AFRIQUE/OUGANDA - Accueil dans le nord du pays de réfugiés provenant du Soudan du Sud

jeudi, 12 octobre 2017

CUAMM

Arua (Agence Fides) – L’Ouganda s’est trouvé, au cours de ces derniers mois, à faire face à un flux de réfugiés hors du commun, des personnes fuyant les tensions et la faim régnant au Soudan du Sud et recherchant la paix et de meilleures possibilités pour leur avenir. Ainsi, à ce jour, ce sont plus d’un million de sud soudanais qui se trouvent dans le pays sur une population totale de 2,7 millions d’habitants, concentrés surtout dans la région du Nil de l’ouest et dans le district de Kiryandongo, zone qui se trouve en première ligne en ce qui concerne l’accueil des sud soudanais fuyant les affrontements et la faim.
En réponse à cette situation d’urgence, a été présenté officiellement à Arua, dans le nord de l’Ouganda, le nouveau projet de Médecins avec l’Afrique CUAMM visant à renforcer le système sanitaire dans ces régions afin de garantir une assistance alimentaire et sanitaire aux mères et aux enfants de la zone, tant à celles et ceux qui font partie de la population résidente que de celles et ceux qui proviennent du Soudan du Sud.
« L’intervention du CUAMM vise à renforcer le système sanitaire, à combattre la malnutrition et à assister les mères et leurs enfants, en faveur de la santé de tous, réfugiés ou non » a déclaré Peter Lochoro, médecin représentant l’ONG dans le pays.
« Six districts sont impliqués pour un réseau de 257 structures sanitaires où la priorité consistera dans la formation et le renforcement des capacités du personnel déjà présent dans les hôpitaux et centres de santé de la zone. Actuellement, sur 1 million de réfugiés, 160.000 sont des femmes enceintes ou allaitant et 564.600 autres sont des enfants de moins de 5 ans » poursuit le Dr. Lochoro dans la note parvenue à Fides.
« Au sein des 19 camps de réfugiés répartis sur zone, le million de personnes accueillies a déjà été dépassé et il est prévu d’ici la fin de cette année la présence de 1,2 millions de réfugiés sud soudanais dans la zone » conclut le médecin.
Le Nil de l’ouest est une région frontalière déjà économiquement défavorisée, où l’augmentation de la population présente de potentiels risques pour la santé des personnes. Le gouvernement ougandais a par suite identifier le besoin de renforcer le système sanitaire de la zone, dans le cadre du plan REHOPE (Refugee and Host Population Empowerment Policy). C’est dans cette direction que va le projet de Médecins avec l’Afrique CUAMM, développé avec l’UNICEF en collaboration avec les autorités locales. (AP) (Agence Fides 12/10/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network