ASIE/BAHREÏN - Le voyage du Pape et l'aventure de suivre le Christ dans le berceau de l'Islam

jeudi, 3 novembre 2022 françois   eglises locales   islam   migrants   mission   fraternité  

par Gianni Valente
Manama (Agence Fides) - Le début du voyage apostolique du Pape François au Royaume de Bahreïn (3-6 novembre) est aussi une occasion propice pour reconnaître les façons surprenantes dont la promesse du Christ ("Je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde") peut briller dans la vie des hommes et des femmes, dans tous les contextes et dans toutes les situations, à travers les vicissitudes de l'histoire.

Une Église qui a prospéré "sans mandat"
Dans les premiers siècles du christianisme, la péninsule arabique a également été atteinte par la passionnante progression missionnaire réalisée en Asie par l'ancienne Église d'Orient, d'ascendance nestorienne. Une aventure dont il reste des traces dans les vestiges d'anciennes églises dispersées également en Arabie saoudite. Au cours des dernières décennies, les flux migratoires ont également amené des millions de chrétiens en quête de travail dans les pays de la péninsule. Ainsi, les nations unies par un ordre politique et social à forte matrice islamique sont devenues le théâtre d'un phénomène singulier de floraison ecclésiale.
Parmi les 1,5 million de résidents actuels du Royaume de Bahreïn, les chrétiens sont plus de 210 000. Les catholiques, selon les données des responsables pastoraux de la région, sont au moins 80 000. Dans toute la péninsule arabique, on compte actuellement plus de deux millions de catholiques, appartenant à des nationalités et des milieux ecclésiaux différents : Indiens, Philippins, Pakistanais, Sri Lankais, Libanais, Jordaniens, Égyptiens, ou originaires de différents pays d'Europe et d'Amérique... Un christianisme multilingue et multirituel, qui a émergé de manière non planifiée, sans l'aide d'aucune campagne de recrutement. Une communauté ecclésiale issue des intérêts vitaux et concrets qui poussent des millions de personnes à quitter leur pays pour chercher un salaire décent dans la péninsule arabique, dans les usines d'extraction de pétrole, sur les chantiers de construction de gratte-ciel en verre et en béton armé, dans les maisons des riches locaux, dans les réseaux de services et d'infrastructures qui ont grandi avec le boom économique de la région. L'effet - imprévu et non désiré - est qu'il n'y a jamais eu autant de chrétiens dans la péninsule arabique qu'aujourd'hui. La communauté catholique bigarrée de Bahreïn - comme les autres dispersées dans la péninsule - partage également une condition de temporalité mobile qui, sous d'autres formes et situations, caractérise la vie quotidienne d'une grande partie de l'humanité, à l'heure de la mondialisation et des grands flux migratoires. Ce qui rassemble la multitude d'expatriés chrétiens vivant dans la péninsule arabique n'est pas l'enracinement dans des traditions ethniques, familiales ou culturelles communes. Ce qui rassemble les personnes, ce sont leurs dynamiques propres - avant tout les dynamiques sacramentelles - qui constituent la source unique et authentique de toute expérience ecclésiale.
Dans les paroisses, fréquentées par des communautés de langues et de rites différents, chaque année à Pâques et à Noël, de nombreux baptêmes et des centaines de milliers de communions sont administrés, tandis que des milliers de jeunes se préparent aux sacrements dans les cours de catéchisme. Parallèlement, l'action éducative des écoles contribue à accroître l'estime générale de la communauté chrétienne.

Le réalisme missionnaire
L'épanouissement des communautés catholiques au Bahreïn et dans la péninsule arabique a également été accompagné et soutenu par le service des missionnaires - religieuses, frères, évêques, prêtres, laïcs - qui, avec un réalisme souple, ont trouvé les moyens d'assurer la pastorale des baptisés tout en s'adaptant au contexte environnemental. L'assemblée annuelle des évêques latins des pays arabes en 2014 avait suggéré aux immigrés catholiques de toujours respecter "la culture et les traditions des pays qui les accueillent". Et les évêques-missionnaires de la péninsule arabique ont toujours fait preuve d'une approche réaliste et non antagoniste vis-à-vis de l'ordre islamique établi, travaillant patiemment et discrètement pour obtenir les permis nécessaires à la construction de nouvelles églises. Face à ceux qui prétendent troquer la construction de lieux de culte chrétiens dans ces pays contre l'équivalent de mosquées construites en Occident, selon la formule du "quid pro quo", l'évêque capucin Paul Hinder (Vicaire apostolique émérite de l'Arabie du Sud et actuel Administrateur apostolique de l'Arabie du Nord) a répété depuis longtemps déjà que "insister sur la réciprocité au sens mathématique ne fonctionne pas". Et même son prédécesseur Bernardo Gremoli (1926-2017), qui est resté à la tête du vicariat apostolique d'Arabie de 1976 à 2015, a insisté sur le fait qu'il fallait être réaliste. Et il ne s'agissait pas de s'accrocher à exiger la réciprocité sur des questions marginales. Le regretté évêque combonien Camillo Ballin, décédé de maladie en avril 2020 alors qu'il était vicaire apostolique d'Arabie du Nord, était du même avis. Aux questions de ceux qui voulaient souligner l'opposition entre le christianisme et l'islam, Mgr Ballin a répondu que dans les pays inclus dans le vicariat qui lui a été confié "il n'y a pas de persécutions en cours", a réaffirmé qu'il n'avait jamais conçu de stratégies pour convertir les musulmans au christianisme, et a rappelé que même dans ces terres la mission consiste "à imiter Jésus".
Le respect du contexte donné caractérise la vie ordinaire de nombreuses communautés ecclésiales au Bahreïn comme dans le reste de la péninsule arabique. Tant de chrétiens implorent la compagnie et le réconfort du Christ au milieu des difficultés et des sacrifices quotidiens, supportant petites et grandes contraintes sans posture antagoniste. Ils savent que les formes de prosélytisme envers les musulmans ne sont pas tolérées. Et que les églises ne peuvent avoir de cloches à sonner ou une croix hissée sur le toit.

Les rives de la bienveillance islamique
Le soin d'éviter les contrastes inutiles avec la mentalité et les appareils politiques locaux a souvent contribué à gagner la condescendance et l'ouverture de sympathie envers les catholiques et leurs évêques de la part des émirs et des autorités qui exercent leur pouvoir dans la péninsule arabique sous des formes très éloignées des modèles occidentaux.
Depuis des décennies, à l'exception de l'Arabie saoudite, les églises sont construites dans la péninsule sur des terrains mis à disposition par les émirs et les souverains, comme cela s'est produit à Bahreïn pour la nouvelle cathédrale Notre-Dame d'Arabie, consacrée le 10 décembre 2021 au cours d'une célébration eucharistique présidée par le cardinal Luis Antonio Tagle (voir Fides 10/12/2021).
Dans l'État de Bahreïn, un émirat devenu royaume en 2002, dirigé depuis le 18e siècle par la famille royale Al Khalifa sous la domination britannique et devenu indépendant en 1971, la charia (loi islamique) est la principale source de législation. La Constitution protège la liberté de conscience et l'inviolabilité des lieux de culte, mais rappelle que ces garanties s'exercent dans le respect des coutumes observées dans le pays. Ainsi, par exemple, les musulmans ne sont pas autorisés dans les faits à se convertir à d'autres religions, même si aucune loi n'a été adoptée pour criminaliser la conversion. Dans ce cadre établi, les souverains de la famille Al Khalifa ont fait preuve d'une bienveillance active envers l'Église catholique et ses communautés. L'église du Sacré-Cœur de Manama, construite en 1939 sur un terrain offert par l'émir de l'époque, a été le premier lieu de culte catholique construit dans les pays du Golfe à l'époque moderne. En 2008, l'actuel roi Hamad Bin Isa Al Khalifa a été reçu à Castel Gandolfo par le pape Benoît XVI, et a invité le Souverain Pontife à effectuer un voyage apostolique dans le Royaume. La même année, le premier ambassadeur bahreïni auprès du Saint-Siège a été accrédité. Treize ans plus tard, le 25 novembre 2021, le roi Hamad lui-même a envoyé un proche collaborateur à Rome pour remettre une invitation officielle au pape François à visiter le Bahreïn (voir Fides 26/11/2021). Dans la lettre d'invitation, le Souverain s'est attardé sur le "rôle fondamental et prépondérant joué par le Pape François dans l'établissement et la promotion du dialogue interreligieux et de la compréhension entre les différentes cultures et civilisations, ainsi que dans la diffusion des valeurs de fraternité humaine et de coexistence entre tous". Le Roi de Bahreïn a également manifesté au Successeur de Pierre son plein consentement au Document sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune - signé le 4 février 2019 à Abu Dhabi par l'évêque de Rome et le Cheikh Ahmed al Tayyeb, Grand Imam d'al Azhar - ainsi que la conviction que sur les principes contenus dans ce texte on peut essayer de construire " un avenir plus prospère pour toute l'humanité ".

La perspicacité des "évêques missionnaires" et le document d'Abu Dhabi
L'adhésion exprimée par les monarques et les hauts fonctionnaires musulmans au Document d'Abu Dhabi confirme que le ton et les contenus de ce texte signé par le Souverain Pontife et le Grand Imam d'Al Azhar ont suscité des résonances singulières et des réactions positives dans les secteurs influents des pays à majorité islamique. Un autre signe que dans ce document visant à favoriser la coexistence et la coopération fraternelle entre chrétiens et musulmans, on retrouve également le réalisme et la perspicacité qui ont caractérisé les récents événements ecclésiaux dans la péninsule arabique. L'approche fondamentale du Document d'Abu Dhabi semble en accord avec la perspicacité pastorale des évêques catholiques qui ont travaillé dans ces pays au cours des dernières décennies. Ce qui a jusqu'à présent fonctionné comme un facteur propice pour faciliter la vie et même la croissance des communautés chrétiennes dans les terres de berceau de l'Islam. (Agence Fides 2/11/2022)


Partager: