ASIE/INDE - Etre donneur d’organes, un service rendu à Dieu et à l’humanité

lundi, 2 janvier 2017

Bombay (Agence Fides) – L’Evêque auxiliaire de Bombay, S.Exc. Mgr Agnelo Gracias, 77 ans, a décidé de donner ses organes après sa mort. Cette tendance a énormément progressé au sein de la communauté chrétienne. Les prêtres, religieux et fidèles disposés à donner leurs organes en cas de mort cérébrale, condition obligatoire pour l’explantation, sont toujours plus nombreux. « J’ai pensé qu’il me plairait être utile à l’humanité et j’ai communiqué à ma famille mon intention de donner mes organes après ma mort – a expliqué l’Evêque. Si quelqu’un peut voir au travers de mes yeux ou utiliser un de mes reins pour vivre plus longtemps, je crois que cela serait un service rendu à Dieu » a-t-il ajouté. Ainsi que l’a appris Fides, l’Evêque a promu la pratique de la donation d’organes en écrivant dans les revues locales afin d’encourager la communauté, en en parlant dans le cadre des cours destinés aux liturgistes et de conférences. Selon l’Evêque, il est bien que croisse la conscience au sein de la communauté chrétienne du fait qu’il « est possible de servir Dieu et l’humanité y compris après la mort ».
En octobre 2014, le Pape François a évoqué le don d’organes comme « témoignage d’amour » et Mgr Gracias a utilisé ces termes pour amplifier le message, rappelant que l’Archevêque de Mumbai, S.Em. le Cardinal Oswald Gracias, est lui aussi donateur.
En 2016, à Bombay, ont eu lieu 58 donations d’organes ayant bénéficié à 91 patients affectés d’insuffisance rénale, à 58 personnes souffrant d’insuffisance hépatique chronique et à 34 patients ayant des problèmes cardiaques. (PA) (Agence Fides 02/01/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network