AMERIQUE/PEROU - Arrivée au Pérou de la marche continentale dénonçant la violence à l’encontre des enfants et des femmes

lundi, 4 mars 2019 enfants   violence   eglises locales   caritas   droits fondamentaux  

Lima (Agence Fides) – Du 1er au 16 mars, la marche « Traces de tendresse » fera étape dans les principales villes du Pérou. Partie du pont international La Tina de Macara, dans le Diocèse de Chulucanas, Piura, en présence de S.Exc. Mgr Fortunato Pablo Urcey, Président de la Caritas du Pérou, et du Secrétaire général du même organisme, Ramiro Mendoza, la marche traversera les centres habités les plus importants de la nation : Piura, Chiclayo, Trujillo, Chimbote, Huacho, Lima, Callao, Mollendo, Chala, Moquegua et Juli. Elle rejoindra ensuite, après 15 jours, la Bolivie, pour continuer son voyage dans le sud du continent.
La marche parcourt en effet l’Amérique latin et les Caraïbes, du Mexique à la Patagonie, pour dénoncer les diverses formes de violence à l’encontre des enfants et des femmes, proposant la tendresse comme chemin pour promouvoir la vie et la dignité des plus petits et des plus jeunes. Selon l’UNICEF, chaque jour, 220 mineurs meurent des conséquences de violence familiale. Conscients de cette situation d’abandon et de violence interpersonnelle et structurelle qui porte atteinte à la vie et à la dignité de tant d’enfants, de jeunes et d’adolescents en Amérique latine, le Conseil épiscopal latino-américain (CELAM), la Caritas Amérique latine et Caribe SELACC, en compagnie de World Vision et de la Fédération internationale Foi et Joie ont promu cette mobilisation sociale à caractère œcuménique.
Selon les informations transmises à l’Agence Fides, les données concernant la violence au Pérou sont inquiétantes. Par exemple, 43,9% des adultes estime qui est nécessaire de reprendre les enfants pour qu’ils comprennent ce que les adultes veulent dire alors que 44% des enfants interrogés ont déclaré que les parents doivent frapper leurs enfants lorsqu’ils se comportent mal. Tout au long de son parcours, la marche promeut des activités de formation dans les lieux traversés, comme la signature du pacte de la tendresse de la part des autorités et des différents représentants sociaux qui s’engagent à lutter contre la violence à l’encontre des enfants. (SL) (Agence Fides 04/03/2019)


Partager:
enfants


violence


eglises locales


caritas


droits fondamentaux