Dépêches de Fides en Françaishttp://fides.org/Les Dépêches de l'Agence Fidesen-usASIE/SYRIE - Préparation de l’Année de la Vie consacrée de la part des religieux catholiqueshttp://fides.org/fr/news/38804-ASIE_SYRIE_Preparation_de_l_Annee_de_la_Vie_consacree_de_la_part_des_religieux_catholiqueshttp://fides.org/fr/news/38804-ASIE_SYRIE_Preparation_de_l_Annee_de_la_Vie_consacree_de_la_part_des_religieux_catholiquesDamas – Une cinquantaine de religieux et religieuses provenant de la région de Damas et appartenant à 16 Congrégations et Instituts de vie consacrée différents ont participé ce matin à une rencontre avec S.Exc. Mgr Georges Abou Khazen OFM et le Nonce apostolique en Syrie, S.Exc. Mgr Mario Zenari. La réunion, tenue au couvent franciscain sis dans le quartier de Bab Tuma, dans la vieille ville, a servi à se confronter sur les urgences que doit affronter la vie religieuse à l’époque actuelle, marquée par le conflit et la misère croissante qui tourmentent la population syrienne depuis plus de trois ans. A la rencontre a également participé Mgr Giovanni Pietro Dal Toso, Secrétaire du Conseil pontifical Cor Unum, qui a pu écouter les récits et les témoignages concernant l’œuvre apostolique menée par les religieux et religieuses dans des contextes marqués par la douleur et la peur.<br />« La rencontre – indique à l’Agence Fides le Vicaire apostolique d’Alep, S.Exc. Mgr Abou Khazen – a constitué une occasion précieuse de consolation pour tous, que nous nous sommes offert l’un à l’autre réciproquement. Dans des situations comme celles dans lesquelles nous vivons, l’amour de Dieu peut être expérimenté concrètement seulement si les autres le voient se réfléchir dans l’amour que nous-mêmes, avec nos limites et nos fragilités, offrons à nos frères ».<br />La réunion a permis de programmer l’Année de la Vie consacrée en Syrie, les religieux présents dans le pays ayant l’intention de la vivre comme un moment de communion et de redécouverte de leur vocation propre. Dans ce but, a été créée une Commission ad hoc chargée de mettre en chantier les initiatives qui marqueront l’ensemble de l’Année, à commencer par sa journée inaugurale, fixée au 29 novembre. Fri, 31 Oct 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/EGYPTE - Prise de position du Patriarche copte orthodoxe en matière de pèlerinages à Jérusalemhttp://fides.org/fr/news/38803-AFRIQUE_EGYPTE_Prise_de_position_du_Patriarche_copte_orthodoxe_en_matiere_de_pelerinages_a_Jerusalemhttp://fides.org/fr/news/38803-AFRIQUE_EGYPTE_Prise_de_position_du_Patriarche_copte_orthodoxe_en_matiere_de_pelerinages_a_JerusalemMoscou – La position de l’Eglise copte orthodoxe à propos des pèlerinages de fidèles égyptiens à Jérusalem « demeure inchangée » par rapport à ce qui avait été établi par le précédent Patriarche, Shenuda III. L’indication de ne pas visiter la Cité Sainte demeure donc en vigueur et ne cessera que lorsque pourront entrer librement à Jérusalem également les « frères musulmans » de la nation égyptienne. C’est ainsi que s’est exprimé le Patriarche copte orthodoxe Tawadros II dans le cadre d’une réception offerte en son honneur le 30 octobre au soir à l’Ambassade d’Egypte à Moscou, à l’occasion de la visite que le Patriarche effectue actuellement en Russie.<br />Ainsi que l’indiquent des sources égyptiennes consultées par l’Agence Fides, Tawadros II a également fait part, à cette même occasion, de sa satisfaction s’agissant du réseau de contacts et de collaborations croissantes entre les Eglises présentes en Egypte et l’Université sunnite d’Al-Azar.<br />Au cours des années de la radicalisation du conflit israélo-arabe, le Patriarche copte orthodoxe Shenuda III avait interdit aux fidèles de son Eglise de se rendre en pèlerinage dans l’Etat hébreu, sa position n’ayant pas changé même après la normalisation des rapports entre l’Egypte et Israël. Aujourd’hui encore, l’interdiction n’a pas été formellement levée par le Patriarche Tawadros II, même si nombreux sont ceux qui en soulignent le caractère anachronique, dans le cadre des rapports existant entre les deux nations limitrophes. En avril dernier, un groupe de chrétiens égyptiens s’était cependant rendu en pèlerinage à Jérusalem, visitant les Lieux Saints .<br />Les rapports entre Israël et l’Eglise copte orthodoxe sont par ailleurs compliqués par le choix de l’administration israélienne de continuer à tolérer l’occupation de chapelles et de lieux coptes de Jérusalem de la part de moines de l’Eglise orthodoxe éthiopienne, unie pendant des siècles à l’Eglise copte orthodoxe mais devenue autocéphale en 1959.<br />Le 29 octobre, au cours de sa visite en Russie – la première d’un Patriarche copte orthodoxe – Tawadros II a rencontré le Patriarche orthodoxe de Moscou, Cyril. Au cours de la rencontre a notamment été établie la création d’une Commission bilatérale chargée de favoriser la collaboration spirituelle et pastorale entre les deux Eglises. Fri, 31 Oct 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/MOZAMBIQUE - Projet « pour un retour à la normalité » après des mois de conflit arméhttp://fides.org/fr/news/38802-AFRIQUE_MOZAMBIQUE_Projet_pour_un_retour_a_la_normalite_apres_des_mois_de_conflit_armehttp://fides.org/fr/news/38802-AFRIQUE_MOZAMBIQUE_Projet_pour_un_retour_a_la_normalite_apres_des_mois_de_conflit_armeSofala – Après des mois de conflit, les deux forces politiques qui se sont affrontées au Mozambique ont signé une trêve mais de très nombreuses familles ont préféré demeurer dans les camps d’évacués ou cachées dans la forêt, dans l’attente d’être certaines que cette paix sera durable. Ces personnes préfèrent ne pas encore rentrer chez elles mais attendre que les troupes militaires se retirent complètement de la zone de Sofala. Les très rares habitants qui ont décidé de rentrer se sont trouvés face à un scénario de pure dévastation : écoles détruites ou vandalisées, centres sanitaires criblés de balles : un spectacle qui a marqué encore plus profondément les personnes éprouvées dans le corps et dans l’esprit, sans aucune ressource et avec l’hiver devant elles.<br />De nombreux enfants, après avoir vécu l’horreur de la guerre, se voient désormais privés du droit à l’instruction, à la santé, des droits fondamentaux qui appartiennent à chacun d’entre eux. Pour faire face à tout cela CCS Italie – une organisation sans but lucratif italienne dénommée Centre de coopération au Développement – a promu le projet « Résilience Sofala ». La résilience, à savoir le retour à la normalité, est l’objectif de cet ambitieux projet qui, à partir de Tazaronda, veut impliquer plus de 100.000 personnes au sein de 11 communautés différentes de la province de Sofala, en restaurant le bon et complet fonctionnement des infrastructures scolaires et des centres sanitaires, de manière à ramener les enfants à l’école tout en contrôlant leur état de santé et celui des membres de leurs familles. Seront également promues dans toutes les communautés des activités nutritionnelles, hygiéniques et sanitaires ainsi que des moments de partage sur ce qui s’est passé durant les mois de guerre, de manière à poser les bases de la cicatrisation des blessures causées par ces mois de conflit. Fri, 31 Oct 2014 00:00:00 +0100EUROPE/ESPAGNE - L’obsolescence des actions cause du pic de tuberculose résistante aux médicamentshttp://fides.org/fr/news/38801-EUROPE_ESPAGNE_L_obsolescence_des_actions_cause_du_pic_de_tuberculose_resistante_aux_medicamentshttp://fides.org/fr/news/38801-EUROPE_ESPAGNE_L_obsolescence_des_actions_cause_du_pic_de_tuberculose_resistante_aux_medicamentsBarcelone – A l’occasion de la 45ème Conférence mondiale sur la santé pulmonaire en cours à Barcelone, l’ONG Médecins sans frontières a présenté son rapport intitulé « Out of step » dans lequel émergent des carences fondamentales en matière de réponses à la tuberculose, carences qui coûtent actuellement la vie à de nombreuses personnes. Parmi celles-ci, se trouvent la difficulté d’accès aux tests pour la résistance aux médicaments, mais aussi l’existence d’un nombre croissant de personnes affectées par des formes de tuberculoses résistantes aux médicaments privé de soins, l’utilisation continuelle de modèles de traitement obsolètes et coûteux, l’accès limité à des médicaments nouveaux ou réadaptés et de très graves manques de financements. Cette situation alimente actuellement une crise de santé publique.<br />Sur la base d’une étude conduite dans huit pays présentant une prévalence élevée de TBC, l’ONG révèle que les efforts visant à contrôler l’épidémie sont désormais dangereusement dépassés par rapport aux recommandations internationales et aux meilleures pratiques existantes, laissant que les formes résistantes aux médicaments se diffusent sans trêve. Dans un communiqué parvenu à Fides, MSF adresse un appel aux gouvernements, aux donateurs et à l’industrie pharmaceutique afin qu’ils agissent immédiatement en utilisant tous les moyens disponibles pour accroître la réponse à la crise et faire face à une nouvelle augmentation de la résistance aux médicaments conventionnels.<br />Selon un épidémiologiste de l’ONG, en Inde, à Mumbai, la transmission primaire des souches résistantes aux médicaments fait que l’épidémie se dirige actuellement vers des zones à haut risque, telles que les bidonvilles, et vers des groupes vulnérables, comme les personnes malades du SIDA. Les dernières données de l’OMS montrent que moins d’un tiers des personnes affectées par des formes de tuberculose résistant aux médicaments de par le monde fait l’objet de diagnostique et que seule une sur cinq reçoit un traitement adéquat. Fri, 31 Oct 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/CAMEROUN - Nomination de l’Archevêque de Yaoundéhttp://fides.org/fr/news/38800-AFRIQUE_CAMEROUN_Nomination_de_l_Archeveque_de_Yaoundehttp://fides.org/fr/news/38800-AFRIQUE_CAMEROUN_Nomination_de_l_Archeveque_de_YaoundeCité du Vatican – Le Saint-Père François, en date du 31 octobre 2014, a nommé Archevêque de Yaoundé S.Exc. Mgr Jean Mbarga, jusqu’à présent Evêque d’Ebolowa et Administrateur apostolique de ce même Archidiocèse de Yaoundé. Fri, 31 Oct 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/BURKINA FASO - Avertissement prophétique des Evêques l’an dernier : « la colère des jeunes monte à cause de la politique corrompue »http://fides.org/fr/news/38799-AFRIQUE_BURKINA_FASO_Avertissement_prophetique_des_Eveques_l_an_dernier_la_colere_des_jeunes_monte_a_cause_de_la_politique_corrompuehttp://fides.org/fr/news/38799-AFRIQUE_BURKINA_FASO_Avertissement_prophetique_des_Eveques_l_an_dernier_la_colere_des_jeunes_monte_a_cause_de_la_politique_corrompueOuagadougou – Une société jeune et en colère à cause du manque de perspectives dues à une politique corrompue, mais également plus consciente et plus informée grâce à la diffusion des nouvelles technologies. Tel était le cadre brossé par les Evêques du Burkina Faso dans une Lettre pastorale publiée le 15 juillet 2013, un cadre qui peut fournir une clef de lecture à ce qui se passe en ces heures dans le pays.<br />« 46,4% de la population burkinabé a moins de 15 ans, et 59,1% a moins de 20 ans » rappelaient les Evêques. « Cette jeunesse, est surtout insatisfaite et perdue à cause de l’absence de modèle social. L’image que leur renvoient tous ceux et toutes celles qui exercent quelque pouvoir est plutôt négative car elle est brouillée par la corruption et le clientélisme ; d’où la tentation pour une partie de cette jeunesse de couver la violence fondée sur des ressentiments, ou de s’engager dans des deals voire des relations maffieuses pourvu que ça rapporte de l’argent rapidement ».<br />Le Message remarquait par ailleurs une croissance consistante du taux d’analphabétisme, ayant doublé entre 1985 et 2012 . « On note, par ailleurs, un meilleur accès, sur une base sociale de plus en plus large, à l’information du fait des technologies de l’information et de la communication . En outre l’on constate un éveil de conscience des femmes de plus en plus alphabétisées » même si le taux de scolarisation des jeunes filles de 15 à 24 ans était en 2012 de 33% contre 47% pour les jeunes gens.<br />Les Evêques dénonçaient en outre les fortes disparités sociales existant entre une pauvreté de masse « lancinante » qui fait que 43,9% de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté, et la richesse détenue par un petit groupe, qui se partage le pouvoir politique et financier au travers de la corruption et de l’usage des biens de l’Etat à des fins personnelles. Fri, 31 Oct 2014 00:00:00 +0100AMERIQUE/PEROU - Des milliers de jeunes en pèlerinage au lieu de fêter « halloween »http://fides.org/fr/news/38798-AMERIQUE_PEROU_Des_milliers_de_jeunes_en_pelerinage_au_lieu_de_feter_halloweenhttp://fides.org/fr/news/38798-AMERIQUE_PEROU_Des_milliers_de_jeunes_en_pelerinage_au_lieu_de_feter_halloweenArequipa – Pour la troisième année consécutive, les jeunes d’Arequipa se préparent à vivre la Fête des Jeunes pour la Foi et la Vie, un pèlerinage au Sanctuaire de Notre-Dame de Chapi qui se déroulera aujourd’hui, 31 octobre, et demain, 1er novembre.<br />La note envoyée à l’Agence Fides reprend les propos de S.Exc. Mgr Javier Del Rio Alba, Archevêque d’Arequipa. « Comme chaque année, les jeunes arriveront au Sanctuaire le 31 octobre à partir de 18.00 et la fête durera jusqu’à midi du 1er novembre, qui est le jour où l’Eglise célèbre la Solennité de la Toussaint. Nous aurons des moments de prière et de divertissement. Il y aura un concert et un spectacle de danse ». L’initiative est née au cours de la célébration de l’Année de la Foi, affirme l’Archevêque, et depuis lors, elle est devenue un événement annuel qui attire des milliers de jeunes au Sanctuaire marial situé à 60 Km de la ville.<br />« Des prêtres seront présents pour écouter les confessions des jeunes et un grand hommage à la Très Sainte Vierge Marie. Après le repos de la nuit, sous la tente et en sac de couchage, la fête se poursuivra et s’achèvera par une Messe solennelle » poursuit Mgr Del Rio Alba. Cette année, le nombre de jeunes inscrits dépasse les 4.000 provenant de Paroisses, de communautés, de mouvements de laïcs et des différentes organisations participant aux activités de l’Année de la Jeunesse proclamée dans l’Archidiocèse d’Arequipa.<br />« Ainsi, de manière festive, nous prierons pour nos jeunes et pour demander la protection maternelle de Notre-Dame de Chapi, dans la certitude qu’Elle mieux que quiconque peut nous porter à Jésus Christ » explique encore l’Archevêque. Il s’agit d’une manière très chrétienne de dire « non » à Halloween et de reprendre une fête dans la tradition chrétienne, conclut la note. Fri, 31 Oct 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/BURKINA FASO - Selon des sources de l’Eglise locale, « nous nous trouvons face à un tournant dans l’histoire du pays »http://fides.org/fr/news/38796-AFRIQUE_BURKINA_FASO_Selon_des_sources_de_l_Eglise_locale_nous_nous_trouvons_face_a_un_tournant_dans_l_histoire_du_payshttp://fides.org/fr/news/38796-AFRIQUE_BURKINA_FASO_Selon_des_sources_de_l_Eglise_locale_nous_nous_trouvons_face_a_un_tournant_dans_l_histoire_du_paysOuagadougou – « La question principale est de savoir où se trouve le Président Blaise Compaoré et ce qu’il fait actuellement. Ce qui semble certain est que son pouvoir semble être arrivé à son terme » déclarent à l’Agence Fides des sources de l’Eglise au Burkina Faso qui demandent à conserver l’anonymat pour des raisons de sécurité. Hier, 30 octobre, des milliers de manifestants ont envahi et dévasté l’Assemblée nationale qui s’apprêtait à voter la révision contestée du texte constitutionnel afin de permettre au Président Blaise Compaoré de se présenter une nouvelle fois aux élections présidentielles et de briguer un troisième mandat consécutif .<br />Nos sources soulignent : « Nous sommes face à un événement qui implique tout le pays. Des manifestations et des saccages ont eu lieu non seulement dans la capitale, Ouagadougou, mais également dans les principales villes du Burkina Faso : Bobo Dioulasso, Banfora, Ouahigouya, Koudougou. Il s’agit d’une question qui investit actuellement l’ensemble du pays et non pas des réactions d’un petit groupe de personnes dans la capitale ».<br />Les militaires ont pris en main la situation, dissolvant le Parlement et annonçant la constitution d’un comité de direction provisoire qui devra gouverner le pays pendant 12 mois, dans l’attente des élections présidentielles. Blaise Compaoré, dans une lettre ouverte diffusée dans la nuit sur le site de Radio Omega, a affirmé renoncer à la révision constitutionnelle visant à prolonger sa présence à la tête de l’Etat et a promis qu’il demeurera en fonction seulement durant la période de transition annoncée par l’armée. « Mais cette annonce est désormais tardive. La population est lasse du Président qui gouverne depuis 1987. La tentative visant à prolonger son mandat a été la goutte qui a fait déborder le vase » soulignent les sources de Fides qui rappellent que, voici quatre ans déjà, les Evêques s’étaient déclarés contraires à la modification de l’article 37 de la Constitution pour prolonger le mandat du Président.<br />Dans un message publié le 20 février 2010, les Evêques se demandaient : l’abolition de la limite des deux mandats présidentiels « garantira-t-elle la paix sociale ou portera-t-elle à de nouveaux désordres ? ». Fri, 31 Oct 2014 00:00:00 +0100ASIE/VIETNAM - Demande de restitution d’un terrain de l’Eglise de la part d’une communauté paroissialehttp://fides.org/fr/news/38795-ASIE_VIETNAM_Demande_de_restitution_d_un_terrain_de_l_Eglise_de_la_part_d_une_communaute_paroissialehttp://fides.org/fr/news/38795-ASIE_VIETNAM_Demande_de_restitution_d_un_terrain_de_l_Eglise_de_la_part_d_une_communaute_paroissialeHanoi – Les catholiques vietnamiens de la communauté de Thai Ha, confiés au service pastoral des Rédemptoristes, ont protesté publiquement ces jours derniers, demandant la restitution d’un terrain qu’ils affirment appartenir à la Paroisse. Ainsi que l’indique une note de Redemtorist International parvenue à l’Agence Fides, les autorités ont lancé des travaux de remblaiement d’un lac présent sur ce terrain. Selon des prêtres, des religieux rédemptoristes et des fidèles laïcs, la décision des autorités de vider le petit lac constitue une violation des droits de l’Eglise. Les manifestants, qui portaient des banderoles et reprenaient des slogans, ont été dispersés par la police.<br />Le 16 octobre, la communauté de Thai Ha avait fait parvenir au gouvernement une demande visant à bloquer les travaux et résoudre le contentieux sans recevoir de réponse. La Paroisse de Thai Ha, affirment les Rédemptoristes, possédait ce terrain de 6 ha, sis dans le district de Dong Da, depuis 1928, ainsi que cela est prouvé par des documents officiels. Par la suite, la propriété avait été réquisitionnée par les autorités communistes. Aujourd’hui, vu la grande affluence de fidèles – 15.000 chaque Dimanche – et les nouveaux besoins pastoraux, l’Eglise locale demande la restitution immédiate du terrain. Rappelons que la procédure concernant cette restitution a débuté en 1996. Fri, 31 Oct 2014 00:00:00 +0100EUROPE/ESPAGNE - La Caritas Espagne lauréate d’un prix « pour la défense des droits des personnes en ces moments difficiles »http://fides.org/fr/news/38794-EUROPE_ESPAGNE_La_Caritas_Espagne_laureate_d_un_prix_pour_la_defense_des_droits_des_personnes_en_ces_moments_difficileshttp://fides.org/fr/news/38794-EUROPE_ESPAGNE_La_Caritas_Espagne_laureate_d_un_prix_pour_la_defense_des_droits_des_personnes_en_ces_moments_difficilesMadrid – Le Prix « Institución del Defensor del Pueblo » qui vient d’être institué a été remis à la Caritas Espagne et aux personnes qui y travaillent, tant professionnels que bénévoles. L’initiative a été promue par six institutions nationales espagnoles. Le jury chargé de désigner le lauréat parmi 12 concurrents, toutes ONG à part la Caritas, a choisi cette dernière à l’unanimité.<br />Selon la note parvenue à l’Agence Fides, le prix a été attribué à la Caritas pour ses « efforts constants et renouvelés dans la défense des droits des personnes en ces moments difficiles que traversent actuellement l’Espagne ». La motivation met également en évidence « la sensibilité particulière » de la Caritas dans la prise en compte des problèmes les plus urgents de la société, louant « la profondeur de ses rapports » qui constituent « un choc pour la conscience ».<br />Dans la situation économique et sociale difficile que traverse également l’Espagne, la Caritas espagnole a contribué au travers de recherches et d’activités de terrain à assister non seulement la partie la plus pauvre des migrants mais aussi la population espagnole qui vit dans une situation de besoin. Le Prix assigne 6.000 €uros et reconnaît le travail des organisations non gouvernementales qui contribuent par leur action au développement du Défenseur civique. <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://www.caritas.es/noticias_tags_noticiaInfo.aspx?Id=7790">Dernier rapport en date élaboré par la Caritas Espagne</a>Fri, 31 Oct 2014 00:00:00 +0100ASIE/MACAO - Former des laïcs conscients de leur identité chrétienne pour réaliser la mission du Christhttp://fides.org/fr/news/38793-ASIE_MACAO_Former_des_laics_conscients_de_leur_identite_chretienne_pour_realiser_la_mission_du_Christhttp://fides.org/fr/news/38793-ASIE_MACAO_Former_des_laics_conscients_de_leur_identite_chretienne_pour_realiser_la_mission_du_ChristMacao – Confirmer l’identité chrétienne afin de réaliser la mission du Christ : tel a été l’objectif du forum dédié au thème « Continuité et développement des laïcs de la communauté catholique de Macao au XX° siècle » convoqué par S.Exc. Mgr José Lai Hung-seng, Evêque de Macao. Selon les informations parvenues à l’Agence Fides, le forum a été récemment organisé par le Diocèse de Macao en collaboration avec l’Institut polytechnique de Macao et a vu la participation de plus de 200 personnes, prêtres, religieux et religieuses, laïcs des différentes Paroisses de Macao, experts, universitaires et chercheurs, catholiques et non. En marge du forum, a été mise en place une exposition dédiée au sept Evêques de Macao des 100 dernières années, attendu que le Forum fait partie des initiatives qui se proposent de réécrire « l’histoire du Diocèse » avec davantage de détails historiques et des informations plus précises.<br />La vive discussion qui a caractérisé les travaux du forum a concerné trois grands thèmes : la Pastorale, le service de la charité et la formation de la foi. Il en est ressorti une grande urgence, à savoir la nécessité d’aider les fidèles laïcs d’aujourd’hui à prendre conscience de leur identité chrétienne et de la mission qu’elle comporte. En retraçant l’histoire, en analysant l’actualité et en cherchant à prévoir l’avenir, les fidèles laïcs « qui vivent dans le monde actuel, dans lequel les valeurs sont fortement remises en cause et où l’instabilité sociale est grande, doivent être rendus capables de réaffirmer leur foi et de parcourir le chemin de la vérité », ainsi que l’a déclaré Mgr Lai. L’Evêque de Macao a en outre souligné le caractère multiculturel et plurilingue de la composition sociale du Diocèse de Macao, qui demande « le plus grand engagement possible des laïcs afin qu’ils puissent continuer à apporter leur contribution à la société ». Fri, 31 Oct 2014 00:00:00 +0100ASIE/JORDANIE - Déclarations du Roi de Jordanie dans le cadre de ses entretiens avec le Président arménien : les chrétiens ont contribué à construire la civilisation arabehttp://fides.org/fr/news/38792-ASIE_JORDANIE_Declarations_du_Roi_de_Jordanie_dans_le_cadre_de_ses_entretiens_avec_le_President_armenien_les_chretiens_ont_contribue_a_construire_la_civilisation_arabehttp://fides.org/fr/news/38792-ASIE_JORDANIE_Declarations_du_Roi_de_Jordanie_dans_le_cadre_de_ses_entretiens_avec_le_President_armenien_les_chretiens_ont_contribue_a_construire_la_civilisation_arabeAmman – Les chrétiens ont apporté une contribution propre à la construction de la civilisation arabe. C’est notamment pour cela que l’exode forcé des communautés chrétiennes autochtones du Proche Orient constitue un phénomène grave, qui doit être endigué par tous les moyens possibles. C’est ainsi que s’est exprimé le Roi Abdullah II de Jordanie dans le cadre de ses entretiens avec le Président arménien, Serzh Sargsyan, qui a débuté, le 29 octobre, sa visite officielle dans le Royaume de Jordanie à la tête d’une vaste délégation qualifiée. Il s’agit de la première visite en Jordanie d’un Chef d’Etat arménien.<br />Ainsi que l’indiquent les moyens de communication jordaniens consultés par l’Agence Fides, au cours des rencontres avec le Président arménien et la délégation qui l’accompagne, le Roi à souligné l’engagement de la monarchie hachémite en faveur de la protection et du soutien de l’identité des communautés chrétiennes arabes. De son côté, le Président Sargsyan a réaffirmé le lien d’amitié intime qui lie les arméniens aux populations arabes, exprimant également sa gratitude à Sharif Hussein Bin Ali et aux autres responsables arabes qui accueillirent les réfugiés arméniens ayant fui l’Anatolie après le Génocide arménien.<br />Le 31 octobre, le Patriarche arménien de Jérusalem, Nourhan Manougian, présidera la célébration liturgique de consécration de la nouvelle église arménienne de Saint Garabed, construite sur les rives du Jourdain . Le terrain sur lequel a été érigée l’église, non loin du lieu traditionnellement indiqué comme le site du Baptême de Jésus, a été mis à disposition de la communauté arménienne par le Roi Abdullah II. Thu, 30 Oct 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/ZAMBIE - Invitation à la prière du Conseil des églises en Zambie après la mort du Présidenthttp://fides.org/fr/news/38791-AFRIQUE_ZAMBIE_Invitation_a_la_priere_du_Conseil_des_eglises_en_Zambie_apres_la_mort_du_Presidenthttp://fides.org/fr/news/38791-AFRIQUE_ZAMBIE_Invitation_a_la_priere_du_Conseil_des_eglises_en_Zambie_apres_la_mort_du_PresidentLusaka – « Au nom des trois plus importantes églises présentes en Zambie, nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille du Président, au gouvernement et au peuple de Zambie, suite à cette grave perte » affirme le message du Council of Churches in Zambia, qui réunit les trois principales confessions chrétiennes présentes en Zambie – dont l’Eglise catholique, représentée par la Conférence épiscopale locale – suite à la mort du Président Michael Chilufya Sata . « Nous invitons tous les citoyens de Zambie à demeurer calmes et unis au cours de cette période de deuil, de manière à donner au Président disparu des obsèques dignes et adaptées » continue le message.<br />« Nous demandons à tous de s’unir en prière en vue de la transition pacifique au gouvernement et dans le reste du pays. Puisse l’âme du Président disparu reposer dans la paix éternelle de Dieu et puisse la Zambie continuer à vivre unie dans ces circonstances difficiles alors qu’elle se tourne vers l’avenir » conclut le message. Le Vice-président de Zambie, Guy Scott, assurera l’intérim dans l’attente de l’élection du nouveau Chef de l’Etat. Thu, 30 Oct 2014 00:00:00 +0100OCEANIE/AUSTRALIE - Appel de Catholic Mission à la générosité des australiens en faveur des enfants péruviens affamés, malnutris et maladeshttp://fides.org/fr/news/38790-OCEANIE_AUSTRALIE_Appel_de_Catholic_Mission_a_la_generosite_des_australiens_en_faveur_des_enfants_peruviens_affames_malnutris_et_maladeshttp://fides.org/fr/news/38790-OCEANIE_AUSTRALIE_Appel_de_Catholic_Mission_a_la_generosite_des_australiens_en_faveur_des_enfants_peruviens_affames_malnutris_et_maladesMelbourne – Le phénomène de la malnutrition continue à être répandu dans certaines zones les plus pauvres et les plus reculées du Pérou. En vue des prochaines fêtes de Noël, Catholic Mission Australie a lancé un appel, mettant en évidence l’action des missionnaires catholiques engagés dans le pays latino-américain afin de chercher à surmonter le grave problème qui concerne surtout les enfants. Parmi ces missionnaires, Catholic Mission Australie cite en particulier le Frère Mauricio Careaga, qui gère un programme d’alimentation pour les jeunes et les enfants vulnérables à Yurimaguas, dans la région de Loreto, en Amazonie. Le programme, déjà bien lancé, a toutefois urgemment besoin de fonds pour s’élargir et continuer à sauver des vies.<br />Le thème de la campagne – « j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger » - représente une histoire de désespoir mais également d’espérance. « Un certain nombre d’enfants vivant dans ces zones sont si désespérés qu’ils cherchent tous les moyens possibles pour soulager les fortes douleurs causées par la faim et en arrivent à manger des branches d’arbres et des détritus » indique le Frère Mauricio Careaga. « Je me sens angoissé à chaque fois que je dois éloigner un enfant affamé, malnutri ou malade mais les fonds sont achevés et, sans aide, je ne suis pas en mesure de les aider tous ».<br />Le Directeur national de Catholic Mission, Martin Teulan, souligne qu’avec 54% de taux de mortalité infantile par dénutrition, le soutien des bienfaiteurs est fondamental pour la survie des enfants. Sans viande, sans légumes et sans lait, de nombreux enfants sont victimes des graves effets de la malnutrition, qui porte au rachitisme, à un développement mental limité ainsi qu’à un état du système immunitaire très précaire, rendant les enfants en question encore plus vulnérables aux infections et aux maladies. « J’invite tous les australiens à soutenir l’œuvre du Frère Mauricio Careaga au Pérou, de manière à ce que tous les enfants puissent disposer d’un repas nourrissant, non seulement à Noël mais également dans les années à venir », déclare Martin Teulan dans son appel. Thu, 30 Oct 2014 00:00:00 +0100AMERIQUE/ARGENTINE - Pour le Président de la Commission épiscopale pour la Pastorale sociale, « il est urgent de passer de la préoccupation à l’action »http://fides.org/fr/news/38789-AMERIQUE_ARGENTINE_Pour_le_President_de_la_Commission_episcopale_pour_la_Pastorale_sociale_il_est_urgent_de_passer_de_la_preoccupation_a_l_actionhttp://fides.org/fr/news/38789-AMERIQUE_ARGENTINE_Pour_le_President_de_la_Commission_episcopale_pour_la_Pastorale_sociale_il_est_urgent_de_passer_de_la_preoccupation_a_l_actionBuenos Aires – L’Evêque de Gualeguaychú, S.Exc. Mgr Jorge Eduardo Lozano, Président de la Commission épiscopale pour la Pastorale sociale, a reconnu que, depuis un certain temps, le problème de la drogue est à l’ordre du jour dans le débat public. Toutefois, la préoccupation n’est pas suffisante. Il faut accomplir un premier pas vers l’action. Il a également mis en garde contre les conséquences des « messages ambigus » qui génèrent l’idée selon laquelle « essayer une fois seulement ne fait rien » ou qu’il existe également « un usage sûr ».<br />En parlant avec un certain nombre d’opérateurs des moyens de communication au terme d’une célébration à laquelle il avait participé le 28 octobre à Buenos Aires, pour mieux illustrer le concept, l’Evêque a présenté cet exemple : « l’une des plus importantes menaces dans le désert est le mirage. Il nous trompe par des apparences et nous fait courir vers le néant, causant un gaspillage d’énergie auquel vient s’ajouter la déception. Entre temps, ceux qui s’enrichissent, ce sont les bandes de trafiquants de drogue, organisées par des individus sans scrupules, sans patrie, sans solidarité, avides seulement d’argent et de pouvoir ».<br />Le thème est de la plus stricte actualité ces jours-ci dans le pays, en ce que le gouvernement argentin doit décider la stratégie à adopter pour combattre l’usage de drogue. L’Eglise a plusieurs fois critiqué cette situation. Mgr Jorge Lozano a déjà déclaré que, « avant de penser à la dépénalisation, il faut affronter la question de l’intégration sociale, renforcer l’égalité des chances et la lutte contre les dépendances » . Entre temps, la situation continue à dégénérer et de nombreux jeunes toxicomanes sont marginalisés par la société, arrivant à se suicider ainsi que l’a dénoncé depuis longtemps S.Exc. Mgr Torrado Mosconi, Evêque auxiliaire de Santiago del Estero . Thu, 30 Oct 2014 00:00:00 +0100ASIE/SYRIE - Prises de position de l’Assemblée des Evêques catholiques de Syriehttp://fides.org/fr/news/38788-ASIE_SYRIE_Prises_de_position_de_l_Assemblee_des_Eveques_catholiques_de_Syriehttp://fides.org/fr/news/38788-ASIE_SYRIE_Prises_de_position_de_l_Assemblee_des_Eveques_catholiques_de_SyrieDamas – Un rappel sévère à la communauté internationale afin qu’elle mette fin au trafic d’armes qui alimente la guerre et un appel aux consciences des chrétiens afin qu’ils cherchent à résister à l’idée de fuir de leur terre, même si cette dernière est compréhensible ont constitué les messages forts que les Evêques catholiques de Syrie ont voulu adresser au monde et à leurs fidèles au travers du communiqué publié au terme de leur Assemblée d’automne. A la rencontre, qui a eu lieu à Damas les 28 et 29 octobre, ont participé le Patriarche d’Antioche des grecs-melkites, S.B. Grégoire III Lahham, et onze Evêques catholiques de six rites différents ainsi que le Nonce apostolique, S.Exc. Mgr Mario Zenari, et le Secrétaire du Conseil pontifical Cor Unum, Mgr Giovanni Pietro Dal Toso.<br />« La présence de Mgr Dal Toso, venu de Rome pour nous encourager, nous a fait un grand bien » indique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Georges Abou Khazen OFM, Vicaire apostolique d’Alep pour les catholiques de rite latin. « Au cours de la rencontre, chacun des participants a fait le point de la situation et des problèmes de son Diocèse. Pour tous, la chose la plus importante à faire est de demeurer proche de nos fidèles, de les encourager et de les consoler. Nous cheminons dans le noir et nous ne voyons pas d’issue. Seul le Christ peut alimenter l’espérance dans les cœurs. Les pouvoirs du monde doivent savoir qu’ils n’aident certainement pas la paix en continuant à envoyer ici des armements. Nous invitons par ailleurs tout un chacun à ne pas fuir, à ne pas quitter sa propre terre. Mais ceci demeure un appel aux consciences. En tant que Pasteurs, nous voyons bien ce que souffre notre pauvre population et il n’est possible de contraindre personne à rester dans cette situation où il n’y a pas de travail, où la misère augmente chaque jour et où la vie même tout comme celle des êtres chers est toujours en danger ». Thu, 30 Oct 2014 00:00:00 +0100ASIE/MYANMAR - « Etre des compagnons de route des peuples indigènes » : la décision des Jésuites présents dans le payshttp://fides.org/fr/news/38787-ASIE_MYANMAR_Etre_des_compagnons_de_route_des_peuples_indigenes_la_decision_des_Jesuites_presents_dans_le_payshttp://fides.org/fr/news/38787-ASIE_MYANMAR_Etre_des_compagnons_de_route_des_peuples_indigenes_la_decision_des_Jesuites_presents_dans_le_paysYangon – Les Jésuites présents au Myanmar entendent « être des compagnons de route des peuples indigènes » : c’est ce qu’ont affirmé les religieux dans le cadre d’une récente rencontre dédiée à la Pastorale des communautés indigènes s’étant tenue dans le Diocèse de Phekon.<br />Dans le pays, existent 135 communautés ethniques, qui constituent un quart de la population totale, à savoir 56 millions de personnes. Les groupes minoritaires les plus importants présents au Myanmar sont les Shan et les Karens alors que les autres constituent globalement environ 5% de la population.<br />Ainsi que l’indique à l’Agence Fides une note de la Conférence des Jésuites de l’Asie-Pacifique, les Jésuites résidant dans l’ancienne Birmanie ont affronté les défis de leur contexte, en parlant de la situation des minorités ethniques et religieuses dans les pays de l’ASEAN et en partant des références théologiques contenus dans les documents de la Fédération des Conférences épiscopales d’Asie . Attendu que les Jésuites au Myanmar ont des relations pastorales avec différentes communautés indigènes, l’idée de la base de la rencontre était d’améliorer le service pastoral et l’évangélisation.<br />Au terme de la réunion, les religieux ont reconnu que, « malgré le phénomène généralisé d’urbanisation, la vie des communautés indigènes est encore la meilleure manière de vivre, parce qu’elle est en harmonie avec la nature, le cycle de la vie, la création et les autres êtres humains ». Les participants ont également rappelé le caractère précieux de la « sagesse traditionnelle », surtout au profit des nouvelles générations. Le service pastoral aux indigènes pourra dès lors valoriser ce patrimoine des cultures locales et traditionnelles, en offrant le témoignage et l’annonce de l’Evangile du Christ.<br />La Compagnie de Jésus met actuellement des racines au Myanmar. Le premier prêtre jésuite local a été ordonné en 2013 et deux autres l’ont été cette année. D’autres religieux achèvent actuellement leurs études en Indonésie et aux Philippines. En outre, se trouvent actuellement au Myanmar des missionnaires jésuites provenant d’Australie, de Corée, d’Inde, d’Indonésie et de Malaisie. Thu, 30 Oct 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Campagne contre le recrutement de mineurs dans le cadre des conflits arméshttp://fides.org/fr/news/38786-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Campagne_contre_le_recrutement_de_mineurs_dans_le_cadre_des_conflits_armeshttp://fides.org/fr/news/38786-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Campagne_contre_le_recrutement_de_mineurs_dans_le_cadre_des_conflits_armesJuba – Le gouvernement du Soudan du Sud vient de lancer, avec le soutien des Nations unies, une campagne nationale intitulée « enfants pas soldats », dans le but de mettre fin au recrutement d’enfants dans le cadre de la guerre civile ainsi qu’à l’usage des mineurs de la part des forces militaires du pays d’ici 2016. La campagne est gérée conjointement par le Secrétariat général pour les enfants et les conflits armés, la mission des Nations unies au Soudan du Sud et l’UNICEF. L’ONU confirme que le phénomène continue à être répandu dans le pays. On estime à 11.000 le nombre d’enfants présents dans les forces armées et au sein des groupes armés impliqués dans le conflit. « Les enfants devraient apprendre à lire et à écrire et non pas à manier les armes. L’instruction nous rendra un pays meilleur » a déclaré le Ministre de la Défense sud-soudanais. Au mois de juin, le gouvernement a finalement signé le renouvellement de son engagement dans le cadre du plan d’action de 2009, comprenant 18 dispositions que le Mouvement de libération du peuple soudanais doit appliquer afin de mettre fin à la présence de mineurs dans les forces armées conformément aux normes internationales en matière de droits fondamentaux. Thu, 30 Oct 2014 00:00:00 +0100AMERIQUE/MEXIQUE - Appel à la prière du Pape à la prière et prochaine rencontre entre les familles des élèves disparus et le Président de la Républiquehttp://fides.org/fr/news/38785-AMERIQUE_MEXIQUE_Appel_a_la_priere_du_Pape_a_la_priere_et_prochaine_rencontre_entre_les_familles_des_eleves_disparus_et_le_President_de_la_Republiquehttp://fides.org/fr/news/38785-AMERIQUE_MEXIQUE_Appel_a_la_priere_du_Pape_a_la_priere_et_prochaine_rencontre_entre_les_familles_des_eleves_disparus_et_le_President_de_la_RepubliqueChilpancingo – « Aujourd’hui, je voudrais faire une prière et porter près de notre cœur le peuple mexicain qui souffre suite à la disparition de ses étudiants et à de nombreux problèmes semblables. Que notre cœur de frères soit proche d’eux par la prière en ce moment » : telles sont les paroles prononcées hier, 29 octobre, par le Pape François lors de l’Audience générale du mercredi. Le Saint-Père s’unit ainsi au peuple mexicain qui continue à vivre avec angoisse le cas de la disparition de jeunes en âge scolaire . Entre temps, la communauté catholique d’Iguala a organisé une marche pour la paix et une veillée de prière dans les Paroisses.<br />Selon une note parvenue à l’Agence Fides, les membres des familles des 43 jeunes enlevés se trouvent à Mexico pour rencontrer le Président de la République, Peña Nieto, et demander des réponses claires dans cette affaire. Le Procureur général a parlé hier des corps retrouvés dans les fosses communes de Cocula – à 30 minutes d’Inguala – déclarant que les autorités et la police scientifique enquêtent encore afin de déterminer avec certitude l’identité des cadavres. Selon la radio et la télévision mexicaines, des témoins du lieu avaient signalé aux forces de l’ordre qu’un groupe d’hommes armés avait jeté des corps dans la décharge de Cocula, sans pouvoir en vérifier l’identité. Thu, 30 Oct 2014 00:00:00 +0100ASIE/PHILIPPINES - Initiative du mouvement pour le dialogue islamo-chrétien Silsilah pour « combattre les combattants par la prière »http://fides.org/fr/news/38784-ASIE_PHILIPPINES_Initiative_du_mouvement_pour_le_dialogue_islamo_chretien_Silsilah_pour_combattre_les_combattants_par_la_prierehttp://fides.org/fr/news/38784-ASIE_PHILIPPINES_Initiative_du_mouvement_pour_le_dialogue_islamo_chretien_Silsilah_pour_combattre_les_combattants_par_la_priereZamboanga – La « prière de l’harmonie », une chaîne de prière répandue chez les chrétiens, les musulmans et les fidèles d’autres religions, est l’arme au travers de laquelle « combattre les combattants » et l’idéologie terroriste de violence te de mort qui traverse en ce moment Mindanao, la grand île du sud des Philippines. Ainsi que l’indique une note envoyée à l’Agence Fides, telle est l’initiative lancée par le mouvement pour le dialogue islamo-chrétien Silsilah, créé par le Père Sebastiano D’Ambra, PIME, qui a fondé, dans la ville de Zamboanga, le « village de l’harmonie » où vivent ensemble des chrétiens et des musulmans.<br />La prière fut conçue en 2000, lorsque le Président philippin de l’époque, Joseph Estrada, déclara la « guerre totale » à Mindanao, cherchant à vaincre les groupes rebelles au travers d’une imposante action militaire. Aujourd’hui, avec la diffusion de l’idéologie du prétendu « Etat islamique » et des nouveaux militants, le mouvement lance un appel demandant de redécouvrir la prière dans toutes les communautés, chrétiennes, musulmanes, bouddhistes et indigènes, afin de diffuser une culture de paix et de demander à Dieu la paix, en partant de l’approche spirituelle de la « vie en dialogue ».<br />« Nous rêvons que, dans le monde entier, la chaîne de prière pour la paix s’étende et nous souhaitons que la prière de l’harmonie devienne partie intégrante des nombreuses initiatives de prière dans le monde entier » affirme la note de Silsilah. La prière est d’ores et déjà utilisée dans de nombreuses institutions et écoles, chrétiennes et musulmanes, aux Philippines et dans d’autres pays. De telle manière, le mouvement soutient « l’effort de paix pour le sud des Philippines, qui demande encore sagesse et courage de la part de ceux qui ont la responsabilité de décider de l’avenir de la paix à Mindanao ». Thu, 30 Oct 2014 00:00:00 +0100