AMERIQUE/VENEZUELA - Examen de la réalité ecclésiale et sociopolitique de la part de l'Assemblée de la Conférence épiscopale

jeudi, 9 janvier 2020 situation sociale   politique   pauvreté   faim   conférences épiscopales  

Twitter

Examen de la réalité ecclésiale et sociopolitique de la part de l'Assemblée de la Conférence épiscopale

Caracas (Agence Fides) – Alors que se déroule l'Assemblée plénière ordinaire de la Conférence épiscopale du Venezuela (CEV), les 41 Evêques des différentes Circonscriptions ecclésiastiques du pays ont publié un fort communiqué concernant l'autonomie de l'Assemblée nationale et sur les faits de ces derniers jours. "Le 7 janvier, le peuple vénézuélien a été témoin d'un abus de pouvoir... Il s'agit d'une nouvelle expression de l'idéologie totalitaire de ceux qui détiennent le pouvoir politique. Ils ont promu la non reconnaissance de l'autonomie de l'Assemblée nationale légitime" peut-on lire dans le document des Evêques parvenu à l'Agence Fides.
"Il s'agit d'un coup dur porté à l'Institution de l'Etat - continue le texte - tout vise à conserver le pouvoir et à ne pas générer de processus pour le bien de la société". "Nous condamnons de qui s'est passé et, en tant que citoyens vénézuéliens, nous demandons le respect de l'Assemblée nationale, seule institution politique élue par le peuple en 2015". "En tant que Pasteurs, nous demandons d'agir en faveur du bien commun du peuple, frappé par une profonde crise qui dévalue sa dignité" conclut le texte qui porte la date du 8 janvier.
L'Assemblée de la CEV s'est ouverte le 7 janvier près l'Université catholique Andres Bello (UCAB) par un discours d'accueil de S.Exc. Mgr José Trinidad Fernández, Evêque auxiliaire de Caracas et Secrétaire général de la CEV, lequel a présenté les thèmes à l'ordre du jour de l'Assemblée qui s'achèvera le 12 janvier. S.Exc. Mgr Mario Moronta, Evêque de San Cristóbal et Premier Vice-président de la CEV, a par suite lu le discours d'ouverture écrit par S.Exc. Mgr José Luis Azuaje, Archevêque de Maracaibo et Président de la CEV, absent pour raisons de santé.
Le discours est réparti en deux parties fondamentales, la partie ecclésiale - Aspects ecclésiaux globaux importants - et la partie sociopolitique - Une réalité qui frappe l'âme du vénézuélien.
Entre autres choses, ont été signalées "des situations moralement intolérables" dans lesquelles "la violence institutionnalisée" s'accompagne de "mensonges et de paroles manipulatrices". Les statistiques concernant les conditions de vie dans le pays montrent un scénario en détérioration progressive. La pauvreté est en augmentation et les données relatives à l'accès au travail sont toujours plus négatives. La carence alimentaire est en outre une réalité dramatique pour 87% des familles vénézuéliennes. (CE) (Agence Fides 09/01/2020)


Partager:
situation sociale


politique


pauvreté


faim


conférences épiscopales