dans la note envoyée à l’Agence Fides présentant la campagne « Je ne suis pas en vente » promue par les Missions salésiennes du Bénin afin de protéger les enfants du trafic de personnes.<br />« Le trafic d’enfants est l’une des pires réalités à laquelle nous avons à faire parce qu’il détruit l’enfance du mineur et son espoir dans l’avenir » continue la note. Le Père Juan José Gómez, responsable de la maison d’accueil Don Bosco de Porto Novo, offre un témoignage dramatique : « Nous avons accueilli des jeunes qui avaient été vendus pour environ 30 €uros par leurs propres parents… ». Afin de promouvoir cette campagne, une vidéo montrant très crûment la situation au Bénin a été préparée, sachant que qu’elle reflète ce qui se passe en Afrique mais aussi sur d’autres continents.<br />Plus d’un million d’enfants de par le monde sont victimes du trafic d’êtres humains, selon l’Organisation internationale du travail. Ce chiffre augmente toutefois si l’on inclut les adoptions illégales, les mariages forcés et le trafic d’organes. Par ailleurs, 27% des victimes du trafic d’êtres humains dans le monde sont des enfants selon les données des Nations unies. <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://www.misionessalesianas.org/especiales/2014/reportajes/no-estoy-en-venta-menores-sin-identidad-y-sin-derechos/">Vidéo de la campagne</a>Thu, 24 Jul 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/ETATS UNIS - Déclaration de l’Evêque de Brownsville sur les mineurs arrêtés à la frontière : de la nécessité d’une réponse humanitaire face à une crise humanitairehttp://fides.org/fr/news/38179-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Declaration_de_l_Eveque_de_Brownsville_sur_les_mineurs_arretes_a_la_frontiere_de_la_necessite_d_une_reponse_humanitaire_face_a_une_crise_humanitairehttp://fides.org/fr/news/38179-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Declaration_de_l_Eveque_de_Brownsville_sur_les_mineurs_arretes_a_la_frontiere_de_la_necessite_d_une_reponse_humanitaire_face_a_une_crise_humanitaireBrownsville – La situation des enfants et des jeunes originaires d’Amérique centrale arrêtés à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique continue à constituer une situation de crise humanitaire . L’Evêque de Brownsville, S.Exc. Mgr Daniel Ernest Flores, a rendu visite aux diverses structures qui accueillent les jeunes migrants arrêtés, en compagnie d’un groupe de responsables religieux de la Convention de Bautistas del Sur.<br />Dans la note envoyée à l’Agence Fides, Mgr Flores souligne que, pour affronter cette crise humanitaire, il est important que les responsables religieux voient de leurs yeux, personnellement, les structures qui accueillent les jeunes non accompagnés et voient également comment l’administration cherche à placer, même de manière temporaire, cette tranche de population vulnérable. « Les responsables de l’administration doivent trouver une solution à la situation de ces réfugiés – affirme l’Evêque – surtout parce que nous avons les enfants et les mères qui souffrent énormément. Chaque réponse de l’administration, au niveau fédéral et étatique, devrait se concentrer sur cela ».<br />Mgr Flores a en outre réaffirmé que l’Eglise soutient la loi actuelle, qui prévoit l’asile pour ces personnes et leur permet de présenter leurs cas devant un tribunal. « L’Eglise cherchera toujours à faire en sorte que les droits fondamentaux soient respectés, en particulier en ce qui concerne la protection de ces personnes » a indiqué l’Evêque, soulignant que, « face à une crise humanitaire, devrait être apportée une réponse humanitaire ». De la même manière, il a noté que les agences de l’immigration de l’administration et la police devraient traiter tous les demandeurs d’asile avec dignité, justice, compassion et dans le plein respect de leurs droits à un procès équitable.<br />La note s’achève en indiquant que le groupe de religieux qui a visité les structures où sont rassemblés les jeunes migrants arrêtés, a envoyé une lettre au Congrès exprimant sa préoccupation concernant la situation actuelle des enfants et la manière dont ils sont assistés, demandant des ressources suffisantes pour leur permettre de surmonter dignement la situation actuelle. Thu, 24 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/IRAQ - Appel des Evêques du nord de l'Irak au Premier Ministre et au gouvernement afin « de mettre fin à la catastrophe »http://fides.org/fr/news/38178-ASIE_IRAQ_Appel_des_Eveques_du_nord_de_l_Irak_au_Premier_Ministre_et_au_gouvernement_afin_de_mettre_fin_a_la_catastrophehttp://fides.org/fr/news/38178-ASIE_IRAQ_Appel_des_Eveques_du_nord_de_l_Irak_au_Premier_Ministre_et_au_gouvernement_afin_de_mettre_fin_a_la_catastropheErbil – Le gouvernement national irakien doit assurer la « protection nécessaire » aux chrétiens et aux autres minorités du pays, fournir « un soutien financier aux familles déplacées qui ont tout perdu », « payer immédiatement les salaires des employés » , « enregistrer tous les dommages causés et indemniser les personnes touchées ainsi qu'envisager sérieusement de fournir un logement, la scolarisation et l'éducation de l'université à leurs enfants dans le cas où leur angoisse se prolonge ». L’Appel que le Patriarche de Babylone des chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, et tous les Evêques, chaldéens, syro-orthodoxes, syro-catholiques et arméniens, du nord de l’Irak ont diffusé au terme de leur rencontre du 22 juillet, à Ankawa, faubourg d’Erbil, est rempli de requêtes pratiques et urgentes liées aux graves événements de ces dernières semaines intervenus dans la région, à commencer par l’expulsion des chrétiens et des chiites de la ville de Mossoul, décrétée par les miliciens du prétendu « Etat islamique ».<br />L’appel – parvenu à l’Agence Fides – est adressé in primis au Premier Ministre et au gouvernement national, avec une implicite admission de leur carence. Dans le même temps, les Evêques irakiens invitent « les personnes de conscience en Irak et dans le monde » à faire pression sur les militants afin qu’ils mettent un terme à « la destruction des églises et des monastères et des manuscrits de combustion et les reliques de l'héritage chrétien, étant un patrimoine irakien et international inestimable. Ce qui a été dit à propos d'un accord entre les militants et le clergé est faux » poursuit le texte, réaffirmant que « un crime est un crime, ne peut être refusé ou justifié ! Nous attendons des actions concrètes pour rassurer nos gens et pas seulement les communiqués de presse de dénonciation et de condamnation ».<br />A ce propos, les Evêques indiquent apprécier « hautement la position de la région du Kurdistan pour recevoir les familles déplacées, les embrasser et fournir de l'aide pour eux. Nous proposons la création d'un comité conjoint du gouvernement régional et les représentants de notre peuple de faire un suivi sur la souffrance des familles déplacées et à améliorer leurs conditions ». L’appel s’achève par une supplique « à Dieu Tout-Puissant pour limiter la catastrophe et rétablir la sécurité, la paix et la stabilité dans l'ensemble de l'Irak ». Wed, 23 Jul 2014 00:00:00 +0200