ASIE/IRAQ - Déclarations du nouveau Premier Ministre concernant les chrétiens, « l'une des composantes les plus authentiques du pays » dans le cadre d'une visite à Mossoul et dans la plaine de Ninive

vendredi, 12 juin 2020 proche-orient   eglises orientales   migrants   réfugiés   djihadistes   sectarisme  

ankawa.com

Mossoul (Agence Fides) – « Les chrétiens représentent l'une des composantes les plus authentiques de l'Irak et nous sommes attristés de les voir quitter le pays ». C'est en ces termes que le nouveau Premier Ministre irakien, Mustafa al Kadhimi, parlant au nom de l'ensemble du pays, a exprimé son amertume et son appréhension suite à l'exode silencieux qui réduit drastiquement les communautés chrétiennes présentes depuis des millénaires sur le territoire de l'antique Mésopotamie. Les déclarations du Premier Ministre ont eu pour cadre une visite à forte signification symbolique faite à Mossoul et dans la province de Ninive le 10 juin, six ans après la prise de la métropole du nord de l'Irak de la part des miliciens du prétendu « Etat islamique ». Au cours de la visite, le Premier Ministre a rencontré des représentants des Eglises et communautés chrétiennes locales dont S.Exc. Mgr Najib Mikhael Moussa OP, Archevêque chaldéen de Mossoul. Au sein de la délégation accompagnant le Premier Ministre dans son voyage se trouvait également Evan Faeq Yakoub Jabro, récemment nommée Ministre chargée des réfugiés et des migrants (voir Fides 08/06/2020).
Mossoul a constitué de facto la capitale du prétendu « Etat islamique » de 2014 à 2017, avant d'être reprise aux djihadistes par une campagne militaire soutenue au niveau international par les Etats-Unis. Au cours de la bataille pour la prise de la ville, qui a duré 9 mois et dans le cadre de laquelle moururent des milliers de civils, eut lieu un exode ultérieur de centaines de milliers de personnes et les édifices – y compris sis dans la vieille ville – furent en grande partie détruits.
Pour expliquer l'état d'abandon caractérisant actuellement Mossoul, le Premier Ministre, ancien Directeur des Services irakiens ayant accédé à son poste actuel le 7 mai dernier, a mis en cause le dictateur Saddam Hussein et les gouvernements qui se sont succédés après l'invasion du pays de la part de la coalition internationale en 2003. Le nouveau gouvernement irakien, qui bénéficie du soutien explicite de l'Administration américaine, a hérité, selon le nouveau Premier Ministre, « une lourde mission », conséquence de « mauvaise gestion et de corruption ». Au cours de sa visite en province de Ninive, le Premier Ministre s'est également rendu dans la ville de Bartella, à 21 Km à l'est de Mossoul, centre urbain habité en majorité par des chrétiens avant la présence du prétendu « Etat islamique » et dont la population voit croître progressivement l'importance de la composante issue des shabaks, d'origine chiite.
La visite du Premier Ministre à Mossoul et Bartella a offert la possibilité à des représentants chrétiens locaux d'exprimer une nouvelle fois leurs considération et leurs préoccupations quant à la progressive altération des équilibres démographiques en cours dans la plein de Ninive, zone historique de présence des communautés chrétiennes autochtones sur le territoire de ce qui aujourd'hui constitue l'Irak. Une grande partie des chrétiens du cru ayant fui au cours de l'été 2014 face à l'avancée des djihadistes du prétendu « Etat islamique » a trouvé refuge dans la Région autonome du Kurdistan irakien et dans d'autres pays du Proche-Orient ou d'Occident. Maintenant que de partout résonnent des slogans concernant le redémarrage de Mossoul et de toute la plaine de Ninive, le nombre des chrétiens revenus dans cette province demeure faible alors que d'autres composantes, à commencer par les chiites, font preuve de plus d'initiative, en occupant des espace dans les villages et les petites villes vidées par le traumatisme de l'occupation djihadiste et par la campagne militaire qui lui a fait suite afin d'abattre le prétendu « Etat islamique » et de reprendre le contrôle de Mossoul et de l'ensemble de la plaine de Ninive. (GV) (Agence Fides 12/06/2020)


Partager:
proche-orient


eglises orientales


migrants


réfugiés


djihadistes


sectarisme