Dépêches de Fides en Françaishttp://fides.org/Les Dépêches de l'Agence Fidesen-usEUROPE/ESPAGNE - Soutien de l’Episcopat espagnol à la candidature de Las Patronas au Prix Princesse des Asturies 2015http://fides.org/fr/news/40625-EUROPE_ESPAGNE_Soutien_de_l_Episcopat_espagnol_a_la_candidature_de_Las_Patronas_au_Prix_Princesse_des_Asturies_2015http://fides.org/fr/news/40625-EUROPE_ESPAGNE_Soutien_de_l_Episcopat_espagnol_a_la_candidature_de_Las_Patronas_au_Prix_Princesse_des_Asturies_2015Madrid – Les Evêques d’Espagne ont décidé d’apporter leur soutien à la candidature du groupe Las Patronas de Veracruz en vue de l’attribution du Prix Princesse des Asturies 2015. Las Patronas est un groupe de 15 femmes qui, chaque jour depuis 20 ans, lance de la nourriture et de l’eau aux migrants clandestins originaires d’Amérique centrale présents à bord du train connu sous le surnom de « la bête » .<br />« Les migrants qui peuvent être 500 à bord d’un seul train, risquent tout parce que le train est contrôlé par les trafiquants de drogue. Mais ils veulent fuir dans à tout prix la misère » a indiqué dans une note le Directeur de la Commission pour les Migrations de la Conférence épiscopale espagnole.<br />L’Evêque de Saltillo , S.Exc. Mgr José Raúl Vera López, a été l’un des premiers a demandé une reconnaissance internationale en faveur de ce groupe de femmes qui oeuvrent gratuitement au profit des migrants. La semaine passée, les Evêques d’Espagne ont présenté une requête afin de soutenir la candidature de ce groupe au célèbre prix espagnol. Mon, 03 Aug 2015 12:22:52 +0200AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Appel des femmes chrétiennes en faveur de la paix maintenanthttp://fides.org/fr/news/40624-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Appel_des_femmes_chretiennes_en_faveur_de_la_paix_maintenanthttp://fides.org/fr/news/40624-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Appel_des_femmes_chretiennes_en_faveur_de_la_paix_maintenantJuba – Un groupe de chrétiens a marché dans les rues de la capitale du Soudan du Sud, Juba, pour demander la fin immédiate de la guerre civile qui dure depuis 19 mois.<br />Les manifestants, en grande partie des femmes, portaient des pancartes comportant des messages tels que « nous haïssons la guerre », « Oui à la paix », « Non aux tribus, nous sommes un seul peuple ». Les participants à la marche, organisée par le Sudan Council of Churches National Women Program, ont également demandé la fin des violences dans l’Etat d’Equatoria occidentale, dont la capitale, Yambo, a été le théâtre d’affrontements entre Azande et Dinka ayant fait des dizaines de morts. Les Dinka sont appuyés par l’armée régulière dont le commandant a donné l’ordre d’ouvrir le feu sur tous ceux qui résistent aux ordres des militaires.<br />La guerre civile, qui a explosé en décembre 2013, voit s’opposer l’armée régulière, fidèle au Président Salva Kiir, et des groupes de rebelles répondant à l’ancien Vice-président Riek Machar. <br />Ce dernier a accepté la démilitarisation de la capitale fédérale, Juba, l’un des points du plan de paix élaboré par l’IGAD . Le plan de paix prévoit en outre une période intérimaire au cours de laquelle les deux forces rivales seront séparées pour ensuite être unies dans un organisme unique. Mon, 03 Aug 2015 12:06:46 +0200AMERIQUE/REPUBLIQUE DOMINICAINE - Appel en faveur d’une solution définitive de la part de la Commission nationale pour la Pastorale des migrantshttp://fides.org/fr/news/40623-AMERIQUE_REPUBLIQUE_DOMINICAINE_Appel_en_faveur_d_une_solution_definitive_de_la_part_de_la_Commission_nationale_pour_la_Pastorale_des_migrantshttp://fides.org/fr/news/40623-AMERIQUE_REPUBLIQUE_DOMINICAINE_Appel_en_faveur_d_une_solution_definitive_de_la_part_de_la_Commission_nationale_pour_la_Pastorale_des_migrantsSanto Domingo – La Commission nationale pour la Pastorale des Migrants de la Conférence épiscopale dominicaine a demandé de reprendre le dialogue avec Haïti afin de conserver de bons rapports avec l’Etat voisin et de résoudre la crise de l’immigration existant entre les deux pays.<br />« Le dialogue doit être conduit dans un climat de transparence et de respect réciproque, en exerçant la volonté politique de l’Etat, afin de progresser dans le processus lancé au travers du Plan de réorganisation nationale pour les étrangers et de résoudre d’éventuelles difficultés pouvant faire obstacle aux rapports de coexistence pacifique » peut-on lire dans le communiqué parvenu à Fides.<br />Dans le communiqué, signé par le Président de la Commission nationale pour la Pastorale des Migrants, S.Exc. Mgr Diomedes Espinal, la Commission a souligné la nécessité de reprendre le dialogue bilatéral « fondé sur la vérité et la justice et non sur des erreurs et des mensonges. Et surtout avec la réelle volonté politique de l’Etat de chercher une solution définitive pour les immigrés en situation irrégulière et les clandestins nés en République dominicaine ».<br />Le communiqué s’achève en félicitant les autorités dominicaines pour les efforts réalisés au travers du plan d’enregistrement, qui a déjà permis la résolution de 288.466 cas d’immigrés clandestins.<br />La date d’échéance pour l’enregistrement était fixée au 17 juin dernier, ce qui a provoqué des critiques de la part du gouvernement haïtien, lequel a protesté dans les forums internationaux contre la présumée expulsion des haïtiens dont certains sont nés en République dominicaine . Mon, 03 Aug 2015 11:54:21 +0200AFRIQUE/BURUNDI - Assassinat du GCA Nshimirimana, affrontement dans les allées du pouvoir ou embuscade des rebelles ?http://fides.org/fr/news/40622-AFRIQUE_BURUNDI_Assassinat_du_GCA_Nshimirimana_affrontement_dans_les_allees_du_pouvoir_ou_embuscade_des_rebelleshttp://fides.org/fr/news/40622-AFRIQUE_BURUNDI_Assassinat_du_GCA_Nshimirimana_affrontement_dans_les_allees_du_pouvoir_ou_embuscade_des_rebellesBujumbura – « A Bujumbura, en ce moment, la situation est tranquille » indiquent à l’Agence Fides des sources locales depuis la capitale du Burundi au lendemain de l’assassinat du GCA Adolphe Nshimirimana, considéré comme le numéro deux du régime du Président Pierre Nkurunziza, réélu pour la troisième fois le 21 juillet, dans le cadre d’élections considérées comme « ni crédibles ni libres ni inclusives » par la mission d’observateurs de l’ONU.<br />« Le Général Nshimirimana, ancien chef des services de renseignement, était le responsable de l’ensemble des services de sécurité ainsi que de la milice du Président, qui a perpétré des assauts contre l’opposition » rappellent nos sources. La candidature de Pierre Nkurunziza en vue d’un troisième mandat présidentiel est intervenue en violation de la Constitution et elle a ouvert une grave crise politique, les moyens de communication de l’opposition ayant été fermés par les autorités, un coup d’Etat militaire ayant échoué et des groupes armés de l’opposition ayant fait leur réapparition.<br />« Au Burundi, on s’interroge sur les responsables de l’assassinat. Certains affirment que l’on a eu affaire à un affrontement dans les allées du pouvoir alors que d’autres estiment en revanche que ce sont les rebelles qui ont frappé » déclarent les sources de Fides. « Les modalités de l’attentat laissent cependant à penser que les auteurs proviennent d’unités de l’armée. Ils ont en effet utilisé une camionnette découverte de l’armée ainsi que des armes puissantes. En outre, ils ont tendu l’embuscade dans le centre de Bujumbura à 08.00. Ils ont par suite démontré de pouvoir circuler librement dans la capitale » concluent nos sources. Mon, 03 Aug 2015 11:20:07 +0200ASIE/PAKISTAN - Inondations et moussons causes de graves dommages parmi la population et aux structureshttp://fides.org/fr/news/40621-ASIE_PAKISTAN_Inondations_et_moussons_causes_de_graves_dommages_parmi_la_population_et_aux_structureshttp://fides.org/fr/news/40621-ASIE_PAKISTAN_Inondations_et_moussons_causes_de_graves_dommages_parmi_la_population_et_aux_structuresIslamabad – Les fortes inondations qui causent actuellement des milliers d’évacués et de nombreux morts continuent à frapper le Pakistan depuis des semaines. Le mauvais temps concerne particulièrement les régions montagneuses du nord du pays, où de nombreuses localités sont isolées. Dans les régions de Jitral et Gilgit-Baltistán, des ponts et des routes ont été détruits. Des inondations ont également été enregistrées le long de l’Indo, qui traverse le Pakistan de l’Himalaya à la Mer d’Arabie. Au moins 200.000 personnes qui vivaient sur les rives du fleuve ont été évacuées. Selon des sources officielles, cinq districts demeurent en alerte dans l’éventualité d’un débordement des cours d’eau. Actuellement, 600.000 personnes sont concernées et 812 villages se trouvent littéralement sous l’eau. Tel est le bilan dressé par l’Autorité de gestion des catastrophes naturelles. Cette dernière a par ailleurs annoncé pour les prochaines 24 heures des orages et des précipitations modérées dans les bassins des grands fleuves qui traversent quatre provinces. Chaque année, les pluies et les moussons causent de graves dommages aux structures et aux habitants du pays. Les plus graves inondations de l’histoire du Pakistan ont eu lieu en 2010, suite à une mousson extraordinaire qui vint s’ajouter à un dégel estival particulièrement abondant, causant 2.000 morts et 20 millions d’autres victimes. Mon, 03 Aug 2015 10:39:35 +0200AMERIQUE/CHILI - Offensive de l’Eglise chilienne contre le projet de loi sur l’avortementhttp://fides.org/fr/news/40620-AMERIQUE_CHILI_Offensive_de_l_Eglise_chilienne_contre_le_projet_de_loi_sur_l_avortementhttp://fides.org/fr/news/40620-AMERIQUE_CHILI_Offensive_de_l_Eglise_chilienne_contre_le_projet_de_loi_sur_l_avortementSantiago du Chili – « Nous exhortons toutes les autorités à protéger tout être humain, en particulier les plus faibles et ceux qui sont sans défense et à respecter de la même manière la mère et l’enfant ». C’est ce que l’on peut lire dans un récent document signé par les Evêques de la Conférence épiscopale chilienne. Il s’agit d’un appel aux législateurs du pays à promouvoir des lois justes et à ne pas collaborer à une loi sur l’avortement. En résumé, les Evêques insistent sur le fait que l’avortement n’est jamais thérapeutique. « Nous affirmons que l’avortement n’est pas en soi une action thérapeutique pour sauver la vie d’une mère en danger, même lorsque la mort de la personne conçue est une possibilité prévue mais non voulue et non recherchée » ajoutent les Evêques. « En cas de mort non désirée de la créature n’ayant pas été causée par une pratique directement orientée à sauver la mère en danger, il n’est pas possible de parler d’avortement », peut-on lire dans le document. Dans le cas des femmes victimes de viol, « il n’est pas humain de les laisser seules affronter le drame subi, et il est tout aussi inhumain de priver de sa vie l’être le plus innocent et le plus privé de défense à savoir son enfant ». L’Eglise catholique au Chili a relevé la nécessité d’un Etat et d’une société « actifs et présents » en ce qui concerne le soutien des mères et de leurs enfants. <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://noticias.iglesia.cl/noticia.php?id=28402">Synthèse du Message</a>Mon, 03 Aug 2015 09:24:45 +0200ASIE/NEPAL - Aggravation de la situation relative aux mariages précoces après le séismehttp://fides.org/fr/news/40619-ASIE_NEPAL_Aggravation_de_la_situation_relative_aux_mariages_precoces_apres_le_seismehttp://fides.org/fr/news/40619-ASIE_NEPAL_Aggravation_de_la_situation_relative_aux_mariages_precoces_apres_le_seismeKatmandu – L’ONG Plan International a lancé l’alarme trois mois après le séisme d’avril dernier quant au risque d’une augmentation du nombre des mariages précoces. En effet, au Népal, deux fillettes sur cinq se marient avant leur 18ème anniversaire. Dans un communiqué, l’ONG déclare que le séisme a aggravé l’état des systèmes hydriques et hygiéniques déjà fragiles et qu’avec l’arrivée de la mousson, les risques de maladies telles que la diarrhée, les rhumes et les pneumonies ont eux aussi augmenté. Pour protéger les mineurs, l’ONG est également présente dans le domaine de la construction de centres scolaires provisoires permettant de les faire reprendre le plus vite possible le chemin de l’école outre à leur fournir un lieu sûr dans lequel prévenir des problèmes tels que le trafic d’êtres humains. Les interventions de Plan International se sont concentrées dans les districts de Sindulpalchowk et Dolakha, les plus gravement touchés par le séisme. Les aides sont toutefois arrivées également dans la vallée de Katmandu, à Sindhuli et à Makwanpur. Sat, 01 Aug 2015 09:31:48 +0200AFRIQUE/AFRIQUE DU SUD - Matériel scolaire en provenance du Venezuela pour les enfants sud-africainshttp://fides.org/fr/news/40618-AFRIQUE_AFRIQUE_DU_SUD_Materiel_scolaire_en_provenance_du_Venezuela_pour_les_enfants_sud_africainshttp://fides.org/fr/news/40618-AFRIQUE_AFRIQUE_DU_SUD_Materiel_scolaire_en_provenance_du_Venezuela_pour_les_enfants_sud_africainsBela Bela – Grâce à une initiative organisée par l’Ambassade du Venezuela en Afrique du Sud, des centaines d’enfants de l’école primaire Heleketani, en province du Limpopo, recevront du matériel scolaire. L’initiative fait partie des activités de la « Semana de Libertadores » qui permettra de sponsoriser un centre scolaire sur le territoire sud-africain. L’Institut, qui se trouve dans la ville de Bela Bela, au sein du district de Waterberg, est fréquenté par des élèves des strates sociales les plus défavorisées. Dans une note à la presse locale, l’Ambassadeur Mairin Moreno a expliqué que la semaine en question se veut entre autre un hommage à l’ancien Président sud-africain Nelson Mandela. « Le matériel scolaire est seulement une petite contribution au profit des enfants de cette école » a-t-il ajouté. L’école primaire Heleketani est un institut public fondé en 1995. Le corps enseignant est formé de 31 enseignants qui donnent des cours à 105.000 enfants de 5 à 13 ans répartis en 21 salles. A Bela Bela, sise à 110Km au nord de Pretoria, outre les matières littéraires et scientifiques, les élèves apprennent les langues sepedi, setswana, xitsonga ainsi que l’anglais. Sat, 01 Aug 2015 09:17:37 +0200AMERIQUE/SALVADOR - Pas de négociations avec les bandes dans le cadre du plan de sécurité nationalehttp://fides.org/fr/news/40617-AMERIQUE_SALVADOR_Pas_de_negociations_avec_les_bandes_dans_le_cadre_du_plan_de_securite_nationalehttp://fides.org/fr/news/40617-AMERIQUE_SALVADOR_Pas_de_negociations_avec_les_bandes_dans_le_cadre_du_plan_de_securite_nationaleSan Salvador – Le Conseil national pour la Sécurité civique a décidé à l’unanimité le 30 juillet d’exclure toute forme de négociation avec les bandes et s’est engagé à poursuivre l’application du plan basé sur la stratégie du « Salvador Sûr ». C’est ce qu’indique dans une note envoyée à l’Agence Fides le Commissaire présidentiel pour la sécurité, Hato Hasbún. Cette attitude a été ratifiée par l’Evêque auxiliaire de San Salvador, S.Exc. Mgr Gregorio Rosa Chavez, en tant que représentant de l’Eglise catholique.<br />Le responsable gouvernemental a déclaré qu’une possibilité de financement du plan réside dans la taxe pour la sécurité. Par suite, le Conseil se réunira de nouveau le 10 août pour définir le mécanisme permettant d’obtenir les ressources nécessaires.<br />A la réunion du Conseil, a également participé le Corps diplomatique. « Nous voyons qu’il existe également un intérêt international à financer le plan « Le Salvador Sûr » » a remarqué Mgr Rosa Chavez, en tant que l’un des résultats de la séance du Conseil. Sat, 01 Aug 2015 13:10:45 +0200AMERIQUE/EQUATEUR - Autel du Pape transformé en église paroissialehttp://fides.org/fr/news/40616-AMERIQUE_EQUATEUR_Autel_du_Pape_transforme_en_eglise_paroissialehttp://fides.org/fr/news/40616-AMERIQUE_EQUATEUR_Autel_du_Pape_transforme_en_eglise_paroissialeGuayaquil – L’infrastructure utilisée par le Pape à l’occasion de la célébration de la Messe au cours de sa visite apostolique à Guayaquil sera transformée par l’Archidiocèse de Guayaquil en église paroissiale, laquelle desservira les deux quartiers créée par le gouvernement voici cinq ans dans le cadre du plan logement de la zone,.<br />La nouvelle église sera installée sur un terrain de 5.500 m2, adjacent à la zone où passe le gazoduc Monteverde-El Chorrillo, qui divise la zone du plan logement en deux quartiers distincts.<br />C’est ce que signale une note transmise à Fides par l’entreprise Klaere Construcciones qui démonte actuellement l’infrastructure utilisée par le Pape afin de la placer sur les fondations renforcées et définitives de sa nouvelle destination.<br />Selon l’Archidiocèse, le nouvel édifice de culte conservera son style original pour conserver vivante et bien visible la mémoire de la visite du Pape François dans la ville. Sat, 01 Aug 2015 13:07:55 +0200AFRIQUE/ETHIOPIE - « Print your Future » : une école d’arts graphiques au profit des jeunes particulièrement vulnérableshttp://fides.org/fr/news/40615-AFRIQUE_ETHIOPIE_Print_your_Future_une_ecole_d_arts_graphiques_au_profit_des_jeunes_particulierement_vulnerableshttp://fides.org/fr/news/40615-AFRIQUE_ETHIOPIE_Print_your_Future_une_ecole_d_arts_graphiques_au_profit_des_jeunes_particulierement_vulnerablesMekanissa – Au début de juin dernier, ont finalement été lancés les travaux en vue de la réalisation du nouvel édifice destiné à l’école d’arts graphiques de Mekanissa, quartier périphérique d’Addis Abeba. Le projet « Print your Future, développement du secteur graphique et typographique en Ethiopie » veut offrir aux jeunes de la capitale de nouvelles opportunités de travail hautement qualifié dans l’un des secteurs émergents du pays, à savoir celui du graphisme et de la presse. Selon des informations de l’ANS, il s’agit de la première école de ce type en Ethiopie. La formation des opérateurs et le site sur lequel sera construit le Département d’Arts graphiques et de Typographie, sera l’école salésienne de Mekanissa. Le projet est mené par les ONG italiennes Volontariat international pour le Développement et Volontariat international Femme, Education et Développement avec la contribution du Ministère de la Coopération italien. Il prévoit non seulement la construction et l’équipement du Département mais également la mise en place de cours, formels et non, dont les destinataires privilégiés seront notamment les jeunes particulièrement vulnérables : travailleurs du secteur informel, jeunes des rues et en général ceux qui ont été exclus du cycle éducatif formel. Fri, 31 Jul 2015 10:11:06 +0200AFRIQUE - Quelques 10.000 enfants touchés par des déformations congénitales mettant en danger leur développement et leur surviehttp://fides.org/fr/news/40614-AFRIQUE_Quelques_10_000_enfants_touches_par_des_deformations_congenitales_mettant_en_danger_leur_developpement_et_leur_surviehttp://fides.org/fr/news/40614-AFRIQUE_Quelques_10_000_enfants_touches_par_des_deformations_congenitales_mettant_en_danger_leur_developpement_et_leur_survieMaputo – Chaque année, au sein des Etats d’Afrique orientale naissent environ 10.000 enfants avec un bec de lièvre et des malformations du palais, des déformations congénitales qui peuvent porter préjudice au développement de ces enfants. Selon l’ONG internationale African Medical and Research Foundation, ce type de malformations émerge au cours de la grossesse et est associé à des facteurs génétiques. Les enfants ont non seulement des difficultés à manger, boire, parler, entendre ou respirer correctement mais ils sont considérés comme un tabou ou un châtiment pour quelque mauvaise action commise par un ancêtre, ce qui fait que, très souvent, ils sont cachés, abandonnés ou même tués. Ces malformations peuvent également rendre difficile l’allaitement et par suite la survie et une croissance équilibrée. Pour éviter que ces problèmes n’interfèrent dans le développement, les enfants doivent être soumis à des interventions chirurgicales au cours de leurs premiers mois de vie et, dans tous les cas, avant leur deuxième anniversaire. C’est ainsi seulement que l’enfant pourra parler correctement et ne pas avoir de problème d’ouie ou d’alimentation. Malheureusement, la majorité des enfants africains touchés n’a pas accès à ce type d’intervention, même si elles durent seulement 45 minutes. Fri, 31 Jul 2015 09:57:42 +0200AMERIQUE/COLOMBIE - Journée contre le trafic d’êtres humains et persistance du recrutement d’enfants de la part des FARChttp://fides.org/fr/news/40613-AMERIQUE_COLOMBIE_Journee_contre_le_trafic_d_etres_humains_et_persistance_du_recrutement_d_enfants_de_la_part_des_FARChttp://fides.org/fr/news/40613-AMERIQUE_COLOMBIE_Journee_contre_le_trafic_d_etres_humains_et_persistance_du_recrutement_d_enfants_de_la_part_des_FARCBogotá – « Tout ceci doit être dénoncé parce que cela fait partie des choses que nous devons faire. Nous devons aussi lutter afin de contraster ce problème parce qu’il existe également une sorte de protection masquée de ces crimes, de la part des mêmes personnes qui gèrent les Etats, les gouvernements : d’une manière ou d’une autre, ils parviennent à les mettre de leur côté. Cette protection camouflée du marché illégal d’êtres humains est difficile à combattre ». C’est ainsi que s’est exprimé l’Archevêque de Tunja et Président de la Conférence épiscopale de Colombie, S.Exc. Mgr Luis Augusto Castro Quiroga.<br />L’Archevêque est intervenu hier dans le cadre de la conférence de presse relative à la Journée contre le trafic d’êtres humains en Colombie qui avait lieu en ce jour.<br />Mgr Castro Quiroga a fait état de la triste situation colombienne : « une réalité : le recrutement d’enfants pour faire la guerre de la part des FARC qui, bien qu’elles soient désormais conscientes du dommage causé, n’ont pas pris la décision convaincante de dire non aux enfants présents au sein de leurs groupes de guérilleros. Ce groupe doit arriver à cette décision sans quoi le dommage qu’il crée sera très important ».<br />Dans son intervention, le vice-ministre de l’Intérieur, Carlos Ferro Solanilla, a réaffirmé l’engagement et la responsabilité de l’Etat dans la poursuite de la recherche des instruments permettant de disposer de politiques publiques aptes à identifier ce problème non seulement au plan national mais aussi régional.<br />Sœur Genoveva Nieto, Fille de la Charité et responsable d’initiatives visant à promouvoir la prévention du trafic d’êtres humains, a rappelé que l’Eglise et les religieux travaillent intensément pour porter assistance à ces personnes qui ont été victimes d’exploitation. Elle a également indiqué qu’existent actuellement 22 réseaux nationaux et continentaux présents dans 197 pays qui « parient tout sur ce travail, de manière qu’à chaque fois, il y ait une victime de moins ». Fri, 31 Jul 2015 09:46:42 +0200AFRIQUE/RD CONGO - Prise de position du Secrétaire général de la Conférence épiscopale sur le Dialogue nationalhttp://fides.org/fr/news/40612-AFRIQUE_RD_CONGO_Prise_de_position_du_Secretaire_general_de_la_Conference_episcopale_sur_le_Dialogue_nationalhttp://fides.org/fr/news/40612-AFRIQUE_RD_CONGO_Prise_de_position_du_Secretaire_general_de_la_Conference_episcopale_sur_le_Dialogue_nationalKinshasa – « Le dialogue est considéré comme le principe constructeur de la démocratie et de la nation ». C’est ce qu’a affirmé le 28 juillet le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo , le Père Leonard Santedi, s’exprimant dans le cadre d’un débat organisé par la CENCO.<br />Ont pris part à ce débat un groupe d’hommes politiques de la majorité présidentielle , de l’opposition, des représentants de la société civile et un groupe d’analystes qui ont discuté des objectifs du dialogue politique en République démocratique du Congo, des prochaines élections et de la session extraordinaire du Parlement.<br />Pour le Père Leonard Santedi, l’Eglise catholique ne s’oppose pas à l’idée de dialogue mais insiste sur le respect de la Constitution. « Le dialogue oui, mais dans le respect de la loi fondamentale » a-t-il déclaré.<br />La Constitution congolaise prévoit des échéances pour l’élection du Président de la République ainsi que le nombre de ses mandats et leur durée.<br />Etait également présent à cette rencontre le Pr. Philippe Biyoya, analyste politique, pour qui le dialogue est le principe même de la vie communautaire.<br />« Le dialogue est entendu comme principe actif de toutes les sociétés. C’est ce qui soigne l’harmonie sociale » a déclaré pour sa part André Alain Atundu, communicateur du parti aux affaires.<br />Cependant, cette opinion n’a pas été partagée par un membre de l’opposition, Franck Diongo, qui estime que le dialogue « est une fraude dans le contexte actuel. Il s’agit d’un piège ».<br />L’Eglise catholique a réaffirmé sa position – prise au travers de la Conférence épiscopale – en ce qui concerne le dialogue national promu par le Président Joseph Kabila, lequel « doit avoir lieu dans le respect absolu du cadre constitutionnel et institutionnel en vigueur » c’est-à-dire sans révision constitutionnelle permettant au Président sortant de se présenter aux élections pour obtenir un troisième mandat . Fri, 31 Jul 2015 08:48:08 +0200AFRIQUE/KENYA - Demande de boycott d’une campagne de vaccination massive en l’absence de tests préalables du vaccin de la part de la Conférence épiscopalehttp://fides.org/fr/news/40611-AFRIQUE_KENYA_Demande_de_boycott_d_une_campagne_de_vaccination_massive_en_l_absence_de_tests_prealables_du_vaccin_de_la_part_de_la_Conference_episcopalehttp://fides.org/fr/news/40611-AFRIQUE_KENYA_Demande_de_boycott_d_une_campagne_de_vaccination_massive_en_l_absence_de_tests_prealables_du_vaccin_de_la_part_de_la_Conference_episcopaleNairobi – Les Evêques du Kenya ont invité la population à boycotter une campagne de vaccination antipoliomyélitique massive à moins que la sécurité du vaccin ne soit confirmée au travers de tests scientifiques. Le début des vaccinations promue par l’OMS et l’UNICEF est prévu pour le 1er août prochain. En vue du lancement de la campagne, les Evêques ont remis en cause la sécurité du vaccin, affirmant que le producteur n’a pas fourni les informations demandées et que le gouvernement a ignoré la demande d’essais concernant la validité du vaccin. L’alarme des Evêques a été provoquée par un incident récent qui semble avoir causé la paralysie de 30 enfants qui avaient reçu une injection d’un médicament antipaludique dans un dispensaire du Kenya occidental. Selon les Evêques, le médicament en question, que l’on croyait être de la quinine destinée aux cas avancés, contenait en réalité du paracétamol antidouleur. La réponse du Ministère de la Santé kenyan a été immédiate, et a pris la forme d’une exhortation adressée à tous les bienfaiteurs, en particulier les responsables de l’Eglise catholique, à continuer à soutenir la campagne. S.Exc. Mgr Philip Anyolo, Evêque d’Homa Bay et Président de la Conférence épiscopale du Kenya, a indiqué lors d’une récente conférence de presse tenue à Nairobi : « Nous ne sommes pas en conflit avec le Ministère de la Santé mais nous avons le devoir, apostolique et moral, de garantir aux kenyans des vaccins sûrs ». Au début de l’année, les Evêques avaient déjà dû intervenir auprès du gouvernement local suite à une campagne de vaccination de masse contre le tétanos, se plaignant du fait qu’il s’agisse d’une forme voilée de contrôle de la population. Les deux institutions ont ensuite convenu de la nécessité de conduire une expérimentation sur l’ensemble des vaccins avant, pendant et après la campagne. « Nous ne voulons faire la guerre à personne – a déclaré S.Em. le Cardinal John Njue, Archevêque de Nairobi. Nous désirons seulement éviter que notre population souffre pour des raisons externes ». Thu, 30 Jul 2015 11:47:11 +0200ASIE/NEPAL - Etat des lieux des besoins en aides de première nécessité à trois mois du séismehttp://fides.org/fr/news/40610-ASIE_NEPAL_Etat_des_lieux_des_besoins_en_aides_de_premiere_necessite_a_trois_mois_du_seismehttp://fides.org/fr/news/40610-ASIE_NEPAL_Etat_des_lieux_des_besoins_en_aides_de_premiere_necessite_a_trois_mois_du_seismeKatmandu – Bien que la situation humanitaire se soit légèrement améliorée au cours de ces trois derniers mois, des centaines de milliers d’enfants ont encore besoin d’un abri, de nourriture, d’eau, d’assistance médicale, d’instruction et de protection. Ces jeunes continuent à vivre dans des zones à haut risque d’inondations et de glissements de terrain. Depuis le premier séisme, plus de 10.000 enfants se sont vus diagnostiquer une dénutrition aigue dont 1.000 sous une forme grave. Par ailleurs, des centaines d’enfants sont encore privés de leur parents ou d’un tuteur alors que 900.000 maisons ont été détruites ou endommagées tout comme 32.0000 salles de classe. Actuellement, près de trois millions de personnes dépendent des aides humanitaires dont 1 million de mineurs. Les interventions humanitaires effectuées jusqu’ici par l’UNICEF ont concerné quelques 330.000 familles au sein desquelles vivent 450.000 enfants se trouvant dans les 19 districts les plus fortement touchés par le séisme. A des milliers de familles vivant dans des zones particulièrement reculées ont été fournies des aides supplémentaires telles que des denrées de première nécessité, des tentes, des kits pour l’hygiène, des denrées alimentaires thérapeutiques, des vaccins et d’autres médicaments salvateurs. Grâce aux aides, plus de 100.000 enfants ont pu reprendre le chemin de l’école, 650.000 personnes ont disposé d’eau potable à domicile ou dans des camps alors que des centres de maternité ont été réhabilités dans plus de 150 structures sanitaires, des femmes et des enfants qui risquaient d’être portés illégalement hors du pays ayant pu être sauvés. Thu, 30 Jul 2015 10:59:12 +0200EUROPE/UKRAINE - Deux assassinats de religieux orthodoxes en quelques jourshttp://fides.org/fr/news/40609-EUROPE_UKRAINE_Deux_assassinats_de_religieux_orthodoxes_en_quelques_jourshttp://fides.org/fr/news/40609-EUROPE_UKRAINE_Deux_assassinats_de_religieux_orthodoxes_en_quelques_joursKiev – Sœur Alevtina, religieuse de Florovsky, couvent de Kiev, a été retrouvée assassinée dans son appartement le 29 juillet, selon ce qu’indique à Fides Interfax-Religion sur la base de déclarations de l’Union des Confraternités orthodoxes des chrétiens d’Ukraine.<br />« Nous savons qu’elle est allée à son appartement en ville pour se laver et se changer avant de se rendre à une intervention chirurgicale parce que le couvent est actuellement privé d’eau chaude. Toutefois, plus tard, son neveu a retrouvé le corps de la religieuse avec les mains liées et des traces de torture » a déclaré le porte-parole.<br />La religieuse avait 62 ans. L’Agence Interfax n’est pas parvenue à avoir d’autres informations officielles sur le cas de la part des forces de l’ordre à Kiev.<br />Il s’agit du second homicide au sein de l’Eglise orthodoxe ukrainienne dépendant du Patriarcat de Moscou en l’espace de quelques jours.<br />Mercredi matin, en effet, un prêtre de 40 ans de l’église de Sainte Tatiana de Kiev, le Père Roman Nikolayev, est mort suite à des blessures d’arme à feu à la tête qu’il avait reçu la semaine précédente. Thu, 30 Jul 2015 09:11:34 +0200AMERIQUE/COLOMBIE - Nouvelle version du Nouveau Testament en espagnolhttp://fides.org/fr/news/40608-AMERIQUE_COLOMBIE_Nouvelle_version_du_Nouveau_Testament_en_espagnolhttp://fides.org/fr/news/40608-AMERIQUE_COLOMBIE_Nouvelle_version_du_Nouveau_Testament_en_espagnolBogotá – Dans les pays hispanophones, les catholiques peuvent désormais compter sur une version « mise à jour » du Nouveau Testament, ainsi que cela a été annoncé par le Conseil épiscopal latino-américain lundi dernier à Bogotá.<br />A l’occasion de la présentation officielle de la nouvelle édition du Nouveau Testament de lundi dernier, lequel a été traduit de l’hébreu et de l’araméen en castillan par des experts latino-américains de l’Ecole biblique du CELAM, S.Exc. Mgr Santiago Jaime Silva Retamales, Evêque aux Armées du Chili et Directeur des travaux a déclaré : « La langue est une chose vivante et les choses se disent de manière différentes avec le temps qui passe. De même, la science biblique croit avec les études. Ce changement, tant du langage que de la connaissance, doit être traduit au rythme des besoins changeants de l’Eglise ».<br />L’un des aspects les plus importants de ce travail est constitué par les explications, comprenant des citations et des commentaires qui apportent une contribution fondamentale à l’œuvre d’évangélisation réalisée dans les églises. Thu, 30 Jul 2015 08:59:58 +0200AFRIQUE/ERYTHREE - Enquête des Nations unies sur le trafic d’êtres humainshttp://fides.org/fr/news/40607-AFRIQUE_ERYTHREE_Enquete_des_Nations_unies_sur_le_trafic_d_etres_humainshttp://fides.org/fr/news/40607-AFRIQUE_ERYTHREE_Enquete_des_Nations_unies_sur_le_trafic_d_etres_humainsAsmara – Les érythréens et les syriens constituent le deuxième groupe le plus important de réfugiés qui risquent leur vie en traversant la Méditerranée pour tenter de rejoindre l’Europe. Un rapport récent des Nations unies dénonce des violations systématiques de grande ampleur des droits fondamentaux de la part de l’Erythrée. De son côté, le pays en question a demandé à l’ONU d’ouvrir une enquête sur ce trafic abject d’êtres humains, l’exode étant généralement attribué aux violations des droits fondamentaux. Depuis le début de l’année, selon l’Organisation internationale pour les Migrations, plus de 150.000 migrants sont arrivés en Europe par voie de mer. Dans le cadre de ces voyages dangereux, plus de 1.900 personnes ont déjà trouvé la mort. Wed, 29 Jul 2015 10:32:03 +0200AFRIQUE/CAMEROUN - De la facilité pour les femmes kamikazes à cacher les détonateurshttp://fides.org/fr/news/40606-AFRIQUE_CAMEROUN_De_la_facilite_pour_les_femmes_kamikazes_a_cacher_les_detonateurshttp://fides.org/fr/news/40606-AFRIQUE_CAMEROUN_De_la_facilite_pour_les_femmes_kamikazes_a_cacher_les_detonateursMaroua – Les attaques suicides se poursuivent dans le nord du Cameroun et dans l’Etat de Yobe au Nigeria. Il semble que les deux pays soient, depuis quelques temps, la cible de femmes kamikazes de tout âge. En effet, selon les dernières nouvelles locales, dans la ville de Maroua, une fillette de 12 ans et une femme d’âge mûr se sont faites exploser dans un bar très fréquenté causant des morts et des blessés. Aucun groupe n’a encore revendiqué l’action même si les soupçons retombent entièrement sur Boko Haram. A Maroua, quelques jours auparavant seulement, d’autres attentats suicides avaient été perpétrés par des jeunes filles. Voici seulement quelques jours, deux autres femmes se sont faites exploser dans la ville de Fotokol, dans la région septentrionale. Le gouvernement régional a interdit l’usage du burka, que Boko Haram utilise souvent pour masquer ses kamikazes. Au Nigeria, une autre femme, apparemment instable mentalement, s’est faite exploser sur un marché grouillant de monde à Damaturu. Quelques semaines auparavant seulement, d’autres encore s’étaient faites exploser sur un marché situé dans une zone de prière de Maiduguri, capitale de l’Etat du Borno. Depuis juin 2014, Boko Haram a ainsi envoyé à la mort 35 femmes au Nigeria et au Cameroun. L’usage des femmes facilite la tâche des groupes djihadistes en ce qui concerne les attaques suicides puisque les explosifs sont plus faciles à cacher. Malgré une offensive militaire coordonnée par le Nigeria, le Tchad et le Cameroun ayant pris pour cible les places fortes de Boko Haram dans la région du lac Tchad, le groupe djihadiste a conservé ses rythmes tant en matière d’attentats suicides que d’attaques militaires. Wed, 29 Jul 2015 10:04:01 +0200