Fides News - French (Standard)http://fides.org/Les Dépêches de l'Agence FidesfrLes contenus du site sont publiés sous licence Creative Commons.AFRIQUE/RD CONGO - Les obsèques d’Etienne Tshisekedi, otages du conflit entre majorité et oppositionhttp://fides.org/fr/news/61814-AFRIQUE_RD_CONGO_Les_obseques_d_Etienne_Tshisekedi_otages_du_conflit_entre_majorite_et_oppositionhttp://fides.org/fr/news/61814-AFRIQUE_RD_CONGO_Les_obseques_d_Etienne_Tshisekedi_otages_du_conflit_entre_majorite_et_oppositionKinshasa – « Avec la mort d’Etienne Tshisekedi , l’UDPS et le Rassemblement de l’opposition ont perdu leur principal levier de pression sur le pouvoir » affirme une note envoyée à l’Agence Fides par le Réseau Paix pour le Congo. « Maintenant, plusieurs membres de l’opposition craignent que le pouvoir ne se sent obligé à mettre en œuvre l’accord du 31 décembre qui comprend, entre autres, la nomination du Premier ministre présenté par le Rassemblement et la création d’un nouveau gouvernement d’unité nationale » explique la note, faisant référence à l’accord de la Saint Sylvestre portant notamment sur la création d’un gouvernement d’unité nationale devant porter la République démocratique du Congo aux élections présidentielles d’ici la fin de cette année.<br />Les responsables de l’opposition « estiment, donc, qu’il faut arriver à une conclusion rapide des actuelles négociations sur les modalités pratiques de mise en œuvre de l’accord, afin de permettre au prochain Premier Ministre et au nouveau gouvernement de pouvoir enfin organiser, dignement et, surtout, paisiblement, les funérailles d’Etienne Tshisekedi. En d’autres termes: avant le partage de ce délicieux gâteau dénommé pouvoir et après, et seulement après, le devoir d’organiser les funérailles » affirme la note.<br />Le Président Kabila, le Gouvernement en place et la majorité présidentielle ont fait, eux aussi, leurs calculs. Pour eux, la logique est différente: d’abord les funérailles car, selon la tradition bantoue, le deuil est quelque chose de sacré et seulement après on reprendra les pourparlers avec l’opposition, en vue de l’application de l’accord du 31 décembre. « Entre temps, le temps passe! Mais en attendant, ils pourront continuer à goûter seuls ce délicieux gâteau du pouvoir. Très exquis ce gâteau!!! Il est donc convenable de prolonger le deuil et de reporter les funérailles le plus possible. C’est la stratégie du « glissement ». Renvoyer après les funérailles la nomination du nouveau Premier Ministre et la formation du gouvernement d’unité nationale, prévus par l’Accord du 31 décembre 2016, permettra de reporter également les élections présidentielles, les législatives nationales et les législatives provinciales prévues, conformément à l’accord, avant le fin du mois de décembre 2017 ».<br />De plus, prévoyant des centaines de milliers de personnes aux funérailles d’Etienne Tshisekedi, le Président Kabila et le gouvernement Badibanga tentent de s’approprier l’organisation de ces funérailles. Cela leur permettra d’apparaître aux yeux du peuple comme les «garants de la démocratie », puisqu’ils auront réservé les honneurs des funérailles d’État à un membre éminent de l’opposition et, en même temps, de « assurer la sécurité » des personne, en cas d’éventuels dérapages et d’actes de violence commis par « certains extrémistes casseurs ». <br />Sat, 25 Feb 2017 12:43:07 +0100AMERIQUE/BRESIL - Vers le I° Congrès des radios catholiques brésilienneshttp://fides.org/fr/news/61813-AMERIQUE_BRESIL_Vers_le_I_Congres_des_radios_catholiques_bresilienneshttp://fides.org/fr/news/61813-AMERIQUE_BRESIL_Vers_le_I_Congres_des_radios_catholiques_bresiliennesAparecida – Les 28 et 29 mars prochaines, à Aparecida, se tiendra le I° Congrès des radios catholiques brésiliennes, promu par le Réseau catholique de Radio avec le soutien de la Commission épiscopale pour la Communication de la Conférence épiscopale du Brésil . Ce moment de partage et de croissance commune aura comme thème principal le passage des transmissions radiophoniques de la bande AM à FM.<br />L’Archevêque de Diamantina et Président de la Commission épiscopale pour la Communication, S.Exc. Mgr Darci José Nicioli, a chaudement invité les stations à participer au Congrès et a rappelé la première rencontre nationale des radio catholiques, intervenue en février de l’an dernier, sur le thème de la numérisation, soulignant que « cela a été hautement bénéfique pour tous les participants ». Selon les indications parvenues à Fides, l’événement de cette année fournira une approche juridique et technique au problème, attendu qu’il existe d’importants doutes en ce qui concerne le processus de migration des bandes AM vers la FM. C’est pourquoi est mise en évidence la nécessité de la présence des responsables des radios appartenant à l’Eglise ou qui y sont associées, afin de prendre des décisions bien pondérées et juridiquement bien fondées. <br />Sat, 25 Feb 2017 12:33:38 +0100AFRIQUE/KENYA - Elections pacifiques et crédibles au centre de la campagne de Carême de cette annéehttp://fides.org/fr/news/61812-AFRIQUE_KENYA_Elections_pacifiques_et_credibles_au_centre_de_la_campagne_de_Careme_de_cette_anneehttp://fides.org/fr/news/61812-AFRIQUE_KENYA_Elections_pacifiques_et_credibles_au_centre_de_la_campagne_de_Careme_de_cette_anneeNairobi – « Des élections crédibles et pacifiques… des responsables d’intégrité » : tel est le thème de la campagne de Carême de cette année tel que choisi par la Kenya Conference of Catholic Bishops qui est lancée ce 25 février à l’University of Nairobi Graduation Square.<br />Les célébrations prévoient une procession et une Messe célébrée par S.Em. le Cardinal John Njue, Archevêque de Nairobi, assisté par S.Exc. Mgr Cornelius Korir, Evêque d’Eldoret et Président de la Commission épiscopale Justice et Paix, en présence du Chef de l’Etat, Uhuru Kenyatta.<br />En présentant la campagne de Carême, au début du mois, l’ancien Evêques aux armées pour le Kenya, S.Exc. Mgr Alfred Rotich, a souhaité qu’elle puisse servir à pousser les hommes politiques, les citoyens et ceux qui sont chargés d’organiser les élections afin qu’ils oeuvrent de telle manière que le scrutin qui se tiendra en août soit libre et pacifique.<br />La Conférence épiscopale du Kenya, a rappelé Mgr Rotich, a joué un rôle actif qui va au-delà de la simple mission d’observateur électoral, en favorisant le dialogue en faveur de réformes institutionnelles pacifiques et soutenables, et en priant pour la paix et l’unité de la nation.<br />« La responsabilité d’assurer que les élections soient pacifiques et crédibles ne peut retomber seulement sur l’Eglise. Dès lors, il est nécessaire que tous fassent un effort dans cette direction, en particulier les moyens de communication » a déclaré Mgr Rotich, qui s’est plaint des « déclarations incitant à la haine de la part de la classe politique qui ont porté à des affrontements violents ». « Il est donc important – a-t-il ajouté – de prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher l’érosion des progrès obtenus par le passé dans le domaine de la démocratie et de la stabilité politique ».<br />Au cours du Carême, l’Eglise invitera les 11 millions de catholiques kenyans, outre au jeûne et à la pénitence, à discuter de ces problématiques afin de rechercher des solutions. <br />Sat, 25 Feb 2017 12:26:37 +0100AMERIQUE/REPUBLIQUE DOMINICAINE - Inquiétudes de l’Episcopat concernant les adolescents et les jeunes dominicainshttp://fides.org/fr/news/61811-AMERIQUE_REPUBLIQUE_DOMINICAINE_Inquietudes_de_l_Episcopat_concernant_les_adolescents_et_les_jeunes_dominicainshttp://fides.org/fr/news/61811-AMERIQUE_REPUBLIQUE_DOMINICAINE_Inquietudes_de_l_Episcopat_concernant_les_adolescents_et_les_jeunes_dominicainsSanto Domingo – « Adolescents et jeunes au sein de la réalité dominicaine » : tel est le titre du Message que la Conférence épiscopale de République dominicaine a publié à l’occasion du 173ème anniversaire de la commémoration de l’indépendance, fêtée le 27 février.<br />« Nous désirons partager avec tous certaines inquiétudes que nous avons concernant la réalité des adolescents et des jeunes » écrivent les Evêques dans le Message parvenu à Fides. Ils s’attardent par la suite à décrire la situation : 36,3% de la population dominicaine sont constitués de jeunes de 10 à 29 ans et parmi eux sont présentes de nombreuses valeurs qui font espérer en l’avenir, comme l’engagement dans les études, la disponibilité à créer des occasions de fête et de joie même dans les difficultés actuelles, la tendance à se réunir en valorisant l’amitié. En outre, de nombreux jeunes travaillent, faisant preuve de créativité et de sens de l’entreprise.<br />« En majorité, nos jeunes sont généreux et solidaires au sein de leurs communautés » soulignent les Evêques. Nombreux sont les jeunes qui cherchent le Seigneur au sein de l’Eglise catholique et d’autres communautés chrétiennes, en faisant partie de groupes juvéniles et en prêtant service dans la catéchèse, la liturgie, le service social etc. Le nombre des vocations au sacerdoce et à la vie consacrée tout comme aux différents ministères laïcs a augmenté. « Malgré les inégalités sociales, économiques et culturelles qui existent parmi nous, un grand nombre de familles soutient ses enfants dans leurs études et leur développement humain et chrétien, même au milieu d’une grande précarité ».<br />Les Evêques s’attardent ensuite, « avec tristesse et préoccupation » sur une série de situations douloureuses. Un grand nombre de jeunes naît dans des familles où manque une figure paternelle ou maternelle qui les guide et où le niveau d’agressivité est important. La pauvreté, qui frappe 40% des familles dominicaines, crée d’énormes inégalités et réduit les possibilités d’études et de progression dans la vie. Les responsables sociaux et politiques véritablement au service du peuple et ne faisant pas de la corruption un mode de vie font défaut. Les jeunes disposent de peu d’espaces pour se divertir de manière saine alors qu’en revanche ils ont beaucoup de possibilités de faire usage de drogue, de se dédier au jeu illicite, au sexe facile, à la prostitution, qui les portent à détruire leur vie. Le nombre des chômeurs a augmenté. Il représente maintenant 28,7% de la population des 15-24 ans alors que 19,7% de cette publication n’étudient ni ne travaillent. « Il est alarmants que les adolescents et les jeunes soient toujours plus impliqués dans des violences, des vols à main armée, des agressions, des homicides et toute sorte de délits, conduits à cela par l’usage et le trafic de drogue et par l’idéal d’un enrichissement facile, en prenant comme modèle des hommes politiques corrompus et des trafiquants de drogue ». Le Message dénonce par la suite l’usage néfaste des moyens de communication et des réseaux sociaux… alors qu’augmente le nombre de ceux qui se déclarent sans religion ou participent à des groupes ésotériques ou syncrétistes.<br />Les Evêques lancent donc un appel : « Après avoir vu la réalité de nos adolescents et de nos jeunes, nous invitons les familles, la société, les autorités et l’Eglise entière à faire un choix préférentiel en faveur de nos adolescents et de nos jeunes. L’accompagnement, le sens de la famille, la qualité de l’instruction, les sages principes de la Bible, la communauté et la société chrétienne seront essentiels pour que nos adolescents et de nos jeunes puissent prendre la vie de manière responsable comme un appel et une mission ».<br />Après avoir adressé une série d’exhortations aux familles, à la société et aux autorités, tout comme aux membres de l’Eglise, les Evêques, dans leur conclusion, encouragent les jeunes « à être protagonistes de leur vie et de leur vocation » et à « incarner les valeurs de l’Evangile, à suivre les traces de nos pères en accomplissant les devoirs civils, dans le respect des lois, pour honorer le pays dans ses symboles, ses héros et héroïnes et en contribuant à la protection de l’environnement. Soyez courageux. Ayez le courage de concevoir un monde meilleur ». <br /><br />Sat, 25 Feb 2017 12:06:24 +0100ASIE/INDE - Progression de l’accès à l’énergie électrique dans les zones rurales du payshttp://fides.org/fr/news/61810-ASIE_INDE_Progression_de_l_acces_a_l_energie_electrique_dans_les_zones_rurales_du_payshttp://fides.org/fr/news/61810-ASIE_INDE_Progression_de_l_acces_a_l_energie_electrique_dans_les_zones_rurales_du_paysNew Delhi – De par le monde, plus d’un million de personnes n’ont pas accès à une énergie électrique fiable et accessible, sans laquelle l’augmentation des revenus, l’amélioration de la sécurité alimentaire et la santé, l’instruction des enfant set l’accès aux principaux services d’information ne peuvent progresser. Pour faire face à ce problème, le gouvernement indien a décidé en 2016 de construire, dans les cinq prochaines années, 10.000 mini réseaux d’une capacité de 500 MW même si l’Inde dispose d’un potentiel de près de 750.000 MW d’énergie solaire.<br />L’accès à l’énergie électrique permettra une certaine croissance économique de la population rurale du pays. Actuellement, en effet, 237 millions de personnes en sont privés. Le Centre pour la Science et l’Environnement, dont le siège est à Delhi, calcule que, même si la moitié des familles considérées comme reliées au réseau électrique national, ne reçoivent pas la fourniture garantie de 6 heures ininterrompues, 650 millions de personnes vivraient en Inde sans avoir accès à l’énergie électrique. Les mini réseaux d’énergie renouvelable sont considérés, en particulier dans les villages reculés, comme la meilleure option pour fournir de l’énergie, à usage domestique et commercial. Il s’agit d’un système décentralisé qui alimente un générateur d’énergie renouvelable d’une capacité minimale de 10 KW.<br />C’est ce que confirme l’initiative Energie intelligente pour le Développement rural de la Fondation Rockfeller au sein de deux des Etats les plus pauvres du pays, à savoir le Bihar et l’Uttar Pradesh, où respectivement 16 et 36% des familles ne disposent pas de l’énergie électrique. Le projet Energie intelligente pour le Développement rural, lancé en 2014, a permis de créer quelques 100 installations de mini-réseaux en Uttar Pradesh, au Bihar et au Jharkhand. Selon des sources de la Fondation, les installations desservent 38.000 clients dont plus de 6.500 habitations, 3.800 entreprises et plus de 120 institutions, tours de télécommunications et micro entreprises. De 2014 à 2017, la Fondation estime avoir changé la situation de 1.000 villages encore privés d’électricité en Inde, soit environ un million de personnes vivants en zone rurale. <br />Sat, 25 Feb 2017 11:27:11 +0100AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Urgence famine concernant, encore une fois, surtout les mères et les enfantshttp://fides.org/fr/news/61809-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Urgence_famine_concernant_encore_une_fois_surtout_les_meres_et_les_enfantshttp://fides.org/fr/news/61809-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Urgence_famine_concernant_encore_une_fois_surtout_les_meres_et_les_enfantsYirol – Les grandes agences internationales des Nations unies ont émis un communiqué conjoint attirant l’attention avec force sur la situation d’urgence dans le pays. Selon elles, 100.000 risquent de mourir de faim dans le nord du Soudan en l’absence d’une intervention immédiate. De plus, près de la moitié de la population totale – 5,5 millions de personnes – pourrait arriver d’ici juillet prochain à ne plus avoir accès à la nourriture.<br />« Ces jours derniers, je me trouvais au Soudan du Sud. Pendant mon séjour, le 20 février, le gouvernement du pays a officiellement déclaré une nouvelle et terrible urgence : la faim ! Elle touche principalement l’Etat d’Unité, zone confinant pour une grande partie avec l’Etat des Lacs où nous, de l’organisation Médecins avec l’Afrique – CUAMM, oeuvrons » raconte à Fides le Père Dante Carraro, Directeur du CUAMM. « Ce qui nous cause le plus d’amertume et de découragement – poursuit le Père Carraro – es que, dans ce cas, l’urgence est dictée par un contexte d’insécurité dû à une guerre civile à cause de laquelle la population meurt ou fuit. Ceux qui meurent le plus sont, encore une fois, les mères et les enfants. La haine porte à tuer ses propres frères, à semer la mort et le désespoir. La crainte est que l’urgence ne se répande à grande vitesse et ne demeure pas confinée à l’Etat d’Unité ».<br />« En tant que CUAMM nous travaillons déjà à deux projets importants pour soutenir le traitement de la malnutrition sévère dans 78 centres sanitaires périphériques. L’objectif est de placer sous traitement 9.600 enfants de moins de 5 ans. Nous sommes sur le terrain au travers de 1.023 opérateurs locaux et 53 internationaux dont une vingtaine d’italiens ». « Il est difficile pour nous, en Italie, de comprendre pleinement ce que signifie mourir de faim. Tentons pour un instant de prendre la place de ces femmes qui arrivent dans les hôpitaux de Yirol et de Cueibet ou au centre de santé de Maper, avec leurs enfants malnutris, des enfants qui ont peut-être un an et ne pèsent qu’entre 5 et 6 Kg ! Nous ne devons pas nous en tenir seulement à des déclarations mais nous devons rendre concrètes les aides alimentaires et permettre qu’elles puissent parvenir aux populations souffrantes, comme l’a déclaré récemment le Pape François » conclut le Directeur du CUAMM. Sat, 25 Feb 2017 10:13:47 +0100AMERIQUE/ETATS UNIS - Journée pour les droits des immigrés et des réfugiés le 28 févrierhttp://fides.org/fr/news/61805-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Journee_pour_les_droits_des_immigres_et_des_refugies_le_28_fevrierhttp://fides.org/fr/news/61805-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Journee_pour_les_droits_des_immigres_et_des_refugies_le_28_fevrierAustin – Le 28 février prochain, les communautés de tout le Texas se réuniront à Austin pour le #WeAreAllTexas, une journée en faveur des droits des immigrés et des réfugiés. L’événement sera ouvert par une marche qui débutera à 10.00 locales devant l’hôtel de ville d’Austin et se poursuivra au travers d’une manifestation prévue à 11.00 locales devant le Texas Capitol, pour s’achever au travers de visites et de rencontres avec les représentants de l’Etat.<br />Les délégations des associations, laïques et ecclésiales, des Paroisses et des groupes engagés tout comme celles des professions libérales, ont décidé de se rendre, une fois encore, à Austin, pour réaffirmer les dangers du Senate Bill 4, projet de loi qui prévoit des normes strictes pour les immigrés pour des raisons de sécurité publique. La note envoyée à Fides par le Border Network for Human Rights signale que, de cette manière, la responsabilité retombe sur les gouvernements locaux avec un impact dévastateur sur les familles et les communautés.<br />Le Mouvements des Sanctuaires, né en mars 1982, qui protège les immigrés en situation irrégulière, est devenue la référence de nombreuses organisations – surtout religieuses – dans le cadre de leur service d’accueil aux migrants sans défense . <br /><br />Fri, 24 Feb 2017 08:18:24 +0100AMERIQUE/COLOMBIE - Mort de l’un des agents de police blessés dans l’explosion intervenue à La Macarenahttp://fides.org/fr/news/61803-AMERIQUE_COLOMBIE_Mort_de_l_un_des_agents_de_police_blesses_dans_l_explosion_intervenue_a_La_Macarenahttp://fides.org/fr/news/61803-AMERIQUE_COLOMBIE_Mort_de_l_un_des_agents_de_police_blesses_dans_l_explosion_intervenue_a_La_MacarenaBogotá – L’Evêque aux armées, S.Exc. Mgr Fabio Suescun Mutis, a visité à l’hôpital les agents de police blessés lors de l’explosion dans le quartier de La Macarena, à Bogotá, le 19 février dernier. L’Evêque, après avoir condamné ces faits, a encouragé les forces de l’ordre et leurs familles, et a prié pour l’âme d’Albeiro Garibello Alvarado, mort hier des suites de ses nombreuses blessures.<br />Mgr Suescun Mutis a exhorté les membres de la police nationale, des forces armées, le secteur de la Défense et la société en général, à s’unir dans la prière afin que ces actes de violence ne se reproduisent plus, ainsi que l’indique la Conférence épiscopale colombienne envoyée à Fides.<br />Le Directeur général de la Police, le Général Jorge Hernando Nieto, a déclaré hier que l’enquête ne se clôturera que par l’arrestation des auteurs de ce fait criminel.<br />Selon des informations de la presse locale, cette dernière explosion, qui a provoqué 30 blessés, dont de nombreux agents de police, semble être relié à d’autres faits criminels de ce genre. L’opinion publique est divisée sur le fait qu’il puisse s’agir d’un attentat terroriste, même si tout ferait penser à une attaque visant principalement la Police. <br />Fri, 24 Feb 2017 08:17:31 +0100ASIE/JORDANIE - Les lieux chrétiens, nouvelle priorité du secteur touristique du Royaume hachémitehttp://fides.org/fr/news/61806-ASIE_JORDANIE_Les_lieux_chretiens_nouvelle_priorite_du_secteur_touristique_du_Royaume_hachemitehttp://fides.org/fr/news/61806-ASIE_JORDANIE_Les_lieux_chretiens_nouvelle_priorite_du_secteur_touristique_du_Royaume_hachemiteAmman – Le tourisme religieux biblique et en particulier le « patrimoine chrétien » national sont toujours davantage au centre des stratégies du gouvernement jordanien visant à favoriser le flux de visiteurs étrangers en direction du Royaume hachémite. Au cours de ces jours derniers, le Ministre chargé du tourisme et des antiquités, Lina Annab, a effectué un voyage « promotionnel » au Liban, dans le but de présenter aux représentants des églises et aux agences de tourisme libanaises les destinations bibliques et les lieux liés aux récits évangéliques et à l’histoire du Christianisme qui pourraient faire l’objet d’une promotion touristique plus intense et appropriée.<br />« Le tourisme entre nos deux pays – a déclaré notamment le Ministre lors d’une conférence tenue à l’hôtel Hilton – pourrait être plus vivace si nous travaillons pour faire connaître nos sites touristiques respectifs de manière adéquate. Le but de cette visite au Liban est de développer le tourisme religieux et le Patriarche Maronites, Bechara Boutros Rai, a démontré un grand intérêt pour ce thème ». Le Ministre a fait référence aux lieux les plus connus du patrimoine archéologique, biblique et chrétien de Jordanie, tels que Béthanie, Mad Aba, le Mont Nébo, Angara, Salt, Jérazah, Pétra, Aqaba, faisant remarquer que ces sites pouvaient être visités en les reliant à des itinéraires de différentes durées. De son côté, le Père Khalil Alwan, collaborateur du Patriarche d’Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Bechara Boutros Rai, a illustré l’action de l’Association libanaise pour le Développement du pèlerinage religieux et du tourisme qu’il préside, rappelant que « le Christ Lui-même est passé par Tyr et les premiers Synodes de l’Eglise ont eu lieu à Beyrouth, Tripoli et Tyr ». <br />Fri, 24 Feb 2017 08:17:11 +0100AFRIQUE/BURUNDI - Nouvelle unité de néonatologie à Cibitokehttp://fides.org/fr/news/61801-AFRIQUE_BURUNDI_Nouvelle_unite_de_neonatologie_a_Cibitokehttp://fides.org/fr/news/61801-AFRIQUE_BURUNDI_Nouvelle_unite_de_neonatologie_a_CibitokeCibitoke – Les mères et les enfants de Cibitoke, dans le nord du Burundi, pourront bientôt compter sur une nouvelle unité de néonatologie. Le Comité de Collaboration médicale dotera l’hôpital du district d’un instrument essentiel pour réduire la mortalité néonatale dans le pays. Il s’agit du projet Kira Mama Plus! qui sera réalisé au travers de formations, de leçons théoriques et de tutorat sur le lieu de travail au profit des infirmières et sages-femmes de l’ensemble des « points naissance » du district.<br />Afin de garantir que tout nouveau-né soit suivi après la naissance au cours de son premier mois de vie, la formation concernera également les opérateurs sanitaires de communauté et les sages-femmes traditionnelles qui, par le biais de visites à domicile, garantiront soins et assistance hors des centres de santé. Les partenaires du projet sont l’hôpital de Mabayi, 16 centres de santé et l’hôpital du district sanitaire de Cibitoke alors que les bénéficiaires sont représentés par 257 opérateurs sanitaires préposés à la maternité et 435 opérateurs sanitaires de communauté.<br />Au Burundi, le taux de mortalité néonatale est encore très élevé. Selon l’UNICEF, en effet, 36 enfants sur 1.000 meurent au cours de leurs 28 premiers jours de vie, en particulier durant les toutes premières heures après la naissance, parce que prématurés, en carence pondérale ou à cause de complications au cours de l’accouchement ou d’infections. <br />Fri, 24 Feb 2017 08:16:46 +0100AFRIQUE/EGYPTE - Nouveau meurtre d’un chrétien copte dans le Sinaï septentrionalhttp://fides.org/fr/news/61802-AFRIQUE_EGYPTE_Nouveau_meurtre_d_un_chretien_copte_dans_le_Sinai_septentrionalhttp://fides.org/fr/news/61802-AFRIQUE_EGYPTE_Nouveau_meurtre_d_un_chretien_copte_dans_le_Sinai_septentrionalAl Arish – Un copte d’une quarantaine d’année a été retrouvé mort, victime d’une balle dans la nuque, dans la ville égyptienne d’al-Arish, chef-lieu du Sinaï septentrional, au cours de la journée du 23 février. Le corps a été retrouvé à l’intérieur de son habitation qui avait été incendiée. Il s’agit du troisième chrétien copte tué à al Arish au cours de ces dernières 48 heures et du septième assassiné dans la péninsule du Sinaï au cours de ces deux dernières semaines. Un copte de 65 ans et son fils de 45 ans ont été retrouvés à al Arish à l’aube du 22 février. Le 12 février dernier en revanche des tueurs masqués en motocyclette avaient tué un vétérinaire chrétien alors qu’il était au volant de sa voiture, toujours à al-Arish, où à la fin du mois de janvier, avait été assassiné également un autre chrétien de 35 ans. Au cours de ces derniers jours, lorsque la vague de meurtres de chrétiens dans le Sinaï avait déjà débuté, des soi-disant affiliés égyptiens au prétendu « Etat islamique » avaient diffusé un message vidéo dans lequel ils revendiquaient une nouvelle campagne de violences contre les coptes, qualifiés par les djihadistes de « proie préférée ». Le message en question exaltait la figure d’Abu Abdullah al-Masri, le jeune auteur de l’attentat suicide du 11 novembre qui avait provoqué 29 morts dans l’église de Botrosiya, à l’intérieur du complexe d’édifices ecclésiastiques adjacents à la Cathédrale copte orthodoxe du Caire. <br />Fri, 24 Feb 2017 08:16:21 +0100AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Communiqué de l’Episcopat dénonçant des crimes de guerre commis sur base ethniquehttp://fides.org/fr/news/61808-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Communique_de_l_Episcopat_denoncant_des_crimes_de_guerre_commis_sur_base_ethniquehttp://fides.org/fr/news/61808-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Communique_de_l_Episcopat_denoncant_des_crimes_de_guerre_commis_sur_base_ethniqueJuba – Au Soudan du Sud, on tue sur la base de l’appartenance ethnique. C’est ce que dénoncent les Evêques du pays dans un communiqué envoyé à l’Agence Fides, dans lequel il est annoncé que le Pape François espère pouvoir visiter le Soudan du Sud d’ici la fin de l’année. « Malgré les appels provenant de différentes parts à la fin de la guerre, les meurtres, les viols, les évacuations forcées, les attaques contre les églises et les destructions de propriétés se poursuivent dans tout le pays » affirme le document. L’armée, fidèle au Président Salva Kiir, et les forces de l’opposition de l’ancien Vice-président, Riek Machar, attaquent les civils perçus comme partisans de la partie adverse. La discrimination advient sur base ethnique et ceux qui sont perçus comme ennemis sont « tués, violés, torturés, brûlés, battus, dérobés, molestés, emprisonnés, contraints à abandonner leurs maisons et empêché de procéder aux récoltes ».<br />Le gouvernement a invité les évacués à rentrer dans les villages mais nombre d’entre eux, dénoncent les Evêques, « sont devenus une terre brûlée » alors que différentes villes sont maintenant « des villes fantômes, vides de leurs habitants, à l’exception des forces de sécurité et, peut-être des membres d’une faction ou d’une tribu ». Ceux qui se sont réfugiés dans les camps de l’ONU ou dans les églises sont, eux aussi, menacés et molestés par les forces de sécurité. « Il s’agit de formes de punition collective interdites par les lois de la guerre prévues dans le cadre de la Convention de Genève » soulignent les Evêques.<br />Le niveau de violence est devenu pathologique. Non seulement les civils sont tués mais « leurs corps sont brûlés et mutilés » alors que, dans différents cas, des groupes familiaux entiers ont été brûlés vifs à l’intérieur de leurs maisons.<br />Enfin, les Evêques se déclarent préoccupés part le fait que « des éléments du gouvernement semblent méfiants à l’égard de l’Eglise » et que, dans certaines localités, les efforts de médiation ecclésiaux sont frustrés lorsque des fonctionnaires disposés à dialoguer sont remplacés par des partisans de la ligne dure et de l’intransigeance. Sont enfin dénoncés des actes de persécution à l’encontre de prêtres, religieux, religieuses et laïcs.<br />Le message se conclut en réaffirmant l’engagement de l’Eglise à collaborer avec tous pour ramener la paix dans le pays. <br />Fri, 24 Feb 2017 08:15:42 +0100AFRIQUE/RD CONGO - Condamnation unanime de la part de la Nonciature apostolique, de la Conférence épiscopale locale et de la MONUSCO après les nouvelles profanations d’églises et de couventshttp://fides.org/fr/news/61807-AFRIQUE_RD_CONGO_Condamnation_unanime_de_la_part_de_la_Nonciature_apostolique_de_la_Conference_episcopale_locale_et_de_la_MONUSCO_apres_les_nouvelles_profanations_d_eglises_et_de_couventshttp://fides.org/fr/news/61807-AFRIQUE_RD_CONGO_Condamnation_unanime_de_la_part_de_la_Nonciature_apostolique_de_la_Conference_episcopale_locale_et_de_la_MONUSCO_apres_les_nouvelles_profanations_d_eglises_et_de_couventsKinshasa – Les profanations d’églises catholiques se poursuivent en République démocratique du Congo, après les attaques contre la Paroisse Saint Dominique de Limete, au sein de la capitale, Kinshasa, le 19 février, et du Grand Séminaire de Malole de Kananga, au Kasaï central la veille .<br />Selon des nouvelles parvenues à l’Agence Fides, dans la nuit du 21 au 22 février, des inconnus ont attaqué et vandalisé la Paroisse Sainte Marie de Lukalaba, au Kasaï oriental, alors qu’un autre groupe a tenté de mettre à sac les Paroisses Saint Robert Kansele et Saint Albert le Grand de Mbuji-Mayi, mais leur action violente a été interrompue par l’arrivée de la police. A Lubumbashi au Haut Katanga, la Partisse Saint Kizito a été prise d’assaut par un certain nombre d’inconnus qui ont tenté d’incendier l’entrée de l’église à l’aide de bidons d’essence et de pneumatiques, brisant ensuite les vitres du lieu de culte et de l’école adjacente, qui a, elle aussi, été saccagée. La même chose a eu lieu dans la Paroisse Saint Jean Baptiste du quartier de Gbadolite et au couvent des Servantes de Saint Joseph de cette même ville.<br />La Nonciature apostolique en République démocratique du Congo, la Conférence épiscopale locale et la Mission des Nations unies de stabilisation en RDC ont condamné les actes de vandalisme commis contre les structures de l’Eglise.<br />« Les lieux de culte appartiennent à tous. Ceux qui les attaquent frappent un bien commun de tous les congolais » affirme un communiqué conjoint signé par Leurs Excellences NN.SS Louis Mariano Montemayor et Marcel Utembi Tapa, respectivement Nonce apostolique à Kinshasa et Archevêque de Kisangani et Président de la CENCO, et par Maman Sidikou, le diplomate nigérian se trouvant à la tête de la MONUSCO, demandant la suspension immédiate de ces actes de vandalisme. <br />Fri, 24 Feb 2017 08:15:17 +0100EUROPE/ITALIE - Forum international des Migrationshttp://fides.org/fr/news/61804-EUROPE_ITALIE_Forum_international_des_Migrationshttp://fides.org/fr/news/61804-EUROPE_ITALIE_Forum_international_des_MigrationsRome – « Les quatre actions indiquées par le Pape – accueillir, protéger, promouvoir et intégrer – ont conclu le VI° Forum international Migrations et Paix et expliquent bien quelle doit être la réponse que l’ensemble de la planète doit apporter aux questions migratoires. C’est seulement de cette manière qu’il est possible d’intégrer et de vivre dans un monde de paix ». C’est ce qu’a déclaré, dans une note parvenue à Fides, Sœur Neusa de Fatima Mariano, Supérieure générale des Sœurs missionnaires de Saint Charles Borromée/Scalabrinniennes au terme du Forum en question qui s’est tenu à Rome .<br />« Parier sur des politiques du logement, de l’apprentissage de la langue, sur la formation et la réalisation d’activités socioculturelles est à la base d’une action concrète et représente l’application de ces politiques lancées par notre fondateur, Giovanni Battista Scalabrini, et par les cofondateurs, Giuseppe et Assunta Marchetti – ajoute Sœur Neusa de Fatima Mariano. Des travaux du Forum, il ressort combien la création d’un réseau est essentielle. Les institutions, la société civile doivent travailler en vue d’une action positive et vertueuse. Les institutions doivent garantir, dans le même temps, le droit à ne pas émigrer en créant des projets pour faire en sorte que la communauté ne soit pas démembrée, dévastée par des crises en tout genre. Le soutien du Pape François démontre combien la migration représente la priorité des priorités parce qu’elle est dictée par d’autres facteurs qui ont une influence importante sur l’histoire de l’humanité ». <br />Fri, 24 Feb 2017 08:14:52 +0100VATICAN - 70ème anniversaire de la fondation du Collège pontifical Saint Pierre Apôtre en présence du Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peupleshttp://fides.org/fr/news/61800-VATICAN_70eme_anniversaire_de_la_fondation_du_College_pontifical_Saint_Pierre_Apotre_en_presence_du_Prefet_de_la_Congregation_pour_l_Evangelisation_des_Peupleshttp://fides.org/fr/news/61800-VATICAN_70eme_anniversaire_de_la_fondation_du_College_pontifical_Saint_Pierre_Apotre_en_presence_du_Prefet_de_la_Congregation_pour_l_Evangelisation_des_PeuplesCité du Vatican – « Vos Evêques, en vous confiant à notre Congrégation, ont estimé qu’ici vous auriez acquis une « connaissance » adéquate du Christ et qu’ici vous auriez appris le centre de cette mission, grande et dans le même temps humble, qui vous attend… Je voudrais que vous ayez, dès à présent, un grand amour pour votre mission. Je dirais même, une grande passion pour votre mission. Ouvrez vos cœurs à la mission ! ». Telle est l’exhortation que S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, a adressé aux prêtres hôtes du Collège missionnaire international Saint Pierre Apôtre au cours de la Messe qu’il a célébré hier après-midi, 22 février, en la Fête de la Chair de Saint Pierre, fête patronale dudit Collège.<br />Ainsi que l’a rappelé le Cardinal, le Collège fête son 70ème anniversaire de fondation, intervenue le 18 janvier 1947, « sur intuition et grâce à la clairvoyance de l’Archevêque Celso Costantini, ancien Délégué apostolique en Chine ». « En cette fête liturgique, donc, particulièrement significative – a poursuivi le Cardinal Filoni – vous, prêtres du Christ provenant de nombreux endroits, cultures et Eglises locales, représentez bien cette multitude de peuples qui se sont ouverts à l’Evangile et au service desquels vous entendez vous mettre généreusement. Il n’est pas secondaire de rappeler aujourd’hui, dans la continuité avec l’histoire de ce Collège, les plus de 2.700 élèves qui sont passés entre ces murs, tout comme les Pères Verbites auxquels fut confiée depuis ses débuts la direction du Collège, les religieuses qui ont soin de cette maison et le personnel laïc qui en garantit la fonctionnalité. Notre gratitude est vive également envers les innombrables bienfaiteurs sans lesquels ce Collège ne pourrait poursuivre l’œuvre de préparation des jeunes prêtres provenant des Eglises d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et d’Amérique.<br />Commentant la péricope évangélique du jour , le Préfet du Dicastère missionnaire a relevé que, « là où il est proclamé, le même événement revit dans l’Eglise, qui le fait encore sien et confesse avec Pierre que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu ». En outre, comme affirme le Seigneur Lui-même, « la foi de Pierre en Jésus est un don du Père, un don de Dieu, un don d’En-haut ». « Nous pouvons dire également que la foi de Pierre est intrinsèquement christologique – a-t-il poursuivi – c’est-à-dire qu’il s’agit d’un acte d’amour pour le Christ et que c’est justement cette foi christologique qui différencie la foi de Pierre et de l’Eglise d’autres fois ».<br />Jésus a confié à Pierre « ce qu’Il aime et qui Lui appartient profondément et naît de l’offrande de Sa vie », « l’Eglise par suite n’et ni de Képhas, Pierre, ni de Paul, ni d’Apollon… L’Eglise appartient au Christ et pas à nous ! C’est pourquoi tout scandale, toute saleté, toute action qui touche l’Eglise, viole cette consigne d’amour donnée par le Christ à Pierre et viole cette confession que Pierre fit une fois pour tous et pour toujours : Tu sais que je T’aime et que j’aime Ton Eglise. Ceci vaut donc aujourd’hui aussi et ceci devrait nous mettre en garde, en tant que prêtres, contre la tentation d’utiliser l’Eglise du Christ pour notre profit, pour des intérêts peu nobles, pour rechercher des positions privilégiées ou pour des projets humains étrangers au Christ et, à Dieu ne plaise, pour des scandales ! ».<br />Le Cardinal a poursuivi : « L’amour de Pierre pour Jésus et pour l’Eglise naît de son expérience du Christ. Le Christ lui changea la vie, de pêcheur de poissons, Il fit de lui un pêcheur d’hommes, le transformant de peureux qui nie de Le connaître en pasteur de Ses Agneaux et de Ses brebis. La rencontre avec le Christ fut bouleversante, devenant une référence également pour l’Eglise et sa mission évangélisatrice de par le monde. Nous ne pouvons pas ne pas penser que Jésus ne bâtisse pas avec nous également une histoire aussi similaire et belle ». Le Préfet du Dicastère missionnaire a enfin souligné l’importance de ne jamais oublier notre rencontre avec le Christ, « parce qu’elle aidera à remettre de l’ordre dans la vie sacerdotale et à l’orienter dans le sens juste et correct. Dans le même temps, elle me replace dans la perspective de ma mission sacerdotale de consacré pour que je sois un instrument de grâce et de bien parmi les peuples au sein de l’Eglise du Christ ». <br /><br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://www.fides.org/it/attachments/view/file/CFil_om_22022017.doc">Texte intégral de l'homélie du Cardinal (en italien)</a>Thu, 23 Feb 2017 13:46:46 +0100AFRIQUE/RD CONGO - Catéchiste consacrée comme « diaconesse des missions » par le Patriarche grec orthodoxe d’Alexandriehttp://fides.org/fr/news/61799-AFRIQUE_RD_CONGO_Catechiste_consacree_comme_diaconesse_des_missions_par_le_Patriarche_grec_orthodoxe_d_Alexandriehttp://fides.org/fr/news/61799-AFRIQUE_RD_CONGO_Catechiste_consacree_comme_diaconesse_des_missions_par_le_Patriarche_grec_orthodoxe_d_AlexandrieKolwezi – Le Patriarche grec orthodoxe d’Alexandrie et de toute l’Afrique, Théodore II, a consacré en tant que « diaconesse des missions » de l’Archidiocèse grec orthodoxe de Katanga la catéchiste Theaon, au terme de la divine liturgie de la fête de Saint Théodore célébrée le 17 février au Centre missionnaire de Kolwesi, en République démocratique du Congo. C’est ce qu’indiquent les sources officielles du Patriarcat grec orthodoxe d’Alexandrie et de toute l’Afrique, consultées par l’Agence Fides. A cette occasion, le Patriarche grec orthodoxe a également confié à trois religieuses et à deux catéchistes un mandat ecclésial particulier pour soutenir l’action apostolique de la communauté locale, en particulier en ce qui concerne l’administration des sacrements du baptême et du mariage.<br />Il s’agit des premiers ministères ecclésiaux de ce type attribués par le Patriarcat grec orthodoxe d’Alexandrie au service de la mission apostolique sur le continent africain.<br />Le Synode du grec orthodoxe d’Alexandrie et de toute l’Afrique avait décidé de restaurer le diaconat féminin au cours de son Assemblée d’Alexandrie, ayant eu lieu du 15 au 17 novembre dernier sous la présidence du Patriarche Théodore II. A cette occasion, avait été constituée une commission d’Evêques « pour un examen approfondi de la question ». Le rapport relatif au rôle potentiel des diaconesses dans l’œuvre missionnaire avait été exposé à l’Assemblée synodale par le Métropolite Gregorios du Cameroun. Dans son communiqué final parvenu à Fides, l’Assemblée synodale indiquait que « les différentes approches aux problèmes de la vie de l’Eglise ne sont pas pour nous des déviations de la vérité orthodoxe mais représentent une adaptation à la réalité africaine ».<br />La discussion sur une éventuelle restauration de l’ordination diaconale féminine et sur le rôle potentiel des diaconesses dans les activités pastorales et l’animation missionnaire est ouverte depuis longtemps au sein des institutions théologiques de l’Orthodoxie chalcédonienne.<br />En août dernier, le Pape François a institué une Commission d’étude sur le diaconat des femmes, présidée par S.Exc. Mgr Luis Francisco Ladaria Ferrer SI, Secrétaire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. « A mon avis – a déclaré ce dernier au site Internet L’Ancora – le Pape veut en ce moment faire une étude objective, non pas pour arriver à une décision mais pour étudier l’état des choses au sein de l’Eglise primitive ». <br />Thu, 23 Feb 2017 13:12:36 +0100AFRIQUE/GHANA - Nouvelle consécration du Ghana au Sacré-Cœur de Jésushttp://fides.org/fr/news/61798-AFRIQUE_GHANA_Nouvelle_consecration_du_Ghana_au_Sacre_Coeur_de_Jesushttp://fides.org/fr/news/61798-AFRIQUE_GHANA_Nouvelle_consecration_du_Ghana_au_Sacre_Coeur_de_JesusAccra – Le Pape François a fait de S.Em. le Cardinal Giuseppe Bertello son Envoyé spécial chargé de présider la cérémonie œcuménique et interreligieuse de reconsécration du Ghana au Sacré-Cœur de Jésus. S.Em. le Cardinal Giuseppe Bertello célébrera en outre la Messe d’Action de grâce à l’occasion du 60ème anniversaire de l’indépendance du Ghana et celle du 40ème anniversaire de l’ouverture de la Nonciature apostolique, respectivement les 4 et 5 mars prochains.<br />La cérémonie aura lieu en la Cathédrale du Saint Esprit à Accra. Le Cardinal Bertello sera assisté par le Nonce apostolique au Ghana et par le Président de la Conférence épiscopale du Ghana, en présence d’autres Evêques et de responsables religieux.<br />S.Em. le Cardinal Giuseppe Bertello est le Président de la Commission pontificale pour l’Etat de la Cité du Vatican et Président du Gouvernorat de la Cité du Vatican. Il a été Pro-nonce apostolique au Ghana, au Togo et au Bénin de 1987 à 1991.<br />Le Ghana a été consacré au Sacré-Cœur de Jésus le 3 mars 1957 par les Evêques du Ghana de l’époque, dans l’imminence de la proclamation de l’indépendance du pays. <br /><br /><br />Thu, 23 Feb 2017 12:48:15 +0100AMERIQUE/VENEZUELA - 82% des familles vénézuéliennes en conditions de pauvretéhttp://fides.org/fr/news/61797-AMERIQUE_VENEZUELA_82_des_familles_venezueliennes_en_conditions_de_pauvretehttp://fides.org/fr/news/61797-AMERIQUE_VENEZUELA_82_des_familles_venezueliennes_en_conditions_de_pauvreteCaracas – A cause de la grave crise qui continue de frapper le Venezuela, le pays manque de denrées alimentaires et de produits de base. Aux vues des projections les plus fiables, le taux d’inflation indiqué par la Banque centrale en 2015 était de 180,9%. D’un sondage réalisé par l’Université centrale catholique du Venezuela Andrés Bello e Simón Bolivar, il ressort que 82% des familles du pays vivent en conditions de pauvreté et 52% en conditions de pauvreté extrême, seuls 18% des familles n’étant pas pauvres. L’étude, intitulée Enquête sur les conditions de vie au Venezuela, a été conduite sur 6.500 familles en 2016. Réalisée de 2014 à 2016, elle enregistre un changement brutal de la qualité de la vie des vénézuéliens, qui voit le taux de pauvreté passer de 42 à 84%. En outre, selon cette recherche, 9,5 millions de vénézuéliens mangent au plus deux fois par jour et souvent des repas privés d’apports protéiniques. <br />Thu, 23 Feb 2017 12:40:34 +0100ASIE/PAKISTAN - Prise de position du Directeur du Peace Centre de Lahore sur les réponses au terrorismehttp://fides.org/fr/news/61796-ASIE_PAKISTAN_Prise_de_position_du_Directeur_du_Peace_Centre_de_Lahore_sur_les_reponses_au_terrorismehttp://fides.org/fr/news/61796-ASIE_PAKISTAN_Prise_de_position_du_Directeur_du_Peace_Centre_de_Lahore_sur_les_reponses_au_terrorismeLahore – « Notre réponse au terrorisme est l’unité. Nous continuerons à promouvoir, avec tous les hommes et femmes de bonne volonté, la paix, la justice et l’harmonie au Pakistan, face à la menace terroriste qui ensanglante le pays ». C’est ce que déclare à l’Agence Fides le Père James Channan OP, Directeur du Peace Centre de Lahore, centre engagé dans la promotion du dialogue interreligieux.<br />Au cours de ces jours derniers, après les nombreux attentats terroristes qui ont intéressé l’ensemble du pays , l’armée pakistanaise a lancé une opération d’ampleur nationale contre le terrorisme. La faction talibane Jamat-ul-Ahrar, qui avait revendiqué certaines des récentes attaques, a diffusé une vidéo menaçant les chrétiens, les hindous, les sikhs, les minorités religieuses et même les musulmans, leur intimant de ne pas soutenir l’armée ou le gouvernement du Pakistan. Selon le groupe taliban, les lieux de culte et les minorités religieuses ne seront pas des objectifs s’ils se maintiennent à distance du gouvernement. Les radicaux ont également annoncé vouloir frapper « tous ceux qui sont impliqués dans le blasphème du prophète », une référence qui concerne surtout les ahmadis, minorité d’origine islamique considérée hérétique.<br />« Ils frappent partout – remarque le Père Channan – y compris des objectifs mous tels que des écoles, des places, des lieux de culte, afin de créer la panique et la terreur. En ce moment, toutes les personnes de bonne volonté doivent s’unir. Ces jours derniers, nous avons tenu un séminaire au Peace Centre, auquel ont participé 35 responsables religieux et responsables de la société civile, s’interrogeant sur la réponse de la société pakistanaise au terrorisme. Tous sont tombés d’accord sur l’urgence de redécouvrir les objectifs de l’ONU en matière de développement durable et de construire la paix, la justice et l’égalité des sexes ».<br />En particulier, explique le Père Channan, « les chrétiens avertissent un sens de vulnérabilité, de peur et s’insécurité, en particulier pendant les rassemblements ou les célébrations liturgiques comme les Messes dominicales. Mais la foi des baptisés au Pakistan est forte et les fidèles, malgré la peur, ne cessent pas de fréquenter et de remplir les églises ». <br />Thu, 23 Feb 2017 12:34:00 +0100AMERIQUE/MEXIQUE - Triste record en matière de violation des droits fondamentaux pour le Mexique et l’Amérique centralehttp://fides.org/fr/news/61795-AMERIQUE_MEXIQUE_Triste_record_en_matiere_de_violation_des_droits_fondamentaux_pour_le_Mexique_et_l_Amerique_centralehttp://fides.org/fr/news/61795-AMERIQUE_MEXIQUE_Triste_record_en_matiere_de_violation_des_droits_fondamentaux_pour_le_Mexique_et_l_Amerique_centraleWashington – Le 22 février a été présenté le Rapport annuel 2016 d’Amnesty International, rapport au sein duquel il est affirmé que l’année de référence a enregistré une accélération de la crise des droits fondamentaux en Amérique latine. Des pays comme le Mexique, le Venezuela, le Salvador, le Honduras et le Guatemala ont été parmi les plus touchés par les abus et par l’impunité dont bénéficient les transgresseurs des droits fondamentaux.<br />« La crise est liée à tout ce qui se passe dans la région » a déclaré Erika Guevara-Rosas, Directeur d’Amnesty International pour les Amériques. « Les actions violentes des organes de sécurité et le manque de réponse efficace de la part des autorités en ce qui concerne le respect des droits fondamentaux, rendent toujours plus complexe la manière d’affronter les problèmes sociaux dans chaque pays ».<br />Le cas du Mexique, indiqué par le rapport comme l’un des plus graves, est caractérisé par le fait que « l’impunité en matière de torture et autres mauvais traitements est demeurée presque absolue ». Le Parquet dans ce pays a indiqué que 4.715 cas sont à l’étude concernant ce type d’abus mais que plus de 3.000 requêtes sont en attente d’élaboration.<br />Un autre élément rendant plus complexe encore le cas mexicain est l’important flux de migrants qu’il accueille chaque année, à cause de sa proximité géographique par rapport aux Etats-Unis. Le rapport estime que, chaque année, environ 400.000 personnes sans documents passent la frontière méridionale du Mexique. Le document montre que, jusqu’en octobre 2016, 6.898 demandes d’asile ont été présentées sachant que le statut de réfugié n’a été accordé qu’à 2.162 personnes, 93% des demandes provenant de ressortissants du Salvador, du Honduras et du Guatemala.<br />« Le Mexique vit l’une des pires crises des droits fondamentaux de l’ensemble de l’hémisphère. Il compte le plus grand nombre d’expulsions au cours de ces deux dernières années. Au cours de la seule année 2016, ont été expulsés quelques 150.000 ressortissants guatémaltèques, honduriens et salvadoriens » a déclaré Erika Guevara-Rosas. Le rapport s’achève en relevant que, selon le gouvernement mexicain, à la fin de 2016, 29.917 personnes ont disparu dont 7.503 femmes et 11 journalistes ont été assassinés dans le pays. <br />Thu, 23 Feb 2017 12:15:47 +0100