Fides News - French (Standard)http://fides.org/Les Dépêches de l'Agence FidesfrLes contenus du site sont publiés sous licence Creative Commons.AFRIQUE/NIGERIA - Commentaire de MSF après le bombardement du camp d’évacués de Rannhttp://fides.org/fr/news/61544-AFRIQUE_NIGERIA_Commentaire_de_MSF_apres_le_bombardement_du_camp_d_evacues_de_Rannhttp://fides.org/fr/news/61544-AFRIQUE_NIGERIA_Commentaire_de_MSF_apres_le_bombardement_du_camp_d_evacues_de_RannAbuja – Au moins 120 personnes ont été blessées et 52 tuées dans le bombardement effectué hier, 17 janvier, par l’aviation nigériane sur le camp d’évacués de Rann, dans l’Etat de Borno, au nord du Nigeria, selon un communiqué envoyé à l’Agence Fides par Médecins sans frontières. « Cette attaque de vastes proportions contre des personnes vulnérables ayant déjà fui à une violence extrême est bouleversante et inacceptable » déclare le Dr. Jean-Clément Cabrol, Directeur des opérations de MSF. « La sécurité des civils doit être respectée. Nous demandons urgemment à ce que toutes les parties impliquées facilitent l’évacuation médicale par avion et par moyens terrestres des survivants qui ont un besoin urgent de soins médicaux ».<br />Les équipes médicales de MSF fournissent actuellement les premiers soins aux 120 blessés au sein de la structure de Rann. Les autres équipes médicales et chirurgicales de l’organisation dans la région se préparent quant à elles à soigner les patients évacués. Wed, 18 Jan 2017 12:37:19 +0100AFRIQUE/GAMBIE - Refus du Président sortant de quitter le pouvoirhttp://fides.org/fr/news/61542-AFRIQUE_GAMBIE_Refus_du_President_sortant_de_quitter_le_pouvoirhttp://fides.org/fr/news/61542-AFRIQUE_GAMBIE_Refus_du_President_sortant_de_quitter_le_pouvoirBanjul – Le Parlement de Gambie a voté ce jour, 18 janvier, la prorogation de trois mois supplémentaires du mandat du Président sortant, Yahya Jammeh, deux jours avant le jour prévu pour le passage des consignes à son successeur, élu le 1er décembre, Adama Barrow . Hier, Yahya Jammeh avait proclamé l’Etat d’urgence pour une durée de trois mois.<br />Yahya Jammeh a donc décidé de ne pas abandonner le pouvoir et s’apprête à résister à la menace d’intervention militaire provenant des Etats voisins . Au Nigeria, s’est tenue une rencontre des chefs militaires de la Communauté économique des Etats d’Afrique occidentale , en vue d’une éventuelle opération visant à rendre possible l’installation du Président élu, Adama Barrow. <br /><br />Wed, 18 Jan 2017 12:27:24 +0100ASIE/SYRIE - Vers un financement de la reconstruction des églises dévastées par le conflit syrien de la part du Patriarcat de Moscouhttp://fides.org/fr/news/61543-ASIE_SYRIE_Vers_un_financement_de_la_reconstruction_des_eglises_devastees_par_le_conflit_syrien_de_la_part_du_Patriarcat_de_Moscouhttp://fides.org/fr/news/61543-ASIE_SYRIE_Vers_un_financement_de_la_reconstruction_des_eglises_devastees_par_le_conflit_syrien_de_la_part_du_Patriarcat_de_MoscouAlep – L’Eglise orthodoxe russe participera concrètement à la reconstruction des églises syriennes détruites ou dévastées au cours du conflit. C’est ce qu’a annoncé le Métropolite Hilarion de Volokolamsk, au cours d’une récente rencontre avec les étudiants de l’Université publique de Moscou. Le Chef du Département pour les relations extérieures du Patriarcat de Moscou a souligné que l’importance et les modalités du soutien qui sera apporté aux communautés chrétiennes syriennes en ce qui concerne la reconstruction de leurs lieux de culte pourront être définies dans le détail seulement lorsque les situations permanentes de conflit sur le territoire syrien seront surmontées et les groupes qu’il a qualifié de terroristes défaits ou expulsés. Le Métropolite Hilarion de Volokolamsk a également souligné que l’Eglise orthodoxe russe est depuis longtemps engagée dans des programmes d’assistance humanitaire en faveur des populations syriennes.<br />Le Ministre des Affaires étrangères russe, Sergey Lavrov, au cours d’une conférence de presse tenue le 17 janvier à Moscou, a lui aussi fait référence à la condition des chrétiens au Proche-Orient, signalant en particulier la diminution drastique de la présence chrétienne en Irak au cours de ces dernières années.<br />Dans ses évaluations sur l’évolution actuelle des rapports entre les Etats-Unis et la Russie, en rapport avec les convulsions et les conflits qui tourmentent le Proche-Orient, le Ministre a appelé en cause les politiques mondiales des Etats-Unis et de leurs alliés qu’il a qualifié de tentatives messianiques d’imposer les valeurs occidentales au reste du monde. <br />Wed, 18 Jan 2017 12:20:05 +0100AMERIQUE/REPUBLIQUE DOMINICAINE - Lettre pastorale de la Conférence épiscopale à l’occasion de la fête patronale de Notre-Dame d’Altagraciahttp://fides.org/fr/news/61541-AMERIQUE_REPUBLIQUE_DOMINICAINE_Lettre_pastorale_de_la_Conference_episcopale_a_l_occasion_de_la_fete_patronale_de_Notre_Dame_d_Altagraciahttp://fides.org/fr/news/61541-AMERIQUE_REPUBLIQUE_DOMINICAINE_Lettre_pastorale_de_la_Conference_episcopale_a_l_occasion_de_la_fete_patronale_de_Notre_Dame_d_AltagraciaSanto Domingo – A l’occasion de la grande fête patronale de Notre-Dame d’Altagracia, qui est célébrée en République dominicaine le 21 janvier, la Conférence épiscopale a préparé une Lettre pastorale intitulée « La femme au sein de la société dominicaine ». Sans prétendre être exhaustif concernant ce thème touchant tous les milieux sociaux, la lettre présente les aspects les plus importants et les défis les plus urgents concernant la femme et la promotion de sa dignité.<br />« Les femmes dominicaines représentent près de la moitié de la population nationale, à savoir 49,8%. La détérioration de la famille a augmenté le leadership exclusivement féminin à l’intérieur des foyers. La femme s’occupe de la prévision et de la gestion de la maison sans horaire et toutefois, elle se préoccupe également de sa formation professionnelle, 62,8% des femmes parvenant à obtenir une maîtrise contre 37,2% des hommes ».<br />« Nous avons cependant remarqué qu’une spirale de violence envahit les espaces de la société dominicaine – poursuivent les Evêques. Cette violence atteint différents scénarios, dont l’intérieur de la famille, les lieux de travail, le domaine social ». « Les élites de certains pays riches, propriétaires de grands laboratoires et d’usines d’armes létales, sous le prétexte du surpeuplement, avec le soutien d’organisations de prestige internationales, ont inventé l’idéologie du genre, dont le principal objectif caché est de détruire la famille et d’annuler tous les principes éthiques et moraux » écrivent les Evêques.<br />« Malgré toutes ces difficultés, nos femmes, généreuses et travailleuses, sont pleines d’espérance. Le Saint-Père, qui ne conçoit pas une Eglise sans les femmes, pense à l’Eglise pèlerine en République dominicaine, avec un horizon et un défi. Il regrette que le service soit assimilé à une servitude lorsque l’on parle du rôle des femmes. En conclusion, nous invitons tout un chacun à respecter leur dignité et surtout à éduquer les enfants et les jeunes à faire de même ».<br />« Aucune violence contre les femmes – concluent les Evêques. Il ne faut pas endommager une belle œuvre du Créateur ! Nous exhortons les autorités à demeurer vigilantes de manière à ce que l’application effective de la loi empêche aux violents de faire plus de mal à une partie vitale de notre société ». <br /><br /><br />Wed, 18 Jan 2017 11:55:34 +0100ASIE/INDONESIE - Manifestation de responsables religieux en défense des montagnes de Kendeng contre l’industrie du cimenthttp://fides.org/fr/news/61540-ASIE_INDONESIE_Manifestation_de_responsables_religieux_en_defense_des_montagnes_de_Kendeng_contre_l_industrie_du_cimenthttp://fides.org/fr/news/61540-ASIE_INDONESIE_Manifestation_de_responsables_religieux_en_defense_des_montagnes_de_Kendeng_contre_l_industrie_du_cimentSemarang – « Nous prions pour la conservation de nos montagnes. Que Dieu bénisses la terre qu’Il nous a donné. Si l’humanité en abuse, la nature se détériorera et notre eau deviendra empoisonnée. Notre population ne pourra plus se baigner dans les cours d’eau et les agriculteurs ne pourront plus irriguer les champs. La vie de communautés entières et un écosystème délicat seront détruits ». C’est ce que déclare à Fides le Père Aloys Budi Purnomo, Président de la Commission pour les Affaires œcuméniques et interreligieuses de l’Archidiocèse de Semarang, qui a accompagné une manifestation organisée en compagnie d’autres responsables religieux, d’étudiants, d’environnementalistes et d’artistes, jusqu’au palais du gouverneur de la province de Java centrale, à Semarang. Le cortège interreligieux a été marqué par la lecture de poésies, par des chants et des prières des différentes traditions religieuses.<br />Ainsi que cela a été indiqué à Fides par Lukas Ali Tristanto, Secrétaire de la Commission diocésaine pour les Affaires œcuméniques et interreligieuses, l’Eglise locale a à cœur le bien de la province de Java centrale. C’est pourquoi, le Père Budi Purnomo a invité toutes les personnes de bonne volonté, de toutes les religions, à se rassembler et à prier pour la défense de l’environnement et pour signaler au gouverneur le danger qui s’annonce. Ce qui est demandé est « d’appliquer la décision de la Cour Suprême portant révocation du permis de création d’une industrie du ciment à Rembang ». Le gouverneur, Ganjar Pranowo, au lieu d’annuler le permis de construire concernant un établissement industriel de la société Semen Indonesia, s’est contenté d’émettre une ordonnance sur le respect de l’environnement.<br />Selon le responsable musulman Nuril Arifin Husein, de l’école islamique de Pondok, le gouverneur de Java centrale « devrait accueillir les demandes du peuple et révoquer le permis, en particulier après que la Cour Suprême ait légitimé la requête visant à refuser l’ouverture des cimenteries pour préserver la nature ». L’imam Aziz, de l’organisation islamique Nahdlatul Ulama, a remarqué que « Kendeng n’est pas seulement une montagne très ancienne mais également un environnement où vivent des personnes, des cultures et des civilisations. Dès lors, il n’est pas possible d’abandonner ce précieux habitat aux mains de fabricants de ciment ».<br />La chaîne de Kendung est composée de montagne karstiques qui s’étendent sur l’ensemble du centre nord de l’île de Java. La demande entend préserver avant tout le droit à l’eau et le bassin hydrologique des eaux souterraines de Watu Putih où se trouvent les sources d’eau propre utilisées pour l’irrigation par des milliers d’agriculteurs de Rembang et de Tuban. Selon les géologues, au sein du bassin karstique, se trouvent au moins 77 grottes, 154 sources, 15 dolines et 4 cours d’eau souterrains, un système qui serait compromis par les déchets des installations industrielles.<br />« La campagne menée par les associations de la société civile et les communautés religieuses a influencé les décisions judiciaires et la politique, démontrant que le gouvernement est appeler à agir avec prudence en matière de questions environnementales » a commenté Mimin Dwi Hartono, membre de la National Commission for Human Rights d’Indonésie. <br />Wed, 18 Jan 2017 11:54:51 +0100AMERIQUE/MEXIQUE - Requête de sécurité et de prière de la part de l’Evêque de la Prélature territoriale de Cancún-Chetumal après la proclamation de l’Etat d’urgencehttp://fides.org/fr/news/61539-AMERIQUE_MEXIQUE_Requete_de_securite_et_de_priere_de_la_part_de_l_Eveque_de_la_Prelature_territoriale_de_Cancun_Chetumal_apres_la_proclamation_de_l_Etat_d_urgencehttp://fides.org/fr/news/61539-AMERIQUE_MEXIQUE_Requete_de_securite_et_de_priere_de_la_part_de_l_Eveque_de_la_Prelature_territoriale_de_Cancun_Chetumal_apres_la_proclamation_de_l_Etat_d_urgenceCancun – Face à la proclamation de l’Etat d’urgence à Cancun, Quintana Roo, suite à un certain nombre d’épisodes de violence, S.Exc. Mgr Pedro Pablo Elizondo Cárdenas L.C., Evêque de la Prélature territoriale de Cancún-Chetumal, a invité les autorités à « maintenir la paix et à garantir la sécurité de la population, à sauvegarder la vie et à garantir la protection de la population et des touristes ».<br />Dans la note envoyée à Fides, l’Evêque invite par ailleurs les citoyens à « respecter les règles de sécurité et à demeurer chez eux, à écouter les autorités compétentes et à prêter attention aux communiqués des autorités en ce qui concerne la situation ». Enfin, il invite « tous les catholiques à offrir leur prière personnelle et familiale avec une intention spéciale pour la paix et ce surtout au cours du grand silence après la communion, à prier ensemble pour la paix et la réconciliation au Mexique ».<br />La presse locale indique qu’à Cancun, une dizaine d’hommes armés, peut-être membres de bandes locales, a ouvert le feu le 16 janvier contre le bureau du procurateur général. La police, arrivée sur place, à répondu au feu et, selon les premières informations disponible, un employé du parquet et trois hommes armés auraient été tués durant la fusillade. Le maire de Cancun, sur son compte Twitter, a déclaré : « L’attaque contre le bureau du procureur général de l’Etat est inacceptable », invitant la population au calme. Les autorités « appliquent actuellement des protocoles rigides pour contrôler la situation et arrêter les responsables ».<br />Presque simultanément, ont été enregistrés des coups de feu dans d’autres zones de la ville, dont l’origine n’est pas claire. L’attaque contre le bureau du procureur général a été lancée au lendemain d’une fusillade à l’intérieur d’une discothèque des environs de Playa del Carmen, dans le cadre de laquelle cinq personnes ont trouvé la mort. <br /><br /><br />Wed, 18 Jan 2017 10:26:48 +0100ASIE/LIBAN - Prise de position du Chef de l’Etat libanais contre l’avidité des chrétiens au Proche-Orient, « plus dangereuse que les bombes »http://fides.org/fr/news/61538-ASIE_LIBAN_Prise_de_position_du_Chef_de_l_Etat_libanais_contre_l_avidite_des_chretiens_au_Proche_Orient_plus_dangereuse_que_les_bombeshttp://fides.org/fr/news/61538-ASIE_LIBAN_Prise_de_position_du_Chef_de_l_Etat_libanais_contre_l_avidite_des_chretiens_au_Proche_Orient_plus_dangereuse_que_les_bombesBeyrouth – Le nombre des chrétiens au Proche-Orient diminue non seulement à cause des conflits et des violences mais aussi du fait de la faible aptitude des communautés chrétiennes à prendre des responsabilités à caractère politique et dans le domaine de la gestion des institutions publiques. Le premier danger pour les chrétiens de la région n’est pas représenté par les bombes mais par la diffusion parmi eux également d’une certaine avidité d’argent et de ressources. C’est ce qu’a déclaré le Président libanais, le Général Michel Aoun, chrétien maronite, en recevant le 16 janvier, au Palais présidentiel, les membres du Comité exécutif du Conseil des Eglises du Proche-Orient. De la délégation faisaient partie des représentants de l’ensemble des Eglises et communautés ecclésiales présentes au Proche-Orient, dont les Patriarches Ignace Ephrem II de l’Eglise syro-orthodoxe et Yohanna X de l’Eglise grecque orthodoxe d’Antioche.<br />Dans son intervention – indiquent les sources locales consultées par l’Agence Fides – le Président libanais a fait référence à la diminution drastique de la présence chrétienne autochtone en Palestine et en Irak, où, de la première Guerre du Golfe à ce jour, le nombre des chrétiens est passé de plus de 1 million à 300.000. « En ce qui concerne la Syrie – a ajouté le Chef de l’Etat – nous ne savons pas encore combien de chrétiens ont immigré ». Face à ces processus, il faut reconnaître que seule la participation active des chrétiens à la vie politique de leur nation peut, à la longue, préserver la continuité de communautés chrétiens autochtones.<br />« Le Christianisme – a déclaré le Président – n’est pas arrivé ici depuis l’étranger et lorsque les chrétiens au Proche-Orient perdent leurs droits et regardent en direction de l’étranger, ceci devient pour eux un nouveau facteur de risque ». Ce qui peut mettre en danger la permanence des chrétiens au Proche-Orient – a-t-il suggéré en exprimant une pensée originale par rapport aux nombreux stéréotypes dominants – ne sont ni les bombes, ni les canons ou les incursions aériennes mais le risque d’être contaminés par une certaine soif d’argent. Le Chef de l’Etat libanais a mentionné également l’expérience des martyrs, soulignant que, pour le Christianisme, le martyre est une expérience de résurrection et non pas de mort et d’échec. « Certains hommes politiques – a-t-il poursuivi peut-être en référence à l’usage fait du mot martyr pour indiquer tout combattant qui meurt au combat ainsi que les responsables d’attentats suicides – ont critiqué le concept de martyre mais dans la vie chrétienne le martyre consiste à donner sa vie pour les autres. Il exprime la réalité de la rédemption ». Jésus, par Son martyre, « a fait cela pour nous ».<br />Au cours de la rencontre, le Président libanais a également donné au Patriarche d’Antioche des grecs orthodoxes, dont le frère Boulos Yazigi, Métropolite d’Alep, a été enlevé en Syrie en avril 2013, un évangéliaire en grec, confisqué par l’Armée libanaise à un djihadiste qui l’avait volé dans l’un des sanctuaires chrétiens de Maalula, village chrétien où est encore parlé l’araméen occupé par deux fois par les milices djihadistes du front al-Nusra entre 2013 et 2014. <br />Tue, 17 Jan 2017 13:17:32 +0100AFRIQUE/NIGERIA - Appel de l’Archevêque de Kaduna à la constitution de ranchs « pour bloquer les violences des bergers nomades »http://fides.org/fr/news/61537-AFRIQUE_NIGERIA_Appel_de_l_Archeveque_de_Kaduna_a_la_constitution_de_ranchs_pour_bloquer_les_violences_des_bergers_nomadeshttp://fides.org/fr/news/61537-AFRIQUE_NIGERIA_Appel_de_l_Archeveque_de_Kaduna_a_la_constitution_de_ranchs_pour_bloquer_les_violences_des_bergers_nomadesAbuja – « Les affrontements continuels entre agriculteurs et bergers constituent une indication claire du fait que la vieille méthode de l’élevage au travers de ce qu’il est convenu d’appeler les routes du bétail et des réserves de pâturage est obsolète et insoutenable. D’où la nécessité urgente que les propriétaires terriens louent leurs terres aux bergers pour créer des élevages » a affirmé S.Exc. Mgr Mathew Man'Oso Ndagoso, Archevêque de Kaduna, dans son homélie. En cette même occasion, a été célébrée l’ordination et l’installation épiscopales de S.Exc. Mgr Philip Davou Dung, deuxième Evêque de Shendam.<br />La région de Kaduna est bouleversée depuis des mois par les razzias perpétrées par les bergers Fulanis qui se déplacent à la recherche de nouveaux pâturages, se heurtant aux populations sédentaires .<br />Mgr Ndagoso a identifié les racines des affrontements mortels incessants entre agriculteurs et bergers dans le mouvement continuel de ces derniers à la recherche de pâturages pour leurs animaux.<br />« Nous exhortons tous les sujets intéressés à faire le nécessaire afin de favoriser la création d’un milieu favorable à l’institution progressive de ranches de la part des gouvernements, communautés et individus, afin de contribuer à la limitation du niveau de violence qui menace l’existence sociale de notre pays » a-t-il souligné.<br />Mgr Ndagoso a cité la déclaration conjointe des Evêques catholiques de la Province ecclésiastique de Kaduna : « En regardant de l’avant, nous devons remarquer que le débat sur les gardiens de troupeaux et les bergers constitue un débat sur l’avenir de notre survie humaine, sur l’environnement et sur notre pays. Nous devons abandonner la vieille pratique des bergers qui se déplacent avec leurs troupeaux au travers du pays, vue la violence que celle-ci entraîne chez nos populations. Aujourd’hui, des communautés entières ont été détruites et la colère est palpable. Nous sommes convaincus que la seule voie parcourable de la part du gouvernement afin de mettre un terme à la dérive violente des bergers et de leurs animaux consiste à explorer la possibilité de créer des ranchs au lieu de réserves de pâturage. Nous croyons que la création de ranchs aura un sens économique et humain ». <br />Tue, 17 Jan 2017 12:40:14 +0100AMERIQUE/EQUATEUR - Dénonciation de violation des droits des communautés indigènes de la part du REPAMhttp://fides.org/fr/news/61535-AMERIQUE_EQUATEUR_Denonciation_de_violation_des_droits_des_communautes_indigenes_de_la_part_du_REPAMhttp://fides.org/fr/news/61535-AMERIQUE_EQUATEUR_Denonciation_de_violation_des_droits_des_communautes_indigenes_de_la_part_du_REPAMMorona Santiago – « Nous exprimons notre profonde préoccupation et nous dénonçons les récents événements relatifs à la population Shuar de l’Equateur, en province de Morona Santiago, en particulier l’expulsion de colons, d’indigènes et de paysans de la communauté Nankints visant à répondre aux intérêts de la société minière chinoise Ecuacorrientes SA », indique la note envoyée à Fides par le Réseau ecclésial panamazonien .<br />« Des paysans et des indigènes ont partagé cet espace pendant une longue période. Le déclenchement du conflit actuel est clairement lié à la politique d’exploitation des ressources naturelles imposée dans la région amazonienne au travers de la concession de droits à des groupes privés, s’accompagnant de la grave violation des droits fondamentaux et allant à l’encontre de la protection des écosystèmes » continue la note.<br />« Nous demandons le respect des droits – en particulier celui de consulter, préalablement et de manière libre et informée, les résidents – le respect du dialogue raisonnable, la cessation urgente et la non répétition d’un Etat d’urgence favorisant un contexte de plus grand affrontement et de plus grande violence et d’accorder la priorité aux intérêts des communautés qui ont vécu sur ces territoires par rapport aux intérêts en matière d’extraction venant de l’extérieur ».<br />Le 12 janvier, le gouvernement du Président Correa a prorogé de 30 jours l’Etat d’urgence à cause du conflit existant entre la communauté Nankints et la société minière chinoise Exsa. Selon la presse équatorienne, l’Etat d’urgence sert surtout à militariser la zone, à envahir les maisons des paysans ou à interdire des rencontres en tout genre. Au cours des premiers jours de janvier, des affrontements ont eu lieu entre habitants et forces de l’ordre, se soldant par la mort d’un militaire et l’arrestation de nombreux résidents.<br />La Confédération nationale des Indigènes d’Equateur a dénoncé le fait qu’il n’existe pas de preuves contre les paysans en ce qui concerne les actes de violence de décembre dernier et de janvier de cette année. « L’extension de l’Etat d’urgence pour 30 jours supplémentaires représente clairement un signe de provocation et manifeste l’incapacité du gouvernement à résoudre les problèmes de manière pacifique. Ce qu’a fait l’Etat a consisté seulement à retirer les droits aux communautés » peut-on lire dans le communauté de la CONAIE. <br />Tue, 17 Jan 2017 11:42:20 +0100ASIE/PHILIPPINES - IV° Congrès apostolique mondial de la Miséricordehttp://fides.org/fr/news/61536-ASIE_PHILIPPINES_IV_Congres_apostolique_mondial_de_la_Misericordehttp://fides.org/fr/news/61536-ASIE_PHILIPPINES_IV_Congres_apostolique_mondial_de_la_MisericordeManille - La miséricorde est tout sauf un sentiment abstrait. Elle constitue l’attribut de Dieu qui concerne l’homme, la valeur de la vie, les droits fondamentaux de la personne. C’est pourquoi le IV° Congrès apostolique mondial de la Miséricorde qui se tient à l’Université Saint Thomas de Manille, aux Philippines, prête une grande attention à ces thèmes et à la réalité de la nation, qui connaît une crise des droits fondamentaux, vue la « guerre à la drogue » lancée par le gouvernement, laquelle fait actuellement des milliers de victimes. C’est ce qu’affirme S.Exc. Mgr Ruperto Santos, Evêque de Balanga, rappelant, dans une note envoyée à Fides, que « la miséricorde est liée à la vie, aime et défend la vie. Elle est toujours centrée sur la vie ».<br />Alors que le Congrès enregistre une participation massive de baptisés, différents groupes ecclésiaux de laïcs ont annoncé qu’ils descendront dans les rues de Manille pour stigmatiser la vague d’exécutions sommaires en cours dans le pays, dans le cadre de la Marche pour la vie du 18 février. Les laïcs en question exprimeront leur ferme opposition à la campagne qui a fait pour l’heure plus de 6.200 morts parmi les criminels supposés et les petits trafiquants de drogue. « Nous, laïcs catholiques philippins, désirons protester contre toutes les formes de menaces pesant sur la vie et la dignité humaine promues par des organisations et autorités économiques, sociales et politiques » indique un communiqué envoyé à Fides. « Nous voulons dire à notre gouvernement que nous sommes contraires à cette culture de mort ». <br />Tue, 17 Jan 2017 11:37:54 +0100ASIE/BANGLADESH - Etre une femme journaliste au Bangladesh: un défihttp://fides.org/fr/news/61534-ASIE_BANGLADESH_Etre_une_femme_journaliste_au_Bangladesh_un_defihttp://fides.org/fr/news/61534-ASIE_BANGLADESH_Etre_une_femme_journaliste_au_Bangladesh_un_defiDacca – Le journalisme au Bangladesh est une profession qui attire de nombreuses personnes des deux sexes mais qui, à cause de préjudices sociaux et environnementaux hostiles, voit le nombre de femmes employées dans les moyens de communication demeurer réduit. D’un rapport récemment rendu public, il ressort que dans le pays, seuls 5% des personnes travaillant pour la presse écrite sont des femmes et 25% de celles qui travaillent dans le cadre de moyens de communication en ligne.<br />Etre femme et journaliste n’est souvent pas si facile. « Il faut être prêtes des obstacles et des défis en tout genre, à commencer par la défiance de la famille qui veut que les femmes soient en sûreté » raconte la vice directrice de United News of Bangladesh . « Au sein de notre société, les femmes sont, en tant que telles, souvent compromises. Il n’est pas possible d’aller loin en tant que femme. Il n’est pas possible non plus de travailler le soir en tant que femme etc. » continue la note parvenue à Fides.<br />News Network, une organisation sans but lucratif qui soutient les moyens de communication, a été la première, dans les années 1990, à offrir une formation en journalisme à des étudiantes par le biais de programmes de bourses d’études. L’organisation a également formé près de 300 jeunes futures journalistes, notamment avec le soutien de Diakonia, Free Press et de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international. Le programme a eu du succès dans la mesure où 60% des participantes travaillent actuellement pour le compte d’importants moyens de communication du pays. <br />Tue, 17 Jan 2017 10:48:19 +0100AMERIQUE/PANAMA - Conclusions de l’Assemblée des Evêqueshttp://fides.org/fr/news/61533-AMERIQUE_PANAMA_Conclusions_de_l_Assemblee_des_Evequeshttp://fides.org/fr/news/61533-AMERIQUE_PANAMA_Conclusions_de_l_Assemblee_des_EvequesPanama – Au terme de l’Assemblée de la Conférence épiscopale de Panama , les Evêques ont envoyé un Communiqué au Peuple de Dieu. Le premier point du document envoyé à Fides concerne l’engagement de la CEP à propos de l’organisation des Journées dans les Diocèses précédant la Journée mondiale de la Jeunesse 2019. Les jeunes qui arriveront dans les différents Diocèses du pays seront accueillis dans des familles. Une répétition générale sera constituée par la célébration de la XXXVIII° Rencontre nationale du Renouvellement de la Jeunesse qui se tiendra à Chitré du 2 au 5 février.<br />Le message lance ensuite une invitation à la non-violence. En effet, la violence à Panama devient actuellement malheureusement un style de vie et les Evêques invitent à une forme radicale de changement.<br />La deuxième partie du document passe en revue différents aspects de la situation nationale qui doivent être contrôlés : la famille, l’instruction publique, l’idéologie du genre, l’aide économique internationale, qui arrive sous diverses conditions.<br />En réponse à cette analyse, les Evêques proposent de combattre la pauvreté au travers de l’engagement à transformer l’assistanat en promotion humaine et la corruption au travers d’une éthique sociale juste. « Chacun doit être ouvert aux besoins de la solidarité et du bien commun. La pauvreté n’est pas seulement une question économique mais aussi de nature morale et culturelle. Il existe une pauvreté morale et culturelle qui nous a empêché d’entreprendre les changements nécessaires » peut-on lire dans le texte.<br />« Nous devons avoir à l’esprit le fait que le pays n’est pas une ferme mais un héritage qu’il faut savoir accepter, protéger et agrandir. Il s’agit d’un bien commun et, en tant que tel, ce n’est pas seulement un don mais également une responsabilité » conclut le document. <br />Tue, 17 Jan 2017 10:25:30 +0100EUROPE/ALBANIE - Vers l’expulsion de la Paroisse catholique et du centre pour jeunes d’Elbasanhttp://fides.org/fr/news/61532-EUROPE_ALBANIE_Vers_l_expulsion_de_la_Paroisse_catholique_et_du_centre_pour_jeunes_d_Elbasanhttp://fides.org/fr/news/61532-EUROPE_ALBANIE_Vers_l_expulsion_de_la_Paroisse_catholique_et_du_centre_pour_jeunes_d_ElbasanElbasan - Le 20 janvier, la Paroisse Saint Pie X et le Centre pastoral d’Elbasan, confiés aux soins des religieux de Don Orione, seront fermés suite à une décision de la Cour de Cassation albanaise. Les prêtres seront par suite expulsés, laissant sans soins pastoraux la minorité de fidèles catholiques. Selon les nouvelles parvenues à Fides, à Elbasan une controverse est en cours depuis des années portant sur la propriété du terrain sur lequel ont été construits l’église et le centre pastoral.<br />Ce terrain fut vendu voici 20 ans par l’Etat à l’Eglise catholique et sur celui-ci furent construits l’église et le centre pastoral avec un permis de construire émis par les autorités locales compétentes. L’inauguration eut lieu en 1997. En 2007, l’ancien propriétaire revendiqua la propriété du terrain et le Tribunal lui donna raison.<br />La question semblait devoir se résoudre par l’intermédiaire d’une Commission instituée entre le gouvernement albanais et l’Eglise catholique, comme cela est prévu par le Concordat. Cependant, la formation de la Cour de Cassation chargée de juger le cas s’est exprimée de manière définitive, rejetant le recours de l’Eglise catholique en Albanie et du Ministère public concernant la question du terrain d’Elbasan. La décision, en prenant force de chose jugée, oblige à libérer le terrain de tous les objets qui s’y trouvent – à savoir l’église et le centre pastoral – et à le restituer.<br />Ces jours-ci, les religieux de Don Orione en Albanie ont fait part de leur sérieuse préoccupation à la Direction provinciale de l’Œuvre sise à Rome, dont dépend la mission. De la même manière, ont également été informés les Evêques d’Albanie et la Nonciature apostolique. <br />Tue, 17 Jan 2017 09:38:24 +0100AMERIQUE/ETATS UNIS - Confirmation du Directeur national des Œuvres pontificales missionnaireshttp://fides.org/fr/news/61531-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Confirmation_du_Directeur_national_des_OEuvres_pontificales_missionnaireshttp://fides.org/fr/news/61531-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Confirmation_du_Directeur_national_des_OEuvres_pontificales_missionnairesCité du Vatican – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 4 mars 2016, a confirmé dans ses fonctions de Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires aux Etats-Unis d’Amérique pour un nouveau quinquennat le Père Andrew Small, des Oblats de Marie Immaculée . <br />Tue, 17 Jan 2017 09:09:38 +0100AFRIQUE/RD CONGO - Assaut manqué à la prison de Beni, nouveau signal d’une reprise de la guérillahttp://fides.org/fr/news/61528-AFRIQUE_RD_CONGO_Assaut_manque_a_la_prison_de_Beni_nouveau_signal_d_une_reprise_de_la_guerillahttp://fides.org/fr/news/61528-AFRIQUE_RD_CONGO_Assaut_manque_a_la_prison_de_Beni_nouveau_signal_d_une_reprise_de_la_guerillaKinshasa – Des nouvelles parvenues à l’Agence Fides indiquent qu’un commando d’hommes armés a attaqué la prison centrale de Beni, au Nord Kivu, hier 15 janvier entre 02.00 et 02.30 locales.<br />Après avoir fait fuir les gardiens de prison, les assaillants ont cherché à forcer le portail de la prison avant d’être mis en fuite par l’intervention de l’armée au cours de laquelle l’un des assaillants a trouvé la mort.<br />Simultanément, une tentative d’évasion a été éventée au sein de la maison de correction de la ville, seul l’un des jeunes étant parvenu à prendre la fuite. Selon l’ONG locale CEPADHO – Centre d’Etudes pour la promotion de la paix, de la démocratie et des droits fondamentaux – les deux tentatives d’évasion étaient coordonnées et il ne s’agit pas d’actes de banditisme mais d’une tentative des guérilleros locaux de renforcer leurs rangs en libérant leurs membres arrêtés.<br />Selon le CEPADHO, les miliciens qui ont attaqué la prison de Beni sont les mêmes qui ont attaqué cette même prison et la municipalité de Beni le 20 décembre dernier. Il s’agirait d’un groupe affilié aux May-May Corps du Christ, à leur tour liés aux rebelles ougandais de l’ADF. Le responsable des May-May Corps du Christ, Bwambale Karole, a annoncé conduire une nouvelle rébellion pour « libérer le Nord Kivu ».<br />Le CEPADHO a averti les autorités de Kinshasa du fait qu’une nouvelle guerre se prépare au Nord Kivu, suite aux menaces de Bwambale Karole et à la disparition de plusieurs hommes de l’ancienne rébellion M23 qui s’étaient réfugiés en Ouganda et s’y trouvaient soumis à des contrôles. <br />Mon, 16 Jan 2017 13:33:02 +0100AMERIQUE/BRESIL - Appel de l’Archevêque de Natal à « affronter les problèmes de notre système carcéral »http://fides.org/fr/news/61529-AMERIQUE_BRESIL_Appel_de_l_Archeveque_de_Natal_a_affronter_les_problemes_de_notre_systeme_carceralhttp://fides.org/fr/news/61529-AMERIQUE_BRESIL_Appel_de_l_Archeveque_de_Natal_a_affronter_les_problemes_de_notre_systeme_carceralNatal – L'Archevêque de Natal , S.Exc. Mgr Jaime Vieira Rocha, a diffusé une note portant sur le massacre intervenu dans la nuit du 14 janvier, lorsque au moins 26 détenus ont été tués au cours d’une rixe entre bandes dans le pénitencier d’Etat d’Alcacuz, à Nísia Floresta, dans la région métropolitaine de Natal.<br />« Une réflexion urgente sur les conditions de nos prisons est sans doute nécessaire. Nous supplions le bon Dieu de calmer ces frères et de les faire renoncer à la violence. Nous demandons également à la société et à l’Etat de rechercher le dialogue et de trouver le moyen d’affronter les problèmes qui affligent notre système carcéral » peut-on lire dans le communiqué.<br />Selon des données recueillies par Fides, 26 détenus sont morts, presque tous décapités, au cours de la révolte ayant éclaté au pénitencier d’Alcacuz, devenue ainsi la plus violente de l’histoire de l’Etat de Rio Grande do Norte. Les incidents ont débuté dans l’après-midi du 14 janvier et ne se sont achevés que le lendemain matin. Il s’agit du troisième cas d’émeutes carcérales en 2017, caractérisées par des dizaines de morts, après celles de Manaus et Boa Vista au cours des premiers jours de ce mois . Le plus grave problème de coexistence à l’intérieur des prisons est lié au manque d’espaces pour les détenus tant en tant que personnes que comme groupes ou bandes. Selon les données du Secrétariat de la Justice et de la Citoyenneté, l’organe responsable du système carcéral dans l’Etat de Rio Grande do Norte, la prison de Nísia Floresta, la plus grande de l’Etat, a une capacité de 620 détenus mais en accueille environ 1.150. Dans cet Etat, existent 33 prisons pour un total de 3.500 places et une population carcérale dépassant les 8.000 personnes. <br />Mon, 16 Jan 2017 13:17:37 +0100ASIE/TURQUIE - Suspension pour trois sessions d’un député ayant fait mention du génocide arménien au Parlement turchttp://fides.org/fr/news/61530-ASIE_TURQUIE_Suspension_pour_trois_sessions_d_un_depute_ayant_fait_mention_du_genocide_armenien_au_Parlement_turchttp://fides.org/fr/news/61530-ASIE_TURQUIE_Suspension_pour_trois_sessions_d_un_depute_ayant_fait_mention_du_genocide_armenien_au_Parlement_turcAnkara – Garo Paylan député arménien au parlement turc représentant le Parti démocratique des Peuples, rassemblant des forces d’opposition pro kurdes et de gauche, a été suspendu pour trois sessions parlementaires le 13 janvier dernier après avoir fait référence au Génocide arménien dans le cadre du débat concernant la nouvelle Constitution turque.<br />Dans son intervention, selon ce qui a été repris y compris par l’Agence d’information nationale Anadolu, le député a mentionné la période au cours de laquelle, à compter de 1913, les arméniens, les assyriens, les grecs et les juifs présents dans la péninsule anatolienne ont été « exilés de ces terres ou soumis à des violences jusqu’à subir de grands massacres et le génocide ». Le peuple arménien – a souligné Garo Paylan – « sait très bien ce qui s’est passé… Je l’appelle génocide quelque soit la manière dont vous le qualifiez vous-mêmes ».<br />Le discours de Garo Paylan a causé les réactions irritées des députés de l’AKP, le parti aux affaires, qui ont demandé et obtenu la sanction disciplinaire à l’égard du député arménien. <br />Mon, 16 Jan 2017 13:04:35 +0100ASIE/INDE - Engagement des Jésuites en faveur de l’harmonie sociale, un besoin de l’époquehttp://fides.org/fr/news/61527-ASIE_INDE_Engagement_des_Jesuites_en_faveur_de_l_harmonie_sociale_un_besoin_de_l_epoquehttp://fides.org/fr/news/61527-ASIE_INDE_Engagement_des_Jesuites_en_faveur_de_l_harmonie_sociale_un_besoin_de_l_epoqueCalcutta – Surmonter l’ignorance et les préjudices et surtout éduquer les jeunes à promouvoir la paix et l’harmonie sociale ainsi que la paix constituent des besoins pressants de l’époque dans laquelle nous nous trouvons. C’est ce qu’affirme à l’Agence Fides le Père Michael Amaladoss SI, théologien indien et Directeur de l’Institut pour le dialogue avec les cultures et les religions du Loyola College de Chennai, par ailleurs consultant pour la mission et l’évangélisation du Conseil mondial des églises.<br />« Nous devons construire des relations et aider les personnes non seulement à tolérer mais à célébrer la différence en tant que don créatif de Dieu. Nous devons construire une coalition multireligieuse afin de combattre tout type de fondamentalisme et de communautarisme dans toutes les religions. Il faudrait soigner en particulier la formation des jeunes, afin qu’ils grandissent en acquérant une mentalité qui dépasse le préjudice et soit en mesure de promouvoir l’harmonie sociale » explique le religieux à Fides.<br />Selon le jésuite, « l’usage des nouveaux moyens de communication numériques et des réseaux sociaux est nécessaire pour atteindre un nombre croissant de personnes et pour former des réseaux. Nous pourrons diffuser des informations, offrir des programmes de formation et faciliter également les rencontres au travers d’Internet » relève-t-il.<br />Sur le thème du dialogue, le Père Vincent Sekhar SI, remarque l’importance du Ministère chargé du dialogue interreligieux en Inde, à partir de la situation politique et religieuse actuelle du pays. La structure est en effet utile pour discerner de nouveaux parcours. « Pour cela, il faut être proactifs et résister à ce qui fait obstacle aux valeurs du pluralisme et d’une Inde laïque, en cultivant tous les modes possibles permettant de valoriser l’amour et l’amitié, la confiance et la coopération. Actuellement, il est urgent de construire des ponts afin de réconcilier les différentes communautés » note-t-il.<br />« La politique consistant à instrumentaliser la religion, les défis lancés par le fondamentalisme religieux et les provocations du communautarisme compromettent gravement les deux piliers que sont la démocratie et la laïcité de l’Inde » affirme le Père Sekhar.<br />« Nous devons reconnaître – poursuit-il – que l’essence de toutes les religions est l’amour, le service, la paix et l’harmonie. Reconnaître que toute personne humaine est la demeure d’un Etre Suprême porte au respect réciproque. Nous croyons également que le respect et l’appréciation positive des enseignements des écritures de toutes les religions conduiront à l’acceptation réciproque, nous aidant à coexister de manière pacifique ».<br />Dans cet esprit, les jésuites organisent des rencontres interreligieuses de prière et la célébration de fêtes religieuses en collaboration avec les membres des différentes religions, favorisant la compréhension et la solidarité, s’engageant à porter la réconciliation et l’harmonie dans les contextes parcourus par la violence. <br />Mon, 16 Jan 2017 12:55:48 +0100AMERIQUE/CANADA - Naissance de 119.000 nouveaux-nés affectés par le syndrome d’alcoolisme fœtal chaque annéehttp://fides.org/fr/news/61526-AMERIQUE_CANADA_Naissance_de_119_000_nouveaux_nes_affectes_par_le_syndrome_d_alcoolisme_foetal_chaque_anneehttp://fides.org/fr/news/61526-AMERIQUE_CANADA_Naissance_de_119_000_nouveaux_nes_affectes_par_le_syndrome_d_alcoolisme_foetal_chaque_anneeOttawa – Une étude du Centre pour la Dépendance et la Santé mentale du Canada a rendu publiques les premières estimations au niveau mondial du nombre de femmes faisant usage de boissons alcoolisées durant la grossesse. Selon les données publiées par The Lancet Global Health, il s’agit d’environ 10% du nombre total sachant que chaque année 119.000 enfants naissent avec le syndrome d’alcoolisme fœtal dû à cette consommation d’alcool. De l’étude parvenue à Fides, il ressort de grandes différences entre régions et pays. Dans certains, les estimations indiquent que plus de 45% des femmes boivent de l’alcool durant la grossesse. Dans d’autres pays, comme le Canada, où de fortes indications cliniques existent en faveur de l’abstinence au cours de cette période, il est estimé que ce comportement concerne 10% des femmes. Les conséquences les plus graves font que 15 personnes sur 10.000 souffrent d’un trouble d’alcoolisme fœtal de par le monde, un phénomène caractérisé par des problèmes mentaux, de comportement et d’apprentissage ainsi que par des handicaps physiques.<br />Les cinq pays dans lesquels les femmes consomment le plus d’alcool pendant la grossesse se trouvent en Europe. Il s’agit de la Russie, du Royaume-Uni, du Danemark, de la Biélorussie et de l’Irlande. En outre, en tant que région, l’Europe est également celle qui a la plus forte prévalence d’usage d’alcool parmi les femmes enceintes au niveau mondial. Les niveaux les plus bas de consommation d’alcool au cours de la grossesse et d’alcoolisme fœtal sont en revanche enregistrés dans les régions de Méditerranée orientale et dans le sud-est asiatique. Toutes les femmes qui boivent durant la grossesse n’auront pas tous un enfant atteint par ce trouble mais le rapport concerne cependant 1 enfant sur 67. Même s’il est bien connu que l’alcool peut endommager n’importe quel organe de l’enfant à naître durant son développement, en particulier le cerveau, on ne sait pas encore exactement ce qui rend un enfant à naître plus sensible en termes de quantité ou de fréquence de la consommation, attendu que ces variables pourraient également être influencées par d’autres facteurs tels que la génétique, le stress, la consommation de tabac et l’alimentation. <br />Mon, 16 Jan 2017 12:29:47 +0100AFRIQUE/KENYA - Nouvel appel de l’Evêque d’Homabay après plus d’un mois de grève des personnels soignantshttp://fides.org/fr/news/61524-AFRIQUE_KENYA_Nouvel_appel_de_l_Eveque_d_Homabay_apres_plus_d_un_mois_de_greve_des_personnels_soignantshttp://fides.org/fr/news/61524-AFRIQUE_KENYA_Nouvel_appel_de_l_Eveque_d_Homabay_apres_plus_d_un_mois_de_greve_des_personnels_soignantsNairobi – Les Evêques du Kenya ont adressé un nouvel appel aux médecins et infirmiers afin qu’ils assurent les services essentiels aux patients en danger de mort et à ceux qui ont besoin de soins urgents. Le personnel sanitaire des structures publiques est en effet en grève depuis le 5 décembre dernier. La protestation cause actuellement de très graves souffrances aux malades et, selon des nouvelles parvenues à l’Agence Fides, des dizaines de personnes sont mortes par manque de soins. Les Evêques avaient déjà adressé un appel pressant au personnel sanitaire afin que soient assurés les services essentiels pour sauver des vies humaines .<br />Dans une déclaration envoyée à l’Agence Fides, S.Exc. Mgr Philip Anyolo, Evêque d’Homabay et Président de la Kenya Conference of Catholic Bishops , a exprimé la préoccupation de l’Eglise suite aux souffrances provoquées par la grève. Mgr Anyolo a remercié le personnel des structures sanitaires, publiques et privées, qui, malgré tout, continue à répondre aux urgences médicale. « Nous savons que vous continuez à être obérés de travail au point de finir dans un état de surmenage » affirme le communiqué. « Nous remercions également les institutions sanitaires privées et non étatiques qui continuent à répondre aux urgences médicales, en sauvant des vies malgré les sollicitations qui pèsent sur vos ressources, en particulier lorsque les personnes touchées ne peuvent régler complètement les coûts des soins ».<br />Les Evêques adressent un appel pressant au gouvernement, aux syndicats et aux travailleurs afin qu’ils « fassent des choix et entreprennent des actions de manière à faire en sorte que le service sanitaire normal soit rétabli sans nouveaux retards ». <br />Mon, 16 Jan 2017 12:05:40 +0100