Fides News - French (Standard)http://fides.org/Les Dépêches de l'Agence FidesfrLes contenus du site sont publiés sous licence Creative Commons.AFRIQUE/REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - Appui des responsables religieux à la requête de retrait des casques bleus de la population des Bangassouhttp://fides.org/fr/news/62781-AFRIQUE_REPUBLIQUE_CENTRAFRICAINE_Appui_des_responsables_religieux_a_la_requete_de_retrait_des_casques_bleus_de_la_population_des_Bangassouhttp://fides.org/fr/news/62781-AFRIQUE_REPUBLIQUE_CENTRAFRICAINE_Appui_des_responsables_religieux_a_la_requete_de_retrait_des_casques_bleus_de_la_population_des_BangassouBangui – La population de Bangassou exige le départ du contingent marocain basé dans la ville, au sud-est de la République centrafricaine.<br />« La demande de la population est fondée et confirme celle de Monseigneur Aguiré, Evêque de Bangassou » a affirmé l’Imam Oumar Kobine Layama, responsable de la Plateforme des Confessions religieuses de Centrafrique , qui a fait partie d’une délégation provenant de la capitale, Bangui, chargée de conduire une enquête sur la situation à Bangassou et dans les environs. La délégation comprenait différentes personnalités politiques et provenant de l’administration ainsi que des représentants de la société civile.<br />Comme cela a été dénoncé à l’Agence Fides par S.Exc. Mgr Juan José Aguirre Muños, Evêque de Bangassou, les militaires de la MINUSCA déployés sur zone ont « la gâchette facile » et lorsqu’ils sont victimes d’embuscades, ils répondent en tirant au jugé, au risque de blesser les civils .<br />« La population est témoin et victime des actions menées dans la ville de Bangassou par les militaires du contingent marocain » a remarqué l’imam. « La population ne veut plus que ce contingent reste à Bangassou car les éléments ont faillit à leur mission de protection de la population. Ils sont inactifs et surtout passifs quand la population est attaquée par les miliciens. D’après la déclaration de quelques personnes lors de la consultation, les militaires marocains sont à l’origine de plusieurs cas de meurtres car ils tirent à bout portant sur les civiles qu’ils qualifient tous de miliciens » a poursuivi l’imam.<br />Bangassou et ses environs sont au centre d’affrontements entre les anciens rebelles de la Seleka et les miliciens antibalakas, depuis qu’ont été retirés les militaires ougandais et américains envoyés sur zone pour donner la chasse à Joseph Koni, chef du groupe connu sous le nom d’armée de résistance du Seigneur . Depuis des mois, la Cathédrale de Bangassou accueille quelques 2.000 musulmans menacés de mort par les antibalakas . Fri, 11 Aug 2017 12:02:52 +0200AFRIQUE/RD CONGO - Deux projets d’urgence dans les provinces de l’ancien Katangahttp://fides.org/fr/news/62780-AFRIQUE_RD_CONGO_Deux_projets_d_urgence_dans_les_provinces_de_l_ancien_Katangahttp://fides.org/fr/news/62780-AFRIQUE_RD_CONGO_Deux_projets_d_urgence_dans_les_provinces_de_l_ancien_KatangaKalemie – Selon le rapport de l’OCHA, en mars dernier, quelques 450.000 évacués se trouvaient dans la province du Tanganyika, la plus touchée des quatre provinces de l’ancien Katanga par le conflit entre lubas et pygmées en cours depuis 2016. A Kalemie, chef-lieu de la province, six personnes sur dix sont des évacués. Pour faire face à ce phénomène, l’ONG AVIS a lancé un premier projet visant à garantir une éducation de qualité à 15.000 enfants de Kalemie qui ont tout perdu. Le projet prévoit des cours de rattrapage, un soutien économique aux écoles situées à proximité des camps d’évacués leur permettant d’accueillir en classe les nouveaux arrivés, ainsi que des actions de formation destinées aux enseignants et aux directeurs. Par ailleurs, sont prévus du matériel scolaire, des ballons et des jeux pour les moments de détente ainsi que des kits pour les enseignants. L’autre projet d’urgence en cours est dénommé RRMP soit Réponse rapide aux mouvements de population. Il s’articule sur six mois et vise à atteindre les évacués dans les zones les plus reculées des quatre provinces de l’ancien Katanga , où d’autres projets ne parviennent pas à arriver. L’objectif est de fournir de l’assistance à ceux qui ont évacué depuis moins de trois mois, en fournissant des biens de première nécessité, des interventions dans les secteurs de l’éducation, de la santé et de l’hygiène, en collaboration avec l’International Rescue Committee . Fri, 11 Aug 2017 10:55:39 +0200AMERIQUE/ETATS UNIS - Intervention de l’Evêque d’El Paso en faveur d’une mexicaine permettant à cette dernière de demeurer aux Etats-Unis aux côtés de sa fille maladehttp://fides.org/fr/news/62779-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Intervention_de_l_Eveque_d_El_Paso_en_faveur_d_une_mexicaine_permettant_a_cette_derniere_de_demeurer_aux_Etats_Unis_aux_cotes_de_sa_fille_maladehttp://fides.org/fr/news/62779-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Intervention_de_l_Eveque_d_El_Paso_en_faveur_d_une_mexicaine_permettant_a_cette_derniere_de_demeurer_aux_Etats_Unis_aux_cotes_de_sa_fille_maladeEl Paso – Une mexicaine, mère de trois enfants, qui risquait d’être rapatriée a été autorisée à demeurer aux Etats-Unis pour un semestre supplémentaire après que S.Exc. Mgr Mark J. Seitz, Evêque d’El Paso , et d’autres responsables religieux aient intercédé en sa faveur.<br />María Elena De Loera a ainsi reçu un permis de séjour pour motifs humanitaires lui permettant de demeurer dans le pays pour six mois de manière à assister sa fille de huit ans, Alia, qui combat un cancer.<br />Il s’agit de la troisième fois qu’un permis est accordé à María Elena De Loera au cours de ces deux dernières années, après qu’elle ait demandé l’asile aux Etats-Unis en 2014, affirmant qu’elle craignait pour la sécurité de ses enfants après le meurtre de son mari au Mexique. Des mois après cette demande, la mineure de ses filles s’est vue diagnostiquer un cancer. Il a été accordé à la mère la possibilité de rester aux Etats-Unis en 2015, pendant le traitement de sa fille, mais elle devait renouveler ce permis chaque année, ce qui n’a pas été le cas cette année, raison qui a rendu nécessaire l’intervention de Mgr Seitz et des autres responsables religieux. <br />Fri, 11 Aug 2017 10:37:29 +0200AFRIQUE/OUGANDA - Bibliothèque gratuite dans un fourgon pour les enfants des rues de Kampalahttp://fides.org/fr/news/62778-AFRIQUE_OUGANDA_Bibliotheque_gratuite_dans_un_fourgon_pour_les_enfants_des_rues_de_Kampalahttp://fides.org/fr/news/62778-AFRIQUE_OUGANDA_Bibliotheque_gratuite_dans_un_fourgon_pour_les_enfants_des_rues_de_KampalaKampala – Matatart est un projet dirigé par un architecte italien de 30 ans, un coopérant italien et une jeune ougandaise. Le but de celui-ci est de faire en sorte que les enfants qui vivent dans les rues de Kampala s’intéressent à la culture. Le nom de Matatart vient de matatu, petit camion faisant office de taxi. L’organisation a en effet acheté un vieux matatu au Japon et l’a transformé en un petit centre culturel itinérant, qui parcourt les faubourgs de la capitale ougandaise. Il se trouve actuellement dans le faubourg de Kawempe où, en collaboration avec une autre organisation, les enfants ont reconstruit et peint une maison qui servira de logement gratuit aux enfants abandonnés. Les enfants peuvent entrer dans le fourgon, prendre des livres, lire, peindre, écrire et écouter de la musique.<br />Selon les estimations officielles de l’UNICEF, quelques 10.000 mineurs vivent et travaillent dans les rues en Ouganda. Fri, 11 Aug 2017 09:40:45 +0200AFRIQUE/KENYA - Appel des responsables religieux contre la violence dans l’attente des résultats officiels du scrutinhttp://fides.org/fr/news/62777-AFRIQUE_KENYA_Appel_des_responsables_religieux_contre_la_violence_dans_l_attente_des_resultats_officiels_du_scrutinhttp://fides.org/fr/news/62777-AFRIQUE_KENYA_Appel_des_responsables_religieux_contre_la_violence_dans_l_attente_des_resultats_officiels_du_scrutinNairobi – « Non à la violence. Il faut suivre les voies légales pour résoudre les contestations ». Tel est le sens de l’appel lancé par les responsables religieux du Kenya, rassemblés au sein du Forum multisectoriel, dans l’attente de la publication des résultats officiels des élections législatives et présidentielles qui ont eu lieu le 8 août . Des bulletins jusqu’ici dépouillés, le Président sortant, Uhuru Kenyatta, semble désormais vainqueur. Son adversaire, Raila Odinga, a accusé les résultats électoraux d’avoir été falsifiés, selon lui en manipulant le système électronique de votation . Les observateurs de l’Union européenne ont cependant déclaré de ne pas avoir relevé d’indice de « manipulations au niveau central et local » du processus de vote.<br />« Nous avons pris en considération de manière sérieuse les préoccupations exprimées par R. Odinga, tout comme celles d’autres candidats » a affirmé Peter Karanja, Secrétaire général du Conseil national des églises du Keya , qui a parlé au nom du Forum multisectoriel. « Il est important de ne pas s’engager dans des actes de violence ou d’autres activités destructrices. Nous sommes confiants dans le fait que la Commission électorale indépendance et les principaux partis et formations politiques travailleront afin de résoudre les problèmes. Nous laissons donc que les kenyans vivent en paix alors que nous attendons que ces processus se soient achevés ».<br />Dans une autre intervention, les responsables religieux kenyans ont exprimé leur satisfaction pour l’action des forces de l’ordre et la manière professionnelle dont elles ont assuré la sécurité avant, pendant et après les élections. Dans le cadre d’un certain nombre d’incidents isolés dans l’ouest du pays, place forte de l’opposition, et dans les bidonvilles de Nairobi, quatre personnes ont cependant trouvé la mort. Thu, 10 Aug 2017 12:48:24 +0200AFRIQUE/REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - Commentaires de l’Evêque de Bangassou à propos du massacre évoqué par le Papehttp://fides.org/fr/news/62776-AFRIQUE_REPUBLIQUE_CENTRAFRICAINE_Commentaires_de_l_Eveque_de_Bangassou_a_propos_du_massacre_evoque_par_le_Papehttp://fides.org/fr/news/62776-AFRIQUE_REPUBLIQUE_CENTRAFRICAINE_Commentaires_de_l_Eveque_de_Bangassou_a_propos_du_massacre_evoque_par_le_PapeBangui – « Le Saint-Père a fait référence au massacre perpétré à Gambo, un village se trouvant à 70Km de Bangassou » indique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Juan José Aguirre Muños, Evêque de Bangassou, commentant l’appel lancé hier, 9 août, par le Pape François au terme de l’Audience générale. « J’ai été profondément attristé par le massacre survenu Dimanche dernier au Nigeria, à l’intérieur d’une église, où ont été tuées des personnes innocentes » a déclaré le Souverain Pontife se référant au massacre ayant eu lieu à Ozubulu . « Malheureusement, ce matin, est parvenue la nouvelle de violences homicides en République centrafricaine à l’encontre des communautés chrétiennes. Je souhaite que cesse toute forme de haine et de violence et que ne se répètent plus des crimes aussi honteux, perpétrés dans les lieux de culte, où les fidèles se rassemblent pour prier. Pensons à nos frères et sœurs du Nigeria et de République centrafricaine ».<br />« Plusieurs dizaines de personnes sont mortes à Gambo entre vendredi 4 et samedi 5 août » indique Mgr Aguirre. « Tout a commencé lorsque les antibalakas ont attaqué le village qui est depuis quatre ans entre les mains d’anciens rebelles de la Seleka. Ces derniers temps ces derniers avaient accentué les violences contre la population locale, en particulier vis-à-vis des femmes, nombre desquelles avaient été enlevées de leurs maisons en présence de leurs maris pour être ensuite violées. Le 4 août, les antibalakas sont entrés à Gambo pour en chasser les anciens rebelles de la Seleka ». « De ce qui m’a été référé – continue l’Evêque – immédiatement après l’arrivée des antibalakas, sont intervenus les hommes de la MINUSCA . Les antibalakas auraient ouvert le feu contre les casques bleus qui ont réagi de manière disproportionnée, tirant au jugé et touchant également les civils. Les antibalakas ont été contraints à se retirer dans la forêt et les anciens Seleka ont pu rentrer à Gambo où ils ont trouvé une équipe de la Croix Rouge qui tenait une réunion à l’hôpital. Ils ont égorgé différents participants, des hommes et même des enfants ».<br />« Par suite, le massacre a donc été commis par les anciens Seleka mais il dérive également de la réaction disproportionnée des casques bleus de la MINUSCA qui, lorsqu’ils sont attaqués, réagissent en ouvrant le feu au jugé. Ils ont la gâchette trop facile » dénonce l’Evêque. « Je connais des personnes, comme un jeune séminariste et son père, qui ont été tuées par des balles perdues de la MINUSCA. Ceci nous attriste beaucoup ». « Par ailleurs, je me demande comment, une fois libérée Gambo des antibalakas, la MINUSCA a pu laisser à nouveau la population à la merci des anciens Seleka » continue Mgr Aguirre. « Ce qu’il est convenu d’appeler les soldats de la paix, qui auraient pour mission de désarmer l’ensemble des factions centrafricaines, désarment de force les seuls antibalakas et non les anciens de la Seleka, qui semblent être toujours plus armés. Il semble qu’existent des complicités que nous ne comprenons pas » conclut l’Evêque. Thu, 10 Aug 2017 11:33:18 +0200AMERIQUE/ARGENTINE - Commentaires d’Evêques relatifs à la réalisation d’une centrale nucléaire à Rio Negrohttp://fides.org/fr/news/62775-AMERIQUE_ARGENTINE_Commentaires_d_Eveques_relatifs_a_la_realisation_d_une_centrale_nucleaire_a_Rio_Negrohttp://fides.org/fr/news/62775-AMERIQUE_ARGENTINE_Commentaires_d_Eveques_relatifs_a_la_realisation_d_une_centrale_nucleaire_a_Rio_NegroNeuquen – Dans le cadre d’une réunion conduite par S.Exc. Mgr Virginio Bressanelli, Evêque émérite et Administrateur diocésain de Neuquen, les plus hautes autorités catholiques de Patagonie se sont exprimées contre l’installation d’une centrale nucléaire à Rio Negro, dont la construction avait été annoncée par le gouvernement provincial et par l’administration de Mauricio Macri.<br />Selon une note parvenue à l’Agence Fides, les Evêques ont déclaré que « aujourd’hui, les conditions en vue de la réalisation de ce projet ne sont pas réunies » bien qu’ils reconnaissent « la nécessité pour le pays d’augmenter sa production d’électricité, les opportunités d’emploi que cette installation pourrait comporter et l’urgence de générer d’autres types d’énergie n’émettant pas de gaz responsables de l’effet de serre ».<br />Les Evêques ont estimé cependant que la centrale nucléaire « produit de dangereux déchets qui demeurent radioactifs à long terme et implique un coût très élevé ». En outre, ils ont affirmé que « les conséquences d’un échec ou d’un accident sont très graves et irréparables », soulignant qu’il existe « peu de confiance dans l’efficacité des contrôles ».<br />Les Evêques affirment que leur intervention ne « tend pas à définir des questions scientifiques ni à remplacer la politique mais à inviter au dialogue et à un débat honnête et transparent ». Thu, 10 Aug 2017 10:18:09 +0200EUROPE/ESPAGNE - Intégration, égalité et respect : un cirque social éthiopien pour changer la vie des enfants en Ethiopiehttp://fides.org/fr/news/62774-EUROPE_ESPAGNE_Integration_egalite_et_respect_un_cirque_social_ethiopien_pour_changer_la_vie_des_enfants_en_Ethiopiehttp://fides.org/fr/news/62774-EUROPE_ESPAGNE_Integration_egalite_et_respect_un_cirque_social_ethiopien_pour_changer_la_vie_des_enfants_en_EthiopieA Coruña – Cirque, instruction et engagement social sont les principales valeurs du Fekat Circus, un groupe éthiopien qui a lancé une série d’initiatives dans le but d’améliorer la vie des enfants de son pays. Il s’agit d’un projet de transformation sociale qui lutte contre la pauvreté et le manque de ressources qui frappent des millions de personnes en Ethiopie. Huit jeunes éthiopiens de 18 à 32 ans ont lancé ce cirque qui transmet des valeurs telles que l’intégration, l’égalité et le respect. Le Fekat Circuì a été créé en 2004 à Addis Abeba, lorsque ce groupe de jeunes, qui vivaient dans les rues, décida de s’engager afin d’améliorer leurs conditions de vie et celles d’autres enfants.<br />Sur la scène, les jeunes portent une représentation puissante et intense comprenant de la musique africaine, en particulier éthiopienne mais aussi d’autres genres, se mêlant à beaucoup de bonne humeur pendant plus d’une heure de spectacle. Thu, 10 Aug 2017 09:32:34 +0200AFRIQUE/KENYA - Avance du Président sortant dans le cadre de l’élection d’hier au milieu des plaintes de fraudes de l’oppositionhttp://fides.org/fr/news/62773-AFRIQUE_KENYA_Avance_du_President_sortant_dans_le_cadre_de_l_election_d_hier_au_milieu_des_plaintes_de_fraudes_de_l_oppositionhttp://fides.org/fr/news/62773-AFRIQUE_KENYA_Avance_du_President_sortant_dans_le_cadre_de_l_election_d_hier_au_milieu_des_plaintes_de_fraudes_de_l_oppositionNairobi – Le Président sortant, Uhuru Kenyatta, est en tête dans le cadre du dépouillement partiel du vote d’hier, 8 août, portant sur l’élection du Chef de l’Etat et du Parlement kenyans . Le résultat se trouve cependant contesté par Raila Odinga, candidat du cartel de l’opposition, NASA, selon qui « des pirates informatiques ont accédé à la base de données du système électoral », falsifiant les résultats.<br />« Vous ne pouvez pas tromper la population aussi longuement » a déclaré Raila Odinga lors d’une conférence de presse. « Les élections générales de 2017 sont une fraude » a-t-il ajouté.<br />Selon l’opposition, les pirates informatiques seraient entrés dans le système électoral en exploitant les mots de passe de Chris Msando, responsable informatique de la Commission électorale indépendante , dont le corps, présentant des signes de torture, avait été retrouvé sans vie le 30 juillet dernier, quelques jours seulement avant les élections .<br />Selon les résultats publiés jusqu’ici par l’IEBC, relatifs à plus de 90% des bureaux de vote, Uhuru Kenyatta aurait obtenu 54,41% des voix contre 44,72% à Raila Odinga.<br />Les élections présidentielles contestées de 2007 avaient déclenché une vague de violence dans le pays, provoquant des milliers de morts et près d’un million d’évacués. Wed, 09 Aug 2017 12:10:13 +0200AMERIQUE/GUATEMALA - Plus de 60% des guatémaltèques en conditions de pauvretéhttp://fides.org/fr/news/62772-AMERIQUE_GUATEMALA_Plus_de_60_des_guatemalteques_en_conditions_de_pauvretehttp://fides.org/fr/news/62772-AMERIQUE_GUATEMALA_Plus_de_60_des_guatemalteques_en_conditions_de_pauvreteGuatemala – Le scénario d’inégalité, de racisme, de pauvreté et de dénutrition qui caractérise le Guatemala est évident. Sur un total de 16 millions d’habitants, 60% se trouvent en situation de pauvreté et plus de 23% en situation de pauvreté extrême. Il s’agit de données officielles rendues publiques par la Commission interaméricaine des Droits fondamentaux. Selon ces chiffres, le pays est le 128ème sur 188 en ce qui concerne l’index de développement humain. Wed, 09 Aug 2017 10:23:12 +0200ASIE/PALESTINE - Théâtre itinérant pour soulager les traumatismes des enfants de Gazahttp://fides.org/fr/news/62771-ASIE_PALESTINE_Theatre_itinerant_pour_soulager_les_traumatismes_des_enfants_de_Gazahttp://fides.org/fr/news/62771-ASIE_PALESTINE_Theatre_itinerant_pour_soulager_les_traumatismes_des_enfants_de_GazaGaza – Un groupe de jeunes habitants de Gaza s’est organisé afin d’emmener le seul théâtre itinérant palestinien dans des orphelinats, des hôpitaux et des centres d’assistance diurne afin de soulager le stress psychologique et les traumatismes des mineurs de la bande de Gaza, marquée par le blocus et les suites du conflit. Il s’agit du Groupe de divertissement du Théâtre palestinien, composé de douze jeunes artistes bénévoles qui ont mis à disposition leur temps et leur argent pour conserver le seul théâtre ambulant local, fondé l’an dernier. L’un des spectacles favoris du jeune public voit un narrateur, portant un tarbush et le symbole palestinien du pouvoir, le keffieh, s’asseoir au centre d’un cercle d’enfants et raconter des histoires d’aventure.<br />Au travers de ces représentations, émergent des thèmes délicats, relatifs à la société dans laquelle les enfants vivent. En outre, sont transmis de la sorte des messages pratiques, comme celui de ne pas toucher les restes des missiles israéliens et de se tenir loin de la frontière. Ce genre d’événements ludiques n’est pas fréquent dans cette enclave appauvrie. Selon le Bureau centrale de la Statistique palestinien , la Palestine compte actuellement 14 théâtres dont 11 en Cisjordanie et 3 à Gaza mais aucun d’entre eux ne dispose d’une expérience en tant que théâtre itinérant. Parmi les difficultés constatées se trouve le manque de jeunes acteurs. Par ailleurs, attendu que la tradition palestinienne rejette ce type d’activité pour les femmes, les hommes devant également interpréter les rôles féminins. Wed, 09 Aug 2017 09:40:56 +0200ASIE/INDONESIE - Désir des jeunes catholiques asiatiques de relever les défis du millénaire pour diffuser l’Evangilehttp://fides.org/fr/news/62770-ASIE_INDONESIE_Desir_des_jeunes_catholiques_asiatiques_de_relever_les_defis_du_millenaire_pour_diffuser_l_Evangilehttp://fides.org/fr/news/62770-ASIE_INDONESIE_Desir_des_jeunes_catholiques_asiatiques_de_relever_les_defis_du_millenaire_pour_diffuser_l_EvangileYogyakarta – « Nous nous trouvons face à des problèmes et à des défis pour vivre notre foi catholique et ce au sein d’une époque mondialisée, qui influence notre vie. Les progrès technologiques rapides ont provoqué le consumérisme, les dépendances et la perte de notre identité à cause d’une culture affaiblie » affirme la Déclaration finale de la VII° Journée de la Jeunesse asiatique, qui a eu lieu à Yogyakarta, en Indonésie du 31 juillet au 6 août .<br />« Nous ne pouvons éviter la modernisation – poursuit le document envoyé à l’Agence Fides. Certains d’entre nous peuvent manquer de confiance dans le fait de vivre notre foi. A cause de pressions dérivant de l’intolérance, nous ne disposons pas d’une intimité avec Dieu et avec Sa Création. Nous sentons ne pas disposer de suffisamment de soutien de la part de différents secteurs de la société. Dès lors, en tant que Jeunesse catholique d’Asie, nous avons besoin de possibilités et d’espaces permettant d’être écoutés et remarqués ».<br />La déclaration se poursuit en affirmant que les participants à la Journée de la Jeunesse asiatique disposent de la capacité de surmonter ces défis. « Ces qualités jouent un rôle important pour la continuité de la foi catholique. En tant que jeunes, nous sommes habilités par l’Esprit Saint qui nous donne l’énergie et le feu pour diffuser l’Evangile dans ce monde multiculturel. Nous sommes protégés par nos talents, par le courage, par la compassion et par la détermination. Ces qualités représentent les ressources nécessaires à la société pour relever les défis que le monde affronte actuellement ».<br />En rappelant les rencontres avec les jeunes musulmans ayant eu lieu durant le rassemblement, les jeunes catholiques asiatiques affirment que « ces rencontres multiculturelles nous ont aidé à voir notre foi sous une nouvelle lumière. Elles ont accru la flamme de notre passion. Nous espérons qu’au travers de l’Esprit Saint nous serons en mesure d’enflammer le monde ».<br />Toutefois, ont-ils ajouté, ce même incendie, s’il ne devait pas être contrôlé, peut devenir incontrôlable et faire du tort aux autres. « Il est donc important de recevoir de l’aide afin de perfectionner nos habilités et de les mettre à profit ». Ils exhortent par suite leurs Pasteurs et leurs animateurs à leur venir en aide « en constituant de bons modèles ».<br />« Jésus nous a enseigné à aimer sans conditions. Nous désirons témoigner du même Esprit d’Amour qu’Il a montré envers nous. Ceci comprend le fait de prendre soin de notre maison commune sur la base des défis lancés par Laudato Si '. Nous entreprenons un parcours pour communiquer avec les autres, en sortant pour nous rencontrer là où ils sont et en cherchant à comprendre de manière plus approfondie leurs cultures. Nous agirons en tant que facilitateurs et animateurs de l’unité, en créant un pont pour aimer et respecter ceux qui appartiennent à des cultures différentes » affirme le document.<br />Enfin, attendu que la technologie et les réseaux sociaux sont devenus partie intégrante de la vie des jeunes, la déclaration s’achève en promettant « d’utiliser ces instruments de manière responsable afin de diffuser positivité et bonté plutôt que négativité et haine et pour partager la Parole de Dieu et inspirer les autres ». Tue, 08 Aug 2017 12:52:19 +0200AFRIQUE/KENYA - Eglise en première ligne en faveur d’un scrutin pacifique dans le cadre de l’élection présidentielle au Kenyahttp://fides.org/fr/news/62769-AFRIQUE_KENYA_Eglise_en_premiere_ligne_en_faveur_d_un_scrutin_pacifique_dans_le_cadre_de_l_election_presidentielle_au_Kenyahttp://fides.org/fr/news/62769-AFRIQUE_KENYA_Eglise_en_premiere_ligne_en_faveur_d_un_scrutin_pacifique_dans_le_cadre_de_l_election_presidentielle_au_KenyaNairobi – Aujourd’hui, 8 août, les urnes sont ouvertes au Kenya dans le cadre des élections présidentielles et législatives. 19,6 millions d’électeurs sont ainsi appelés aux urnes pour élire le nouveau Parlement et le nouveau Chef de l’Etat, qui devra être choisi entre le Président sortant, Uhuru Kenyatta, et son adversaire historique, Raila Odinga.<br />De nouvelles parvenues à l’Agence Fides, il ressort que les opérations de vote procèdent dans le calme, les nombreux électeurs formant des queues ordonnées dans l’attente de leur tour face aux bureaux de vote.<br />A la veille du scrutin, l’Eglise catholique avait organisé des séminaires afin d’instruire les fidèles aux modalités de participation pacifique aux élections. En particulier, le Département Justice et Paix et Caritas de l’AMECEA a conduit différents séminaires dans l’est du pays au profit des prêtres et des religieux, mais aussi des laïcs engagés dans les Paroisses et des catéchistes afin qu’ils s’engagent dans des initiatives de construction de la paix et de diffusion des enseignements sociaux de l’Eglise catholique relatifs aux formes de bon gouvernement.<br />Aux séminaires en question, ont participé plus de 400 agents pastoraux.<br />Les Evêques avaient également proclamé une Neuvaine de prière pour le déroulement pacifique des élections, neuvaine qui s’est achevée hier, 7 août . Tue, 08 Aug 2017 12:12:44 +0200AMERIQUE/CHILI - Appel de l’Archevêque de Santiago du Chili en faveur de la promotion d’une véritable intégration des migrants dans le payshttp://fides.org/fr/news/62768-AMERIQUE_CHILI_Appel_de_l_Archeveque_de_Santiago_du_Chili_en_faveur_de_la_promotion_d_une_veritable_integration_des_migrants_dans_le_payshttp://fides.org/fr/news/62768-AMERIQUE_CHILI_Appel_de_l_Archeveque_de_Santiago_du_Chili_en_faveur_de_la_promotion_d_une_veritable_integration_des_migrants_dans_le_paysSantiago – « Il est important d’accueillir les migrants mais cela ne suffit pas. Nous devons les intégrer, ce qui signifie également créer des lois qui favorisent une authentique intégration, avec les droits fondamentaux qui y affèrent » a affirmé S.Em. le Cardinal Ricardo Ezzati, Archevêque de Santiago du Chili. « Espérons que bientôt, au Chili, nous pourrons disposer d’une loi qui parvienne à intégrer et à contribuer de cette manière à l’unité » a souhaité le Cardinal dans la note parvenue à Fides.<br />Le Cardinal Ezzati participait le 5 août à la célébration que la communauté des résidents boliviens de la capitale chilienne organise depuis 2003 en l’honneur de Notre-Dame de Copacabana. Tue, 08 Aug 2017 10:25:29 +0200EUROPE/ESPAGNE - Journée internationale des Populations indigèneshttp://fides.org/fr/news/62767-EUROPE_ESPAGNE_Journee_internationale_des_Populations_indigeneshttp://fides.org/fr/news/62767-EUROPE_ESPAGNE_Journee_internationale_des_Populations_indigenesMadrid – Le 9 août est la Journée internationale des Populations indigènes. De par le monde, plus de 370 millions de personnes répartis en 70 pays parlant 5.000 langues – soit 75% de celles jusqu’ici connues – et dont la culture et les connaissances ont contribué de manière déterminante à l’histoire de l’humanité appartiennent à cette catégorie. En outre, les indigènes constituent certaines des populations les plus désavantagées et les plus vulnérables et représentent 15% des pauvres du monde ainsi qu’un tiers des personnes vivant dans des conditions d’extrême pauvreté en zone rurale. Comme si cela ne suffisait pas, ces populations subissent des rejets, des discriminations, des abus, des évacuations forcées, phénomènes qui ont augmenté au cours de ces dernières années à cause de la mondialisation de l’économie et des effets des changements climatiques. Selon l’ONG catholique espagnole Manos Unidas, depuis toujours engagée en faveur de la protection et de la promotion des personnes les plus faibles, parmi les principaux défis que cette large strate de la population mondiale doit relever, outre la violation de ses droits fondamentaux, se trouvent les grands projets économiques qui sont développés sur leurs territoires et qui, souvent, ont pour conséquence la dégradation de l’environnement duquel dépend leur survie. <br />Tue, 08 Aug 2017 10:15:15 +0200AFRIQUE/NIGERIA - Drogue et criminalité organisée derrière le massacre dans l’église d’Ozubuluhttp://fides.org/fr/news/62766-AFRIQUE_NIGERIA_Drogue_et_criminalite_organisee_derriere_le_massacre_dans_l_eglise_d_Ozubuluhttp://fides.org/fr/news/62766-AFRIQUE_NIGERIA_Drogue_et_criminalite_organisee_derriere_le_massacre_dans_l_eglise_d_OzubuluLagos – Le bilan de la fusillade ayant eu lieu hier, Dimanche 6 août, dans l’église Saint Philippe d’Ozubulu, dans l’Etat d’Anambra, au sud du Nigeria, est de 12 morts et de plus de 20 blessés. C’est ce qu’indiquent à l’Agence Fides des sources de l’Eglise locale qui reconstruisent l’épisode comme suit.<br />« L’objectif des meurtriers était Aloysius Ikegwuonu, un important trafiquant de drogue qui a gagné d’énormes sommes en Afrique du Sud où il contrôle une bande active dans la distribution de la cocaïne.<br />Revenu dans son Etat d’origine, l’Anambra, Aloysius Ikegwuonu a investi une partie de sa fortune dans la construction d’œuvres publiques telles que routes etc. dont l’église dans laquelle a eu lieu le massacre, se comportant comme un bienfaiteur de la population locale, au point que circulent sur Internet des vidéos montrant Aloysius Ikegwuonu qui distribue de l’argent dans les rues.<br />Les assassins étaient d’anciens complices qui l’accusaient de leur avoir dérobé la majeure partie des recettes de la vente de drogue.<br />Hier, Aloysius Ikegwuonu avait organisé une sorte de cérémonie de remerciements en l’église Saint Philippe, mais, au dernier moment, il avait été averti que le groupe de ses anciens complices avait prévu de l’attaquer. Il a donc évité de se présenter à l’église. Le groupe de tueurs est entré dans l’église et, ne le trouvant pas, a tué le père d’Aloysius Ikegwuonu et les personnes qui l’entouraient, en pensant qu’il s’agissait de membres de la famille ». Mon, 07 Aug 2017 12:59:56 +0200AMERIQUE/ETATS UNIS - Mise en place de fonds au profit de l’Eglise en Haïtihttp://fides.org/fr/news/62765-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Mise_en_place_de_fonds_au_profit_de_l_Eglise_en_Haitihttp://fides.org/fr/news/62765-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Mise_en_place_de_fonds_au_profit_de_l_Eglise_en_HaitiWashington – La Conférence des Evêques catholiques des Etats-Unis , par l’intermédiaire de sa Commission pour l’Eglise latino-américaine, a assigné près de 6 millions d’USD, dont 4 pour supporter et soutenir l’action de la Pastorale de l’Eglise en Amérique latine et aux Caraïbes et quelques 2 millions d’USD pour la reconstruction d’Haïti.<br />Les projets concernant Haïti sont relatifs à la formation de 400 agents pastoraux provenant de quatre Paroisses touchées par l’ouragan Matthew et une première subvention visant à aider à reconstruire les églises sises de l’ouest du pays, frappées par le passage de ce même ouragan .<br />« Je suis frappé par la générosité des catholiques des Etats-Unis parce qu’elle a fait la différence dans la vie d’innombrables personnes en Amérique latine et aux Caraïbes. Cette générosité reflète l’amour et la compassion de Dieu. Je le vois surtout dans la réponse que nous avons reçu afin d’aider les victimes du passage de l’ouragan Matthew. Au travers de cette aide, nous avons pu non seulement financer des projets pastoraux mais aussi reconstruire des églises dans certains Diocèses d’Haïti » a commenté le Président de la Commission pour l’Eglise latino-américaine de l’USCCB, S.Exc. Mgr Eusebio Elizondo, Evêque auxiliaire de Seattle.<br />Après le séisme de 2010, la Conférence des Evêques catholiques des Etats-Unis a géré différentes initiatives visant à aider le pays le plus pauvre d’Amérique . Mon, 07 Aug 2017 12:21:36 +0200AMERIQUE/PORTO RICO - Collecte de chaussures pour permettre aux écoliers de fréquenter l’école à Haïtihttp://fides.org/fr/news/62764-AMERIQUE_PORTO_RICO_Collecte_de_chaussures_pour_permettre_aux_ecoliers_de_frequenter_l_ecole_a_Haitihttp://fides.org/fr/news/62764-AMERIQUE_PORTO_RICO_Collecte_de_chaussures_pour_permettre_aux_ecoliers_de_frequenter_l_ecole_a_HaitiSan Juan – L’organisation sans but lucratif We All Care Inc. a lancé un appel à la communauté portoricaine afin qu’elle s’unisse à la collecte de chaussures promue en faveur es enfants vulnérables de 3 à 9 ans d’Haïti. En effet, 90% des structures scolaire de l’île caribéenne sont privées et gérées par des communautés, des organisations religieuses ou des fondations sans but lucratif. Dans toutes ces écoles, il est prévu que les élèves portent des uniformes et des chaussures. Au mois de juillet dernier, l’organisation a été engagée en Haïti dans le cadre de projets concernant les élèves de différentes écoles de la ville de Ouanaminthe et des environs. « Nous avons également collaboré à la construction de puits pour la communauté, distribué des denrées alimentaires, des vêtements, des chaussures et des articles de première nécessité aux familles les plus pauvres » peut-on lire dans une note de We All Care parvenue à Fides. « Nous avons rendu visite aux communautés rurales où sont en cours des projets agricoles et nous nous sommes unis aux habitants pour leur enseigner la réalisation de potagers domestiques » poursuit la note.<br />La mission de We All Care prévoit un engagement au profit des enfants et des adolescents privés de supports de base et nécessaires à leur croissance spirituelle, physique, mentale et sociale tant à Porto Rico qu’à l’étranger. Mon, 07 Aug 2017 11:57:33 +0200ASIE/IRAQ - Message rassurant du Président de la Région autonome du Kurdistan irakien aux chrétiens sur leur avenir dans le cadre d’un Kurdistan indépendanthttp://fides.org/fr/news/62763-ASIE_IRAQ_Message_rassurant_du_President_de_la_Region_autonome_du_Kurdistan_irakien_aux_chretiens_sur_leur_avenir_dans_le_cadre_d_un_Kurdistan_independanthttp://fides.org/fr/news/62763-ASIE_IRAQ_Message_rassurant_du_President_de_la_Region_autonome_du_Kurdistan_irakien_aux_chretiens_sur_leur_avenir_dans_le_cadre_d_un_Kurdistan_independantErbil – Maintenant que la nation du Kurdistan « entreprend un chemin vers l’indépendance, les besoins et les droits des frères et sœurs chrétiens au Kurdistan seront protégés à tous les niveaux, alors que la fraternité et la coexistence au Kurdistan seront plus solides ». C’est en ces termes que le responsable kurde Massoud Barzani, actuel Président de la Région autonome du Kurdistan irakien, s’est adressé à l’ensemble des membres des communautés chrétiennes autochtones historiquement présentes dans les zones de l’actuel nord de l’Irak. L’intention évidente du Président de la Région autonome du Kurdistan irakien est de gagner l’appui des chrétiens de ces territoires à la cause de l’indépendance du Kurdistan irakien, thème sur lequel le gouvernement de la Région autonome du Kurdistan irakien a organisé unilatéralement un référendum, prévu pour le 25 septembre. L’occasion prise par Massoud Barzani pour lancer aux chrétiens son message rassurant est ô combien symbolique. En effet, ces jours-ci sont commémorés les massacres perpétrés en 1933 par les militaires de ce qui était alors le Royaume d’Irak à l’encontre les chrétiens chaldéens, arméniens et surtout assyriens, accusés de cultiver des visées séparatistes. Dans son message, Massoud Barzani assimile en quelque manière ces massacres, remontant à 84 ans en arrière, aux violences plus récentes infligées aux populations de la région par les djihadistes du prétendu « Etat islamique ». « Le seul remède à toutes nos douleurs et la seule garantie permettant d’assurer que les désastres ne se répètent pas est de cheminer vers l’indépendance » a écrit Massoud Barzani dans le message aux chrétiens diffusé hier, Dimanche 6 août. « A l’occasion du 84ème anniversaire de cette catastrophe, qui coïncide avec le 3ème anniversaire de la brutale attaque du prétendu « Etat islamique » contre les frères et sœurs chrétiens et des autres communautés de la plaine de Ninive – a ajouté le responsable kurde – je répète que les frères et sœurs chrétiens, ainsi que tous ceux des autres communautés du Kurdistan, par le passé, au moment présent et à l’avenir ont partagé et partagent des temps de douleur et des temps favorables, étant impliqués dans le même destin ». Mon, 07 Aug 2017 11:25:19 +0200AFRIQUE/KENYA - Appel des responsables religieux en faveur de l’acceptation des résultats des élections et de l’absence d’incitations à la violencehttp://fides.org/fr/news/62762-AFRIQUE_KENYA_Appel_des_responsables_religieux_en_faveur_de_l_acceptation_des_resultats_des_elections_et_de_l_absence_d_incitations_a_la_violencehttp://fides.org/fr/news/62762-AFRIQUE_KENYA_Appel_des_responsables_religieux_en_faveur_de_l_acceptation_des_resultats_des_elections_et_de_l_absence_d_incitations_a_la_violenceNairobi – « Les résultats électoraux doivent être acceptés et il ne faut pas inciter ses propres partisans à la violence pour contester l’issue du scrutin » : tel est le sens du message conjoint que les responsables religieux du Kenya ont adressé aux hommes politiques à la veille des élections générales du 8 août.<br />« Les hommes politiques doivent s’engager publiquement à accepter les résultats qui seront annoncés par la Commission électorale indépendante ou à présenter un recours devant la Cour ad hoc s’ils ne sont pas satisfaits de ce qui a été proclamé » affirment les responsables religieux du Kenya dans une déclaration parvenue à l’Agence Fides.<br />« Ils n’ont pas le droit d’inciter leurs partisans à commettre des actes de violence à l’égard d’autres kenyans si les résultats ne sont pas en leur faveur » poursuivent les responsables religieux, qui qualifient ces actions de « stratégie politique atroce et vulgaire ».<br />Les responsables religieux affirment que leurs observateurs électoraux ont recueilli des informations concernant l’organisation, de la part de certains hommes politiques, de bandes de jeunes chargées de déclencher des violence ressemblant à des actes de protestation spontanés, précisant avoir informé les autorités compétentes de leur découverte.<br />La campagne électorale a été marquée par le meurtre de Chris Msando, responsable du système informatique de la Commission électorale indépendante du Kenya . Selon des sources de presse, trois personnes ont été arrêtées en Ouganda en liaison avec le meurtre de Chris Msando et de la jeune femme dont le corps a été retrouvé à côté du sien. Sat, 05 Aug 2017 12:07:29 +0200