ASIE/INDONESIE - Plainte pour blasphème déposée à l’encontre d’un responsable islamique par une organisation d’étudiants catholiques

mardi, 10 janvier 2017 islam   jeunes   société civile   fondamentalisme religieux   politique   blasphème   minorités religieuses   liberté religieuse  

Le responsable musulman Habib Rizieq

Djakarta (Agence Fides) - L'Union catholique des étudiants d’Indonésie (Perhimpunan Mahasiswa Katolik Republik Indonesia, PMKRI) a déposé plainte pour blasphème contre un religieux musulman, Habib Rizieq Shihab, responsable du Front des Défenseurs de l’islam (FPI), organisation extrémiste islamique qui, ces derniers temps, a promu des actes d’hostilité et de violence à l’encontre de la minorité chrétienne. Les étudiants catholiques accusent Habib Rizieq d’avoir offensé la foi chrétienne dans un discours vidéo diffusé sur Internet le 25 décembre dernier.
Ainsi que l’a appris Fides, Angelo Wake Kako, étudiant catholique présidant l’Union, a cité Habib Rizieq, Fauzi Ahmad, responsable d’avoir téléchargé la vidéo du discours sur un compte Instagram, ainsi que Saya Reya, lequel a téléchargé la vidéo sur un compte Twitter.
« L’affirmation de Habib Rizieq sur Noël a humilié et blessé les chrétiens » explique Angelo Wake à Fides. « Tous les indonésiens devraient respecter la diversité et les autres religions » a-t-il déclaré. Habib Rizieq est accusé d’avoir violé l’article 156 (a) du Code pénal, qui prévoit le délit de blasphème et la peine associée à ce dernier, à savoir un maximum de cinq années de réclusion. Le délit est le même que celui dont est accusé le gouverneur de Djakarta, Basuki "Ahok" Tjahaja Purnama, dont le procès est en cours devant un tribunal du district de Djakarta nord.
Les étudiants catholiques ont réuni une équipe de 149 avocats indonésiens prêts à apporter leur contribution et à leur garantir l’assistance légale dans le cas de blasphème contre Habib Rizieq. La police a ouvert une enquête en la matière, dont les résultats pourraient finir devant un tribunal.
Dans le cadre d’un entretien accordé à Fides, S.Exc. Mgr Harun Yuwono, Président de la Commission épiscopale pour les Affaires œcuméniques et interreligieuses de la Conférence épiscopale indonésienne, fait l’éloge du « courage de l’Union catholique des étudiants » tout en craignant une vive réaction des extrémistes face à une telle accusation qui pourrait être interprétée comme « une hostilité manifeste ». C’est pourquoi l’Evêque exhorte à impliquer d’autres croyants musulmans pour déplorer et stigmatiser les offenses à l’encontre de la foi chrétienne, de manière à « montrer que l’unité et la paix ainsi que l’harmonie interreligieuse de l’Indonésie nous tient toujours à cœur » a-t-il déclaré. « Par exemple, les membres de l’organisation islamique Nahdlatul Ulama (NU) n’apprécient pas l’attitude qui consiste à humilier le Catholicisme et trouble la paix en Indonésie, insultant les religions non musulmanes ».
Dans une situation considérée comme très délicate, le Secrétaire exécutif de la Commission épiscopale pour les Affaires œcuméniques et interreligieuses, le Père Agustinus Ulahayanan, a exhorté les baptisés à la prudence « pour ne pas déclencher un conflit social et religieux et conserver toujours l’unité », à « défendre la justice, la vérité et la diversité dans le cadre pluraliste de l’Indonésie, en respectant les religions et en demandant le respect pour la nôtre ». Après la plainte des étudiants catholiques, le Student Peace Institute (SPI), organisation estudiantine non confessionnelle, qui rassemble des étudiants de toutes les religions, a également déposé plainte devant les autorités de la police, en signalant que « le discours de Habib Rizieq répand des paroles de haine et mine l’harmonie interreligieuse en Indonésie ». (PA-PP) (Agence Fides 10/01/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
islam


jeunes


société civile


fondamentalisme religieux


politique


blasphème


minorités religieuses


liberté religieuse