ASIE/BENGLADESH - Appel de chrétiens bengalis en faveur de la remise en liberté en Inde du Jésuite accusé de sédition

jeudi, 3 décembre 2020 jésuites   droits fondamentaux   dalit   marginalisation   violence   société civile  

Dacca (Agence Fides) – Les chrétiens au Bengladesh s'unissent aux chrétiens en Inde pour demander au gouvernement indien la remise en liberté immédiate du Père Stan Lourduswamy SJ, arrêté en Inde pour présumée complicité avec les groupes rebelles maoïstes et accusé de sédition (voir Fides 09, 20 et 26/10/2020). Ainsi que l'a appris l'Agence Fides, la Bangladesh Christian Association (BCA) a écrit une lettre officielle au Premier Ministre indien, Narendra Modi, demandant « la remise en liberté immédiate du Père Lourduswamy ».
La missive, parvenue à Fides et portant la signature du Président de la BCA, Nirmol Rozario, indique : « Nous, communauté chrétienne du Bengladesh, sommes sérieusement préoccupés par la détention du Père Lourduswamy SJ en Inde. Le 8 octobre dernier, le prêtre, âgé de 83 ans, a été arrêté par la National Investigation Agency (NIA) de Ranchi, en Inde. Il se trouve maintenant à la prison centrale de Talaja, Mumbai. Le Père Lourduswamy a été un défenseur inlassable des droits fondamentaux et a œuvré toute sa vie en faveur des pauvres, des dalits, des populations tribales et des marginalisés, suivant l'exemple de Jésus-Christ qui est venu prêcher la Bonne Nouvelle aux pauvres, à proclamer la libération des prisonniers et pour que les aveugles voient, pour libérer les opprimer et proclamer une Année de grâce du Seigneur (cf. Lc 4,18-19) ».
Dans leur lettre, les chrétiens du Bengladesh se déclarent alarmés à cause des conditions physiques du prêtre. « Vu l'âge et les conditions physiques du Père Lourduswamy, cela a constitué un acte brutal que de le garder en prison alors qu'il est pleinement disposé à collaborer à des enquêtes ultérieures. Dès lors nous, membres de l'Association chrétienne du Bengladesh, demandons d'intervenir et de faire relâcher le Père Lourduswamy SJ., restaurant ainsi le respect des droits fondamentaux en tant que priorité pour la nation ». Les responsables de la BCA indiquent vouloir conduire une manifestation pacifique à Dacca en faveur de la libération du religieux, rappelant que, vu son âge et l'absurdité des accusations qui lui sont faites, le gouvernement devrait le libérer immédiatement.
Récemment, une délégation de la BCA conduite par Nirmol Rozario, a rencontré le Haut-commissaire d'Inde au Bengladesh, Vikram Doraiswamy, pérorant la cause de la libération urgente du Père Lourduswamy. (FC-PA) (Agence Fides 03/12/2020)


Partager:
jésuites


droits fondamentaux


dalit


marginalisation


violence


société civile