AMERIQUE/VENEZUELA - Exhortation des Evêques à « faire face à la très grave situation du pays »

mercredi, 13 janvier 2021 corona virus   situation sociale   politique   prière   conférences épiscopales  

Caracas (Agence Fides) - La Conférence épiscopale du Venezuela a publié une Exhortation intitulée « Face à la très grave situation du pays » à l'occasion de son Assemblée ordinaire tenue ces jours derniers (voir Fides 07 et 11/01/2021).
« Le monde vit actuellement des moments de turbulence, d'égarement et de malaise à cause de l'actuelle urgence sanitaire. Il s'agit de temps auxquels la prudence, l'articulation des idées et le soin réciproque occupent un rôle décisif au sein de la société » soulignent les Evêques dans le document parvenu à Fides qui porte la date du 11 janvier. « La pandémie de Covid-19 a démontré que, malgré le développement, l'intelligence et la créativité humaine sont limitées... Toutefois, nous avons pu assister à d'importants efforts pour manifester solidarité, service et préoccupation réciproque au travers du professionnalisme et du témoignage de la vocation chrétienne à la sainteté dans la charité ». Un exemple clair se trouve dans les nombreux médecins, infirmiers, opérateurs sanitaires et bénévoles qui ont démontré un fort degré d’héroïsme en assistant les personnes les plus faibles et les contaminés par la pandémie.
Bien que la Constitution du Venezuela dédie son chapitre VI aux droits fondamentaux, poursuivent les Evêques, « ces droits ont été méconnus par ceux-là même qui déclarent les reconnaître ». « Il est bien connu combien la qualité de la vie, l'instruction, la santé et les services de base se sont détériorés : nous souffrons d'une inflation et d'une dévaluation insoutenables qui ont appauvri l'ensemble de la population ». Se référant au phénomène migratoire, ils relèvent que « lorsque les enfants d'une nation décident de la quitter, c'est parce que, tenaillés par la précarité, ils sont arrivés à une situation limite dans laquelle ils n'ont pas d'autre choix que de relever le défi et d'affronter le danger de l'inconnu ».
En ce qui concerne l'installation de l'Assemblée nationale, les Evêques soulignent que « l'installation d'une Assemblée nationale privée de fondement démocratique, au milieu du revanchisme, de la disqualification des responsables de l'opposition, des intimidations et des menaces de persécutions ne contribue pas à résoudre les problèmes du peuple ni à créer la confiance en vue de la reprise du pays ».
L'Episcopat du Venezuela, en parlant au nom de la majeure partie de la population, insiste encore une fois : « le pays a besoin d'un changement radical de guide politique, qui requiert de la part du gouvernement suffisamment de force, de rationalité et d'amour pour le pays pour bloquer cette mer de souffrance du peuple vénézuélien ». En outre, il demandent à ce que soit garantie la liberté d'action des réalités sociales intermédiaires, permettant aux ONG de contribuer à fournir des solutions aux divers problèmes que les communautés doivent affronter.
Les Evêques citent également la prochaine Béatification du Dr. José Gregorio Hernández, qui ne doit pas demeurer dans les annales de l'histoire comme un événement significatif mais comme une occasion de rencontre qui doit avoir un objectif clair : « refonder le Venezuela sur les principes de nationalité s'inspirant de l'Evangile ». Enfin, la Conférence épiscopale du Venezuela proclame une Journée nationale de prière poiur le 2 février. A cette occasion, sera élevée à Dieu une prière afin que « nous puissions résoudre pacifiquement nos conflits dans une société où nous nous reconnaissons les uns les autres comme frères » et que « le pays puisse être renforcé dans la foi et dans l'espérance ». (SL) (Agence Fides 13/01/2021)


Partager:
corona virus


situation sociale


politique


prière


conférences épiscopales