AFRIQUE/RD CONGO - Appel du Clergé séculier de Butembo-Béni

mardi, 25 juillet 2017 groupes armés  

Kinshasa (Agence Fides) – « Nous, Prêtres Diocésains de Butembo-Béni, formant la Fraternité Sacerdotale du Diocèse, réunis autour de notre Evêque diocésain, à l’issue de notre retraite sacerdotale annuelle, avant de regagner nos paroisses et communautés sacerdotales respectives, tenons à exprimer notre extrême indignation face à l’enlèvement de nos confrères Charles KIPASA et Jean Pierre AKILIMALI, dans la nuit du 16 Juillet 2017, aux environs de 21h00, dans la Paroisse Marie Reine des Anges de Bunyuka – à la périphérie de Butembo NDR –, par des inciviques vêtus en uniforme militaire. Nous exigeons leur libération sans condition (voir Fides 18/07/2017).
L’appel aux ravisseurs est contenu dans une lettre diffusée au terme de la retraite spirituelle annuelle du clergé séculier du Diocèse avec son Evêque, S.Exc. Mgr Melchisédech Sikuli Paluku.
Les prêtres dénoncent l’insécurité de la zone « marquée par des incursions nocturnes, des agressions à l’arme blanche et à feu, ainsi que les assassinats, les vols et les viols, qui ont élu domicile dans notre contrée, la résurgence des groupes armés qui, sans compter le nombre des tués, provoquent des déplacements massifs des populations... Ces comportements dévalorisent la vie humaine et désacralisent aussi bien les personnes, les lieux que les objets consacrés. Ce qui est une profanation et un sacrilège ! ».
Dans la lettre, il est rappelé le sang versé par l’Eglise suite à l’action homicide des différents groupes armés qui sévissent sur le territoire diocésain. En particulier, sont rappelés les homicides du Père Romain Kahindo Kyavuyirwe – tué en octobre 2002 – et du Père Christian Mbusa Bakulene (voir Fides 10/11/2010), l’enlèvement des Prêtres assomptionnistes Jean-Pierre Ndulani, Anselme Wasikundi et Edmond Bamutute, enlevés dans leur Paroisse Notre-Dame des Pauvres de Mbau, sise à 22 Km de Beni (voir Fides 22/10/2012) et l’assassinat d’un autre religieux assomptionniste, le Père Vincent Machozi, qui dénonçait depuis des années l’exploitation illégale du Coltan (voir Fides 22/03/2016).
Face à ce nouvel acte de violence vis-à-vis de prêtres, le Clergé de Butembo-Béni s’adresse aux ravisseurs en affirmant que « trop c’est trop ». Après les avoir mis « face à leurs responsabilités », il fait appel « à leur conscience » afin que les Pères Charles Kipasa et Jean-Pierre Akilimali soient relâchés vivants de manière à pouvoir poursuivre leur mission pastorale ». (L.M.) (Agence Fides 25/07/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network