AMERIQUE/CHILI - Discours du Pape aux Evêques chiliens le cléricalisme comme ennemi de la mission

mercredi, 17 janvier 2018 eglises locales   françois   evêques   prêtres   séminaires   laics   cléricalisme  

twitter (@antoniospadaro)

Santiago du Chili (Agence Fides) – « Le cléricalisme est l’une des tentations qui font le plus de mal au dynamisme missionnaire » propre à toute l’Eglise. Il représente « une caricature de la vocation reçue » et se trouve en embuscade lorsque Evêques et prêtres n’ont plus conscience « d’appartenir au peuple de Dieu comme serviteurs, et non pas comme maîtres ». C’est ainsi que le Pape François a décrit les caractéristiques d’une pathologie ecclésiale qui « éteint peu à peu, dans le coeur de vos peuples, le feu prophétique dont l’Eglise tout entière est appelée à témoigner ». Il l’a fait dans le cadre du discours, intense et bref, adressé aux Evêques du Chili dans la Cathédrale de Santiago à la fin de l’après-midi du 16 janvier. « Le cléricalisme – a ajouté le Pape citant la Constitution apostolique Lumen gentium - oublie que la visibilité et la sacramentalité de l’Eglise appartiennent à tout le peuple de Dieu et pas seulement à quelques personnes élues et éclairées ». La mission apostolique – a réaffirmé le Successeur de Saint Pierre – « est de toute l’Eglise et non pas du prêtre ou de l’Evêque et cette levée de cette caractéristique propre de la vocation missionnaire de l’Eglise « restreint l’horizon et, ce qui est pire, entrave toutes les initiatives que l’Esprit peut insuffler parmi nous ». Le Pape a indiqué les formes concrètes prises par le cléricalisme, qui conditionnent les rapports entre le clergé et les autres membres du peuple de Dieu. « Les laïcs – a affirmé le Pape - ne sont pas nos ouvriers, ni nos employés. Ils ne doivent pas répéter comme des ‘‘perroquets’’ ce que nous leur disons ». Les antidotes au cléricalisme – suggérés eux aussi par le Pape – doivent être cultivées avec un soin particulier dans les Séminaires, au cours du temps de formation des futurs prêtres. « Les séminaires doivent tout mettre en oeuvre pour que les futurs prêtres soient capables de servir le saint peuple fidèle de Dieu, en reconnaissant la diversité des cultures et en renonçant à la tentation de toute forme de cléricalisme. Le Prêtre est ministre de Jésus-Christ : le protagoniste qui se rend présent dans tout le peuple de Dieu ». Les prêtres de demain – a ajouté le Pape – « doivent se former en regardant demain : leur ministère se déroulera dans un monde sécularisé et donc, exige de nous, pasteurs, de discerner comment les préparer à exercer leur mission dans cet environnement concret et non dans nos “mondes ou situations idéalisés” ». C’est pourquoi il faut demander « à l’Esprit Saint le don de rêver et de travailler pour une option missionnaire et prophétique qui soit capable de tout transformer, afin que les habitudes, les styles, les horaires, le langage et toutes les structures ecclésiales deviennent un canal adéquat pour l’évangélisation du Chili plus que pour une auto préservation ecclésiastique. N’ayons pas peur de nous défaire de ce qui nous éloigne du mandat missionnaire ». (GV) (Agence Fides 17/01/2018)


Partager:
eglises locales


françois


evêques


prêtres


séminaires


laics