ASIE/INDE - Nouvelle maison pour les femmes et les enfants des rues à Calcutta

mardi, 19 janvier 2021 femmes   pauvreté   solidarité   charité   instituts religieux   enfants des rues  

Calcutta (Agence Fides) - « Prendre soin, aider et servir les autres sans distinction de caste ou de religion, c'est le chemin pour manifester l'amour de Dieu envers les êtres humains » : c'est en ces termes que Sœur Lucy Kurien, de l'Institut de la Sainte Croix de Chavanod, fait part à l'Agence Fides de l'ouverture d'un nouveau foyer d'accueil destiné aux femmes et aux enfants des rues dans la ville de Calcutta. Depuis 35 ans, la religieuse œuvre en faveur de l'accueil et de la restitution de leur dignité aux femmes et aux enfants. La maison qui vient de s'ouvrir constitue le 50ème centre dépendant de Sœur Kurien – dans les Etats du Kerala, du Maharashtra et du Jharkhand – et le premier situé dans l'Etat du Bengale occidental.
« Nous avons la grâce d'ouvrir notre nouveau centre à Calcutta, où Sainte Mère Teresa, fondatrice des Missionnaires de la Charité, a vécu et œuvré. J'ai été inspirée par elle au cours de ma jeunesse » a déclaré à Fides Sœur Kurien. Durant sa formation, la religieuse avait en effet l'habitude de travailler comme bénévole dans les maisons des Missionnaires de la Charité de Bombay, dans l'ouest du pays. « Les rencontres et les expériences faites avec les Missionnaires de la Charité m'ont marqué profondément et m'ont fait prendre conscience de l'importance du service social et missionnaire en faveur des femmes et des enfants des rues » indique la religieuse.
Sœur Kurien est fondatrice et directrice du réseau humanitaire Maher – littéralement maison de ma mère en langue marathi – qui a son siège à Pune et gère une série de centres destinés à des personnes vivant dan la pauvreté et l'indigence dans différentes parties de l'Inde.
« Maher est reconnaissant à tous nos amis et voisins qui sont venus nous rendre visite et nous ont offert leur aide. Il s'agit d'une initiative encourageante même si la peur du Covid-19 est en nous tous. L'amour peut surmonter toutes les peurs. Nous avons la forte espérance que tout ira bien » a déclaré la religieuse qualifié d’héroïne par nombre de personnes pour avoir arraché à la rue et à la violence des milliers d'enfants des rues en Inde au travers de son organisation Maher.
« Notre centre offre un soutien à 360° - physique, émotionnel, mental et spirituel – à des femmes et des enfants en vue de leur bien-être, de manière à ce qu'ils puissent faire l'expérience de sécurité et de protection, grandir et vivre comme des personnes ayant une dignité et une responsabilité au sein de la société » explique Sœur Kurien. « Notre action continue à aider ces femmes et enfants en difficulté en faisant confiance dans la puissance et la grâce de Dieu. Il s'agit d'une œuvre de miséricorde divine, accomplie grâce à des moyens humains : des personnes de différentes extraction religieuse et de différentes religions sont disposées à aider leur prochain pour le bien commun. Si Dieu le veut, d'autres maisons destinées aux femmes vivant dans les rues et aux enfants indigents ouvriront dans d'autres zones d'Inde » a-t-elle ajouté.
La religieuse est la seule catholique des 20 femmes que le gouvernement indien a honoré en lui décernant le Nari Shakti Puraska, un prix destiné à ceux qui œuvrent en faveur de l'émancipation féminine qu'elle a reçu le 8 mars 2016 pour son exceptionnelle contribution à la société. Ces jours dernier, elle a a été qualifié de l'une des cent personnes ayant le plus influencé le monde au cours de la crise pandémique de 2020 par la revue autrichienne OOOM. (SD-PA) (Agence Fides 19/01/2021)


Partager:
femmes


pauvreté


solidarité


charité


instituts religieux


enfants des rues