ASIE/AFGHANISTAN - Réunion de responsables musulmans en Indonésie pour rechercher le chemin de la paix

samedi, 12 mai 2018 guerres   talibans   prétendu "etat islamique"   responsables religieux   islam   islam politique   zones de crise   groupes armés   terrorisme   paix  

Djakarta (Agence Fides) – D’importants spécialistes musulmans provenant d’Afghanistan, du Pakistan et d’Indonésie se sont rencontrés hier, 11 mai, à Djakarta, capitale de l’Indonésie, pour discuter et développer un itinéraire visant à sortir du conflit qui, depuis des décennies, ensanglante l’Afghanistan. A la conférence trilatérale des oulémas organisée par le gouvernement indonésien, des spécialistes et des responsables religieux des trois pays ont discuté des différents défis à relever face au concept de « guerre sainte » promu par les talibans comme moyen pour libérer le pays de la coalition conduite par les Etats-Unis.
Les participants espèrent pouvoir persuader les talibans à s’asseoir à une table de négociation avec le gouvernement, alors qu’ils conduisent, depuis leur éviction du pouvoir en 2001 de la part de la coalition internationale, une rébellion armée sanglante.
Le conflit en Afghanistan n’a pas seulement des raisons politiques mais est également provoqué, selon les participants, par les différences entre les courants et les sectes liés à l’islam qui est religion d’Etat en Afghanistan. Dans ce cadre, le rôle des oulémas peut être important et dans cette perspective, la rencontre entre les responsables religieux de Djakarta peut constituer une manière pour apporter une contribution à la construction de la paix. Les responsables religieux islamiques en Afghanistan et au Pakistan ont la possibilité de connaître de près la situation de l’Indonésie et d’observer le rôle et la position des oulémas indonésiens en ce qui concerne le maintien de la paix sociale et religieuse dans ce pays en majorité musulman.
Les talibans ont qualifié la conférence en question de non islamique et exhorté les spécialistes islamiques de s’abstenir d’y participer. Cependant, une prise de position de responsables religieux islamiques contre les talibans et leurs tactiques extrémistes pourrait les priver de la légitimité religieuse. Selon Borhan Osman, analyste afghan du Centre d’Etudes International Crisis Group, « une discussion sur la dimension religieuse de la guerre en Afghanistan n’a pas de précédents. L’idée du gouvernement afghan d’obtenir une fatwa de la part des oulémas permettant de délégitimer la lutte des talibans, qui invoquent la djihad, n’a jamais été réalisée jusqu’ici » a-t-il affirmé.
Selon des données fournies par la Mission des Nations unies en Afghanistan, au cours du premier trimestre 2018, plus de 700 civils ont été tués et près de 1.500 blessés dans le cadre d’une série d’explosions et d’attaques suicides perpétrés para les talibans et le prétendu « Etat islamique ». Ce nombre si élevé de victimes civiles rend le résultat du processus de paix incertain, surtout parce que les talibans considèrent le gouvernement afghan comme « un fantoche » aux ordres des forces américaines.
Selon les observateurs, pour lancer un véritable chemin de paix en Afghanistan, les talibans devraient accepter un cessez-le-feu immédiat, nommer un envoyé et une équipe de négociateurs et entreprendre des colloques directs avec les autorités afghanes et américaines. (SD) (Agence Fides 12/05/2018)


Partager:
guerres


prétendu "etat islamique"


responsables religieux


islam


islam politique


zones de crise


groupes armés


terrorisme


paix