ASIE/IRAQ - Impasse politique et parlement occupé. Le Patriarche Sako : le système de quotas sectaires a échoué

mardi, 2 août 2022 proche-orient   eglises orientales   chiites   zones de crise   sectarisme   géopolitique  

Bagdad (Agence Fides) - Les blocs politiques irakiens doivent entamer une table de concertation nationale pour mettre fin à l'impasse institutionnelle qui paralyse le pays, avant qu'"un tsunami ne nous emporte tous". Le cardinal Louis Raphael Sako, Patriarche de l'Église chaldéenne, utilise une image extrême et dérangeante pour tirer la sonnette d'alarme sur la nouvelle phase de chaos politique qui enveloppe sa nation. Les militants de la coalition politique dirigée par le leader chiite Moqtada al Sadr ont occupé le Parlement dimanche 31 juillet, où les parlementaires élus lors des élections du 10 octobre ne sont pas encore parvenus à un accord sur l'élection d'un nouveau président et la formation d'un nouveau gouvernement. L'acte de force des militants sadristes a été répliqué par les militants des partis chiites pro-iraniens, qui ont organisé des manifestations et des sit-in permanents dans les environs du Parlement occupé le lundi 1er août. Les analystes et les commentateurs partagent l'inquiétude que la remise pourrait dégénérer en de violents affrontements entre milices armées et en un chaos de guerre civile.
"Le pays est dans une phase incandescente, marquée par l'impasse du cadre politique et la descente dans la rue des chômeurs et des pauvres. Le scénario est effrayant, et les retards ne peuvent être tolérés. Les dirigeants politiques, mais aussi les autorités religieuses, doivent remédier à la situation, avant qu'un tsunami ne s'abatte sur nous tous" , remarque le Patriarche Sako dans un appel lancé dimanche 31 juillet depuis la résidence d'été patriarcale d'Ankawa, dans la banlieue d'Erbil.
Dans son appel, le cardinal irakien demande à tous de supprimer les raisons profondes et structurelles qui alimentent le chaos dans le pays, et de reconnaître avant tout l'échec du système politique fondé sur la répartition des fonctions politiques et institutionnelles sur une base sectaire. L'approche sectaire et le soi-disant "système de quotas", a souligné le patriarche chaldéen, ont engendré "corruption et injustice". Il est nécessaire de trouver de "nouvelles approches et de nouveaux moyens" pour concevoir un système politique efficace, dans lequel les institutions sont mises au service du peuple, et non d'intérêts partisans.
Les élections législatives du 10 octobre 2021 avaient vu une nette affirmation de l'alliance électorale dirigée par Muqtada al Sadr, qui avait obtenu 73 des 329 sièges disponibles au Parlement. En revanche, le poids parlementaire des partis chiites pro-iraniens avait été réduit, et ils avaient fortement contesté les résultats. Après des mois d'impasse politique, au cours desquels des vetos croisés avaient empêché l'élection d'un nouveau président et la formation d'un nouveau gouvernement, la coalition sadriste a retiré ses représentants élus de l'Assemblée parlementaire l'année dernière, mobilisant la masse de ses militants - principalement des chiites des quartiers pauvres de Bagdad et de tout le sud de l'Irak - pour demander de nouvelles élections et empêcher les rivaux chiites pro-iraniens - dirigés par l'ancien premier ministre Nouri al-Maliki - de former un gouvernement.
L'occupation du parlement par les militants sadristes visait précisément à empêcher l'élection du chiite Mohammed al-Sudani, lié à al-Maliki, au poste de Premier ministre. En Irak, la division ethnique-confessionnelle des fonctions institutionnelles, imposée après le renversement du régime de Saddam Hussein, exige que le chef de l'État soit choisi parmi les représentants politiques kurdes, tandis que le président du Parlement doit être un sunnite et le Premier ministre un chiite.
(GV) (Agence Fides 2/8/2022)


Partager:
proche-orient


eglises orientales


chiites


zones de crise


sectarisme


géopolitique