Dépêches de Fides en Françaishttp://fides.org/Les Dépêches de l'Agence Fidesen-usASIE/TERRE SAINTE - Visite à Gaza du Patriarche latin de Jérusalemhttp://fides.org/fr/news/39166-ASIE_TERRE_SAINTE_Visite_a_Gaza_du_Patriarche_latin_de_Jerusalemhttp://fides.org/fr/news/39166-ASIE_TERRE_SAINTE_Visite_a_Gaza_du_Patriarche_latin_de_JerusalemGaza – 700 chrétiens de Gaza ont cette année reçu d’Israël l’autorisation d’entrer à Bethléem pour célébrer la Solennité de Noël dans le lieu même où est né Jésus. Ils seront cependant beaucoup moins à pouvoir effectivement arriver à la ville de Cisjordanie, du fait des difficultés partagées par les chrétiens de Gaza à la fin d’une année marquée par une nouvelle intervention israélienne dans la bande qui a provoqué des milliers de morts. C’est ce qu’indique à l’Agence Fides le Patriarche de Jérusalem des Latins, S.B. Fouad Twal, qui a accompli, Dimanche 21 décembre, une visite pastorale à Gaza, célébrant la Messe en la Paroisse de la Sainte Famille.<br />« J’ai trouvé notre Eglise unie – raconte le Patriarche à Fides – nos fidèles vivant une forte communion également avec les chrétiens orthodoxes. A Gaza, on ne trouve pas la grandeur du monde ni la puissance éphémère du marché. Ce qui s’y trouve est la petitesse préservée par le Seigneur, un petit groupe d’âmes marquées par des circonstances difficiles et douloureuses qui mettent leur espoir en Jésus : telle est l’image du vrai Noël ».<br />En partant de ce qu’il a vu à Gaza, le Patriarche élargit l’horizon aux épreuves vécues par les populations de l’ensemble du Proche-Orient. « Nous avons toujours été ému en lisant dans les Evangiles que Marie et Joseph n’ont pas trouvé de place dans la salle commune et que l’Enfant Jésus est né dans une grotte. Aujourd’hui, parmi les millions de réfugiés, se trouvent de très nombreux enfants qui souhaiteraient pouvoir dormir dans une grotte comme celle dans laquelle est née le Sauveur. Pour eux, cela constituerait presque un luxe ». Mon, 22 Dec 2014 00:00:00 +0100ASIE/PAKISTAN - Noël de solidarité avec les victimes du massacre de Peshawarhttp://fides.org/fr/news/39165-ASIE_PAKISTAN_Noel_de_solidarite_avec_les_victimes_du_massacre_de_Peshawarhttp://fides.org/fr/news/39165-ASIE_PAKISTAN_Noel_de_solidarite_avec_les_victimes_du_massacre_de_PeshawarLahore – Il s’agira d’un Noël en sourdine, vécu dans la dignité et la sobriété par les chrétiens au Pakistan. Ce Noël 2014 sera marqué par des prières et de forts accents de solidarité vis-à-vis des victimes du massacre de Peshawar dans le cadre duquel des talibans ont tué plus de 130 enfants dans une école militaire. De nombreuses églises ont installé des autels avec des images des victimes et des cierges allumés. S.Exc. Mgr Joseph Coutts, Président de la Conférence épiscopale, a lancé un appel afin que la communauté chrétienne réfléchisse au message d’espérance et de paix que Noël apporte.<br />Dans un message envoyé à Fides, Peter Jacob, activiste catholique pour les droits fondamentaux, indique que 11 Paroisses et différentes églises de Lahore ont décidé d’annuler ou de renvoyer après le 1er janvier un certain nombre de programmes et d’événements prévus pour célébrer Noël.<br />Selon le Diacre Shahid Mehraj, de la Cathédrale de Lahore, « dans la communauté des fidèles sont présentes douleur et préoccupation » pour ce qui est vu comme « une attaque contre l’avenir du Pakistan ».<br />A Noël, indique-t-il, « nous dédierons une cérémonie spéciale d’allumage de cierges à ceux qui ont perdu la vie dans le cadre de cette attaque ». « Noël porte un message d’espérance au monde. La naissance du Christ a été marquée également par un massacre d’enfants innocents de la part du roi Hérode. Dans le contexte de cette effusion de sang, le Christ est né comme symbole d’espérance » affirme-t-il, rappelant les analogies avec le contexte pakistanais actuel. C’est pourquoi, conclut-il, « il est maintenant temps de diffuser le message d’amour et de fraternité au Pakistan ».<br />Les chrétiens rappellent que Muhammad Ali Jinnah, le fondateur du Pakistan, est né le 25 décembre, une raison en plus pour laquelle le pays devrait réfléchir sur sa vision et sur le pays dont Jinnah rêvait : une nation unie, ouverte, tolérante, pacifique, libre de la haine et de la violence. Mon, 22 Dec 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/RWANDA - Un élevage de poissons pour soutenir l’orphelinat de Muhurahttp://fides.org/fr/news/39164-AFRIQUE_RWANDA_Un_elevage_de_poissons_pour_soutenir_l_orphelinat_de_Muhurahttp://fides.org/fr/news/39164-AFRIQUE_RWANDA_Un_elevage_de_poissons_pour_soutenir_l_orphelinat_de_MuhuraMuhura - L’orphelinat Saint Joseph de Muhura, rebaptisé Maison Saint Joseph, a été construit au début des années 1990 par une sage-femme italienne âgée. Aujourd’hui, le centre est géré par les Sœurs angéliques de Saint Paul et, depuis 2009, le Mouvement Lutte contre la Faim dans le Monde, collabore avec elles. L’ONG s’occupe du soutien des enfants et des jeunes accueillis dans la structure au travers d’adoptions à distance et en réalisant des interventions de maintenance, l’orphelinat se développant sur un étage, avec de nombreux lits superposés en bois. L’équipe est composée d’animatrices et de personnel entièrement rwandais, coordonné par Sœur Odile.<br />Afin de rendre plus autosuffisant le centre et d’améliorer la qualité du séjour des pensionnaires, l’ONG propose un nouveau projet portant sur la réalisation d’un élevage de poissons Tilapia, une espèce originaire d’Afrique amplement exportée de par le monde. L’installation de pisciculture sera réalisée dans une zone interne à celle des lycées du village de Muko, et comprendra un bassin pour l’élevage, un entrepôt pour le personnel chargé de le gérer et une clôture pour la mise en sécurité de la zone. Est en outre prévue la formation technique du personnel responsable de l’installation. L’objectif principal de ce projet est d’améliorer la qualité de l’alimentation des 100 enfants, hôtes de la Maison Saint Joseph. Par ailleurs, il vise également à renforcer l’autosuffisance économique du centre. Le poisson produit en excès sera en effet vendu sur le marché local de Muhura, de manière à contribuer au parcours d’autosuffisance économique entrepris par l’orphelinat. Mon, 22 Dec 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/RD CONGO - Conclusions de la rencontre des sages visant à mettre fin à la guerre dans le territoire de Benihttp://fides.org/fr/news/39163-AFRIQUE_RD_CONGO_Conclusions_de_la_rencontre_des_sages_visant_a_mettre_fin_a_la_guerre_dans_le_territoire_de_Benihttp://fides.org/fr/news/39163-AFRIQUE_RD_CONGO_Conclusions_de_la_rencontre_des_sages_visant_a_mettre_fin_a_la_guerre_dans_le_territoire_de_BeniKinshasa - La menace contre les populations civiles du Territoire de Beni, partie intégrante de la province du Nord Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo, est « hybride ». C’est ce qu’affirme le document conclusif de la rencontre de trois jours organisée par la Coordination de la société civile locale .<br />Le document, envoyé à l’Agence Fides, affirme que les récents massacres de civils qui ont provoqué plus de 250 morts, sont l’œuvre de « résidus » du groupe armé d’origine ougandaise ADF-Nalu, « présent dans la province depuis deux décennies » mais également de « fils égarés des communautés locales qui se sont unis à eux ». Un rapport, celui établi entre les ADF-Nalu et certains groupes locaux, qui est « d’ordre militaire et socioéconomique, au travers d’un réseau d’information et de transaction transfrontalier mafieux ».<br />« L’ennemi – poursuit le document – a pu acquérir à sa cause criminelle, qui comprend des pratiques djihadistes, un certain nombre d’acteurs politiques, d’opérateurs économiques mafieux et d’autorités traditionnelles avec la complicité de pays voisins ».<br />Cette analyse confirme ce qu’avait déjà mis en évidence le Réseau Paix pour le Congo qui note la présence, aux côtés des ADF-Nalu, d’autres groupes armés qui sèment la mort et la destruction dans la zone. Le document recommande une plus forte cohésion entre les acteurs politiques, sociaux et militaires locaux afin de « sortir de l’étau de la terreur, de la forte défiance et de la confusion dans lequel la région s’enfonce depuis 20 ans ».<br />Dans ce but, il est recommandé d’instituer une Commission afin de contrôler les engagements, les recommandations et les résolutions adoptées dans le cadre de cette rencontre et de diffuser le résultat du dialogue social au niveau local, national et international. Mon, 22 Dec 2014 00:00:00 +0100AMERIQUE/MEXIQUE - Célébration de la Messe pour les familles des élèves disparus de l’école normale rurale d’Ayotzinapa de la part du Nonce apostoliquehttp://fides.org/fr/news/39162-AMERIQUE_MEXIQUE_Celebration_de_la_Messe_pour_les_familles_des_eleves_disparus_de_l_ecole_normale_rurale_d_Ayotzinapa_de_la_part_du_Nonce_apostoliquehttp://fides.org/fr/news/39162-AMERIQUE_MEXIQUE_Celebration_de_la_Messe_pour_les_familles_des_eleves_disparus_de_l_ecole_normale_rurale_d_Ayotzinapa_de_la_part_du_Nonce_apostoliqueChilpancingo – « Désirant continuer à être proches des parents des élèves disparus dans le cadre des faits réprouvables d’Iguala , le 22 décembre, le Nonce apostolique au Mexique, S.Exc. Mgr Christophe Pierre, l’Archevêque d’Acapulco, S.Exc. Mgr Carlos Garfias Merlos, et l’Evêque de Chilpancingo-Chilapa, S.Exc. Mgr Alejo Zavala Castro, célébreront à 09.00 une Messe à Ayotzinapa, afin de prier Dieu pour les élèves disparus, pour leurs familles, pour le repos des défunts et pour la justice, la réconciliation et la paix au Mexique ». Tel est le texte du communiqué envoyé à Fides par la Conférence épiscopale du Mexique, qui souligne encore une fois la proximité de l’Eglise vis-à-vis des familles des 43 élèves de l’école normale rurale d’Ayotzinapa, enlevés le 26 septembre par des membres de la police locale et par des groupes criminels suspects . A ce jour, leur sort demeure encore inconnu. Mon, 22 Dec 2014 00:00:00 +0100AMERIQUE/COLOMBIE - Poursuite du processus de paixhttp://fides.org/fr/news/39161-AMERIQUE_COLOMBIE_Poursuite_du_processus_de_paixhttp://fides.org/fr/news/39161-AMERIQUE_COLOMBIE_Poursuite_du_processus_de_paixBogotá – Le Président de la Conférence épiscopale de Colombie, S.Exc. Mgr Luis Augusto Castro Quiroga, Archevêque de Tunja, après avoir tracé un bilan des témoignages des victimes dans le cadre des négociations de paix de La Havane, a souligné qu’ils ont permis de connaître plus en profondeur la douleur ressentie par les colombiens au cours des 50 années de conflit armé.<br />La note envoyée à Fides par la Conférence épiscopale indique que l’Evêque, au cours d’une rencontre avec les principaux collaborateurs de son Diocèse, à laquelle ont également participé un certain nombre d’opérateurs des moyens de communication de masse, a affirmé : « Le processus porte à la conclusion que nous connaissons seulement 10% de la douleur des victimes ». En outre, il a souligné que, grâce à ces témoignages, il a été possible de montrer le dommage causé, et que la responsabilité des auteurs des crimes a été reconnue.<br />Se référant au cessez-le-feu à durée indéterminée instauré par les FARC, le Président de la Conférence épiscopale a qualifié le geste « d’acte de paix », ajoutant : « J’accueille très favorablement le fait que les FARC, de leur propre chef, aient suspendu les hostilités. Ceci est un signe démontrant les progrès accomplis dans le cadre des négociations ». Mon, 22 Dec 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/TUNISIE - Plus de cinq millions de tunisiens appelés aux urnes demain pour choisir le nouveau Chef de l’Etathttp://fides.org/fr/news/39160-AFRIQUE_TUNISIE_Plus_de_cinq_millions_de_tunisiens_appeles_aux_urnes_demain_pour_choisir_le_nouveau_Chef_de_l_Etathttp://fides.org/fr/news/39160-AFRIQUE_TUNISIE_Plus_de_cinq_millions_de_tunisiens_appeles_aux_urnes_demain_pour_choisir_le_nouveau_Chef_de_l_EtatTunis – Veille d’élections en Tunisie où demain, Dimanche 21 décembre, plus de cinq millions d’électeurs seront appelés aux urnes dans le cadre du second tour des élections présidentielles. Les deux candidats restés en lice sont le Président sortant, Moncef Marzouki, et Beji Caid Essebsi, responsable du parti anti-islamiste Nidaa Tounes<br />La campagne électorale a été caractérisée par des tensions entre les deux camps, alors qu’à la veille du ballottage, un certain nombre de djihadistes tunisiens liés au prétendu « Etat islamique » ont revendiqué les assassinats perpétrés en 2013 de deux opposants aux islamistes, Chokri Belaid et Mohamed Brami.<br />Le Président qui sera élu demain aura un rôle décisif dans l’avenir politique de la Tunisie où les dernières élections législatives ont vu la formation d’un Parlement caractérisé par un fort bipolarisme avec deux partis majeurs, Nidaa Tounes et le parti islamique Ennhadha , contraints à une difficile alliance pour pouvoir gouverner. Le nouveau Chef de l’Etat devra désigner un Premier Ministre en vue de la formation du nouveau gouvernement. Sat, 20 Dec 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/KENYA - Approbation de la loi antiterrorisme controverséehttp://fides.org/fr/news/39159-AFRIQUE_KENYA_Approbation_de_la_loi_antiterrorisme_controverseehttp://fides.org/fr/news/39159-AFRIQUE_KENYA_Approbation_de_la_loi_antiterrorisme_controverseeNairobi – « Je suis sûr que vous ne trouverez rien dans cette loi qui aille contre la déclaration des droits ou d’autres dispositions prévues par la Constitution. Son intention première est de protéger la vie et la propriété de tous les citoyens » a affirmé le Président du Kenya, Uhuru Kenyatta, en promulguant la réforme controversée de la loi antiterrorisme, approuvée dans le chaos par le Parlement le 18 décembre .<br />Le Président a également affirmé : « Les préoccupations avancées par différentes parties ont été prises en considération par les Commissions parlementaires compétentes ». Au cours du débat parlementaire, certaines dispositions prévues dans le texte présenté par la majorité gouvernementale ont été modifiées mais l’opposition estime ces mesures insuffisantes pour calmer les craintes d’un tournant antidémocratique de la législation nationale.<br />Par exemple, la loi prévoit une peine de 20 années de réclusion pour ceux qui « défendent, promeuvent, conseillent ou favorisent un acte de terrorisme » mais il faut démontrer qu’il existe « l’intention de commettre l’acte terroriste ». La norme prévoyant trois années de réclusion pour les journalistes qui « troublent l’enquête ou les opérations antiterroristes » et pour ceux qui publient des images de victimes du terrorisme sans l’autorisation de la police n’a cependant pas été amendée. La norme en question est critiquée également du fait des polémiques liées à la gestion, de la part des forces de sécurité, de la prise d’otages ayant eu lieu au centre commercial Westgate en septembre 2013 . Les forces de sécurité pourraient utiliser la nouvelle loi pour entraver des enquêtes concernant leur action, laissant place à des abus et des violations des droits fondamentaux, d’autant plus que la loi élargit la possibilité accordée à la police et aux services de renseignement de recourir à des écoutes téléphoniques.<br />L’Eglise catholique a toujours réaffirmé qu’il faut « garantir la sécurité dans le respect des droits fondamentaux » . Sat, 20 Dec 2014 00:00:00 +0100AMERIQUE/ARGENTINE - Année des Vocations pour le Diocèse de Reconquistahttp://fides.org/fr/news/39158-AMERIQUE_ARGENTINE_Annee_des_Vocations_pour_le_Diocese_de_Reconquistahttp://fides.org/fr/news/39158-AMERIQUE_ARGENTINE_Annee_des_Vocations_pour_le_Diocese_de_ReconquistaReconquista – « Sans appel, sans écoute, sans docilité, il n’est pas de mission. Il n’existe pas d’Eglise « en sortie ». Personne n’annonce la joie de l’Evangile. Nous sommes en chemin, avec le désir ardent d’être une Eglise ouverte et missionnaire, prophétique et au service. Pour atteindre cet objectif, nous devons revenir aux sources ou mieux encore, à la seule source d’eau fraîche et sûre : Jésus Christ ». C’est ce qu’écrit l’Evêque de Reconquista, S.Exc. Mgr Angel José Macin, dans la Lettre pastorale au travers de laquelle il convoque pour 2015 une Année diocésaine des Vocations, qui débutera en la Solennité de Saint Joseph, Patron du Diocèse, le 19 mars, et s’achèvera le 27 décembre 2015, en la fête de Saint Jean l’Evangéliste, co-patron de cette Eglise locale.<br />L’Année diocésaine des Vocations rentre dans le cadre de l’Année dédiée universellement à la Vie consacrée, rappelle l’Evêque, en soulignant que cela peut être l’occasion opportune « pour redécouvrir plus profondément la place qu’occupe la vie consacrée dans l’Eglise et quelle est sa contribution à la vie diocésaine ». En outre, l’initiative se place en un temps particulier pour les familles, placées au centre de la préoccupation de l’Eglise au travers de la célébration de deux Assemblées du Synode des Evêques. « Je crois que nous vivons actuellement un temps plus qu’opportun pour nous interroger sur le projet de Dieu pour la famille » écrit Mgr Macin, qui rappelle que « la famille est également l’espace dans lequel les enfants et les jeunes sont formés à une culture de la vocation ».<br />En encourageant les jeunes à se demander ce que Dieu veut d’eux, l’Evêque de Reconquista les exhorte : « Ne vous laissez pas tromper par les innombrables voix qui affirment que le sacerdoce est en extinction ou ne vaut pas la peine d’être pris en considération, parce qu’il s’agit d’un chemin de frustration et d’amertume. Avec la simplicité du cœur, regardez plutôt ces figures sacerdotales lumineuses qui, malgré leurs limites et leurs faiblesses, vivent la joie de leur condition de ministres du Seigneur ». <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://www.obispadorqta.org.ar/portal/index.php?option=com_content&view=article&id=1128:cartapastoral20144&catid=1:latest-news&Itemid=72">Texte intégral de la Lettre pour l’Année diocésaine des Vocations (en espagnol)</a>Sat, 20 Dec 2014 00:00:00 +0100EUROPE/ESPAGNE - Pour un projet de développement social réellement humain, message d’organisations catholiques espagnoleshttp://fides.org/fr/news/39157-EUROPE_ESPAGNE_Pour_un_projet_de_developpement_social_reellement_humain_message_d_organisations_catholiques_espagnoleshttp://fides.org/fr/news/39157-EUROPE_ESPAGNE_Pour_un_projet_de_developpement_social_reellement_humain_message_d_organisations_catholiques_espagnolesMadrid – « Nous avons l’intention de continuer à travailler activement en 2015 dans tous les milieux publics de participation afin de revendiquer de la part des responsables politiques et des partenaires sociaux – nationaux et internationaux – une gestion austère, transparente, efficace et courageuse des authentiques priorités d’un projet de développement social réellement humain : la lutte contre l’inégalité et l’injustice ainsi que la promotion et la protection des droits fondamentaux des personnes les plus vulnérables ». Il s’agit là d’un extrait du message, parvenu à l’Agence Fides, rédigé à l’occasion de la Journée internationale pour la Solidarité humaine, convoquée par les Nations unies depuis 2005 le 20 décembre de chaque année. Le message en question sera lu dans toutes les Paroisses et communautés catholiques d’Espagne demain, Dimanche 21 décembre, quatrième Dimanche de l’Avent.<br />Signé par les représentants de Caritas Espagne, de la Conférence espagnole des Religieux , par Justice et Paix, Manos Unidas et Redes, organisations catholiques directement impliquées dans la coopération au développement, le message attire l’attention sur la « réalité scandaleuse de l’inégalité et de la pauvreté qui continue à toucher de nombreux pays et régions du monde » dans lesquelles elles exercent leurs activités au profit des communautés les plus vulnérables. En outre, la déclaration lance une invitation à « continuer à partager la mission urgente d’accompagner tous nos frères marginalisés par le développement ». Les promoteurs de l’initiative demandent à l’Administration de respecter les engagements pris dans le cadre du Pacto de Estado, signé par l’ensemble des forces politiques en 2007, et de restaurer les aides au développement . <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="MENSAJE_con_motivo_del_D_a_Internacional_de_la_Solidaridad_Humana.doc">Texte intégral du Communiqué (en espagnol)</a>Sat, 20 Dec 2014 00:00:00 +0100ASIE/LIBAN - Appel de l’Evêque chaldéen de Beyrouth en faveur des réfugiés chrétiens irakienshttp://fides.org/fr/news/39156-ASIE_LIBAN_Appel_de_l_Eveque_chaldeen_de_Beyrouth_en_faveur_des_refugies_chretiens_irakienshttp://fides.org/fr/news/39156-ASIE_LIBAN_Appel_de_l_Eveque_chaldeen_de_Beyrouth_en_faveur_des_refugies_chretiens_irakiensBeyrouth – Ce sont plus de 800 familles chrétiennes ayant fui Mossoul et la plaine de Ninive qui ont, jusqu’ici, trouvé refuge en Irak. Leur condition est celle des « derniers arrivés » dans un pays déjà déstabilisé par l’afflux de plus d’un million de réfugiés syriens. La majeure partie d’entre eux se trouve dans la zone de Beyrouth et n’a trouvé comme seul soutien que l’Eparchie chaldéenne locale. S.Exc. Mgr Michel Kassarji, Evêque de Beyrouth des Chaldéens, vient de diffuser un communiqué pour solliciter des aides en faveur des victimes chrétiennes de la « machine aveugle de l’extrémisme religieux » qui les a contraints à abandonner leurs maisons et leurs villages.<br />Les réfugiés chrétiens irakiens arrivés au Liban – indique l’Evêque – n’ont pas le statut de demandeur d’asile et vivent dans l’espoir d’obtenir les permis pour émigrer dans les pays occidentaux. Ils ne trouvent pas de travail, sont exploités par ceux qui profitent de leur situation d’urgence pour gonfler les loyers des maisons et sont privés de toute aide de la part des institutions civiles et des organisations internationales. « L’impression – indique à l’Agence Fides le Père Paul Karam, prêtre maronite Directeur de Caritas Liban – est que tout le système des aides internationales destinées aux réfugiés syriens et irakiens est sur le bord de l’écroulement. Les ressources sont épuisées et les organisations humanitaires ne parviennent plus à faire face à cette urgence devenue chronique ». Fri, 19 Dec 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/MAROC - 100.000 enfants privés d’école depuis deux mois suite aux inondationshttp://fides.org/fr/news/39155-AFRIQUE_MAROC_100_000_enfants_prives_d_ecole_depuis_deux_mois_suite_aux_inondationshttp://fides.org/fr/news/39155-AFRIQUE_MAROC_100_000_enfants_prives_d_ecole_depuis_deux_mois_suite_aux_inondationsRabat – 100.000 enfants marocains ne fréquentent plus l’école depuis le mois de novembre à cause des graves inondations et des fortes pluies qui se sont abattues sur le sud du pays, endommageant gravement les ponts, les routes et les infrastructures. Cette situation a contraint à la fermeture de 622 écoles de différents degrés dans les provinces du sud de la chaîne de l’Atlas, zones désertiques et n’étant pas habituées à des précipitations aussi fortes. Au total, 1.853 institutions scolaires ont subi de graves dommages dont 1.172 écoles primaires. Du 20 novembre au 1er décembre, ont été enregistrés 47 morts et un nombre de disparus non précisé, emportés par les eaux ou victimes d’effondrements. Fri, 19 Dec 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/LIBERIA - Visite du Président du Conseil pontifical Justice et Paix au Liberia et en Sierra Leonehttp://fides.org/fr/news/39154-AFRIQUE_LIBERIA_Visite_du_President_du_Conseil_pontifical_Justice_et_Paix_au_Liberia_et_en_Sierra_Leonehttp://fides.org/fr/news/39154-AFRIQUE_LIBERIA_Visite_du_President_du_Conseil_pontifical_Justice_et_Paix_au_Liberia_et_en_Sierra_LeoneMonrovia – « Nous avons visité tous les Diocèses et avons rencontré les responsables des projets d’assistance de l’Eglise et des organisations internationales pour assister les populations touchées par le virus Ebola » déclare à l’Agence Fides depuis Monrovia le Père Robert J. Vitillo, délégué de la Caritas Internationalis près les Nations unies à Genève, qui a accompagné S.Em. le Cardinal Peter Kodwo Appiah Turkson, Président du Conseil pontifical Justice et Paix, dans sa visite en Sierra Leone et au Liberia, deux des pays, avec la Guinée, les plus touchés par Ebola.<br />« Nous avons rencontré les Evêques des deux pays et les responsables des Caritas nationales et diocésaines et avons constaté combien l’Eglise est fortement engagée dans la réponse à l’urgence représentée par Ebola, en particulier en ce qui concerne la mobilisation des personnes et leur éducation à la prévention. Les Paroisses jouent un rôle important en ce qui concerne l’enseignement des mesures permettant d’empêcher la diffusion du virus » souligne le Père Vitillo.<br />« L’un des drames provoqués par Ebola sont les orphelins. Rien qu’en Sierra Leone, se trouvent plus de 2.500 jeunes devenus orphelins à cause du virus. Les familles d’origine les rejettent parce qu’elles craignent qu’ils puissent être source de contamination ce qui est absolument faux – met en évidence le prêtre. Il existe un certain nombre de projets de l’Eglise en leur faveur, comme celui des Salésiens des environs de Freetown qui prévoit l’accueil temporaire de 120 jeunes avant de chercher à ce qu’ils soient de nouveau acceptés par leurs familles. Il faudra du temps mais ils travaillent actuellement en ce sens ».<br />« Un autre problème est représenté par les familles placées en quarantaine sanitaire qui n’ont pas les moyens d’acheter les aliments – poursuit le représentant de la Caritas Internationalis. Les Paroisses se sont organisées afin de porter de la nourriture à ces familles ».<br />« Enfin, toutes les structures sanitaires de l’Eglise dans les pays touchés sont mobilisées pour faire face à l’urgence » affirme le Père Vitillo, qui conclut : « Le travail le plus important est, à long terme, de combattre la stigmatisation sociale de ceux qui ont survécu à Ebola, soit environ 50% des contaminés ». Fri, 19 Dec 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/EGYPTE - Menaces islamistes contre la célébration de Noëlhttp://fides.org/fr/news/39153-AFRIQUE_EGYPTE_Menaces_islamistes_contre_la_celebration_de_Noelhttp://fides.org/fr/news/39153-AFRIQUE_EGYPTE_Menaces_islamistes_contre_la_celebration_de_NoelLe Caire – En Egypte, cette année encore comme par le passé, à l’approche de la célébration de Noël, le réseau Internet devient le véhicule d’attaques et de menaces à l’égard des communautés chrétiennes locales. Des sites islamiques appellent les musulmans à se dispenser de toute forme de participation, même indirecte, aux fêtes chrétiennes, attaquant les islamiques qui présentent des félicitations et des vœux à leurs voisins chrétiens à l’occasion de Noël. Au sein de la blogosphère islamiste, se trouvent également des menaces de mort et des instigations à organiser des attentats contre les églises à l’occasion des célébrations liturgiques de Noël, toujours fortement suivies, en particulier dans les gouvernorats de Minya, Alexandrie et Fayyum, où les groupes islamistes liés aux salafistes et aux Frères musulmans sont les plus forts.<br />La gravité des menaces a poussé cette fois des représentants autorisés et reconnus du monde académique islamique à dénoncer et à condamner les menaces et les diktats contre les chrétiens. Ainsi Amna Nosseir, enseignant de religion et de philosophie et ancien Doyen de la Faculté des Etudes islamiques de l’Université d’al-Azhar, a réaffirmé avec force que les slogans et les intimidations antichrétiennes faites en vue du prochain Noël représentent une trahison de l’islam authentique et a invité « chrétiens et musulmans » à protéger ensemble les églises contre toute menace afin que les chrétiens égyptiens puissent célébrer dans la sérénité leurs solennités liturgiques.<br />Fawzi al-Zafzaf, ancien Président du Comité permanent d’al-Azhar pour le dialogue avec le Saint-Siège, a quant à lui répété que l’instigation à la haine religieuse provient « d’ennemis de la patrie » qui renient le véritable islam et a invité à prendre au sérieux les menaces, en garantissant des mesures de protection adéquates et des enquêtes sérieuses afin d’identifier les auteurs de semblables intimidations.<br />« Les menaces et les insultes existent depuis des années – explique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Antonios Aziz Mina, Evêque copte catholique de Guizeh – mais nous cherchons à vivre dans la sérénité ces jours qui nous séparent de Noël. Nous ne nous laissons pas intimider, notamment parce que les méchancetés et les attaques des fanatiques offrent la possibilité à de nombreux islamiques sincères de sortir du silence et de réagir. Ceci est, paradoxalement, une conséquence positive des menaces. Les courants fanatiques ont profité, pendant de longues années, de la passivité et du silence des autres. Maintenant, on note une réaction et une résistance diffuse. Nombreux sont ceux qui ont pris conscience que de telles dérives fanatiques font mal à tous, tant aux chrétiens qu’aux musulmans ». Fri, 19 Dec 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/LIBYE - Personnel étranger en fuite d’un hôpital pillé et système de santé agonisant suite aux combatshttp://fides.org/fr/news/39152-AFRIQUE_LIBYE_Personnel_etranger_en_fuite_d_un_hopital_pille_et_systeme_de_sante_agonisant_suite_aux_combatshttp://fides.org/fr/news/39152-AFRIQUE_LIBYE_Personnel_etranger_en_fuite_d_un_hopital_pille_et_systeme_de_sante_agonisant_suite_aux_combatsBengazi – Les affrontements à Benghazi, chef-lieu de la Cyrénaïque, entre les milices islamistes et les militaires fidèles au Général Khalifa Haftar, lié à l’exécutif se trouvant à Tobrouk, provoquent actuellement, outre les victimes, de graves dommages au système sanitaire local. La presse libyenne indique que l’hôpital d’Hawari a été abandonné et que ses coûteux appareillages médicaux ont été volés. Le gouvernement indien a ordonné le rapatriement, via la Tunisie, de 38 infirmières de nationalité indienne qui travaillaient dans les hôpitaux de Benghazi. Dans le chef-lieu de Cyrénaïque, les seuls hôpitaux encore ouverts sont le Benghazi Medical Centre et le Jalaa Hospital.<br />Parmi le personnel infirmier, tant en Cyrénaïque qu’en Tripolitaine, existe une forte présence de catholique – en particulier de nationalité philippine – et, jusqu’au début de 2013, également de religieuses catholiques. Ainsi que l’avait dénoncé à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Giovanni Innocenzo Martinelli, Vicaire apostolique de Tripoli, la majeure partie des congrégations religieuses ont été contraintes à quitter la Cyrénaïque à cause des fortes pressions et des menaces reçues .<br />Entre temps, l’affrontement entre les deux « gouvernements », celui de Tripoli et celui de Tobrouk s’accentue et implique les différentes milices présentes dans l’ensemble des zones de la Libye. Hier, 18 décembre, des sources militaires du gouvernement de Tobrouk ont annoncé que 30 miliciens philo islamiques de Fajr Libya ont été tués et 270 autres blessés dans les affrontements ayant eu lieu autour de la zone pétrolifère sise entre Syrte et Benghazi. Au centre des affrontements se trouvent les terminaux et autres installations pétrolières mais également les bases militaires, comme celle de Brak al-Chata, sise à 640 km au sud de Tripoli, en plein désert, attaquée par les forces de Fajr Libya qui se sont emparées de différents types de munitions, d’armes lourdes et moyennes, de missiles anti-chars et anti-aériens avec l’intention de les transférer dans les régions côtières. Fri, 19 Dec 2014 00:00:00 +0100ASIE/INDE - Instruction, nourriture et protection pour les jeunes filles orphelines et issues de familles en situation précairehttp://fides.org/fr/news/39151-ASIE_INDE_Instruction_nourriture_et_protection_pour_les_jeunes_filles_orphelines_et_issues_de_familles_en_situation_precairehttp://fides.org/fr/news/39151-ASIE_INDE_Instruction_nourriture_et_protection_pour_les_jeunes_filles_orphelines_et_issues_de_familles_en_situation_precaireVisakhapatnam – Les Sœurs de Saint Louis ont débuté leur action dans le Diocèse indien de Visakhapatnam, en Andhra Pradesh, en 1986. Après être arrivées dans le village isolé de Yellamanchilli, dans lequel la majeure partie des habitants, qui travaillent la terre ou dans les mines de charbon de la zone, sont analphabètes, et avoir étudié la situation du lieu et, surtout, ses besoins primaires, elles ont décidé d’ouvrir un orphelinat pouvant fournir aux jeunes filles accueillies dans ce cadre une instruction, de la nourriture et une protection. La majeure partie des pensionnaires est orpheline alors que celles qui ont une famille ne sont absolument pas en mesure de recevoir un soutien en matière d’alimentation ou d’instruction. Les religieuses ont également une école primaire et un établissement d’enseignement secondaire et pourvoient aux besoins des jeunes filles jusqu’à l’âge de 15 ans.<br />La responsable du Centre, Sœur Pushpa Rani, de nationalité indienne, appartenant à l’ordre de Saint Louis, diplômée en Médecine et spécialisée en Gynécologie à Turin, décrit au Père Adolfo Porro, référent de Madian Orizzonti onlus, des religieux camilliens de Turin, qui soutient l’orphelinat dans lequel se trouvent aujourd’hui 40 jeunes filles, les difficultés que traverse actuellement la structure.<br />« Notre travail est de les accueillir, de leur donner à manger, de les protéger des nombreux dangers que les jeunes indiennes, orphelines ou non, courent et de leur donner une instruction – écrit la religieuse dans la lettre parvenue à l’Agence Fides. Nombre sont les jeunes qui ont achevé leurs études chez nous et qui maintenant travaillent ou continuent leurs études dans les écoles supérieures de la région. Malheureusement, les ressources commencent à manquer pour leur donner à manger. Deux religieuses travaillent dans une école de la zone, ainsi que dans la nôtre et moi à l’hôpital mais nos modestes salaires ne parviennent plus à répondre aux besoins de la communauté et des hôtes et nous risquons la faillite ». Sœur Pushpa Rani conclut en espérant que la générosité de quelqu’un pourra l’aider et surtout, aider celles qu’elle appelle « nos jeunes ». Fri, 19 Dec 2014 00:00:00 +0100AMERIQUE/PANAMA - Présence de Cuba au Sommet des Amériques : un rêve devenu réalitéhttp://fides.org/fr/news/39150-AMERIQUE_PANAMA_Presence_de_Cuba_au_Sommet_des_Ameriques_un_reve_devenu_realitehttp://fides.org/fr/news/39150-AMERIQUE_PANAMA_Presence_de_Cuba_au_Sommet_des_Ameriques_un_reve_devenu_realitePanama – Différents communiqués sont parvenus à l’Agence Fides, commentant la décision historique des exécutifs des Etats-Unis d’Amérique et de Cuba d’établir des relations diplomatiques . Parmi eux, se trouve une note provenant de Panama qui indique que le Chef de l’Etat, Juan Carlos Varela, accueillant favorablement la « nouvelle ère » des rapports entre les Etats-Unis et Cuba, a souligné que cela permettra de réaliser « le rêve » d’avoir une « région unie » à l’occasion de la VII° rencontre « Cumbre de las Americas », que Panama accueillera en avril 2015.<br />Le Ministère des Affaires étrangères panaméen a réaffirmé le 18 décembre que « l’invitation a été adressée aux Chefs d’Etat et de gouvernement de la région, de manière à ce que, durant la rencontre, puisse être réalisé un dialogue constructif avec la participation de tous les pays ». Selon la note parvenue à Fides, Cuba a déjà confirmé sa participation au sommet mais n’a pas spécifié qui sera présent. Le Président Obama a annoncé quant à lui qu’il sera présent les 10 et 11 avril. Fri, 19 Dec 2014 00:00:00 +0100ASIE/INDE - Communiqué œcuménique à l’occasion de Noëlhttp://fides.org/fr/news/39149-ASIE_INDE_Communique_oecumenique_a_l_occasion_de_Noelhttp://fides.org/fr/news/39149-ASIE_INDE_Communique_oecumenique_a_l_occasion_de_NoelNew Delhi – « En vue de Noël, nous avons le cœur lourd suite aux épisodes de violence à l’encontre de nos églises dans différentes parties du pays, en particulier au Chhattisgarh, au Madhya Pradesh, en Odisha et dans l’Uttar Pradesh ainsi que maintenant sur le territoire de la capitale, Delhi. La démolition de l’église Saint Sébastien de Delhi tout comme les autres épisodes de violence ciblée révèlent le mépris non seulement envers les sentiments religieux de notre communauté mais également envers les garanties fournies par la Constitution indienne ». C’est ce qu’affirment les Evêques et responsables de toutes les confessions chrétiennes dans une note diffusée à Delhi et envoyée à l’Agence Fides. Le communiqué est signé, entre autre, par S.Exc. Mgr Anil Couto, Archevêque de Delhi, par d’autres Evêques catholiques, orthodoxes, protestants et par des responsables de la société civile.<br />« Ces actes de violence – expliquent-ils – ne sont pas des incidents isolés. Ils font partie d’une série d’actions interconnectées réalisées par différents acteurs non étatiques. De nombreux hommes politiques ont demandé des lois nationales contre la conversion, des mesures qui touchent les communautés chrétienne et musulmane, même si elles ne sont pas citées ».<br />En outre, poursuit le texte, « la campagne bien organisée, y compris par des membres de haut niveau du Parlement et des appartenants au parti aux affaires représente une menace pour la paix et pour l’harmonie nationale, remettant en cause l’identité et le patriotisme des différentes minorités religieuses en Inde » en les discréditant et les exposant à de nouvelles violences.<br />Le communiqué explique : « Alors que l’exécutif a remporté les élections sur la base d’une plateforme de « développement et bon gouvernement », les groupes radicaux voient approuvé leur programme de haine et de nationalisme religieux. Il s’agit d’une tentative évidente de sabotage de la Constitution indienne, qui garantit la liberté de tout citoyen indien de professer, pratiquer et diffuser sa propre religion ».<br />Les responsables notent que les mesures, paradoxalement dénommées « Lois pour la liberté religieuse », en vigueur dans différents Etats indiens, l’ont de facto limitée et « ont été utilisées contre les minorités, donnant à la police le pouvoir de déranger, d’arrêter et de punir prêtres, religieux et opérateurs chrétiens ».<br />Les signataires ont envoyé au gouvernement un Mémorandum indiquant différents épisodes « représentatifs de l’hostilité et de la discrimination subie par les chrétiens sur tout le territoire de l’Inde ». Ils y évoquent des cas de « boycott social » , d’agressions physiques et de profanation d’édifices de culte.<br />Le texte envoyé à Fides conclut : « L’Inde est une terre sur laquelle différentes fois religieuses coexistent depuis toujours. Les pères fondateurs se sont engagés à garantir que les droits de tous soient sauvegardés, indépendamment de la religion, du sexe ou de la caste. Espérons et prions pour que cette discrimination et cette violence ciblée soient bloquées grâce à une forte volonté politique des institutions civiles et politiques ». Fri, 19 Dec 2014 00:00:00 +0100AMERIQUE/ARGENTINE - Encouragement de la Conférence épiscopale pour « construire ensemble un pays plus fraternel »http://fides.org/fr/news/39148-AMERIQUE_ARGENTINE_Encouragement_de_la_Conference_episcopale_pour_construire_ensemble_un_pays_plus_fraternelhttp://fides.org/fr/news/39148-AMERIQUE_ARGENTINE_Encouragement_de_la_Conference_episcopale_pour_construire_ensemble_un_pays_plus_fraternelBuenos Aires – Dans le cadre d’un message publié à l’occasion de Noël intitulé « Paix sur terre aux hommes », la Conférence épiscopale argentine exhorte toute la communauté nationale à « construire ensemble un pays plus fraternel » et à renouveler l’engagement en faveur de la paix, rappelant que ce don est « toujours un défi et un devoir pour l’ensemble des hommes et des femmes de bonne volonté ».<br />Les Evêques rappellent ensuite que « ce qui met en danger la paix est enraciné dans le cœur de l’homme blessé par le péché » et ses conséquences se voient « dans les déséquilibres économiques et sociaux qui demandent un ordre mondial plus juste, dans le mépris pour la vie, qui est le droit fondamental de l’individu, dans le délit du trafic de drogue et dans le trafic d’êtres humains » entre autres maux.<br />« Noël représente le « oui » de Dieu à l’homme pour l’accompagner dans la création d’un monde plus humain, plus juste et plus fraternel » soulignent-ils. Le message a été rendu public au terme de la 169ème session de la Commission permanente des Evêques .<br />Au sein de la nation latino-américaine, l’indifférence sociale favorise actuellement la diffusion des drogues et l’Eglise s’est depuis longtemps engagée à combattre ce fléau auquel vient s’ajouter celui de la violence . Fri, 19 Dec 2014 00:00:00 +0100EUROPE/ALLEMAGNE - Le souhait des Chanteurs de l’Etoile : « assurer une nutrition saine aux enfants des Philippines et du monde entier »http://fides.org/fr/news/39147-EUROPE_ALLEMAGNE_Le_souhait_des_Chanteurs_de_l_Etoile_assurer_une_nutrition_saine_aux_enfants_des_Philippines_et_du_monde_entierhttp://fides.org/fr/news/39147-EUROPE_ALLEMAGNE_Le_souhait_des_Chanteurs_de_l_Etoile_assurer_une_nutrition_saine_aux_enfants_des_Philippines_et_du_monde_entierAachen – Pour la 57ème fois au cours des jours qui précéderont l’Epiphanie, les Chanteurs de l’Etoile de l’Enfance missionnaire allemande défileront dans les rues du pays avec leurs chants de Noël. « Porter la bénédiction, être bénédiction : une nutrition saine pour les enfants des Philippines et du monde entier » est le slogan de la Campagne de cette année, selon les informations parvenues à l’Agence Fides.<br />Quelques 842 millions de personnes de par le monde souffrent la faim ou ne disposent pas de suffisamment de nourriture pour mener une vie saine. Par ailleurs, 2,6 millions d’enfants de moins de cinq ans meurent chaque année des conséquences de la malnutrition. Plus de 162 millions d’enfants sont trop petits pour leur âge et 50 millions d’autres ont un déficit pondéral par rapport à leur taille, ce qui constitue deux signes de la malnutrition.<br />Mais les enfants malnutris ne sont pas les seuls destinataires de l’engagement des jeunes de l’Enfance missionnaire allemande : enfants des rues, orphelins à cause du SIDA, enfants qui ne peuvent fréquenter l’école ou qui n’ont pas accès à une eau propre dans plus de 100 pays du monde reçoivent de l’aide par le biais des fonds recueillis dans le cadre de la campagne des Chanteurs de l’Etoile.<br />Endossant les tenues des Rois Mages, avec la comète et leurs chants durant le temps de Noël et les premiers jours de la nouvelle année, les Chanteurs de l’Etoile frappent aux portes des maisons allemandes. Environ 500.000 enfants des Paroisses catholiques d’Allemagne porteront la bénédiction « C+M+B » aux familles, recueillant des offrandes pour leurs camarades qui souffrent dans le monde entier. La collecte des Chanteurs de l’Etoile allemands est devenue la plus grande initiative de solidarité du monde entier dans le cadre de laquelle des enfants s’engagent en faveur d’autres enfants moins favorisés. Fri, 19 Dec 2014 00:00:00 +0100