AFRIQUE/ETHIOPIE - Camps remplis entre évacués et famine

vendredi, 8 septembre 2017

Internet

Dolo Odo (Agence Fides) – Le phénomène des évacuations de villages dans le sud-est de l’Ethiopie, à la frontière avec la Somalie, se poursuit sans trêve à cause de la sécheresse extrême. Dans la région somalienne du pays, où la population est d’ethnie somalienne mais de nationalité éthiopienne, se trouvent 264 villages regroupant 577.711 évacués. Ce chiffre remonte au recensement effectué par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) de mai à juin de cette année.
« Pour ceux qui ont perdu toute source de revenu, la seule solution consiste à se rendre dans l’un des hôtels mis à disposition par le gouvernement pour satisfaire leur faim et leur soif. Toutefois, les possibilités du gouvernement ne sont pas suffisantes et l’intervention des organismes d’assistance humanitaire est absolument nécessaire » déclare, dans une note parvenue à Fides, une source locale qui préfère conserver l’anonymat.
Les évacués représentent toutefois seulement l’un des défis que la région doit relever chaque jour. En effet, les prévisions estiment que, de juillet à décembre, 2,5 millions de personnes auront besoin de denrées alimentaires et, selon les agences humanitaires, ce chiffre pourrait avoir déjà dépassé les 3,3 millions à la mi-août. « A cause du manque de fonds, en juin et juillet, nous n’avons pu aider que 1,7 millions de personnes se trouvant dans un état de nécessité dans la région somalienne » a déclaré le porte-parole du Programme mondiale d’alimentation pour l’Afrique orientale. Dans cette région de l’Ethiopie, se concentre une grande partie des 1.056.738 évacués enregistrés par l’OIM dans le pays. Le phénomène des évacués dans cette zone est associé au conflit interne et aux désordres. C’est seulement au cours de cette dernière année que le phénomène a été évoqué. Les camps du nord de Siti, qui se sont étendus durant les famines de 2015 et de 2016 continuent à être pleins.
Les Nations unies estiment qu’en Ethiopie, entre l’Oromie et la Région somalienne, 15 millions de personnes ont urgemment besoin d’aides alimentaires à cause de la sécheresse, sachant que 33% de cette population souffre déjà des effets de la dénutrition sévère à cause de l’insuccès de l’agriculture et de la mort du bétail. La sécheresse est devenue endémique et les terrains meurent lentement. (AP) (Agence Fides 08/09/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network