ASIE/INDE - Prière et Adoration eucharistique après la profanation du Très Saint Sacrement à Bangalore

mercredi, 22 janvier 2020 droits fondamentaux   liberté religieuse   extrémisme   violence   minorités religieuses   persécutions  

Bangalore (Agence Fides) – Le 24 janvier, l’ensemble de la communauté diocésaine de Bangalore « est appelée à faire pénitence et à vivre une prière particulière avec des veillées d’Adoration eucharistique en réparation de l’action sacrilège et ignominieuse ». Tel est le message diffusé par S.Exc. Mgr Peter Machado, Archevêque de Bangalore, après le vol et la profanation du Très Saint Sacrement intervenus dans une Paroisse de l’Archidiocèse. Ainsi que cela a été communiqué à Fides, le vol est intervenu en l’église Saint François d’Assise de Kengeri dans la nuit du 20 janvier. Le Père Sathish Kumar OFM Cap., Curé de la Paroisse, a déposé plainte auprès de la police locale et une enquête est en cours. « Non seulement je suis terriblement choqué mais aussi profondément attristé. Ce sacrilège accompli à l’encontre de notre Seigneur et Sauveur est source de grande préoccupation non seulement pour les Paroissiens de Saint François d’Assise mais influent aussi sur les sentiments religieux de nous tous, au sein de l’ensemble de l’Archidiocèse » a écrit l’Archevêque dans une note parvenue à Fides.
Au cours des 19 premiers jours de janvier et donc de l’année, 17 épisodes de violence à l’encontre des chrétiens en Inde ont été signalés, affirme le United Christian Forum (UCF), sur la base des plaintes déposées par le biais d’une ligne téléphonique d’assistance activée par l’organisation et documentant les cas de violence à l’encontre d’églises et de chrétiens en Inde.
« Un pasteur a été arrêté. Une agression physique a eu lieu alors que certaines activités religieuses ont été bloquées par les autorités » a déclaré à Fides A.C.Michael, un responsable de l'UCF.
John Dayal, journaliste catholique et activiste pour les droits fondamentaux, a déclaré à Fides : « La violence a lieu alors que la nation voit les minorités religieuses être discriminées au travers de mesures législatives telles que le Citizenship Emendament Act (CAA), le National Register of Citizens (NRC) et le National Population Register (NPR). Il existe un état d’impunité et une campagne de haine qui accompagnent et aggravent ces phénomènes ». (SD) (Agence Fides 22/01/2020)


Partager:
droits fondamentaux


liberté religieuse


extrémisme


violence


minorités religieuses


persécutions