AFRIQUE/NIGERIA - Commentaires du Directeur des Communications sociales du Diocèse de Maiduguri après l’attaque d’une mosquée de la part de Boko Haram

lundi, 17 juillet 2017 terrorisme  

Abuja (Agence Fides) – « Boko Haram est un ennemi de l’humanité et n’hésite pas à tuer des fidèles musulmans. Sa tactique consiste à commettre des délits atroces contre des civils innocents de manière à maximiser l’impact terroriste sur la population ». C’est ce qu’indique à l’Agence Fides le Père Gideon Obasogie, Directeur des Communications sociales du Diocèse de Maiduguri, capitale de l’Etat de Borno, dans le nord du Nigeria, où, ce matin, 17 juillet, une femme a commis un attentat suicide contre une mosquée, tuant au moins 8 personnes.
La mosquée touchée par le groupe djihadiste Boko Haram se trouve dans le quartier London Ciki de Maiduguri. « Au cours de ces derniers mois, Boko Haram a attaqué des lieux plein de monde à Maiduguri et dans ses périphéries, tels que des marchés et des hôpitaux. Le groupe djihadiste attaque les civils notamment parce que ces derniers ont organisé des milices d’autodéfense pour tenter de limiter leurs attaques » déclare le Père Obasogie. Le 13 juillet, un quadruple attentat suicide commis par des femmes avait déjà causé la mort de 19 personnes, la majorité desquelles appartenaient aux milices d’autodéfense.
« Malheureusement, au sein du phénomène Boko Haram se trouvent impliqués des hommes politiques. En l’absence de ces intérêts politiques, Boko Haram ne serait plus un problème depuis bien longtemps déjà » conclut le Père Obasogie. (L.M.) (Agence Fides 17/07/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network