ASIE/IRAQ - Le Synode de l'Église assyrienne de l'Orient se réunit pour élire un nouveau Patriarche

mardi, 7 septembre 2021 proche-orient   eglises orientales   oecuménisme   zones de crise     théologie  

Erbil (Agence Fides) - L'Assemblée Synodale de l'Église assyrienne de l'Orient s'est ouverte lundi 6 septembre 2021, convoquée pour élire un nouveau Patriarche. Le synode électif se tient à l'église assyrienne de Saint-Jean-Baptiste à Ankawa, une banlieue d'Erbil habitée principalement par des chrétiens. La réunion a débuté par un discours du patriarche démissionnaire Gewargis III Sliwa, qui avait déjà démissionné de la fonction patriarcale en février 2020 pour des raisons de santé. Après son discours, les 15 évêques assyriens présents ont entamé des sessions à huis clos pour élire le nouveau Patriarche.
Mar Gewargis III Sliwa avait annoncé son retrait de la fonction patriarcale dans une lettre envoyée à tous les Evêques assyriens le 3 février 2020 (voir Fides 21/2/2020). Dans cette lettre, Mar Gewargis a signalé que son état de santé s'améliorait, après les graves problèmes de santé qui l'avaient affecté en décembre 2019 lors d'un séjour en Allemagne. En même temps, la détérioration même de sa condition physique, ajoute le Patriarche dans sa lettre, l'avait amené à réfléchir profondément sur son incapacité à exercer adéquatement les fonctions liées à la "tâche sublime" qui lui avait été confiée. Pour cette raison, en toute liberté et après une profonde réflexion et prière, le Patriarche Gewargis avait décidé de renoncer à la fonction patriarcale et aux devoirs qui y sont liés. Le synode électif pour élire le nouveau Patriarche de l'Église assyrienne de l'Orient avait été convoqué en première instance à Erbil du 22 au 27 avril 2020, avec un communiqué envoyé à tous les Évêques par Mar Awa Royel, évêque assyrien de Californie et Secrétaire Général du Saint-Synode assyrien. Puis, avec le déclenchement de la pandémie, les différentes vagues d'infections Covid-19 ont provoqué le report des procédures électorales visant à donner un nouveau patriarche à l'Église assyrienne d'Orient.
Gewargis Sliwa est né le 23 novembre 1941 à Habbaniya, en Irak. Il a terminé ses études d'abord à Bagdad, puis aux États-Unis. Il a été ordonné prêtre en juin 1980 et est devenu archevêque métropolitain pour l'Irak en 1981. Le Synode de l'Église assyrienne de l'Orient l'a choisi comme nouveau patriarche le 16 septembre 2015 (voir Fides 21/9/2015). En tant que métropolitain d'Irak, de Jordanie et de Russie, Gewargis était le seul candidat à la fonction patriarcale qui résidait encore sur le territoire irakien.
Le siège patriarcal assyrien, suite à l'exil du Patriarche Mar Eshai Shimun XXIII, avait quitté le Moyen-Orient depuis 1933 et se trouvait à Chicago, aux États-Unis, depuis 1940. Pendant les années de la charge patriarcale de Mar Gewargis, le siège patriarcal de l'Église assyrienne de l'Orient est retourné au Moyen-Orient et a été situé à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien. Mar Gewargis III a succédé au Patriarche Mar Dinkha IV, décédé en mars 2015 aux États-Unis, après un mandat patriarcal de 39 ans.
L'Église assyrienne de l'Orient n'a jamais eu de conflits théologiques et dogmatiques directs avec l'Évêque de Rome. Le dialogue théologique entre l'Église assyrienne et l'Église catholique a officiellement débuté en 1984 et a abouti à la Déclaration christologique commune (DCC) de 1994, qui confesse la foi commune en Christ entre catholiques et assyriens. La théologie et la spiritualité de l'Église assyrienne mettent fortement l'accent sur la nature humaine du Christ.
Lors de sa première rencontre avec le Pape François (photo), qui s'est déroulée à Rome en novembre 2016, Mar Gewargis III avait suggéré que l’Évêque de Rome convoque une réunion des patriarches et des Chefs des Églises d'Orient pour "discuter de la situation au Moyen-Orient, prier ensemble et chercher des solutions aux problèmes". La suggestion du patriarche assyrien a ensuite été effectivement réalisée avec la réunion œcuménique sur le Moyen-Orient convoquée par le Pape François à Bari le 7 juillet 2018. (GV) (Agence Fides 7/9/2021)


Partager:
proche-orient


eglises orientales


oecuménisme


zones de crise


diaspora


théologie