Dépêches de Fides en Françaishttp://fides.org/Les Dépêches de l'Agence Fidesen-usASIE/INDE - Forte incidence du paludisme chez les enfants indigènes des communautés ruraleshttp://fides.org/fr/news/39962-ASIE_INDE_Forte_incidence_du_paludisme_chez_les_enfants_indigenes_des_communautes_ruraleshttp://fides.org/fr/news/39962-ASIE_INDE_Forte_incidence_du_paludisme_chez_les_enfants_indigenes_des_communautes_ruralesSundargarh – Aujourd’hui 25 avril, est la Journée mondiale contre le Paludisme. Parmi les nombreuses initiatives menées par les organisations humanitaires dans tous les pays où la maladie est endémique, l’ONG catholique Manos Unidas a concentré son programme Apuntes contra la pobreza sur l’Inde, où s’enregistrent 36% des cas de paludisme et où le taux de mortalité est très élevé. En particulier, le programme se concentre sur le district de Sundargarh, en Orissa, où plus de 50% de la population sont d’origine tribale et 9% appartiennent à la caste des intouchables, pauvres, seuls et marginalisés à cause de traditions ancestrales qui déterminent le destin d’une personne dès avant sa naissance.<br />Le paludisme est l’un des problèmes sanitaires qui préoccupe le plus le gouvernement de l’Etat indien de l’Orissa, vue sa forte incidence parmi les enfants indigènes vivant dans les communautés rurales où la pauvreté et l’inadaptation des services sanitaires contribuent à ne pas améliorer la prévalence de maladies telles que le paludisme, le SIDA, la tuberculose ou l’hépatite. L’hôpital de la mission catholique de San Nuagaon a commencé à travailler à Sundargarh en 1952. Le centre sanitaire est un organisme charitable enregistré comme ONG qui assiste la population la plus pauvre et la plus malade, sans distinction de castes, de credo ou de religion.<br />Vue la situation sanitaire de la zone, les responsables du centre sanitaire ont décidé d’organiser une équipe de médecins et d’infirmiers qui effectuent des visites dans 35 centres de santé et 100 écoles et villages, lançant des structures sanitaires au sein desquelles sont effectuées des contrôles médicaux. En outre, les personnels donnent des cours de prévention concernant des maladies comme le paludisme, mais aussi portant sur le contrôle de la propagation du SIDA ou de la tuberculose. Par ailleurs, 100 autres opérateurs sanitaires des villages reçoivent une formation de base en médecine naturelle. Sat, 25 Apr 2015 00:00:00 +0200EUROPE/FRANCE - Inauguration du nouveau site Internet dédié à la figure de Pauline Jaricot de la part du Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peupleshttp://fides.org/fr/news/39961-EUROPE_FRANCE_Inauguration_du_nouveau_site_Internet_dedie_a_la_figure_de_Pauline_Jaricot_de_la_part_du_Prefet_de_la_Congregation_pour_l_Evangelisation_des_Peupleshttp://fides.org/fr/news/39961-EUROPE_FRANCE_Inauguration_du_nouveau_site_Internet_dedie_a_la_figure_de_Pauline_Jaricot_de_la_part_du_Prefet_de_la_Congregation_pour_l_Evangelisation_des_PeuplesLyon – Au travers d’une conférence dédiée à « Pauline hier, Pauline aujourd’hui… Pauline demain ? », S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, lancera officiellement le nouveau site Internet plurilingue dédié à la figure de Pauline Jaricot, femme lyonnaise qui dédia sa vie à l’évangélisation du monde ouvrier, à la mission, à la prière et au service des pauvres.<br />L’événement aura lieu cet après-midi, 25 avril, à Lyon, en l’église Saint-Nizier, qui fut la Paroisse de Pauline Jaricot et dans laquelle elle est enterrée, sous la présidence de S.Em. le Cardinal Philippe Barbarin, Archevêque de Lyon et Primat des Gaules. Après la conférence du Cardinal Filoni, aura lieu la présentation du nouveau site de la part des « Amis de Pauline Jaricot » et son lancement officiel. Un certain nombre d’informations seront alors fournies à propos de sa cause de béatification avant la célébration des Vêpres.<br />Dimanche 26 avril, IV° Dimanche de Pâques, S.Em. le Cardinal Filoni présidera la Messe en la Basilique Notre-Dame de Fourvière, où Pauline Jaricot se rendait souvent pour prier.<br />Pauline Marie Jaricot naquit et vécut à Lyon. Elle a été déclarée vénérable par le Saint Pape Jean XXIII le 25 février 1963. Parmi ses œuvres importantes, on rappellera la fondation de l’Œuvre pontificale de la Propagation de la Foi et du mouvement du Rosaire vivant .<br />L’Association « Les Amis de Pauline Jaricot » a été fondée en 2010 et rassemble tous les sympathisants qui soutiennent la cause de béatification, dans le but de la faire mieux connaître et de recueillir des témoignages de grâces et de miracles reçus grâce à son intercession. <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://paulinejaricot.org">Site Internet de Pauline Jaricot (plurilingue)</a>Sat, 25 Apr 2015 00:00:00 +0200AFRIQUE/KENYA - Pour l’Archevêque de Nairobi, il faut « créer du travail en Afrique pour endiguer l’immigration illégale »http://fides.org/fr/news/39960-AFRIQUE_KENYA_Pour_l_Archeveque_de_Nairobi_il_faut_creer_du_travail_en_Afrique_pour_endiguer_l_immigration_illegalehttp://fides.org/fr/news/39960-AFRIQUE_KENYA_Pour_l_Archeveque_de_Nairobi_il_faut_creer_du_travail_en_Afrique_pour_endiguer_l_immigration_illegaleNairobi – Il faut créer de nouvelles opportunités d’emploi en Afrique pour endiguer les flux migratoires illégaux en direction de l’Europe. C’est ce qu’a déclaré S.Em. le Cardinal John Njue, Archevêque de Nairobi et Président de la Conférence épiscopale du Kenya durant une conférence de presse à Munich, organisée par Missio Munich. Le Cardinal a rappelé le massacre de Garissa, dans le nord du Kenya, au cours duquel 148 personnes ont été tuées sur la base de leur appartenance religieuse. « Environ la moitié des personnes assassinées étaient des chrétiens » a précisé le Cardinal, qui a en outre souligné que les responsables religieux musulmans du Kenya ont condamné cette attaque.<br />Suite au massacre, commis par les shabaabs somaliens, le gouvernement de Nairobi a décidé de fermer le camp de Dadaab, le plus grand camp de réfugiés au monde , affirmant que les complices des intégristes somaliens se cachaient au sein de la structure. « Officiellement, 350.000 personnes vivent dans le camp situé non loin de la frontière somalo-kenyane » a indiqué le Cardinal Njue. « On soupçonne que la milice islamique se soit infiltrée à Dadaab. Fermer le camp signifie punir les innocents, les mettant en danger en les renvoyant en Somalie ». Le Cardinal a exprimé l’espoir que le camp ne soit pas fermé et a déclaré que l’Eglise négocie actuellement une solution acceptable avec les autorités de Nairobi. Sat, 25 Apr 2015 00:00:00 +0200AFRIQUE/TOGO - Ouverture des urnes dans le cadre des élections présidentielleshttp://fides.org/fr/news/39959-AFRIQUE_TOGO_Ouverture_des_urnes_dans_le_cadre_des_elections_presidentielleshttp://fides.org/fr/news/39959-AFRIQUE_TOGO_Ouverture_des_urnes_dans_le_cadre_des_elections_presidentiellesLomé – Les bureaux de vote sont ouverts au Togo dans le cadre des élections présidentielles, initialement prévues pour le 15 avril dernier et repoussées au 25 avril après que l’opposition ait dénoncé de graves anomalies sur les listes électorales. 3.509.258 électeurs sont appelés aux urnes dans 8.994 bureaux de vote. Le grand favori semble être le Président sortant, Faure Gnassingbé, qui a succédé à son père, Gnassingbé Eyadéma, en 2005 et a été réélu en 2010. La Constitution a été révisée pour lui permettre de briguer un troisième mandat.<br />Selon des nouvelles parues dans la presse locale, l’Eglise catholique au Togo n’enverra pas d’observateurs électoraux, contrairement à ce qu’elle avait fait au cours des deux scrutins précédents. Sat, 25 Apr 2015 00:00:00 +0200EUROPE/ITALIE - Droit à l’éducation pour tous y compris en réseauhttp://fides.org/fr/news/39958-EUROPE_ITALIE_Droit_a_l_education_pour_tous_y_compris_en_reseauhttp://fides.org/fr/news/39958-EUROPE_ITALIE_Droit_a_l_education_pour_tous_y_compris_en_reseauRome – Le réseau global de plaidoyer ignacienne pour le droit à l’éducation, vient d’inaugurer le site Internet edujesuit.org, présent également sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter, qui se propose de constituer un espace de travail où les jésuites et leurs collaborateurs, engagés dans la défense et la promotion du droit à l’éducation, peuvent partager des expériences et travailler de manière coordonnée. Selon les informations envoyées à Fides par la Curie des jésuites, le but est de stimuler des actions de conscientisation, des relations de plaidoyer, des formes de dialogue avec les pouvoirs décisionnels etc. dans le domaine éducatif, tels qu’indiqués par les Objectifs de développement soutenable des Nations unies. <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="https://www.youtube.com/watch?v=xcycdP0NPyg.">Vidéo de présentation de l’initiative :</a>Sat, 25 Apr 2015 00:00:00 +0200AMERIQUE/CHILI - Eglise en Corée et au Chili unies dans l’évangélisationhttp://fides.org/fr/news/39957-AMERIQUE_CHILI_Eglise_en_Coree_et_au_Chili_unies_dans_l_evangelisationhttp://fides.org/fr/news/39957-AMERIQUE_CHILI_Eglise_en_Coree_et_au_Chili_unies_dans_l_evangelisationSantiago – « L’Eglise coréenne et l’Eglise du Chili sont très unies dans leur action d’évangélisation. J’ai eu l’occasion de parler avec des Evêques de Corée. Certains d’entre eux ont déjà des prêtres ici, au sein de la communauté catholique coréenne ». C’est ce qu’a déclaré S.Em. le Cardinal Ricardo Ezzati, Archevêque de Santiago, en commentant la présence de deux jeunes prêtres coréens qui exercent leur activité missionnaire à la périphérie de Santiago.<br />Dans le texte de la Conférence épiscopale chilienne, parvenu à l’Agence Fides, le Cardinal souligne être « compagnon de Cardinalat de S.Em. le Cardinal André Yeom Soo Jung, Archevêque de Séoul, qui a promis d’envoyer chez nous quelque prêtre de cette Eglise dans laquelle le Christianisme émerge avec une grande force et qui, par suite, peut être solidaire avec nous ».<br />Le Père Simon Back est prêtre depuis 12 ans et le Père Pedro Mun depuis 7. Tous deux appartiennent au Diocèse de Suwon, en Corée du Sud. Leur Evêque a visité le Pérou et le Chili voici deux ans environ et, en rencontrant les Evêques chiliens, il promit l’envoi de quelque prêtre afin de soutenir l’engagement pastoral. Le Père Simon Back et le Père Pedro Mun vivent à Santiago désormais depuis environ deux mois et, ces jours derniers, ils ont rencontré le Cardinal Ezzati pour faire le point sur leur expérience. Le Père Back est très intéressé par l’action missionnaire réalisée dans les foires où se trouve la Paroisse alors que le Père Mun a été frappé en voyant dans les rues les personnes touchées par le fléau de la drogue. Tous deux ont été impressionnés de rencontrer des personnes qui, même dans une situation de pauvreté, conservent leur foi intacte. Sat, 25 Apr 2015 00:00:00 +0200ASIE/TURQUIE - Début de la grève de la faim pour demander la reconnaissance du Génocide arménienhttp://fides.org/fr/news/39956-ASIE_TURQUIE_Debut_de_la_greve_de_la_faim_pour_demander_la_reconnaissance_du_Genocide_armenienhttp://fides.org/fr/news/39956-ASIE_TURQUIE_Debut_de_la_greve_de_la_faim_pour_demander_la_reconnaissance_du_Genocide_armenienIstanbul – Les chrétiens syriens, assyriens et chaldéens de Midyat, dans la province turque de Mardin, ont entamé une grève de la faim dans le but de donner une importance publique au centenaire des massacres qui décimèrent également en 1915, en Anatolie, les communautés chrétiennes syriennes, assyriennes et chaldéennes, outre les communautés arméniennes. De cette manière, les communautés chrétiennes orientales syriaques demandent à ce que soient également reconnues, outre le Génocide arménien, les atrocités du Génocide assyrien, connu au travers de l’expression en langue syriaque Seyfo , qui provoquèrent, selon de sérieuses recherches historiques, plusieurs centaines de milliers de morts. La grève de la faim se poursuivra jusqu’à la fin du mois d’avril et durera 100 heures, pour rappeler les 100 ans passés depuis ces événements tragiques.<br />Entre temps, ainsi que l’indiquent des sources turques consultées par l’Agence Fides, le Vicaire patriarcal arménien, Aram Ateshian, du Patriarcat arménien de Constantinople, a fait part de sa satisfaction suite au message de condoléances adressé récemment par le bureau du Premier Ministre turc, Ahmet Davutoglu, aux descendants des arméniens morts « durant la déportation de 1915 ». Selon le Vicaire patriarcal – chargé de remplir les fonctions du Patriarche Mesrob II, affecté par un mal inguérissable – le message envoyé par le Premier Ministre est comme « un rameau d’olivier » offert par les gouvernants turcs aux arméniens. Le gouvernement turc avait déjà confirmé la présence de ses représentants à la Messe de suffrage pour les victimes du Grand Mal prévue ce jour à Istanbul en l’église du Patriarcat arménien. Fri, 24 Apr 2015 00:00:00 +0200AFRIQUE - Seulement un enfant africain sur 5 affecté par le paludisme soigné à l’aide d’un traitement efficacehttp://fides.org/fr/news/39955-AFRIQUE_Seulement_un_enfant_africain_sur_5_affecte_par_le_paludisme_soigne_a_l_aide_d_un_traitement_efficacehttp://fides.org/fr/news/39955-AFRIQUE_Seulement_un_enfant_africain_sur_5_affecte_par_le_paludisme_soigne_a_l_aide_d_un_traitement_efficaceKhartoum – Demain, 25 avril, sera la Journée mondiale contre le paludisme. Malheureusement, le phénomène est encore très répandu et, sur la base des dernières constatations de l’Organisation mondiale de la Santé, il résulte que seul un enfant africain sur 5 affecté par le paludisme reçoit un traitement adéquat, bien que les trois quart des décès causés par la maladie concernent des mineurs. En outre, 15 millions de femmes enceintes ne reçoivent pas même une dose des médicaments préventifs recommandés et environ 278 millions de personnes vivent en Afrique dans des maisons privées de moustiquaires. Chaque année, 500.000 personnes meurent de cette maladie et l’OMS sollicite un diagnostique précoce dans tous les cas suspects. En outre, elle a élaboré une nouvelle stratégie globale contre la pandémie pour la période 2016-2030, qui sera examinée le mois prochain par l’Assemblée mondiale de la Santé. Elle a pour objectif la réduction de l’impact du paludisme de 40% en 2020, outre son élimination dans au moins 35 pays en 2030. Fri, 24 Apr 2015 00:00:00 +0200AFRIQUE/ETIOPIE - Appel de l’Episcopat aux trafiquants d’êtres humains : « cessez de tromper les jeunes avec de fausses promesses »http://fides.org/fr/news/39954-AFRIQUE_ETIOPIE_Appel_de_l_Episcopat_aux_trafiquants_d_etres_humains_cessez_de_tromper_les_jeunes_avec_de_fausses_promesseshttp://fides.org/fr/news/39954-AFRIQUE_ETIOPIE_Appel_de_l_Episcopat_aux_trafiquants_d_etres_humains_cessez_de_tromper_les_jeunes_avec_de_fausses_promessesAddis Abeba – « La communauté internationale doit intervenir afin que de pareilles atrocités ne se répètent pas et nous demandons aux trafiquants d’êtres humains de cesser d’abuser les jeunes afin qu’ils quittent leur pays par des moyens illégaux ». C’est ce qu’affirment les Evêques catholiques d’Ethiopie dans leur message relatif au massacre de 30 chrétiens éthiopiens et érythréens en Libye de la part du prétendu « Etat islamique » documenté par une vidéo diffusée le 19 avril.<br />« Ces personnes n’étaient pas des militaires mais des migrants innocents, qui espéraient un avenir meilleur » affirment les Evêques. « Nous sommes peinés par le fait que ces jeunes aient été tués parce qu’ils avaient refusé de changer de religion dans un monde où tout être humain, indépendamment de sa race, de la couleur de sa peau et de sa religion doit pouvoir vivre dans tout pays dans le respect de ses droits ».<br />Se référant aux auteurs du massacre, le message continue : « Ces actes de terrorisme ne représentent aucune religion. Il est connu que ce sont des tueurs cruels qui tuent même les fidèles de leur propre religion ».<br />Après avoir rappelé que l’Ethiopie accueille des dizaines de milliers de réfugiés d’autres Etats, les Evêques expriment une requête afin que les migrants éthiopiens soient traités dans le respect de leurs droits et demandent aux trafiquants d’êtres humains « de cesser de tromper les jeunes afin qu’ils quittent leur pays par des moyens illégaux ». Aux jeunes qui « projettent encore de migrer », ils demandent de « ne pas entreprendre le voyage sans être sûrs que le pays de destination leur fournira une protection et de ne pas tomber dans le piège des trafiquants d’êtres humains en voyageant sans les documents nécessaires ».<br />Les Evêques invitent enfin les jeunes « à considérer la possibilité de travailler et de grandir dans leur propre pays et à laisser tomber l’idée d’émigrer dans un autre pays où la sécurité n’existe pas ». Fri, 24 Apr 2015 00:00:00 +0200ASIE/PHILIPPINES - Pour le Conseil interreligieux des responsables religieux de Zamboanga, il faut revoir la loi fondamentale Bangsamorohttp://fides.org/fr/news/39953-ASIE_PHILIPPINES_Pour_le_Conseil_interreligieux_des_responsables_religieux_de_Zamboanga_il_faut_revoir_la_loi_fondamentale_Bangsamorohttp://fides.org/fr/news/39953-ASIE_PHILIPPINES_Pour_le_Conseil_interreligieux_des_responsables_religieux_de_Zamboanga_il_faut_revoir_la_loi_fondamentale_BangsamoroZamboanga – Un supplément de réflexion s’impose. Dans une récente déclaration, parvenue à l’Agence Fides, le Conseil interreligieux des responsables religieux de la ville de Zamboanga, dans l’île de Mindanao, affirme « l’importance de revoir la Loi fondamentale Bangsamoro sur un certain nombre de points qui doivent être modifiés, afin de trouver la manière d’harmoniser les aspirations des différentes groupes musulmans, d’écouter les commentaires et les suggestions des autres composantes de la population de Mindanao » afin de garantir une approche réellement inclusive.<br />« L’approbation de la loi représente la dernière étape d’un long parcours en vue d’un accord de paix à Mindanao » explique à Fides le Père Sebastiano D’Ambra, PIME, fondateur du mouvement pour le dialogue Silsilah, à Zamboanga, qui promeut la culture du dialogue comme chemin vers la paix.<br />« Aujourd’hui – explique le missionnaire – le facteur de peur est utilisé tant par ceux qui sont défavorables que par ceux qui sont favorables à l’approbation de la BBL. Après les récents épisodes de violence et la montée en puissance de nouveaux groupes révolutionnaires ayant des approches plus radicales, la peur devient un facteur déterminant et le scénario se fait plus alarmant ».<br />« Je suis à Mindanao depuis 1977, pour promouvoir le dialogue et la paix. Aujourd’hui encore, nombreux sont ceux qui n’aiment pas et ne croient pas en ce dialogue. La mission de dialogue et de paix devient toujours plus difficile surtout à cause des groupes radicaux internationaux qui trouvent des sympathisants et un soutien aux Philippines » indique le Père D’Ambra.<br />« Mais qu’arrivera-t-il à notre belle terre si le processus de paix ne trouve pas la solution adaptée, non seulement en termes d’accord mais surtout en termes de respect et de confiance entre les personnes ? » se demande le missionnaire. « Nous devons être plus créatifs et présenter les points les plus positifs qui inspirent les personnes désirant construire le développement et la paix à Mindanao au travers d’un processus de réconciliation et de confiance entre les différents secteurs de la société ». Fri, 24 Apr 2015 00:00:00 +0200EUROPE - Mort d’un million d’enfants suite à des maladies à pneumocoques et coût des vaccinshttp://fides.org/fr/news/39952-EUROPE_Mort_d_un_million_d_enfants_suite_a_des_maladies_a_pneumocoques_et_cout_des_vaccinshttp://fides.org/fr/news/39952-EUROPE_Mort_d_un_million_d_enfants_suite_a_des_maladies_a_pneumocoques_et_cout_des_vaccinsRome – Chaque année, c’est près d’un million d’enfants qui meurent à cause de maladies à pneumocoques. Actuellement dans les pays les plus pauvres, le coût de la vaccination d’un enfant est 68 fois supérieur à ce qu’il était en 2001 et de nombreuses régions du monde ne sont pas en mesure d’acquérir de nouveaux vaccins à cause de leur prix. Il n’existe pas de véritable compétition sur le marché et les entreprises pharmaceutiques imposent des coûts très différents pour un même produit selon les marchés.<br />Dans une note de Médecins sans frontières, parvenue à l’Agence Fides, on peut lire que l’ONG vient de lancer la campagne mondiale « A fair shot » pour inviter certaines entreprises pharmaceutiques à réduire le prix du vaccin contre les infections invasives à pneumocoque dans les pays en voie de développement, afin de permettre une plus grande protection contre cette dangereuse bactérie. Par exemple, la Tunisie paie les doses de vaccin plus que la France et l’Afrique du Sud les paie près de trois fois plus que le Brésil.<br />L’un des motifs pour lesquels les vaccinations sont devenues aussi coûteuse est que peu d’informations sont disponibles en ce qui concerne les prix, ce qui contraint de nombreux PVD et les agences humanitaires à négocier avec les entreprises pharmaceutiques sans avoir la possibilité de comparer les prix. Dans 45 pays environ, il n’existe pas d’informations sur le prix du vaccin. En vue de la Semaine mondiale de l’immunisation, MSF invite le public à soutenir sa campagne sur les réseaux sociaux. Chaque année, les équipes de MSF vaccinent des millions de personnes, en grande partie en réponse aux épidémies de maladies telles que la rougeole, la méningite, la fièvre jaune et le choléra. Par le passé, l’ONG a acquis le vaccin conjoint contre les infections invasives à pneumocoque afin de l’utiliser dans le cadre de ses opérations d’urgence. En 2013, elle a vacciné les réfugiés de Yida, au Soudan du Sud. En 2014, elle a réalisé des vaccinations similaires avec le vaccin PCV sur les réfugiés présents en Ouganda et en Ethiopie. Fri, 24 Apr 2015 00:00:00 +0200AFRIQUE/NAMIBIE - Point de situation sur la Namibie de la part du Président de la Conférence épiscopalehttp://fides.org/fr/news/39951-AFRIQUE_NAMIBIE_Point_de_situation_sur_la_Namibie_de_la_part_du_President_de_la_Conference_episcopalehttp://fides.org/fr/news/39951-AFRIQUE_NAMIBIE_Point_de_situation_sur_la_Namibie_de_la_part_du_President_de_la_Conference_episcopaleRome – « Vingt-cinq ans après son indépendance, la Namibie est un pays politiquement stable et en croissance économique. L’un des problèmes les plus importants que nous devons affronter est cependant celui de la distribution de la richesse produite. Nous voyons s’accroître chaque année la différence existante entre ceux qui ont et ceux qui n’ont pas. Les riches deviennent toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres. Nous avons cependant un système judiciaire efficace, qui met l’accent sur la responsabilité du gouvernement et les Ministres corrompus risquent d’être traduits en justice et de finir en prison ». C’est ainsi que décrit à l’Agence Fides la situation du pays africain S.Exc. Mgr Nashenda Liborius Ndumbukuti, Archevêque de Windoek et Président de la Conférence épiscopale de Namibie, se trouvant à Rome pour la visite Ad Limina.<br />« De l’indépendance à ce jour, il n’y a pas eu de guerre civile. Au cours de cette période, trois Présidents se sont succédés. Aucun d’entre eux n’a voulu demeurer plus des deux mandats de 5 années chacun prévus par la Constitution » souligne l’Archevêque.<br />Mgr Ndumbukuti explique que « les priorités pastorales ont changé par rapport au passé. Nous ne sommes plus dans l’urgence des temps de la guerre d’indépendance et nous pouvons maintenant mener un programme pastoral portant sur les problèmes sociaux afin de soulager la pauvreté. Nous avons investi en particulier dans les écoles et ceci représente notre principale contribution au développement du pays. En termes économiques, nous pouvons faire peu mais nous contribuons actuellement à la formation d’une nouvelle classe de dirigeants et d’entrepreneurs pour le développement futur de la Namibie » poursuit l’Archevêque.<br />« Nous avons beaucoup investi également dans les centres sanitaires, en particulier dans les zones rurales, où les soins médicaux ne sont pas facilement accessibles. Depuis 1998, en outre, nous gérons un programme de prévention contre la diffusion du SIDA et de distribution des médicaments antirétroviraux pour ceux qui ont contracté le virus et la maladie. Une attention particulière est accordée aux orphelins dont les parents sont morts des suites du SIDA » ajoute Mgr Ndumbukuti.<br />En ce qui concerne les relations avec l’Etat, Mgr Ndumbukuti affirme : « nous avons de bonnes relations avec les autorités de l’Etat, réglementées par un accord d’entente, au point que nous avons désigné une personne chargée des contacts entre la Conférence épiscopale et le gouvernement. Cela ne signifie pas que, s’il est nécessaire de défier le gouvernement sur une question en particulier, nous ne le faisons pas. Nous coopérons mais demeurons une voix indépendante des autorités. Le gouvernement apprécie cependant nos initiatives et fournit des subventions à nos écoles et à nos hôpitaux » conclut le Président de la Conférence épiscopale.<br />La République de Namibie doit son nom au désert du Namib qui la caractérise pour une grande partie, avec celui du Kalahari. Sa capitale est Windoek. Elle est limitrophe au nord de l’Angola et de la Zambie, à l’est du Botswana et au sud de l’Afrique du Sud, alors qu’elle donne à l’ouest sur l’Océan atlantique. D’une superficie de 824.292 km2, elle compte 2,22 millions d’habitants dont 440.000 catholiques. Les circonscriptions ecclésiastiques présentes sur son territoire sont au nombre de trois. Fri, 24 Apr 2015 00:00:00 +0200EUROPE/ARMENIE - Pour le Patriarche d’Antioche des Maronites, « la communauté internationale cherche une définition pour le génocide arménien et a peur de le reconnaître en tant que tel parce qu’elle en craint les conséquences légales »http://fides.org/fr/news/39950-EUROPE_ARMENIE_Pour_le_Patriarche_d_Antioche_des_Maronites_la_communaute_internationale_cherche_une_definition_pour_le_genocide_armenien_et_a_peur_de_le_reconnaitre_en_tant_que_tel_parce_qu_elle_en_craint_les_consequences_legaleshttp://fides.org/fr/news/39950-EUROPE_ARMENIE_Pour_le_Patriarche_d_Antioche_des_Maronites_la_communaute_internationale_cherche_une_definition_pour_le_genocide_armenien_et_a_peur_de_le_reconnaitre_en_tant_que_tel_parce_qu_elle_en_craint_les_consequences_legalesErevan – « Cent ans après, la communauté internationale cherche une définition pour le génocide arménien et a peur de le reconnaître en tant que tel parce qu’elle en craint les conséquences légales ». C’est en ces termes que le Patriarche d’Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Bechara Boutros Rai, a expliqué la réticence de nations et d’organismes internationaux à prononcer le mot génocide pour indiquer les massacres planifiés d’arméniens intervenus en Anatolie en 1915. Les déclarations du Patriarche ont eu lieu à Erevan, où il se trouve pour participer aux commémorations officielles du centenaire du Génocide arménien.<br />Sans citer expressément la Turquie – qui exerce des pressions diplomatiques à tous les niveaux et dans toutes les directions pour éviter que la définition de Génocide arménien ne soit utilisée par les responsables politiques et religieux, par les institutions politiques des différentes nations et par les organismes internationaux – le Patriarche maronite a réaffirmé l’urgence de reconnaître le Génocide arménien « non par revanchisme mais pour éviter que d’autres Génocides ne se produisent ». Si la communauté internationale ne reconnaît pas le Génocide arménien, a prévenu le Cardinal, « d’autres Génocides seront commis » alors même que « aucun Génocide, aucune attaque, aucun massacre ne peut être justifié par des raisons économiques, comme cela est le cas actuellement ».<br />Aux célébrations officielles en cours à Erevan, participent, outre le Patriarche d’Antioche des Maronites, les Patriarches copte orthodoxe, Tawadros II, et syro orthodoxe, Ignace Ephrem II. La délégation du Saint-Siège est, quant à elle, conduite par S.Em. le Cardinal Kurt Koch, Président du Conseil pontifical pour la promotion de l’Unité des chrétiens. Fri, 24 Apr 2015 00:00:00 +0200ASIE/MALAISIE - Enquête ouverte à la demande du gouvernement après l’enlèvement forcé d’une croixhttp://fides.org/fr/news/39949-ASIE_MALAISIE_Enquete_ouverte_a_la_demande_du_gouvernement_apres_l_enlevement_force_d_une_croixhttp://fides.org/fr/news/39949-ASIE_MALAISIE_Enquete_ouverte_a_la_demande_du_gouvernement_apres_l_enlevement_force_d_une_croixKuala Lumpur – Le gouvernement malaisien a demandé l’ouverture d’une enquête après qu’un groupe de manifestants musulmans ait contraint une petite église protestante du quartier de Taman Medan de la capitale, Kuala Lumpur, à retirer une croix placée au sommet du lieu de culte. Le Premier Ministre, Najib Razak, a déclaré que l’exécutif, informé de l’acte illégal, a demandé à ce que les manifestants soient poursuivis selon la loi en vigueur en matière de sédition.<br />Selon des informations recueillies par Fides, Dimanche dernier, 19 avril, un groupe d’une cinquantaine de manifestants a commencé à protester avec violence, affirmant que la croix, l’un des symboles centraux du Christianisme, représentait « un défi à l’islam » et pouvait « influencer la foi des jeunes ».<br />Selon les reconstructions effectuées par la police, parmi les responsables de la protestation, se trouvait également le frère d’un inspecteur général de la police. « L’enquête sera conduite sans crainte et sans favoritisme » ont déclaré les fonctionnaires locaux.<br />La protestation a provoqué l’indignation des non musulmans et des musulmans modérés, nombre desquels ont exprimé des craintes pour les signes croissants d’intolérance religieuse dans le pays. Entre temps, les responsables chrétiens exhortent à n’entreprendre aucune action contre les manifestants. Le pasteur Datuk Jerry Dusing, responsable de l’église évangélique du Bornéo, a déclaré qu’il serait « contreproductif de pénaliser l’ignorance au travers d’une action légale contre les manifestants. L’humiliation génère seulement un surcroît de haine ». En revanche, a-t-il réaffirmé, « nous avons confiance dans le fait que, si les manifestants comprenaient la véritable signification de la croix, ils la percevraient comme un symbole de l’amour et de la miséricorde de Dieu. La croix ne représente un défi contre personne ». « Nous croyons important de promouvoir une plus grande compréhension entre tous les malaisiens. Nous allons de l’avant, en construisant le dialogue et l’harmonie sociale et religieuse au sein de la nation » a-t-il conclu. Fri, 24 Apr 2015 00:00:00 +0200AMERIQUE/CUBA - La visite du Pape à Cuba, un soutien pour l’Eglise locale en ce qui concerne son attention en faveur de la paix et du bien communhttp://fides.org/fr/news/39948-AMERIQUE_CUBA_La_visite_du_Pape_a_Cuba_un_soutien_pour_l_Eglise_locale_en_ce_qui_concerne_son_attention_en_faveur_de_la_paix_et_du_bien_communhttp://fides.org/fr/news/39948-AMERIQUE_CUBA_La_visite_du_Pape_a_Cuba_un_soutien_pour_l_Eglise_locale_en_ce_qui_concerne_son_attention_en_faveur_de_la_paix_et_du_bien_communLa Havane – « L’Eglise catholique a Cuba a reçu avec une grande joie l’annonce de la visite du Pape au mois de septembre, dans le cadre de la nouvelle ère de rapprochement avec les Etats-Unis, un processus au sein duquel le Vatican a agi comme médiateur » a déclaré à la presse le Secrétaire adjoint de la Conférence des Evêques de Cuba, Mgr José Félix García. Le porte-parole de l’Archidiocèse de La Havane, Orlando Marquez, a déclaré quant à lui que « la visite du Pape, à caractère pastoral, servira à soutenir l’Eglise cubaine dans son attention traditionnelle à la cause de la paix et du bien commun ». Le porte-parole a mis en évidence le « privilège » pour Cuba d’avoir accueilli trois Souverains Pontifes : Saint Jean Paul II en 1998, Benoît XVI en 2012 et maintenant le Pape François. Ce dernier sera à Cuba en septembre, à une date encore à définir, avant sa visite aux Etats-Unis. Fri, 24 Apr 2015 00:00:00 +0200EUROPE/ESPAGNE - Déception de l’inapplication du règlement des CIE, approuvé depuis un an mais pas encore entré en vigueurhttp://fides.org/fr/news/39947-EUROPE_ESPAGNE_Deception_de_l_inapplication_du_reglement_des_CIE_approuve_depuis_un_an_mais_pas_encore_entre_en_vigueurhttp://fides.org/fr/news/39947-EUROPE_ESPAGNE_Deception_de_l_inapplication_du_reglement_des_CIE_approuve_depuis_un_an_mais_pas_encore_entre_en_vigueurMadrid – Le 22 avril, près le bureau du Médiateur, le service des jésuites pour les migrants a présenté le « Rapport CIE 2015 » , ces centres faisant l’objet de nombreuses polémiques suite au manque d’organisation et d’assistance.<br />La rapport concerne en outre ce qu’il est désormais convenu d’appeler les « expulsions express » qui nient aux immigrés trouvés sans documents d’identité de pouvoir exposer leur situation devant un tribunal, les condamnant à une expulsion immédiate.<br />Au terme de la présentation, Myriam, une femme latino-américaine qui a vécu « l’expulsion express » de son fils, a rendu témoignage, racontant les atrocités de ce système.<br />Le rapport de 72 pages s’articule en trois parties : la situation dans les CIE ; l’indifférence des autorités concernant la non application du règlement des CIE et la gestion, libre et sans contrôle, des expulsions express. La note parvenue à Fides indique que, durant la présentation du rapport, Miguel González, Coordinateur du Service des Jésuites pour les migrants, a fait part de sa profonde déception en ce qui concerne le fait que le règlement relatif aux CIE a été adopté voici plus d’un an et accueilli avec espoir par ceux qui travaillent dans ce secteur mais qu’il n’est toujours pas appliqué. Il a par ailleurs indiqué comme particulièrement grave le fait que n’aient pas même été nommés les directeurs, secrétaires et médecins traitants de chaque CIE, comme le prévoit le règlement.<br />En ce qui concerne les expulsions, le rapport souligne : « La réalité est que nous nous dirigeons vers un modèle de rapatriement à deux vitesses. Les expulsions express ont désormais dépassé le nombre des expulsions à partir des CIE ». <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://www.fides.org/spa/attachments/view/file/Informe_2015_jesuitas_CIE.pdf">Rapport CIE 2015 (en espagnol)</a>Fri, 24 Apr 2015 00:00:00 +0200AMERIQUE/CUBA - Engagement toujours plus important de l’Ordre franciscain séculier dans les Paroisseshttp://fides.org/fr/news/39946-AMERIQUE_CUBA_Engagement_toujours_plus_important_de_l_Ordre_franciscain_seculier_dans_les_Paroisseshttp://fides.org/fr/news/39946-AMERIQUE_CUBA_Engagement_toujours_plus_important_de_l_Ordre_franciscain_seculier_dans_les_ParoissesLa Havane – L'Ordre franciscain séculier compte à Cuba 318 profès perpétuels engagés à vivre l’Evangile selon le charisme de Saint François d’Assise au sein des 15 fraternités présentes dans l’île.<br />Du 16 au 19 avril, ils ont célébré à La Havane leur premier Chapitre national, pour évaluer les trois dernières années de travail et identifier les défis de l’avenir.<br />Selon les informations envoyées à Fides, en quelques années seulement, le nombre des Fraternités présentes à Cuba est passé de 6 à 15 actuellement, sachant que leurs membres sont engagés activement surtout dans les différents domaines de la pastorale des Paroisses, allant de la catéchèse, à la liturgie en passant par l’assistance aux pauvres etc. Leur action est considérée comme très valide et importante au cours de ces années marquées par une plus grande liberté de l’Eglise et par la croissance des Fraternités.<br />Le Chapitre a été présidé par Ricardo Herrera, responsable national des Fraternités du Costa Rica, en qualité de délégué du Ministre général, Tibor Kauser, et par l’Assistant général, le Père José Antonio Cruz Duarte, OFM. Fri, 24 Apr 2015 00:00:00 +0200ASIE/ARABIE SAOUDITE - Identifié comme ressortissant saoudien le djihadiste qui expose les obligations des chrétiens dans la vidéo des massacres de chrétiens éthiopienshttp://fides.org/fr/news/39945-ASIE_ARABIE_SAOUDITE_Identifie_comme_ressortissant_saoudien_le_djihadiste_qui_expose_les_obligations_des_chretiens_dans_la_video_des_massacres_de_chretiens_ethiopienshttp://fides.org/fr/news/39945-ASIE_ARABIE_SAOUDITE_Identifie_comme_ressortissant_saoudien_le_djihadiste_qui_expose_les_obligations_des_chretiens_dans_la_video_des_massacres_de_chretiens_ethiopiensRiyad – Le milicien du prétendu « Etat islamique » qui, dans la vidéo macabre retraçant la mise à mort de chrétiens éthiopiens, lance des menaces contre « le peuple de la croix » et rappelle les obligations auxquelles sont soumis les chrétiens sous le califat, est un ressortissant saoudien. Il s’agit d’Anas Al-Nashwan, qui figure dans la liste des 50 terroristes saoudiens les plus recherchés. Selon ce qu’indiquent les moyens de communication arabes, c’est lui qui, dans l’horrible vidéo, assurerait la fonction d’expliquer en arabe que le prétendu « Etat islamique » impose aux chrétiens qui vivent sous sa loi de se convertir ou de payer la Jizya, la « taxe de protection » imposée aux non musulmans. La vidéo, outre les mises à mort effroyables des deux groupes de prisonniers éthiopiens, montre également des images de personnes parlant arabe avec un accent irakien et syrien et se présentant comme des chrétiens vivant en paix sur les territoires du califat islamique après avoir décidé de payer « librement » la Jizya.<br />Anas Al-Nashwan, ancien responsable d’al-Qaeda en Afghanistan, avait annoncé son adhésion au prétendu « Etat islamique » - alors encore dénommé Etat islamique en Irak et en Syrie – en juin 2014. Il s’était éloigné de son pays d’origine après qu’ait été diffusée la liste des terroristes saoudiens comprenant son nom. Il est considéré comme l’auteur de l’un des livres les plus diffusés parmi les djihadistes, à savoir le « guide du moudjahidine aux plus importantes sentences de l’Apostat ». Wed, 22 Apr 2015 00:00:00 +0200AFRIQUE/EGYPTE - Promotion de la « culture de la rencontre » de la part d’imams et de prêtres visitant ensemble les écoles de Minyahttp://fides.org/fr/news/39944-AFRIQUE_EGYPTE_Promotion_de_la_culture_de_la_rencontre_de_la_part_d_imams_et_de_pretres_visitant_ensemble_les_ecoles_de_Minyahttp://fides.org/fr/news/39944-AFRIQUE_EGYPTE_Promotion_de_la_culture_de_la_rencontre_de_la_part_d_imams_et_de_pretres_visitant_ensemble_les_ecoles_de_MinyaMinya – C’est aujourd’hui que débute la « mission » collective d’un groupe nombreux d’imams lié à l’université d’al-Azhar et de prêtres coptes, qui, pendant un certain nombre de jours, rendront visite ensemble aux écoles de la province égyptienne de Minya pour y rencontrer les élèves et promouvoir, dans le cadre de conférences et de débats, la culture de la rencontre et de la paix, la valorisant en tant que base d’une coexistence sociale et religieuse pacifique. L’initiative, soutenue par le grand imam d’al-Azhar, Ahmad al-Tayyeb, et par le Patriarche copte orthodoxe, Tawadros II, vise à renforcer le tissu de la solidarité nationale et à promouvoir la tolérance réciproque fondée sur le partage de valeurs communes, à commencer par la compassion et la solidarité envers les compatriotes en difficulté.<br />« Les rencontres dans les écoles – indique à l’Agence Fides l’Archevêque copte catholique de Minya, S.Exc. Mgr Botros Fahim Awad Hanna – se déroulent sous l’égide de la Maison de la famille égyptienne, l’organisme de liaison interreligieux créé voici des années par le grand imam d’al-Azhar et par le Patriarche copte orthodoxe et revitalisé ces derniers temps en tant qu’instrument destiné à prévenir et mitiger les oppositions sectaires, à un moment où une nouvelle explosion de sectarisme fondamentaliste semblait devoir mettre en danger l’unité nationale elle-même. Les imams et les prêtres concernés sont une quarantaine et oeuvrent tous dans notre région. Une initiative analogue a déjà eu lieu voici quelques semaines dans un certain nombre d’écoles du Caire ». Le programme vise à impliquer progressivement les écoles dans d’autres zones du pays affligées – comme la province de Minya – par des conflits sectaires. Wed, 22 Apr 2015 00:00:00 +0200AMERIQUE/ETATS UNIS - Connaître l’œuvre d’évangélisation du Bienheureux Père Serra au travers d’un site Internet de l’Archidiocèse de Los Angeleshttp://fides.org/fr/news/39943-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Connaitre_l_oeuvre_d_evangelisation_du_Bienheureux_Pere_Serra_au_travers_d_un_site_Internet_de_l_Archidiocese_de_Los_Angeleshttp://fides.org/fr/news/39943-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Connaitre_l_oeuvre_d_evangelisation_du_Bienheureux_Pere_Serra_au_travers_d_un_site_Internet_de_l_Archidiocese_de_Los_AngelesLos Angeles – L'Archidiocèse de Los Angeles a créé un site Internet qui fournit des informations sur l’importance de l’action d’évangélisation menée par le Bienheureux Père Junípero Serra , missionnaire espagnol qui sera canonisé en septembre. Selon la note envoyée à Fides par l’Archidiocèse, le site Internet présente des nouvelles et des témoignages sur l’action menée par le Père Serra au profit des communautés indigènes de Californie ainsi que des informations sur sa vie et son engagement pour la mission.<br />« Le Père Serra était un saint homme qui a porté la Bonne Nouvelle de l’amour et de la miséricorde de Dieu au continent américain » a souligné l’Archevêque de Los Angeles, S.Exc. Mgr José Gomez. Le Bureau de Presse du Saint-Siège a confirmé que le Pape François canonisera le Bienheureux Junipero Serra lors de sa visite aux Etats-Unis, le 23 septembre, devant le Sanctuaire national de l’Immaculée Conception de Washington.<br />Mgr Gomez, en rappelant en particulier que le Père Serra était considéré comme le protecteur des indigènes, a commenté : « Je pense qu’il est particulier que le premier saint hispanique des Etats-Unis soit canonisé sur le sol américain par le Pape François, qui est le premier Pape provenant d’Amérique latine ».<br />« La canonisation du Père Serra constituera une grande bénédiction » a réaffirmé l’Archevêque, réfutant l’attitude de certaines organisations indigènes qui considèrent le religieux comme un collaborateur des espagnols contre les indigènes. <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://stjunipero.org/">Site Internet du Bienheureux Junípero Serra</a>Wed, 22 Apr 2015 00:00:00 +0200