AFRIQUE/NIGERIA - Risque de choléra pour plus de 5 millions d’enfants dans la région du Lac Tchad

lundi, 10 juillet 2017

Internet

Abuja (Agence Fides) – Avec l’arrivée de la saison des pluies dans la région du Lac Tchad, plus de 5,5 millions d’enfants risquent de contracter le choléra ou l’hépatite E. A cause des violences perpétrées par Boko Haram, les interventions humanitaires se révèlent difficiles. Selon les responsables régionaux de l’UNICEF en Afrique occidentale et centrale, les pluies vont compliquer la situation humanitaire déjà grave, des milliers d’enfants rendus vulnérables à cause du conflit étant désormais menacés également par des risques de contamination de la part de maladies opportunistes.
L’insécurité rend difficile la distribution des aides humanitaires dans les zones les plus frappées par la faim et par le manque de denrées alimentaires. Cette même difficulté concerne également l’approvisionnement en eau potable avant l’arrivée des pluies. L’eau contaminée, les politiques de santé publique inadaptées et les mauvaises conditions d’hygiène favorisent l’apparition de maladies. Le choléra frappe en particulier les enfants, provoquant diarrhée et vomissements qui portent à la mort par déshydratation, se transmettant au travers de l’eau et de la nourriture contaminées. L’hépatite E de son côté touche le foie et se trouve être fatale pour les femmes enceintes.
Depuis le début de cette année, 33 femmes sont déjà mortes dans la région nigérienne de Diffa. Située dans le sud du Niger, à la frontière avec le Nigeria, la région accueille plus de 250.000 évacués et réfugiés des deux pays. Plus de 5 millions de personnes vivant dans le nord-est du Nigeria, la zone la plus touchée par le terrorisme, ont besoin d’aides humanitaires urgentes, sachant qu’environ 1,5 millions d’entre elles se trouvent à la limite de la famine. (AP) (Agence Fides 10/07/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network