AFRIQUE/CAMEROUN - Réfugiés nigérians poussés au retour au pays par des rapatriements forcés et des violences

vendredi, 14 juillet 2017

Internet

Yaoundé (Agence Fides) – 91.000 personnes ont quitté le Nigeria pour se réfugier au Cameroun, Toutefois, l’hostilité rencontrée pousse nombre d’entre eux à revenir dans leur pays d’origine, au risque de s’exposer aux violences du groupe armé Boko Haram. « Même si les autorités camerounaises démentent toute accusation de rapatriement forcé, de nombreux témoins parlent de villages complètement militarisés : arrestations, assassinats, renvois en direction du Nigeria » indique Radio France International. Différents témoins ont fait mention à la radio de rapatriements forcés mais nombreux sont également les réfugiés qui décident de rentrer chez eux de leur propre gré, en payant 2.500 Francs CFA – soit quelques 4 €uros – pour aller en direction de la frontière nigériane. Le phénomène des rapatriements volontaires est également alimenté par le manque d’informations sur l’état du conflit au Nigeria. Des 91.000 réfugiés présents au Cameroun, un tiers se trouve dans les villages proches de la frontière alors que les autres sont regroupés dans le camp de Minawao, conçu pour comprendre au plus 30.000 hôtes. (AP) (Agence Fides 14/07/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network