ASIE/INDONESIE - Rencontre entre l’Archevêque de Djakarta et le Président du Parlement pour « contribuer à la coexistence »

lundi, 9 octobre 2017 politique   religion   christianisme   minorités religieuses   droits fondamentaux   justice   paix   dialogue  

Djakarta (Agence Fides) – Contribuer à la coexistence sociale et religieuse et s’engager ensemble – monde politique et communautés religieuses – en faveur de la fraternité entre les différentes âmes et composantes de la société pluraliste de l’Indonésie, tel a été le thème de la récente rencontre entre l’Archevêque de Djakarta, S.Exc. Mgr Ignazio Suharyo, et Zulkifli Hasan, Président de l’Assemblée consultative du Peuple, organe législatif du Parlement au sein du système politique indonésien.
Ainsi que l’a appris Fides, Zulkifli Hasan a déclaré : « Au-delà de toute différence, notre drapeau indonésien, avec ses couleurs rouge et blanche, demeure le même. L’Archevêque et moi sommes tombés d’accord sur le désir et le devoir de recoudre notre drapeau rouge et blanc, qui risque actuellement d’être déchiré à cause de la suspicion et du préjudice réciproque ». Les différences physiologiques présentes au sein de la société indonésienne peuvent être résolues – a-t-il ajouté – « selon des modalités originales propres à l’Indonésie, faites d’hospitalité, de rencontre et de dialogue ».
Mgr Suharyo a remercié Zulkifli Hasan et s’est montré d’accord sur le fait que l’union entre les différentes composantes de la nation est importante et demeure cruciale en vue du progrès et du développement du pays. « Nous devons conserver notre communion. L’armée et la police indonésiennes doivent également travailler de manière solidaire en faveur de notre drapeau rouge et blanc tout comme l’ensemble des autres composantes sociales » a déclaré l’Archevêque, réitérant « l’engagement en faveur de l’égalité et de la prospérité de tous ».
Le Père Benny Susetyo, Conseiller spécial du Comité présidentiel pour le développement du Pancasila, a indiqué à Fides que « la rencontre a été importante pour réaffirmer le travail commun en faveur de la fraternité et de la coexistence. Le Président de l’Assemblée, a le devoir précis de tenir les contacts avec tous les enfants de la nation, c’est-à-dire avec toutes les communautés et les parties de la société. Cela fait partie de l’application du Pancasila ». « Il n’existe donc pas d’autres interprétations valides de cette rencontre » a remarqué le prêtre catholique.
L’Eglise en Indonésie s’est toujours distinguée par la défense du Pancasila, surtout actuellement, au cours d’une phase où le défi constitué par le radicalisme islamique cherche à bouleverser et à polariser la société. Récemment, des groupes radicaux islamiques ont tenté de discréditer les chrétiens indonésiens en affirmant qu’aux vues de la doctrine sur la Très Sainte Trinité, ces derniers ne respectent pas le premier des cinq principes du Pancasila, à savoir la foi en un Dieu unique et qu’ils seraient donc polythéistes.
Quelques 87% des 258 millions d’indonésiens se qualifient de musulmans – en majorité sunnites avec des minorités chiites. Les chrétiens protestants représentent environ 7% de la population, les catholiques 3% et les hindouistes moins de 2%. (PA-PP) (Agence Fides 09/10/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
politique


religion

christianisme


minorités religieuses


droits fondamentaux


justice


paix


dialogue