AFRIQUE/TOGO - Solidarité, compassion et paix pour la population de Mango éprouvée par les affrontements sociopolitiques

mercredi, 11 octobre 2017

Internet

Mango (Agence Fides) – Les affrontements se poursuivent dans la ville de Mango, au nord du Togo, dans le cadre des protestations des partisans de l’opposition qui demandent, depuis des mois, une révision constitutionnelle. Selon ce qu’indique l’édition en ligne de la revue Jeune Afrique, des milliers de personnes sont descendues dans la rue dans différentes villes du Togo mais les incidents les plus graves ont été enregistrés dans la ville de Mango, où les manifestants ont incendié des véhicules et des habitations. Dans différentes autres villes du nord du pays, dont Bafilo et Dapaong, des affrontements ont été enregistrés entre la police et les manifestants.
« L’intervention de S.Exc. Mgr Dominique Banléne Guigbile, Evêque de Dapaong, sur les événements que nous vivons actuellement a été immédiate et en particulier sur ce qui s’est passé à Mango, dans son Diocèse » a déclaré à Fides le Père Silvano Galli, missionnaire de la Société des Missions africaines (SMA).
« Les populations de la ville de Mango et ses environs sont restées profondément choquées, traumatisées et meurtries par cette sorte de guérilla urbaine qui a duré plusieurs jours. Ces évènements malheureux ont fragilisé davantage la paix et la cohésion sociale déjà mises à mal par des tensions sociopolitiques à répétitions enregistrées ces dernières années. Un climat de psychose, de peur, de méfiance et de suspicion s’est installé au sein des populations, compromettant dangereusement leur aspiration fondamentale et légitime à la fraternité et au vivre-ensemble dans le respect de leur diversité » peut-on lire dans le message de Mgr Guigbile.
« En ma qualité de premier responsable du peuple de Dieu qui est dans la Région des savanes, j’exprime la compassion et la solidarité des pasteurs, des fidèles et des communautés chrétiennes de l’Eglise catholique à tous ceux et celles qui ont été touchés par ces évènements. En leur nom et au mien propre, je présente nos sincères et priantes condoléances aux familles éplorées. Tout en souhaitant une prompte guérison aux blessés, nous prions pour le retour rapide des réfugiés dans leurs familles respectives, avec l’espoir qu’ils ne seront pas systématiquement poursuivis. Nous condamnons fermement ces violences aveugles d’où qu’elles viennent et exprimons notre profonde indignation face à cette manière brutale et atroce de se traiter entre concitoyens. Nous en appelons à la conscience de chacun et demandons qu’une justice équitable soit faite aux victimes ; que des innocents ne soient pas punis à la place des vrais coupables ; qu’un traitement humain soit garanti à tous, , dans le respect des droits et de la dignité de la personne humaine » continue l’Evêque.
« Nous invitons enfin les uns et les autres à renoncer à toutes formes de violence pour s’engager résolument dans la voie exigeante de la vérité, du respect de l’autre, de la tolérance, du pardon et de la culture du vivre-ensemble, indispensables à la paix et à la cohésion sociale que tous les Togolais appellent de tous leurs vœux. Oui, il est temps que le « plus jamais ça sur la terre de nos aïeux », (constamment souillée par le sang de ses enfants versé par leurs propres frères et sœurs) se réalise effectivement. Pour ce faire, il faut absolument désarmer nos cœurs des rancœurs destructrices et meurtrières qui minent la vie individuelle et empoisonnent les relations interpersonnelles et sociales. Le caractère sacré de la vie de la personne humaine créée à l’image et la ressemblance de Dieu est une des valeurs fondamentales partagées par tous les togolais quels que soient leurs origines, leurs religions et leurs groupes d’appartenance. Ayons à cœur de préserver ce précieux patrimoine, en étant des constructeurs de paix, des promoteurs de la vie qui l’emporte sur la culture de la violence et de la mort » conclut Mgr Guigbile. (AP) (Agence Fides 11/10/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network