ASIE/LIBAN - Les Évêques maronites : que Dieu bénisse la visite du Pape François au Liban

mercredi, 6 avril 2022 proche-orient   eglises orientales   françois   dialogue   oecuménisme   zones de crise  

Bkerké (Agence Fides) - Les Évêques maronites "expriment leur joie à la nouvelle de la visite du Pape François au Liban, inscrite à l'agenda du mois de juin prochain". Ils le font à l'issue de la rencontre qui les a vus se réunir dans la matinée du mercredi 6 avril au siège patriarcal de Bkerké, sous la présidence du Cardinal Béchara Boutros Raï, Patriarche au siège. Dans l'attente des détails du programme officiel de la visite papale, les Évêques de l'Eglise maronite - lit-on dans le communiqué publié à l'issue de la rencontre - " demandent à Dieu de la bénir, et de réaliser tous les désirs du Pape François pour le bien du Liban et de tous les Libanais ".
La nouvelle de la prochaine visite papale au Liban a été diffusée mardi 5 avril sur Twitter par le bureau du président libanais Michel Aoun. Les Libanais, souligne le chef de l'Etat dans un communiqué publié par le palais présidentiel, attendaient cette visite depuis longtemps pour exprimer leur gratitude pour l'attention que Sa Sainteté porte au Liban, pour le remercier des initiatives qu'il a prises pour le pays et des prières qu'il a offertes pour sa paix et sa stabilité". Dans la soirée du mardi 5 avril, le directeur du Bureau de presse du Vatican, Matteo Bruni, répondant à certains journalistes sur un éventuel voyage imminent du pape au Liban, a déclaré qu'une telle éventualité était "une hypothèse à l'étude". Des personnes proches de la présidence libanaise indiquent les dimanche 12 et lundi 13 juin comme dates possibles pour la visite papale au Liban.
Le Liban traverse une phase de crise économique et sociale aux effets désastreux sur la vie quotidienne des Libanais, à qui beaucoup rappellent les souffrances collectives vécues pendant les années atroces de la guerre civile. Le scénario politique au Liban est rendu encore plus incertain et turbulent par l'approche des élections parlementaires, prévues pour le 15 mai. Dans la déclaration publiée aujourd'hui, les Évêques maronites rappellent également l'urgence de choisir des représentants appropriés et compétents à envoyer au Parlement, qui seront en mesure de confirmer et de mettre en œuvre le plan de renaissance et de réforme économique nécessaire pour le pays.En octobre, des élections pour le nouveau chef d'État doivent également avoir lieu au Liban. Michel Aoun, qui s'apprête à terminer son mandat présidentiel, a été reçu au Vatican par le Pape François le 22 mars.
Ces derniers temps, le Pape François a réitéré à plusieurs reprises son intention de se rendre au Liban. Le 4 août, un an après la désastreuse explosion qui a dévasté le port de Beyrouth, l’Évêque de Rome, à la fin de l'audience générale, a déclaré aux Libanais que "mon désir de venir vous rendre visite est grand, et je ne me lasse pas de prier pour vous afin que le Liban redevienne un message de fraternité, un message de paix pour tout le Moyen-Orient". Le 1er juillet 2021, le Souverain Pontife avait également convoqué une Journée de prière et de réflexion pour le Liban, en accueillant au Vatican les Patriarches et Chefs d'Eglises présents au Pays du Cèdre.
Malgré la grave crise systémique que traverse le pays, la coexistence entre les 18 confessions religieuses qui composent la mosaïque libanaise n'a pas été sérieusement affectée par les conflits sectaires qui ont déchiré la Syrie voisine et d'autres pays du Moyen-Orient comme l'Irak au cours de la dernière décennie. La coexistence quotidienne entre les différentes composantes chrétiennes et musulmanes de la société libanaise est toujours en danger, mais le souvenir tragique des années de guerre civile - qui a également vu des chrétiens tuer d'autres chrétiens, et des musulmans tuer d'autres musulmans - semble avoir semé dans l'âme de nombreux Libanais de puissants anticorps qui résistent aux pressions de ceux qui voudraient réduire les différentes identités confessionnelles à des drapeaux idéologiques de fronts luttant pour le pouvoir. Aujourd'hui, l'identité plurielle du Liban pourrait trouver une nouvelle inspiration dans les voies de la fraternité également suggérées par le Pape François avec le Document d'Abu Dhabi, avec le voyage en Irak et la rencontre avec l'Ayatollah Ali al Sistani et avec l'encyclique Fratelli Tutti. (GV) (Agence Fides 6/4/2022)


Partager: