AMERIQUE/COSTA RICA - Dénonciation de la Pastorale de la Mobilité humaine contre l’indifférence des gouvernements après une augmentation des flux migratoires provenant d’Afrique et d’Asie

lundi, 4 septembre 2017 migrants   violence   politique  
Dénonciation de la Pastorale de la Mobilité humain

cb24.tv

Dénonciation de la Pastorale de la Mobilité humaine contre l’indifférence des gouvernements après une augmentation des flux migratoires provenant d’Afrique et d’Asie

San José (Agence Fides) – Une embarcation transportant des émigrants provenant d’Afrique et de Mongolie a coulé au soir du 1er septembre au large de la côte nord-ouest du Costa Rica, faisant un mort et un enfant disparu selon ce qu’indique le quotidien hondurien El Heraldo. Le nombre précis des migrants se trouvant à bord de l’embarcation ayant fait naufrage à Bahia Salinas, non loin de la frontière avec le Nicaragua, dans le Pacifique, n’est pas connu, a précisé le Ministère de la Sécurité publique du Costa Rica, cité par le quotidien local, La Nación. Selon les gardes-côtes, 17 personnes provenant de Mongolie et de différents Etats africains ont été sauvées alors qu’un adulte est mort et un enfant est porté disparu. Une seconde embarcation proche transportait quant à elle 14 autres migrants. Selon des témoignages, deux trafiquants d’êtres humains qui se trouvaient à bord sont parvenus à s’enfuir.
Ce tragique épisode confirme qu’au cours de ces derniers mois le nombre de migrants provenant d’Afrique et d’Asie qui traversent l’Amérique centrale pour rejoindre les Etats-Unis a augmenté, se comptant maintenant en milliers de personnes. Voici quelques jours seulement, à Tegucigalpa, la Pastorale de la Mobilité humaine de la Conférence épiscopale du Honduras a dénoncé le fait que 727 personnes avaient disparu de 1996 à ce jour alors qu’elles transitaient dans le pays en direction des Etats-Unis, demandant au gouvernement « une plus grande insistance » afin que le Mexique et les Etats-Unis garantissent les droits fondamentaux de ces personnes.
De son côté, l’Institut national de la migration (INM) du Honduras a révélé qu’en 2016, le nombre de migrants privés de documents a augmenté. Ils ont été en tout 26.239 et provenaient d’Haïti, de République démocratique du Congo, du Ghana, de Somalie, d’Erythrée, de Guinée, du Cameroun, du Népal et de République dominicaine. (CE) (Agence Fides 04/09/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network