ASIE/MYANMAR - Violences de l'armée birmane contre des civils : un pasteur baptiste tue

mercredi, 22 septembre 2021 droits fondamentaux    

Hakha (Agence Fides) - La violence et la vengeance de l'armée birmane frappent des civils innocents sur tout le territoire de la nation. Comme l'a appris Fides, le 18 septembre, la ville de Thang Tlang, l'une des neuf villes de l'État birman de Chin, dans l'ouest du Myanmar, a été incendiée par l'armée du Myanmar. Quatre-vingt pour cent des quelque dix mille habitants ont fui vers les forêts, les villages voisins ou la frontière indienne. "Nous n'oublierons jamais cette tragédie", disent les habitants de la ville, qui se trouve sur le territoire du diocèse catholique de Hakha.
Cung Biah Hum, un pasteur chrétien de la dénomination baptiste, qui tentait de maîtriser les flammes, a été abattu. Le pasteur baptiste, tout en travaillant pour éteindre les incendies, a prié le Seigneur d'envoyer de fortes pluies sur la ville. Il a été tué en faisant ses prières. Comme l'a confirmé à Fides la Convention baptiste chinoise (CBC), le pasteur, qui dirigeait l'Église baptiste centenaire de Thantlang (TCBC), est mort en essayant de sauver la ville, tandis que l'armée se livrait à des actes cruels, créant des milliers de personnes déplacées. Selon la CBC, les militaires ont également coupé le doigt du pasteur pour en extraire sa bague en or et lui ont volé son téléphone portable et sa montre.
Ces derniers jours, plus de dix villages ont été incendiés par les militaires, qui se comportent de manière violente et cruelle envers les civils birmans. Le père David Hmung, un prêtre local, qualifie ces actions d'"inhumaines et lâches". Derrière ces actes se cache la vengeance orchestrée par l'armée, organisée après que les Chinland Dfecnce Forces, des milices de résistance, ont attaqué le camp militaire du village de Lung Ker, près de la frontière avec l'Inde, au cours de la première semaine de septembre, tuant 15 soldats.
Parmi les violences perpétrées par le Tatmadaw (l'armée régulière birmane), une femme catholique, Mary Win, paroissienne de l'église catholique du Sacré-Cœur dans la ville de Hmaw Bi, dans l'Archidiocèse de Yangon, a raconté à Fides que le 14 septembre, les forces militaires et policières ont violemment pénétré dans le complexe de l'église catholique de la ville de Hmawbi. Les militaires avaient reçu une information sur la présence présumée de membres des "Forces de défense du peuple" qui s'étaient réfugiés dans le complexe de l'église et dans la maison du clergé. Les militaires ont pénétré dans le complexe de l'église en escaladant le mur de clôture. Lorsqu'ils sont arrivés à la maison de l'ecclésiastique, ils ont demandé au prêtre présent, le père Stefano, prêtre assistant, pourquoi il n'avait pas allumé les lumières et le prêtre leur a répondu qu'ils étaient dans le noir pour des raisons financières. Après la réponse du prêtre, un soldat s'apprêtait à le frapper, mais un jeune homme a empêché le soldat de le faire. Le jeune homme a ensuite été battu, arrêté et son téléphone portable a été contrôlé, dans lequel on a trouvé des photos de membres de la Ligue nationale pour la démocratie. Les soldats l'ont donc arrêté.
S'adressant à Fides, le père Dominic Teal, prêtre du diocèse, a condamné cette action violente en déclarant que les soldats devaient "respecter le lieu sacré de l'Église et s'abstenir d'attaquer des civils et des prêtres non armés".
(JZ-PA) (Agence Fides 22/9/2021)



Partager: