ASIE/SRI LANKA - Cinquantenaire de la Caritas du Sri Lanka, « au service du visage souffrant du Christ »

mardi, 25 septembre 2018 caritas   charité   evacués   paix   guerres   aides humanitaires   droits fondamentaux  

Colombo (Agence Fides) - La Caritas du Sri Lanka fête ses 50 premières années d’activité au service des pauvres, des marginalisés et de la paix. Ainsi que l’a appris Fides, l’organisme a apporté une contribution importante à la paix et au développement au cours de la période de la guerre civile. En quelques trente années de conflit, des milliers de personnes ont été des victimes innocentes d’une guerre. Ces derniers ont perdu maisons et moyens de subsistance, souffrant de deuils, ou à cause de handicaps provoqués, de traumatismes et d’évacuations forcées. « Comme conséquence, des milliers de familles ont été détruites » a déclaré à Fides le Père Mahendra Gunatilleke, Directeur national de la Caritas du Sri Lanka. Selon lui, la Caritas du Sri Lanka a exercé son ministère de multiples manières parmi ceux qui ont connu d’immenses souffrances à cause de la guerre. « La guerre s’est achevée en mai 2009, laissant un sillage de destruction de vies et de propriétés et de profondes lacérations de la dignité humaine. La Caritas du Sri Lanka, soutenue par sa vaste expérience dans le domaine de la réconciliation et de la reconstruction, soutenue par la Caritas Internationalis, a réalisé avec succès de nombreux programmes au profit de ces personnes » poursuit-il.
L’Eglise dans le nord de l’île, où se trouvaient les bases des rebelles tamouls, a toujours constitué « un point de repère pour le peuple dans ses luttes et ses difficultés » rappelle le Père Gunatilleke. Elle a perdu 10 prêtres dans le nord et l’est de l’île durant la guerre et de nombreux autres portent les signes de traumatismes et de blessures sur leurs corps. Une mention spéciale va au Directeur de la Caritas de Vanni, le Père Wasantha Seelan, qui a subi l’amputation d’une jambe à cause de blessures subies, s’étant trouvé au milieu d’un tir croisé, ainsi qu’à deux membres de l’équipe de la Caritas de Jaffna, qui ont perdu la vie alors qu’ils prêtaient assistance.
De nombreux bénévoles des centres diocésains de la Caritas ont servi le peuple avec dévouement, au prix de souffrances et de dangers. « La Caritas du Sri Lanka reconnaît le visage du Christ souffrant en tous ceux dont elle a pris soin » déclare le Père Gunatilleke.
Grâce à ses partenaires internationaux, la Caritas a fourni une assistance matérielle, des secours, de l’eau et des services hygiéniques et sanitaires, des interventions psychosociales et une assistance éducative, contribuant à maintenir en vie les survivants et à répondre à leurs besoins de base.
Un Centre d’assistance humanitaire spécial de la Caritas a été mis en place à la Ferme Menik, dans le district de Vavuniya pour réaliser un triage des réfugiés de guerre. Des milliers d’hommes, de femmes, de jeunes, d’enfants et d’invalides ont été accueillis dans ce centre, où les bénévoles ont fait un énorme effort pour coordonner les aides. Ce soutien a ouvert la route à la réinstallation progressive des réfugiés dans leurs lieux de vie d’origine. Par la suite, dans les villages où a débuté ce phénomène, la Caritas a œuvré afin de reconstruire infrastructures, maisons et moyens de subsistance.
Au sein des Diocèses d’Anuradhapura, de Batticaloa, de Jaffna, de Mannar et de Trincomalee, ont été fournis des abris temporaires ou de transition à plus de 2.400 familles et des maisons permanentes à 2.500 autres.
« Les cicatrices de la guerre étaient très évidentes sur ces évacués. C’est pourquoi la Caritas a lancé différentes interventions psychosociales afin de surmonter ces traumatismes » conclut le Directeur.
Au cours de ces dernières années, la Caritas a institué 40 Villages de la paix dans les 9 provinces de l’île, des lieux où on continue à œuvrer en faveur de la paix, de la guérison et de la réconciliation en promouvant de forts liens d’amitié entre les participants d’ethnie cingalaise et tamoule. (SD) (Agence Fides 25/09/2018)


Partager: