AFRIQUE/BURUNDI - Mort d’un prêtre enlevé en avril des suites des mauvais traitements subis durant sa captivité

vendredi, 12 mai 2017 enlèvements  
Le Père Adolphe Ntahondereye, très éprouvé immédia

Le Père Adolphe Ntahondereye, très éprouvé immédiatement après sa libération

Bujumbura (Agence Fides) – Le Père Adolphe Ntahondereye, Vicaire de la Paroisse Saint François Xavier de Gatumba, sise dans l’ouest du Burundi, à la frontière avec la République démocratique du Congo, est mort hier, 11 mai, deux semaines après sa libération, suite au stress accumulé au cours de sa captivité.
Selon l’Archevêque de Bujumbura, S.Exc. Mgr Ngoyagoye Evariste, « le prêtre, qui n’avait pas quitté son lit d’hôpital depuis sa libération, est mort suite aux mauvais traitements qui lui ont été infligés et ont aggravé son état de santé précaire ».
Le 9 avril dernier, le Père Ntahondereye avait été enlevé en compagnie de trois autres personnes après être tombé dans une embuscade routière tendue par un groupe d’hommes armés contre un autobus, à hauteur du pont Concorde sur le fleuve Ruzizi qui sépare Gatumba du quartier de Kajaga. Les trois hommes ont été libérés après 17 jours de captivité.
Selon un autre prisonnier, Mathias Mijuriro, membre de l’orchestre national Nakaranga, le Père Ntahondereye était très éprouvé après sa libération. Le compagnon d’infortune du prêtre affirme que leurs ravisseurs ont contraint les prisonniers à parcourir à pieds de longues distances dans les montagnes donnant sur la ville d’Uvira, en République démocratique du Congo. « A cause du stress accumulé, le prêtre avait du mal à marcher. Nos ravisseurs ont dû le soutenir. Si je n’étais pas habitué à faire tous les jours le trajet de Gatumba à Bujumbura à pieds, je n’aurais pas pu résister non plus » a-t-il déclaré. (L.M.) (Agence Fides 12/05/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network