AFRIQUE/RD CONGO - L’engagement politique franc et explicite des chrétiens, une voix prophétique au sein de la société

mercredi, 17 janvier 2018 politique   prophétie   eglises locales   conférences épiscopales   droits fondamentaux   démocratie   ordres religieux   mission   evangélisation   société civile  

Internet

Saoudè (Agence Fides) – « Les chrétiens de République démocratique du Congo, sous la conduite de l’Episcopat congolais, continueront à surprendre le monde, et l’Afrique en particulier, par leur engagement politique explicite et franc. Jamais dans l’histoire de nos Eglises africaines, les chrétiens n’ont été si déterminants dans le fait de dire prophétiquement non à la politique à cause de son égoïsme mortel ». C’est ainsi que débute un entretien de l’Agence Fides avec le Père Donald Zagore, SMA (Société des Missions africaines), écrivain et théologien ivoirien, se trouvant actuellement à Saoudè (Togo), qui réfléchit sur les initiatives et activités des catholiques au Congo visant à un renouvellement du Christianisme africain.
Le prêtre remarque : « Les chrétiens du Congo écrivent actuellement une nouvelle page de l’histoire du Christianisme africain, un Christianisme qui, désormais, se refuse d’être enfermé dans les sacristies, qui refuse d’être le complice de la politique, en rompant le silence de manière à ce que la mort n’ait pas le dernier mot, qui embrasse le martyre en défense de la justice et de la vérité ; un Christianisme qui affirme être prophétique en demeurant en faveur des pauvres et avec les pauvres, l’unique flamme qui brille encore dans le fond de l’obscurité ; un Christianisme qui renonce à ses commodités, qui accepte de se salir les mains ».
« Combattre pour la liberté, la vérité et la justice est maintenant un acte de salut outre à représenter une vocation fondamentale de chaque homme et de chaque chrétien en particulier. Il est temps que nos communautés ecclésiastiques se fassent entendre, guidées par des pasteurs qui soient des prophètes et ne craignent pas de profaner la blancheur de leurs aubes avec le sang de la lutte pour une Afrique où la vie est préférée à la mort, l’amour à la haine et la paix à la guerre » poursuit le missionnaire.
En commentant l’appel des Evêques congolais en matière de sécularisme, le prêtre indique : « La crise au Congo Kinshasa, où les Evêques ont encore une fois ouvertement demandé de bloquer toute imposture politique, ressort de l’épineuse question de la nature apolitique des religieux face à la nature séculière de la religion d’Etat ».
« L’homme africain est religieux par nature – déclare John M’biti. Ce qui signifie qu’il serait illusoire et même utopique, de prétendre construire un univers sociopolitique en Afrique en voulant à tout prix suffoquer la voix des religieux. La religion occupe une place importante dans la vie quotidienne de l’homme africain, une réalité qui s’impose à la politique » observe le missionnaire.
« Lorsque l’on parle de laïcité de l’Etat, on entend simplement une structure légale qui, par principe, devrait permettre à tous, croyants et non croyants, de vivre ensemble, une coexistence ayant sa source et étant enracinée dans les valeurs fondamentales de justice, de vérité et de démocratie. Lorsque, dans un Etat, ces valeurs fondamentales de justice, de vérité et de démocratie, qui doivent constituer la structure du vivre ensemble, sont foulées aux pieds par une politique privée de toute moralité et de toute dignité humaine, les religieux ne peuvent en aucun cas échouer dans leur mission prophétique ».
Dès lors – conclut le Père Zagore – l’appel des Evêques congolais n’est d’aucune manière « une attaque contre le principe de laïcité de l’Etat congolais mais un acte prophétique qui veut combattre l’ensemble des forces de la dictature du pouvoir de la politique ». (DZ/AP) (Agence Fides 17/01/2018)


Partager:
politique


prophétie

eglises locales


conférences épiscopales


droits fondamentaux


démocratie


ordres religieux


mission


evangélisation


société civile