AMERIQUE/NICARAGUA - Poursuite des aides aux plus pauvres de la part des Paroisses malgré leur situation économique critique

jeudi, 29 octobre 2020 corona virus   pauvreté   zones de crise   economie   politique   eglises locales  

Facebook

Poursuite des aides aux plus pauvres de la part des Paroisses malgré leur situation économique critique

Managua (Agence Fides) – La situation économique au Nicaragua est devenue toujours plus grave suite à la pandémie pour nombre de familles et pour les plus pauvres en particulier mais aussi pour les Paroisses qui vivent des offrandes des fidèles. L'Archevêque de Managua, S.Em. le Cardinal Leopoldo Brenes, a indiqué ces jours-ci au journal La Prensa que « nos 115 Paroisses de l'Archidiocèse de Managua souffrent actuellement toujours plus pour parvenir à payer les services de bases que requièrent les seules infrastructures paroissiales ». « J'ai parlé avec les prêtres – poursuit le Cardinal – et il m'ont indiqué que, même en renonçant à leur salaire, les Paroisses ne parviennent pas à payer les factures d'électricité et d'eau mais qu'elles y parviennent seulement progressivement grâce à l'aide des fidèles bien que nous sachions tous que les coûts des services ont augmenté ».
Malgré cela, « de nombreuses Paroisses n'ont pas interrompu la distribution de denrées alimentaires aux plus pauvres qui, avec cette pandémie, ont été les plus abandonnés » affirme le Cardinal Brenes.
Le Vicaire général de l'Archidiocèse, Mgr Carlos Aviles, a lui aussi déclaré à la presse que les coûts des services avaient augmenté, qu'ils étaient excessifs et que si à cela venait s'ajouter le fait que les églises ont été fermées, de sorte qu'elles n'ont pu recevoir d'offrandes de la part de très nombreux fidèles, la situation des Paroisses est critique.
Ces jours-ci, le Ministre du Trésor public a présenté le Budget à l'Assemblée nationale, mettant en évidence que le pays traverse une forte crise économique. La presse spécialisée a signalé que cette crise remonte à avril 2018, après la répression violente de la part du gouvernement des protestations populaires, un fait qui contraignit de nombreuses entreprises à fermer leurs portes et éloigna les investissements étrangers du pays. Maintenant, à cause de la pandémie, la crise s'est encore aggravée. (CE) (Agence Fides 29/10/2020)


Partager: