ASIE/PAKISTAN - Adolescent chrétien tué à l’école pour ne pas s’être converti à l’islam

samedi, 2 septembre 2017 droits fondamentaux   liberté religieuse   liberté de conscience   minorités religieuses   instruction   ecole   islam   extrémisme  

Multan (Agence Fides) – Un grave cas de violence secoue la communauté chrétienne du Pendjab pakistanais. Selon des informations recueillies par l’Agence Fides, Sharon Masih, un adolescent chrétien qui fréquentait l’équivalent du lycée public de Burewala, dans les environs de Multan, au sud du Pendjab, a été tué par ses camarades de classe musulmans qui l’ont malmené à mort le 30 août dernier dans les locaux de l’établissement scolaire. Ainsi que le confirme à Fides Maître Mushtaq Gill, avocat chrétien qui suit le cas, Sharon Masih, un chrétien de 15 ans résidant dans le village Chak-461, a été bloqué par ses camarades qui, au travers d’actes d’intimidation, ont commencé à perpétrer à son égard des violences de plus en plus graves jusqu’à ce qu’ils le frappent à coups de pieds et de poings. Le jeune s’est alors écroulé, sans connaissance. Transporté à l’hôpital de Burewala, sa mort a été constatée.
La police a enregistré une inculpation d’homicide à l’encontre d’Ahmed Raza et d’autres élèves musulmans, remettant le corps de la victime aux parents effondrés. Selon les premiers résultats de l’enquête de police, il semble que le jeune ait été victime de comportements vexatoires, de harcèlements et d’insultes notamment à cause de sa foi chrétienne et que ses camarades aient tenté de le porter à se convertir à l’islam. Le jeune a résisté y compris dans le cadre du dernier épisode de violence qui lui a été fatal. Vues les menaces et les violences déjà subies, le jeune chrétien avait manifesté son intention de changer d’établissement scolaire.
L’épisode met en évidence la discrimination et la violence à l’encontre des minorités religieuses non musulmanes, telles que les hindous et les chrétiens, répandues au sein de la société pakistanaise. « La violence commence sur les bancs des écoles, dans la mesure où les manuels utilisés à partir de l’école primaire instillent chez les élèves la haine et l’intolérance envers les non musulmans » explique à l’Agence Fides Anjum James Paul, enseignant chrétien pakistanais et Président de la Pakistan Minorities Teachers’ Association (PMTA). Il confirme par ailleurs que, « d’un côté les manuels adoptés dans les écoles publiques promeuvent l’islam, les musulmans, la culture et la civilisation islamiques, de l’autre, ils n’hésitent pas à promouvoir le dédain et la haine envers les religions non islamiques, les non musulmans, les cultures et les civilisations non islamiques. Ceci a d’évidentes conséquences négatives sur les esprits des enfants et des jeunes, incite à la violence et nuit à la coexistence pacifique ».
Anjum James Paul poursuit : « Après les informations envoyées au gouvernement de la part de nombreuses organisations telles que la PMTA, quelques changements positifs ont eu lieu s’agissant des manuels, mais beaucoup reste à faire pour que le Pakistan devienne un Etat modéré où règne le respect des droits fondamentaux, de la dignité humaine, de la diversité, de la coexistence pacifique avec les minorités religieuses. L’Etat devrait agir afin de rendre les écoles publiques des lieux où est construite la coexistence pacifique aux niveaux social et religieux. Au Pakistan, les minorités religieuses, telles que les chrétiens, sont encore victimes de l’extrémisme et de la violation des droits fondamentaux ». (PA) (Agence Fides 02/09/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
droits fondamentaux


liberté religieuse


liberté de conscience


minorités religieuses


instruction


ecole


islam


extrémisme