AFRIQUE/KENYA - Message de la Conférence épiscopale en faveur d’un nouveau scrutin présidentiel pacifique

jeudi, 7 septembre 2017 evêques   elections   justice  

Nairobi (Agence Fides) – « Nous demandons aux kenyans de soutenir l’indépendance, la dignité et l’intégrité de la Cour Suprême et des institutions constitutionnelles même lorsqu’ils ne sont pas d’accord avec leurs décisions » affirment les Evêques du Kenya dans un Message dédié à la situation politique du pays et parvenu à Fides. Les Evêques louent la décision du cartel de l’opposition, la NASA (National Super Alliance), de recourir à la Cour Suprême comme cela est prévu par la Constitution, au lieu d’adresser des appels incendiaires à la population pour contester la victoire du Président sortant, Uhuru Kenyatta, sur son propre candidat, Raila Odinga. Le recours présenté par l’opposition qui contestait des irrégularités, a été accueilli par la Cour Suprême (voir Fides 01/09/2017), ce qui a ainsi provoqué l’annulation des élections et la décision de faire organiser un nouveau scrutin dans un délai de 60 jours. La Commission électorale indépendante (IEBC) a pour sa part fixé au 17 octobre la date de la nouvelle élection.
La décision de la Cour Suprême a cependant suscité de fortes tensions ayant débouché sur des intimidations s’adressant à ses membres. « Nous demandons à ce qu’il soit mis fin à cette intimidation ouverte et aux menaces contre le système judiciaire et la Cour Suprême » indique le Message des Evêques. « Si tout individu peut critiquer n’importe quelle institution avec laquelle il n’est pas en accord, les attaques qui réduisent l’intégrité de la magistrature et de toute autre institution publique doivent cesser ».
Les Evêques se déclarent en outre « préoccupés suite aux menaces faites par la NASA de boycotter les nouvelles élections présidentielles ordonnées par la Cour Suprême dans le cas où son ultimatum ne serait pas respecté ». « D’autre part, nous avons vu les responsables du parti de Kenyatta servir de porte-parole à l’IEBC. De telles actions violent l’indépendance et l’autorité de la Commission » souligne le Message.
R. Odinga a demandé un remaniement de la composition de l’IEBC et une révision du système de votation électronique. Hier, 6 septembre, l’IEBC a annoncé l’introduction de nouveaux membres. Cependant, R. Odinga ne s’est pas encore prononcé sur cette évolution qui semble aller, au moins partiellement, dans le sens de ses requêtes.
Les Evêques se proposent enfin, « avec les autres membres du panel de médiation des responsables religieux du forum multisectoriel, de faciliter des négociations rapides à la demande de l’IEBC pour contribuer à la création d’un consensus et de la confiance en ce qui concerne les préparatifs, les procédures et les actions relatives au déroulement des nouvelles élections présidentielles ». (L.M.) (Agence Fides 07/09/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network