AMERIQUE/REPUBLIQUE DOMINICAINE - Appel de l’Archevêque émérite de Santiago de los Caballeros en faveur de la lutte contre les groupes mafieux favorisant l’immigration illégale

vendredi, 14 juillet 2017
Appel de l’Archevêque émérite de Santiago de los C

Appel de l’Archevêque émérite de Santiago de los Caballeros en faveur de la lutte contre les groupes mafieux favorisant l’immigration illégale

Santiago (Agence Fides) – L’Archevêque émérite de Santiago de los Caballeros, S.Exc. Mgr Ramón Benito de la Rosa y Carpio, a déclaré, dans le cadre d’un bref entretien accordé à la presse locale, que, tant que les groupes mafieux composés de dominicains et d’étrangers qui font des affaires sur le dos des besoins des haïtiens ne seront pas combattus, le problème de l’immigration clandestine continuera à se poser en République dominicaine.
Pour l’Archevêque, les groupes mafieux existent et gèrent des opérations liées au trafic illégal de personnes en provenance d’Haïti. Leur chiffre d’affaires illégal se compte en millions de pesos sur base annuelle et ils parviennent à agir en différents endroits de la frontière entre la République dominicaine et Haïti. A ce propos, dans le texte parvenu à Fides, l’Archevêque a regretté que les grandes nations aient complètement abandonné Haïti et aient laissé un lourd fardeau sur les épaules de la République dominicaine, qui subit actuellement une invasion pacifique d’immigrés clandestins qui arrivent à la recherche de meilleures conditions de vie.
L’Eglise catholique dominicaine s’est toujours démontrée solidaire d’Haïti et ce soutien a été réaffirmé au cours de la dernière réunion des Evêques dominicains au cours de laquelle il a été décidé de continuer à fournir un soutien pastoral à Haïti.
« Entre l’Eglise catholique dominicaine et la Pastorale haïtienne, il existe un grand rapport, dans le cadre duquel sont traités des thèmes tels que le respect et la souveraineté des peuples » a souligné Mgr de la Rosa y Carpio. « Nous devons également rappeler – a conclu l’Archevêque – que la République dominicaine n’est pas comme les grandes puissances qui ont promis et ont disparu par la suite. Nous ne pouvons cependant pas prendre sur nos épaules l’ensemble du fardeau des haïtiens parce que notre pays est petit et que le gouvernement a ses exigences et ses engagements vis-à-vis de la population dominicaine ».
Voici seulement quelques jours, le gouvernement de la République dominicaine s’est vu contraint à réaffirmer sur la presse nationale que les forces de l’ordre veillent aux frontières et à démentir des entrées massives de la part d’haïtiens, comme cela semblerait être le cas sur la base de vidéos diffusées sur les réseaux sociaux. Dans tous les cas, la présence d’haïtiens dans les rues de certaines villes dominicaines est en augmentation, tout comme l’importance de la main-d’œuvre clandestine. (CE) (Agence Fides 14/07/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network